En direct
Best of
Best Of
En direct
© Allociné / Jean-Marie Leroy - Galatée Films
Atlanti-culture
"L'Outsider" : ça fait froid dans le dos...
Publié le 22 juin 2016
Avec "L'Outsider" Christophe Barratier est loin de l'univers des "Choristes". Mais son immersion dans le monde de la finance et des traders constitue une réussite exceptionnelle. Un film aussi impressionnant que passionnant.
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec "L'Outsider" Christophe Barratier est loin de l'univers des "Choristes". Mais son immersion dans le monde de la finance et des traders constitue une réussite exceptionnelle. Un film aussi impressionnant que passionnant.

Le réalisateur

Bien qu’étant né le 17 juin 1963 dans une famille très  « cinéma » (Sa mère, Eva Simonnet est une attachée de presse très connue dans le milieu et son oncle n’est autre que Jacques Perrin), Christophe Barratier a commencé par suivre une formation de musique classique. Guitariste, il obtient une licence de concert de l’Ecole normale de musique de Paris et gagne plusieurs prix dans des concours internationaux. En 1991, il entre dans la société de production de son oncle. C’est là qu’il attrape le virus du cinéma. Il commence par apprendre le métier de producteur (il fait ses armes notamment avec «  Microcosmos : le Peuple de l’herbe », et avec « le Peuple migrateur »), puis il se lance dans la réalisation. Premier court métrage en 2001, avec « Les Tombales », puis premier long, en 2004, avec «  Les Choristes ». Fort des près des 900.000 entrées de ce film, il sort, en 2008,  « Faubourg 36 », puis, en 2011, « la Nouvelle Guerre des boutons », qui dépassera les 1.500.000 spectateurs.

Contre toute attente (car il est à priori très loin des milieux de la banque et de la finance) ce cinéaste-musicien sort aujourd’hui « L’Outsider », un film inspiré de la vie de Jérôme Kerviel.

Thème

Tout le monde (ou presque) connaît aujourd’hui le nom de Jérôme Kerviel, ce trader risque-tout qui, après avoir fait gagner à la Société Générale un milliard et demi d’euros en 2007 , est accusé par cette même banque, exactement un an plus tard, de l’avoir grugée de 4,9 milliards d’euros…

Depuis, ce qu’on appelle «  l’affaire Kerviel » n’a cessé de défrayer les chroniques judiciaires et boursières… Et elle n’est pas close, puisque, après avoir fait appel de sa condamnation, en 2010, à rembourser près de cinq millions d’euros à la Société Générale, Jérôme Kerviel vient de voir son ancien employeur, contraint, par les prud’hommes, à lui verser 455.OOO euros pour « licenciement abusif ».

Ce n’est pas  de cette affaire sans précédent en France qu’il s’agit  à proprement parler dans le film de Christophe Barratier, mais de l’ascension  d’un garçon,  jusque là sans histoire ni ambition particulière, entré par  la petite porte de la Société Générale en 2000 à l’âge de 23 ans et qui va se laisser prendre au jeu dangereux de la finance, jusqu’à s’y soumettre, corps et âme, au point d’en perdre logique et raison…  On va donc voir  ce jeune homme accéder, par le fil de sa passion dévastatrice, au rang des meilleurs traders de sa génération… Jusqu’au jour où, sa hiérarchie ayant pris peur de ses risques fous, ne voudra plus assumer ni ses mises, ni ses pertes colossales… et le fichera dehors…

Points forts

- L’actualité du film. Il est assez sidérant de voir porter à l’écran, sous la forme d’un film - certes très documenté, mais de fiction quand même - la vie d’un homme dont les démêlés avec la justice et une institution bancaire  ne sont pas terminés.

- La description de l’univers des marchés financiers. Même si le sujet du film est « un » portrait de Jérôme Kerviel, Christophe Barratier fait évidemment évoluer ce dernier dans le milieu qui  lui a fait perdre tout sens commun; celui de la finance, dont on découvre qu’il est aussi  cynique et totalitaire qu’addictif. Ce que montre ici la caméra du cinéaste, plantée dans une salle de marché au milieu de spéculateurs rendus insensibles au monde extérieur à cause des  mouvements de chiffres qui s’inscrivent sur leur écran, fait froid dans le dos.

- Le rythme du film, qui est celui d’un thriller. Dès les premières images, on est pris dans un engrenage dont il va être impossible de s’échapper. C’est comme si on montait avec Jérôme Kerviel, dans un manège qui va s’emballer, et dont on ne va pouvoir descendre qu’à la  rupture de sa mécanique, aussi soudaine que tragique.

- La beauté des plans et des cadres. On pense au Roman Polanski de « Ghost writter ».

- La clarté du scénario. Même si on est étranger au monde de la finance, on ne perd pas une miette de cette histoire.

- L’équité de ce même scénario. Christophe Barratier réussit à raconter l’ascension et la chute de son héros, sans jugement d’aucune sorte.

- L’interprétation d’Arthur Dupont. Dans le rôle de Jérôme Kerviel, le comédien est parfait, qui donne à voir et à comprendre la trajectoire fulgurante et tragique  d’un jeune insouciant qui va tomber dans l’addiction d’un jeu, sans deviner qu’il va s’y brûler. Face à lui, Xavier Demaison est irréprochable dans un personnage d’initiateur aux délices vénéneux de la spéculation financière.

 Points faibles

 Sauf à ne pas être du tout intéressé par le personnage de Jérôme Kerviel ni par  ce qui gouverne aujourd’hui le monde, à savoir la finance… Il n’y en a pas.

En deux mots

Parce qu’il ne se contente pas de dévoiler, à travers le portrait d’un homme,  les dessous de l’univers de la finance, mais qu’il analyse, en plus,  le processus par lequel cet univers peut conduire  ceux qui y travaillent à l’asservissement, au point de leur faire perdre tout jugement…  On le dit sans ambage, « L’Outsider »  est un des  films  français  parmi les plus ambitieux  et les plus réussis de cette année. Scénario, interprétation, mais aussi cadrage, photo, rythme, montage…Tout est impeccable.

Une phrase

« L’esprit d’équipe, ici, c’est juste une blague »

Recommandation

EN PRIORITE

Cinéma

« L’outsider » 

De Christophe Barratier

Avec Arthur Dupont, François-Xavier Demaison, Sabrina Ouazani

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Festival de Cannes 2012
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires