En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© DR
Tribune
Brexit ou Bremain : les 2 faces d’un même électrochoc
Publié le 22 juin 2016
Avec Salima Saa
Le référendum du Royaume-Uni est en soi un choc majeur pour l’Union européenne. Le meurtre de la députée Jo Cox ne le rend que plus dramatique. Ce référendum n’est pas un choc parce qu’un pays décide de consulter son peuple. Cette démarche-là est une réponse démocratique aux doutes qui secouent le Royaume-Uni depuis longtemps.
Salima Saa est une entrepreneur et femme politique.Elle a présidé le conseil d’administration de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (Acsé) de février 2011 à juillet 2012.Elle est actuellement Secrétaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Salima Saa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Salima Saa est une entrepreneur et femme politique.Elle a présidé le conseil d’administration de l'Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances (Acsé) de février 2011 à juillet 2012.Elle est actuellement Secrétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le référendum du Royaume-Uni est en soi un choc majeur pour l’Union européenne. Le meurtre de la députée Jo Cox ne le rend que plus dramatique. Ce référendum n’est pas un choc parce qu’un pays décide de consulter son peuple. Cette démarche-là est une réponse démocratique aux doutes qui secouent le Royaume-Uni depuis longtemps.
Avec Salima Saa

Aucune des réponses ne peut, en soi, réparer l’Europe

Le référendum est un électrochoc parce qu’aucune des réponses ne peut, en soi, réparer l’Europe. Le Brexit sonne le glas de l’Europe telle que nous l’avons toujours connue. Il sonne le glas de l’Europe des fondateurs et de cette grande volonté de paix et d’union d’après-guerre. Le Brexit reflète, comme le dit le Financial Times, un "nationalisme coincé". Il est la voix de la peur et du repli. Il est le contre-pied total de la volonté d’Europe.

Quant au Bremain qui s’impose comme la réponse des Euro-convaincus, il nous rassurerait. Et pourtant, l’accord signé en février entre l’Europe et David Cameron doit attirer notre attention. Il a obtenu auprès des 28 des restrictions sur les aides sociales aux migrants, il a également convenu que le pays ne payerait pas pour les crises de l’Euro, ainsi que des dispositions comme le carton rouge pour préserver la souveraineté britannique. Cette législation d’exception, en cas de Bremain, constituerait sans nul doute un précédent. Ce précédent pourrait être activé non seulement par d’autres pays de plus en plus Eurosceptique, comme les Pays-Bas. Mais il pourrait également servir de précédent pour le Royaume-Uni lui-même qui cherchera certainement, en appui aux tenants du Non, à creuser encore les différences de traitement. Le Bremain, et c’est contre-intuitif, ne sert pas l’idée d’une Europe unie.

Vu d’Europe, nous ne pouvons souhaiter qu’un maintien du Royaume-Uni dans l’Europe. Nous ne pouvons qu’être attristés de voir les frontières de l’Europe se rétracter. Attristés de voir le repli et le nationalisme reprendre du terrain, face à une histoire dont nous sentons tous le poids et les leçons. Attristés enfin pour nos nombreux compatriotes qui vivent au Royaume-Uni et qui doivent, avec le risque de voir le projet européen se retirer du sol anglais, se sentir plus seuls et plus inquiets.

Electrochoc : comment retirer les doigts de la prise du nationalisme ?

Le sort du référendum est entre les mains des Britanniques. Leur vote décidera de la présence du Royaume-Uni. Mais au fond, l’essentiel n’est pas là. L’essentiel, c’est la manière dont nous déciderons de réagir à cet électrochoc.

Serons-nous, comme dans Vol au-dessus d’un Nid de Coucous, totalement apathiques ? Incapables de faire autrement que de continuer comme avant, de nous laisser dicter l’Europe par ceux qui sont bilingues avec la technocratie ? Serons-nous incapables de redonner à l’Europe la force d’agir ensemble pour affronter la vague des migrants et les défis de la croissance et du chômage ? Serons-nous des Européens zombies qui s’accommodent d’une Europe permissive pour certains, contraignantes pour d’autres ?

Ou au contraire, saurons-nous retirer les doigts de la prise et prendre du recul ? Qu’il pousse à la sortie ou à créer des régimes d’exception, le nationalisme est une impasse. Mais l’Euro-angélisme aussi. Après l’électrochoc, il nous faut reconstruire une Europe plus sûre, et plus proche des Européens. Comment y réussir sans replonger au cœur de leur quotidien ? Une Europe avec des frontières capable d’affronter collectivement et humainement le flot de réfugiés. Une Europe forte et unie qui donne toute prévalence à ses propres intérêts économiques. Une Europe enfin capable de déterminer et de défendre ses propres objectifs stratégiques en matière de diplomatique, de données numériques, de structures de marché et de politiques sociales.

Le référendum sur le Brexit peut nous prémunir contre le plus grand risque en Europe : détourner la tête et continuer faire comme si de rien n’était. Tirons de cet événement la force d’exiger une Europe qui se libère des bureaux bruxellois. Osons considérer que rien n’est acquis, que tout est à revoir. Il nous faut une Europe capable d’agir au nom des Européens.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
02.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
03.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
04.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
05.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
06.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
07.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Taxe à 75% : pourquoi l’échec de la seule bonne idée de François Hollande aurait dû inquiéter
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 22/06/2016 - 20:11
Le nationalisme est une impasse (Tout les pays sauf l'europe),
Donc même si l’Europe n'est pas bien, il faut plus d’Europe, mais attention, une Europe différente, hein, une Europe mieux, quoi. C'est le niveau de l'argumentation, pathétique.
cloette
- 22/06/2016 - 15:43
@fondation , cela ne veut
@fondation , cela ne veut rien dire le camp du no la question étant remain ou leave . Pour ma part je parie sur leave .
Fondation pour l'innovation politique
- 22/06/2016 - 11:57
Brexit ou l’Europe du désengagement
L’Europe retient son souffle. Encore. Ces 18 et 19 février, les chefs d’État se réunissent en conseil pour finaliser l’accord qui fixera les conditions d’un éventuel maintien de la Grande Bretagne au sein de l’Union Européenne. Alors que le peuple britannique sera appelé aux urnes d’ici 2017, les plus récentes études témoignent d’une réelle progression du camp du « non », devenant bientôt majoritaire. Que le Royaume-Uni sorte ou non de l’Union Européenne, les conséquences seraient grandes. http://goo.gl/sXtBgN