En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
pépites > International
Balles perdues
Selon une étude, les personnes blessées lors de fusillades ont un risque accru de troubles mentaux longtemps après leur guérison
il y a 2 heures 33 min
pépite vidéo > International
Victimes collatérales
Australie : vive émotion après le sauvetage d’un koala lors des terribles incendies qui ravagent une partie du pays
il y a 3 heures 59 min
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 4 heures 59 min
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 6 heures 25 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 8 heures 43 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 14 heures 57 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 15 heures 56 min
pépites > Social
Négociations sous tension
SNCF : la CFDT-Cheminots a annoncé son intention de déposer un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre
il y a 3 heures 27 min
light > People
Le poids des mots, le choc des photos
Paris Match met en vente certaines de ses plus belles photos à l’occasion de son 70e anniversaire
il y a 4 heures 26 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 5 heures 42 min
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 7 heures 3 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 12 heures 16 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 12 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 13 heures 39 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 16 heures 29 min
© Pixabay
© Pixabay
Terrorisme punk

Djihadisme autofranchisé contre filières organisées à la Al-Qaïda : la stratégie de l’État Islamique est-elle finalement en train de s’imposer ?

Publié le 15 juin 2016
Alors que certains commentateurs évoquaient un État Islamique en perte de vitesse peinant à mobiliser, les tueries d'Orlando et de Magnanville semblent contredire cette idée. La méthode d'auto-recrutement de ces attaques les rend particulièrement difficiles à anticiper et constitue un défi pour les sociétés occidentales qui doivent sortir d'une réponse purement sécuritaire.
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Burgat est politologue et directeur de recherche au CNRS (IREMAM). Il a été directeur de l'Ifpo (Institut français du Proche-Orient) de 2008 à 2013. Son dernier ouvrage est Pas de printemps pour la Syrie (co édité avec Bruno Paoli) aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Conesa est agrégé d’Histoire, énarque. Il a longtemps été haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Il est l’auteur de nombreux articles dans le Monde diplomatique et de livres.Parmi ses ouvrages publiés récemment, La Fabrication de l...
Voir la bio
François Burgat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Burgat est politologue et directeur de recherche au CNRS (IREMAM). Il a été directeur de l'Ifpo (Institut français du Proche-Orient) de 2008 à 2013. Son dernier ouvrage est Pas de printemps pour la Syrie (co édité avec Bruno Paoli) aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que certains commentateurs évoquaient un État Islamique en perte de vitesse peinant à mobiliser, les tueries d'Orlando et de Magnanville semblent contredire cette idée. La méthode d'auto-recrutement de ces attaques les rend particulièrement difficiles à anticiper et constitue un défi pour les sociétés occidentales qui doivent sortir d'une réponse purement sécuritaire.

Atlantico : Alors que certains commentateurs évoquaient un Etat Islamique en perte de vitesse peinant à mobiliser, les tueries d'Orlando et de Magnanville semblent contredire cette idée. Que nous dit le choix de ces cibles ? Dans la mesure où n'importe qui peut commettre un acte terroriste et se revendiquer de l'EI, ne doit-on pas s'attendre à ce que des tueries du même ordre se produisent ? 

Pierre Conesa : Le constat de recul de l'Etat Islamique est un constat territorial et non un constat politique et stratégique. La formidable idée stratégique de l'Etat Islamique est d'avoir constitué un territoire et rétabli un horizon mythologique pour les musulmans, celui du califat. Il s'agit de la véritable rupture par rapport à Al Qaïda. Pour la première fois, se concrétise un Etat islamique absolu. La propagande de Daesh consiste à dire "Revenez donc dans le premier Etat islamique de la planète et si vous ne pouvez pas venir, massacrez les mécréants partout où ils sont".

L'Etat territorial recule mais l'idée mobilisatrice n'est pas morte. Il y aura bien évidemment des attentats de même nature que celui d'Orlando ou des Mureaux. Certains individus fichés S savent qu'ils ne peuvent pas se rendre en Syrie et réalisent leur martyr dans leur pays de nationalité.

La capacité de mobilisation de Daesh est supérieure à celle d'Al Qaïda : pour Al Qaïda, les instructions venaient du centre tandis que pour Daesh, tout individu peut choisir le martyr, partout où il est.

François Burgat : Je ne suis pas partisan de faire une exégèse trop poussée du choix des cibles ou des modes d’action de chacun des attentats commis par Daesh sur le sol occidental. Je ne crois pas en effet que ses dirigeants disposent aujourd’hui d’un large spectre de possibilités au sein duquel ils feraient des choix longuement délibérés, qu’il serait alors utile d’analyser finement. Le cadre (une boîte gay ou en d’autres temps, Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher) apporte bien évidemment un sens supplémentaire, l’homosexualité étant, à raison ou à tort, une pratique attribuée très unilatéralement par Daesh à la société occidentale. Mais l’auteur des attaques d’Orlando fréquentait ce lieu. On peut donc tout aussi bien considérer qu’il a agi, comme d’ailleurs ses prédécesseurs de l’attaque d’Atlanta, dans un lieu qui présentait avant tout l’intérêt de lui être familiier et où il savait pouvoir accéder facilement. 

Hier, en France, c’est un policier qui était ciblé. Le 13 novembre, des fans de football ou de simples passants. Je ne crois donc pas qu’il y ait systématiquement un "gisement de sens" à vouloir faire dire trop de choses à la nature des cibles. En revanche, oui, il est important de noter que c’est très vraisemblablement la méthode non point du "franchising" (l’ouverture de succursales de l’organisation mère) mais bien, plus directement encore, celle de l’auto-recrutement, qui semble avoir une nouvelle fois fonctionné. Et qu’elle est particulièrement difficile à anticiper pour les services de sécurité et constitue bien un nouveau seuil de difficulté si pour répondre à ces attaques, nous continuons à ne nous appuyer que sur l’outil sécuritaire, sans nous soucier le moins du monde de l’origine de l’hostilité dont nous sommes la cible dans une large partie du monde musulman.

La stratégie de terrorisme de l'EI est-elle en train de monter en puissance ? Quelles sont ses forces et ses faiblesses ? En quoi cette stratégie se distingue-t-elle de celle d'Al-Qaïda ?

Pierre Conesa : La matrice théologique commune d'Al-Qaïda et de Daesh est le wahhabisme saoudien (ou salafisme). Le salafisme a été défini par un théologien musulman de mes amis comme la version "la plus raciste, sexiste, homophobe,misogyne, antisémite et sectaire de l'islam". Sur le plan des idées politiques, le salafisme est un totalitarisme religieux qui prépare à la violence. Le salafisme est une posture politico-religieuse et non religieuse.

Daesh a atteint quatre des objectifs stratégiques qui étaient les siens : premièrement, il a marginalisé Al-Qaïda (des combats ont même opposé Daesh et le front Al Nosra, la branche d'Al-Qaïda en Syrie) ; deuxièmement, les militants de Daesh ont réussi à se poser comme les véritables défenseurs des sunnites opprimés par les chiites ; troisièmement, ils sont devenus l'ennemi numéro 1 des Occidentaux, et enfin, ils ont proclamé le califat (Al Bagdadi s'est mis à la tête de la communauté musulmane). Leur objectif suivant est de renverser les Saoud et de prendre les lieux saints car Daesh considère que les Saoud n'incarnent pas la véritable légitimité du chef de la oumma sunnite car ils ne descendent pas du prophète et ne sont pas califes.

Après l'attentat d'Orlando, la réaction immédiate de Trump a été de dire qu'il faut accentuer les bombardements contre Daesh. Hollande a eu exactement la même réaction après les attentats du 13 novembre. Or, il s'agit précisément du genre de piège dans lequel Daesh veut nous faire tomber.

Al-Qaïda n'existe plus vraiment (les talibans en Afghanistan sont des pachtouns qui n'ont pas de vocation missionnaire au-delà du Pachtounistan). La seule branche d'Al-Qaïda qui subsiste est AQPA, qui profite de la guerre au Yémen. Al-Qaïda et Daesh ne boxent plus dans la même catégorie : Daesh est une entreprise mondialisée de 20 000 à 25 000 combattants étrangers venant d'une centaine de nationalités, Al-Qaïda n'est plus rien (en Afghanistan il y a 1000 à 2000 combattants étrangers, ce qui est sans commune mesure).

Quels sont les moyens de lutter contre une telle forme de terreur ? Les moyens mis en oeuvre par les différents gouvernements correspondent-ils à cette mutation ? 

Pierre Conesa : Il n'existe pas de moyens imparables de lutter contre ce genre de phénomène, dans la mesure où ce sont des actes spontanés.

L'une des premières tâches est de désigner le mal : c'est le salafisme (qui est la version exportatrice du wahhabisme saoudien), c'est l'idéologie de la menace. Cela ne veut pas dire qu'il faut l'interdire mais qu'il faut la cibler. Par exemple, toute déclaration antisémite d'un imam salafiste doit donner lieu à expulsion.

Par ailleurs, il y a trois catégories de gens dangereux :

1) Les étrangers condamnés pour fait de terrorisme en France qui doivent faire l'objet d'expulsion. Mais en général, ils saisissent la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg et l'expulsion est annulée (le motif étant qu'ils risquent d'être torturés et malmenés lorsqu'ils seront de retour dans leur pays). Ce n'est pas vrai : quand les Britanniques ont voulu expulser Abou Qatada, un des chefs racistes du Londonistan, ils ont négocié avec la Jordanie et cela s'est fait.

2) La déchéance de nationalité des binationaux : la Hollande, la Belgique et le Danemark sont en train d'adopter des lois de déchéance de nationalité. Ce dossier sera très certainement rouvert par la droite quand elle arrivera au pouvoir.

3) Les citoyens français qui ont été condamnés et pour lesquels on a des doutes quant à la suite de leur comportement. Il faut inventer un système de semi-liberté qui permette de les surveiller beaucoup plus longtemps une fois qu'ils sont sortis de prison. L'Etat de droit, ce n'est pas l'immobilisme mais adapter la loi en fonction des circonstances. Les personnes fichées S doivent être mieux surveillées, c'est une nécessité de protection de la population. Après tout, les pédophiles sont surveillés, signalés à l'entourage de l'endroit où ils vivent, etc. Si ces mesures existent dans d'autres domaines, on peut tout à fait les appliquer dans le suivi anti-terroriste.

François Burgat : Quand Daesh frappe l’Occident, son principal logiciel, on oublie trop souvent de le rappeler, est celui des représailles. C’est celui de coups que l’organisation entend porter, à n’importe quel prix, aux pays dont elle estiment qu’ils l’ont attaquée. La réponse raisonnée et efficace ne saurait donc être seulement celle qui consiste à leur lancer plus de bombes et à faire monter encore et encore le niveau de paranoïa anti-musulmane qui s’installe logiquement chez bon nombre d’entre nous. Ellle devrait selon moi conduire à une évaluation réaliste des limites de notre choix d’entrer dans la crise syrienne par la porte du "tout et tous contre Daesh et seulement contre Daesh". Ce choix était à mes yeux bien plus électoraliste (il s’inscrivait dans la tonalité électorale ambiante) que réaliste et opérationnel. Comme l’a fort bien dit mon collègue Olivier Roy, le plus efficace des adversaires actuels de Daesh, c’est Daesh. C’est son autoritarisme qui pourra à terme détacher l’organisation de sa base sunnite, bien plus efficacement que nos bombes, qui aboutissent, au contraire, à renforcer sa popularité et sa capacité d’attraction. Il est certes à peu près certain que les résidus de l’armée irakienne progressent aujourd’hui militairement contre Daesh. Ils progressent…. dans le champ de ruines produites par les bombardements de la coalition bien plus que dans le coeur des populations "libérées". Car ces milices très confessionnalisées (aux mains des chiites irakiens ou iraniens) n’apportent dans leurs bagages aucune alternative politique au règne des radicaux sunnites. Dès lors, la victoire à la Pyrrhus que nous sommes en train de construire risque de ne faire que déplacer dans l’espace, et reporter dans le temps, ce problème de terrorisme que nous avons l’ambition de résoudre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

03.

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

04.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

05.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires