En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 7 min 47 sec
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 5 heures 15 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 6 heures 23 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 11 heures 53 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 52 min 38 sec
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 6 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 9 heures 27 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 10 heures 25 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 11 heures 41 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 13 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Retour des idéologies totalitaires

Curiosité historique ou pulsions de dérapage politique : que penser du succès des rééditions de Mein Kampf ?

Publié le 17 juin 2016
Alors que la réédition annotée de Mein Kampf est un best-seller en Allemagne, le quotidien italien Il Giornale a annoncé que tous les lecteurs de son édition de ce samedi se verraient offrir un exemplaire. Dans une Europe confrontée à une crise économique et identitaire profonde, ce succès de l'autobiographie d'Hitler n'est pas anodin. A cet égard, se tourner vers le contexte des années 1930 peut donner des clés de compréhension de l'époque actuelle.
Antoine Vitkine, né en 1977, est un journaliste et écrivain français. Il est également réalisateur de documentaires français.Il est diplômé de Sciences Po et titulaire d'un DEA de relations internationales.Il a réalisé une quinzaine de films...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Vitkine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Vitkine, né en 1977, est un journaliste et écrivain français. Il est également réalisateur de documentaires français.Il est diplômé de Sciences Po et titulaire d'un DEA de relations internationales.Il a réalisé une quinzaine de films...
Voir la bio
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la réédition annotée de Mein Kampf est un best-seller en Allemagne, le quotidien italien Il Giornale a annoncé que tous les lecteurs de son édition de ce samedi se verraient offrir un exemplaire. Dans une Europe confrontée à une crise économique et identitaire profonde, ce succès de l'autobiographie d'Hitler n'est pas anodin. A cet égard, se tourner vers le contexte des années 1930 peut donner des clés de compréhension de l'époque actuelle.

Atlantico : Alors que la réédition annotée par des historiens de Mein Kampf en Allemagne est un best-seller, le quotidien italien Il Giornale a annoncé que tous les lecteurs de son édition de ce samedi se verraient offrir un exemplaire gratuit de l'autobiographie d'Hitler. Dans quelle mesure de telles entreprises (bien que relevant de logiques différentes) peuvent-elles s'avérer dangereuses ?

Antoine Vitkine : Je plaide pour cesser de faire de Mein Kampf un tabou ou un livre maléfique. Ce texte est avant tout un texte historique qui a eu une grande importance dans l'histoire du nazisme. Mon documentaire et mon livre sur l'histoire de Mein Kampf répondait à cette logique de compréhension historique. Il me semble qu'il faut le regarder en face de manière dépassionnée et cesser de penser qu'il contiendrait un poison qui contaminerait tout lecteur.

Si l'histoire du nazisme est évidemment toujours présente dans les mémoires, il s'agit d'une époque révolue. Néanmoins, il me semble intéressant de s'y intéresser parce que la bête immonde n'est pas morte et tout peut recommencer sous d'autres formes. S'intéresser aujourd'hui à l'histoire de Mein Kampf, à son contenu, permet de comprendre ce qu'il y a d'actuel dans Mein Kampf. De nombreux chapitres de mon livre sont d'ailleurs consacrés à la manière dont Mein Kampf s'exporte dans le monde (et pour quelles raisons) et aux nouveaux Mein Kampf depuis 1945 : au Rwanda, au Cambodge, en Chine maoïste, au sein de l'Etat islamique par exemple. Ces textes politiques et idéologiques sont importants car ils nous avertissent sur un projet de commettre des crimes de masse, au nom d'une idéologie, et avant même que les crimes soient commis. C'est cela aussi, Mein Kampf, un texte qui exposait, en plein jour, dès les années 1920, à des centaines de milliers d'exemplaire, une vision du monde au nom de laquelle les pires crimes furent perpétrés.

La décision d'Il Giornale s'inscrit dans une logique inverse : sous couvert de prétendre, par provocation et/ou par sens marketing, que Mein Kampf est anodin et que tout le monde pourrait le lire sans problèmes, on en refait un objet maléfique et sulfureux. C'est dangereux parce qu'aller vers Mein Kampf demande d'être dans une logique de connaissance, d'avoir un bagage historique suffisamment important pour comprendre le contexte. Or, balancer Mein Kampf dans le grand public dans une logique provocatrice n'a pas de sens. Le cas allemand est différent dans la mesure où il s'agissait de publier une étude de textes.

Michel Maffesoli : Je ne suis pas sûr que le contenu de Mein Kampf permette d’expliquer son succès. D’abord, il faut bien se dire que ce livre ne représente sans doute pas une "nouveauté" en Allemagne, dans la mesure où chaque famille le possédait et qu’ils n’ont pas tous été brûlés après guerre, sans doute qui voulait le lire le pouvait déjà. Et on ne peut pas non plus penser que c’est le contenu de ce livre qui explique le succès de Hitler. 

Je ne pense donc pas que la "lecture" de ce livre soit dangereuse si tant est que ceux qui l’achètent le liront. 

Est-ce que l’utilisation "marchande", c’est-à-dire la banalisation de ce livre recèle un danger ? 

Peut-être faudrait-il, comme Hannah Arendt l’a montré, prendre au sérieux cette banalisation. Car considérer Hitler comme un monstre extraordinaire, les nazis comme des "non humains", en général refuser de voir la part d’ombre et de violence que contient tout groupe humain c’est cela qui est dangereux. C’est ce déni de notre animalité qui amène à la bestialité dont l’actualité comme le siècle passé n’est pas avare.

Comment expliquez-vous le succès de Mein Kampf ? Cela relève-t-il d'une démarche historique, d'un effet de curiosité ou d'une envie malsaine (voire volonté sincère) d'adhérer aux thèses d'Adlof Hitler ?

Antoine Vitkine : Cela dépend de l'espace géographique dont on parle . En Occident, il y a deux dimensions : d'une part, une curiosité historique et d'autre part, une curiosité malsaine, une volonté de se confronter à un objet brûlant. Le rapport souvent irrationnel à Mein Kampf montre que nous ne sommes pas encore sortis de ce passé. Nous sommes encore dans la stupeur, l'incompréhension, c'est encore vivant.

Cela peut devenir dangereux. Pour l'instant, les groupes extrémistes, et les groupes qui menacent la démocratie en Europe, ne biberonnent pas à Mein Kampf. Le néonazisme reste encore très groupusculaire.

Michel Maffesoli : Je me demande s’il ne faut pas voir dans cet "engouement" une réaction qu’on peut rapprocher des thèses complotistes (1) ou en général de toutes les réactions par lesquelles divers groupes (tribus) se racontent une histoire différente de l’histoire officielle. Peu importe l’absurdité des thèses complotistes, elles décrivent un autre ordre du monde, une logique non pas rationnelle, mais émotionnelle. Dès lors aucun "argument" ne peut les contrer. 

L’opinion publiée, les Bien-pensants (2) pense qu’en publiant Mein Kampf accompagné d’un apparat critique expliquant combien "Hitler c’est mal", elle empêchera le peuple "bête" d’adhérer à ces thèses. Ne comprenant pas que c’est justement parce qu’elle veut lui faire la leçon que le peuple risque de préférer Hitler, l’Etat islamique ou le Front national aux propositions rationnelles et sages des élites.

Les réactions soit disant effarouchées face à cette publication ne doivent pas faire oublier qu’elles ont participé en quelque sorte à sa médiatisation. D’une part, on a organisé une peur de la pénurie comme le font si bien les marchands de baskets : la publication serait-elle autorisée, ne devrait-on pas l’interdire ? etc. D’autre part, cet achat était présenté comme une sorte de transgression : n’était-ce pas mal de lire ce livre, le peuple serait-il capable de ne pas se laisser manipuler par Hitler etc. Ce qui bien sûr poussait à la consommation ! 

Mein Kampf nouvelle édition a été lancé comme un produit de grande consommation et d’une certaine manière les lamentos des élites ont soutenu cette stratégie marketing. 

(1) Cf. Raphaël Josset, Complosphère, Lemieuxéditeur, 2015

(2) Cf. Les nouveaux Bien Pensants, Michel Maffesoli, Hélène Strohl, Le Moment poche, 2015

Dans quelle mesure la crise économique de 2008 (dont l'Europe ne s'est toujours pas relevée) pourrait-elle mener, à l'instar de la crise de 1929, à une dégradation inquiétante des démocraties ? Comment cela pourrait-il se manifester ?

Antoine Vitkine : Nous sommes confrontés à une crise profonde des démocraties liés à la crise économique mais pas seulement. Il y a aussi une profonde crise démocratique, un ennui démocratique. Lorsque l'on a des systèmes qui marchent plutôt bien (même s'il y a des perdants de la mondialisation), une forme de passivité démocratique, une sorte de spleen, se développe et fait désirer des solutions radicales, des hommes forts et autoritaires.

Par ailleurs, la question identitaire en Europe n'est pas liée qu'à la crise de 2008. Il y a un véritable malaise identitaire (qui ne se rapporte pas simplement à la religion ou à la nationalité) mais renvoie à un problème à définir le collectif. Les gens veulent savoir qui ils sont ensemble (quel que soit cet "ensemble") car les liens traditionnels collectifs se sont délités. Des entrepreneurs politiques, bien souvent populistes, proposent des solutions simplistes, qui utilisent de manière manipulatoire des problèmes réels. Les populistes de droite ont des réponses xénophobes qui consistent à définir le "bon peuple", les vrais Français, les vrais Hongrois, les vrais Autrichiens par opposition aux immigrés, aux élites, aux Musulmans, etc. Les populistes de gauche présentent le peuple comme étant la victime permanente d'un complot de la finance ou d'une supposée oligarchie mondiale. Ces logiques là nous rappellent par certains côtés les années 1930. A cet égard, se tourner vers les années 1930 peut donner des clés de compréhension pour appréhender l'époque que nous vivons. Mais il faut - dans le même temps - s'en méfier et considérer que chaque période historique est nouvelle et que le danger vient précisément de la nouveauté. Tout ce qui est nouveau, inconnu est dangereux car on ne sait pas dans quel cadre ça rentre, ce que cela engendre. Mein Kampf était à l'époque un phénomène politique totalement nouveau, hors norme et bien peu de gens, hormis des Churchill ou des De Gaulle, n'ont su qu'en faire, qu'en penser et comment se situer par rapport à ce texte. 

Michel Maffesoli : La démocratie s’est terminée, bien avant la crise de 2008. Ou plutôt la régulation du vivre ensemble collectif par le biais d’un système de représentations politiques ne fonctionne plus. Les élus ne représentent plus le peuple, les partis présentent des programmes et font des promesses qui n’ont rien à voir avec leur activité gouvernementale et l’opinion publique se désintéresse de ce jeu démocratique. 

Tout d’abord, il faut se rappeler que la démocratie n’est en rien le rempart contre le totalitarisme. Sans parler des pseudo- élections en régime communiste, force est de constater que le siècle d’or de la démocratie parlementaire, le 19ème siècle a été également celui des régimes totalitaires les plus sanglants. 

L’arrivée de Hitler au pouvoir est un effet de la démocratie, Hitler a été mis au pouvoir par le jeu des institutions démocratiques, même s’il ne reflétait pas l’opinion majoritaire des Allemands. Ont autant joué dans son accession au pouvoir la volonté du parti communiste allemand (KPD) de refuser toute alliance avec le SPD pour s’opposer à Hitler que la peur de la droite allemande du bolchevisme. On ne pouvait pas parler au début d’adhésion de la majorité du peuple allemand aux thèses racistes et antisémites des nazis. Mais la démocratie produit également des régimes impuissants à résister aux pulsions totalitaires. 

Ensuite, expliquer la réussite du nazisme par la crise de 1929 est trop court. Le succès du nazisme est moins explicable par le contenu de sa politique que par la forme qu’il sut lui donner. 

Il faut chercher plutôt dans le succès du nazisme sa capacité à manier les émotions collectives, dans divers évènements et à faire émerger une "âme allemande" dont Hitler, selon l’expression de Carl Gustav Jung était le "médicin man", le médium en quelque sorte.

De même ce qu’on appelle crise actuellement n’est pas d’abord une crise économique. C’est en fait la saturation des valeurs de la modernité (démocratie représentative, individualisme et contrat social, matérialisme, économicisme et utilitarisme) et la difficile émergence des valeurs de la postmodernité : idéal communautaire et besoin d’appartenir à diverses "tribus" ; recherche spirituelle et besoin de partager des émotions ; recherche d’un sens qualitatif de l’existence. 

Dès lors les réponses "politiques et programmatiques" promettant une "sortie de la crise" et un retour à un état antérieur de stabilité ne sont qu’un leurre auquel pas grand monde ne croit. 

Les électeurs du Front national ne seront pas convaincus par une lecture rationnelle et critique de leur programme économique démontrant sa réelle inanité ; les électeurs mélanchonistes ou gauchistes continueront à errer dans un imaginaire désuet et affirmeront qu’il suffit de spolier les patrons surpayés pour garantir le bonheur du peuple. Et les traditionnels électeurs socialistes ou républicains qui peinent à se différencier ne trouveront de sens à leurs votes que s’ils peuvent croire "sauver la démocratie" ! 

Le peuple fait de plus en plus sécession, en s’abstenant ou en votant de manière absurde. Sans doute est-il fatal de passer par cette période de décomposition avant que d’en bas ne se mettent en place des modes de régulation du vivre ensemble des diverses tribus qui sont elles le cœur battant de l’époque. 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

03.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

04.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

05.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 13/06/2016 - 11:18
Un livre qui n'aurait pas été forcément oublié
La traduction que j'en ai est anonyme. Le livre est très bien écrit, simple et clair, sans notre populaire langue de bois. On comprend le charisme de son éloquence devant les foules. En tous cas, pas de promesses hollandiennes... Il n'est plus d'actualité et ne concerne plus que les historiens. Quoique... J'ai lu récemment que les lois sociales du parti nazi ont été copiées par le Front Populaire. Mais probablement une légende puisque, comme chacun sait, avec les historiens de la bien-pensance, on l'aurait su depuis longtemps.
Anguerrand
- 13/06/2016 - 11:04
Ce n'est pas en " oubliant l'Histoire "
que l'on fera disparaître l'Histoire. Belle ou cruelle elle a existé n'en déplaise à Belkacem qui a fait disparaître des livres scolaires d'histoire, Clovis, Napoléon, et tous les politiques qu'ils détestent. Les enfants ne connaissent plus la vrai histoire de leur pays. Pour les enfants immigrés ils n'en ont rien à faire, il ne connaissent que le Coran et l'histoire de la colonisation de leur pays et du pardon que les français leurs doivent.
moneo
- 13/06/2016 - 09:57
remarque perso
si on l'avait laissé en vente libre il y 'a longtemps qu'il serait dans les oubliettes de l'histoire
.on en fait un interdit ...juste pour faire comme la femme de barbe bleue ...
Pour arriver au bout faut y mettre vraiment de la bonne volonté c'est roboratif au possible et parfois puisque l'on connaît la fin de l'histoire ça devient de la bouffonnerie et puis personne de sensé pourrait s'en réclamer (quoique avec le nombre de fêlés qui se traînent, Mein Kampf ou petit livre rouge de Mao, ou l es contes et légendes orientales ,il y en a pour tous le goûts et toutes les folies)