En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 1 heure 11 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 4 heures 58 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 5 heures 45 min
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 21 heures 22 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 4 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 5 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 21 heures 43 min
© wikipédia
© wikipédia
Sisyphe

"Le plus grand bidonville de France" bientôt évacué pour la 3e fois ? Comment la libre circulation dans l’espace Schengen rend impossible la résolution de la question rom

Publié le 14 juin 2016
Malgré deux évacuations, "le plus grand bidonville de France", un camp rom à Saint-Ouen au nord de Paris, est encore sous la menace d'une évacuation. Se pose ainsi la question de la stérilité des politiques mises en œuvre et de la nécessité de penser le problème sous un angle plus européen.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré deux évacuations, "le plus grand bidonville de France", un camp rom à Saint-Ouen au nord de Paris, est encore sous la menace d'une évacuation. Se pose ainsi la question de la stérilité des politiques mises en œuvre et de la nécessité de penser le problème sous un angle plus européen.

Atlantico : Le 11 mai dernier aurait dû être évacué "le plus grand bidonville de France", celui des docks de Saint-Ouen, aux portes de Paris. Mais un recours avait été déposé devant le juge d'exécution, qui rend finalement sa décision ce 14 juin. Abritant entre 300 et 500 personnes de la communauté rom, le lieu avait déjà été évacué en 2008 et 2013. Si les mêmes causes produisent les mêmes effets, une nouvelle expulsion ne serait-elle pas vaine puisque les populations expulsées reviennent malgré tout ?

Laurent Chalard : Effectivement, l’expérience prouve que lorsqu’un bidonville de peuplement rom est démantelé, il se reconstitue assez rapidement à un autre endroit, guère éloigné, voire même parfois au même endroit quelques années plus tard, si le terrain concerné n’a pas été loti entre temps, ce qui est le cas, jusqu’ici, de ce terrain à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis. 

Dans ce cadre, le département voisin du Val de Marne constitue un bon exemple des logiques géographiques du peuplement rom en région parisienne. Suite à l’évacuation du bidonville de roms de Sucy-en-Brie à l’été 2012, qui a abrité jusqu’à 800 personnes à son apogée, des campements de taille moindre perdurent à proximité, dont un sur la même commune à quelques encablures de l’ancien, et un grand campement abritant jusqu’à 300 personnes s’était reconstitué les années suivantes sur la commune voisine de Bonneuil-sur-Marne le long de la RN 19, évacué à son tour à l’été 2015. Le maintien de la présence rom dans le secteur s’explique tout simplement par l’existence de vastes friches urbaines dans un secteur à l’urbanisation déficiente entrecoupé de nombreuses infrastructures qui leur permet de s’installer facilement. En règle générale, les camps de roms finissent par disparaître définitivement d’un territoire, quand les friches disparaissent, les obligeant à s’installer ailleurs. 

Concernant Saint-Ouen, tant que les docks ne seront pas entièrement réaménagés (un éco-quartier est en cours de construction), il y a donc de fortes chances pour que des campements de roms perdurent dans le secteur ou dans la commune voisine de Saint-Denis qui dispose encore de vastes friches industrielles.

D'une certaine façon, les Roms constituent le seul peuple "européen" stricto sensu, du fait de leur mode de vie semi-nomade. Le problème n'est-il donc pas principalement européen ? Le principe de libre circulation au sein de l'espace Schengen n'est-il pas ce qui rend la résolution de ce problème impossible ?

Les roms qui viennent s’installer autour des grandes métropoles françaises sont tous originaires des pays d’Europe de l’Est, principalement de Roumanie et de Bulgarie, ce qui en fait un problème européen avant tout, dans le sens qu’il serait illusoire de le résoudre sans coopération efficace avec les pays d’origine de ces populations. Or, si les roms les quittent massivement, ce n’est pas uniquement pour des raisons économiques, mais aussi du fait d’un mauvais traitement de la part de leurs concitoyens non roms, le droit des minorités n’y étant pas toujours pleinement respecté.

Il est évident qu’étant donné la libre circulation des populations au sein de l’espace Schengen, il n’y a pas au premier abord de résolution possible au problème, dans le sens qu’aucun argument ne peut être avancé au refus de l’installation des roms en France. En effet, en tant que citoyens européens, la libre circulation les concerne tout autant que les autres populations de l’Union. Il est donc impossible dans l’état actuel de la législation européenne de les expulser. C’est surtout l’imprévoyance des politiques qui est à l’origine du problème.

Que faudrait-il faire si l'on souhaite éviter que ce bidonville ne se reconstitue indéfiniment, quand on sait les problèmes humanitaires et culturels conséquents que cela implique ?

Il existe potentiellement deux solutions, qui relèvent uniquement de la pérennisation ou non de la libre circulation des individus au sein de l’espace Schengen, grandement remise en cause par la crise des migrants syriens qui s’est enclenchée à l’été 2015. 

Si la libre circulation est maintenue, il faut que l’Etat français prenne acte de la situation et s’engage donc à construire des logements adaptés pour ces populations, qui auront vocation à rester sur le territoire français. Etant donné le nombre peu important de roms originaires d’Europe de l’Est à l’échelle nationale, de l’ordre de quelques dizaines de milliers de personnes (ce qui est peu par rapport aux 200 000 migrants légaux que notre pays accueille chaque année), la France a les moyens de les loger si elle y met la volonté. 

Par contre, si la libre circulation dans l’espace Schengen venait à disparaître, l’Etat français aurait alors pleine légitimité à expulser ces populations vers leur pays d’origine, en empêchant ensuite leur éventuelle tentative de revenir sur notre territoire, réglant définitivement le problème de l’existence de bidonvilles. 

La question n’est donc pas tant une question d’urbanisme, facile à résoudre, qu’une question géopolitique, beaucoup plus complexe et dépassant largement le cadre des migrations des roms au sein de l’espace européen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/06/2016 - 23:39
Dehors les roms! C'est simple, non?
La dhimmitude et la soumission gauchistes, c'est fini, car elles ont fait trop de mal à la France! Après avoir sinistré les ports, les industries sidérurgiques et textiles, les transports, les gauchistes s'attaquent aujourd'hui au tourisme, une des dernières industries qu'ils n'avaient pas détruit... Je suis parti de Paris lorsque les gauchistes en ont pris le contrôle: en quelques mois on a vu les bandes étrangères envahirent les lieux touristiques pour y pratiquer la vente à la sauvette, encouragée par le pouvoir gauchiste. Sur ce marché clandestin, se sont greffés des bandes de Roms qui ont fait prospérer leur petite industrie de la rapine, sans évoquer les bandes des banlieues pour le traffic de drogue et d'arme, les Géorgiens pour les cambriolages et vols à l'étalage...là où passe le gauchisme, l'économie trépasse! Apres un siècle de socialisme...ils peinent à ouvrir les yeux sur le massacre, les dhimmis!
Semper Fi
- 14/06/2016 - 22:47
Quid du financement de la Roumanie
L'auteur oublie-t-il à dessein de mentionner que l'UE verse des aides financières conséquentes à la Roumanie pour que celle-ci prenne en charge ses roms ?
Jean-Benoist
- 14/06/2016 - 13:11
Fermeture des frontières
et expulsion des indésirables..afin de traiter nos problèmes de travailleurs pauvres et chômeurs