En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre !

il y a 6 min 59 sec
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 27 min 28 sec
pépites > Education
une prison à ciel ouvert ?
Les guerres de bandes gangrènent des lycées franciliens
il y a 15 heures 31 min
Art et nature font-ils bon ménage ?
Une forêt de 300 arbres voit le jour en plein milieu d’un stade de football
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Démanteler les GAFA pour déséquilibrer le monde ? Fausse bonne idée

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"LECTURES D'ETE": "InQarcéré" de Jean-Pierre Marongiu

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Science
nouvelle exoplanète k2-18B

Pourquoi la super-terre découverte par les astronomes est moins intéressante en soi que les méthodes qui ont permis de la repérer

il y a 20 heures 24 min
pépite vidéo > Justice
justice a été rendue
Condamné à 10 jours de prison pour cruauté envers un requin
il y a 21 heures 59 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La nouvelle Bataille d’Angleterre

il y a 22 heures 56 min
décryptage > Europe
La hausse de l’énergie ne s’arrête-t-elle donc jamais ?

Taxe carbone européenne : la fausse bonne idée

il y a 23 heures 15 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore ?

il y a 14 min 48 sec
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 14 heures 40 min
light > Insolite
constante menace
Un oiseau attaque et tue un cycliste
il y a 16 heures 10 min
pépites > Politique
toujours en poche
Emmanuel Macron évalue ses ministres avec une application
il y a 17 heures 29 min
pépite vidéo > Loisirs
Jamais deux sans trois
Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux
il y a 18 heures 24 min
light > Science
découverte scientifique
Des ingénieurs du MIT ont mis au point le matériau le plus noir de tous
il y a 19 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Retour de tous les djihadistes en France ?
Des familles françaises de djihadistes portent plainte contre Jean-Yves Le Drian
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Politique
analyse des résultats de votes des Régionales

Les deux France, celle qui taxe et celle qui paye

il y a 22 heures 31 min
décryptage > France
La fête hélas est finie

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

il y a 23 heures 7 min
décryptage > Economie
politique monétaire

Le cri désespéré de Mario Draghi : « la politique fiscale doit devenir le principal instrument de la politique conjoncturelle ! »

il y a 23 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Les clés de 2017

Dis moi ton âge et je te dirai pour qui tu votes : la fracture générationnelle a rarement été aussi profonde dans le pays

Publié le 10 juin 2016
Alors que les inégalités générationnelles ont commencé à se creuser entre les jeunes et les personnes âgées en France à partir de la fin des années 1990, celles-ci ont largement explosé depuis la crise de 2008. Un phénomène qui a des conséquences politiques et économiques préoccupantes.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est politologue, spécialiste de l’Opinion publique. Il a dirigé les études d'opinion (Politique, société et affaires publiques) au sein de l'Institut CSA. Il est désormais Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les inégalités générationnelles ont commencé à se creuser entre les jeunes et les personnes âgées en France à partir de la fin des années 1990, celles-ci ont largement explosé depuis la crise de 2008. Un phénomène qui a des conséquences politiques et économiques préoccupantes.

Atlantico : Ces dernières semaines, plusieurs sondages ont révélé un clivage générationnel important, notamment au sujet de la loi El Khomri ou du soutien à la CGT. ​Ainsi, la question du recours au droit de grève par la CGT ​a pu ​divise​r​ la France en deux camps très distincts : d'un côté, les moins de 25 ans sont à 60 % favorables au syndicat, tandis que de l'autre, les plus de 65 ans y sont à 88% défavorables​. En quoi cette fracture est-elle signifiante politiquement ? ​Quelle a été l'évolution de ce phénomène au cours des dernières années ?

Yves-Marie Cann : Ces résultats illustrent l'existence d'une fracture générationnelle, largement sous-estimée par nos responsables politiques ; elle porte en particulier sur les thématiques économiques et sociales. Si la jeunesse est par définition un état transitoire, les jeunes générations ne s'en trouvent pas moins au point de rencontre d'un grand nombre d'enjeux qui structurent aujourd'hui le rapport au monde de la société française : chômage élevé et précarisation des contrats rendent particulièrement difficile l’accès au marché du travail pour les plus jeunes, avec toutes les difficultés que cela induit dans leur vie quotidienne.

Il serait toutefois simpliste de réduire cette fracture générationnelle à une opposition entre les plus jeunes et les plus âgés. Celle-ci s'avère en pratique nettement plus diffuse et tend plus globalement à opposer les actifs, ou du moins ceux en âge de travailler, aux retraités parmi lesquels nous retrouvons aujourd'hui la plupart des individus appartenant à la génération dite du "baby-boom". Alors que ces derniers ont connu les Trente Glorieuses, le plein emploi et l'accès au CDI dès le premier emploi, un accès d'autant plus facile à la propriété que l'inflation atténuait rapidement le poids des emprunts immobiliers dans le budget des ménages, la situation des générations qui les ont suivies s'avère autrement plus difficile, en particulier pour les plus jeunes.
 
Evidemment, de telles fractures ne sont pas sans incidences d’un point de vue politique. Ainsi, c’est parmi les actifs que le Front national a le plus progressé ces dernières années, tandis que les retraités votent davantage pour les partis traditionnels de gouvernement comme le PS ou LR. Ces derniers le leur rendent d’ailleurs plutôt bien en les épargnant d’une grande partie des efforts demandés aux Français pour contribuer à la réduction des déficits publics. Reste que la défiance à l’égard des grands partis de gouvernement et de leurs représentants atteint désormais des niveaux très élevés chez les personnes âgées de moins de 50 ans. Il y a bien entendu les difficultés sociales, les incertitudes pour l’avenir dans un contexte économique incertain, mais aussi le sentiment dominant d’une classe politique peu à l’écoute des jeunes générations, pourtant fortement mises à contribution pour financer notre modèle social au nom du principe de solidarité entre générations.
 

Au regard de ce clivage, comment expliquer que le taux d'abstention soit si élevé au sein de la jeunesse ? S'agit-il avant tout d'un désintérêt général envers la politique, ou d'une inadéquation entre une demande exprimée par la jeunesse et l'offre politique actuelle ?

Yves-Marie Cann : En matière d’abstention, il est important de distinguer l’élection présidentielle des autres scrutins. L’élection phare de la Vème République mobilise fortement les Français, y compris les jeunes, surtout lorsqu’il s’agit du premier scrutin auquel ils sont appelés à participer. L’abstention des jeunes atteint en revanche des niveaux records aux autres élections, comme nous avons encore pu le vérifier lors des élections régionales de décembre 2015.

Les jeunes se mobilisant tout aussi massivement que les autres catégories de population lors de l’élection présidentielle, les forts taux d’abstention observés lors des autres scrutins ne peuvent s’expliquer par un désintérêt général envers la politique mais plutôt par les difficultés à identifier les enjeux des propres à certains scrutins. Le mille-feuille administratif s’avère de ce point de vue très contreproductif et peu incitatif à la participation des jeunes et plus globalement des Français aux élections locales. S’ajoute à cela une offre politique souvent vieillissante et en mal de renouvellement… Difficile dans ces conditions de mobiliser et d’attirer dans ses filets une jeunesse qui a bien souvent d’autres priorités, notamment accéder à un emploi stable et se faire une place dans la société.
 
 

En quoi cette fracture générationnelle est-elle corrélée à la question des inégalités de revenus ?​ La fracture générationnelle repose-t-elle "simplement" sur une fracture sociale ? 

Nicolas Goetzmann :  La notion de fracture générationnelle ne peut plus être niée. Selon les données fournies par l'INSEE, l'écart de revenus entre les 18-24 ans et les 65-74 ans était de 19,5% en 1996. Une telle différence peut parfaitement s'expliquer au regard des évolutions logiques de carrière, mais le fait est que l'écart s'est fortement élargi pour en arriver à 33,3% en 2013, et ce, sans logique apparente. De plus, cette progression ne s'est pas réalisée progressivement entre les deux périodes, car l'écart était encore de 19,8% en 2008, ce qui qui signifie que les inégalités intergénérationnelles ont explosé depuis la survenance de la crise de 2008. Pendant que le niveau de vie moyen des 65-74 ans progressait de 7,22% (2008-2013), celui des 18-24 ans baissait de 3,9%. La situation du chômage des jeunes ne s'est pas non plus améliorée au cours des dernières années, pas plus que celle des NEET (qui sont les jeunes non étudiants, sans emploi, et sans aucune activité), qui représentent plus de 18% de la jeunesse actuelle, soit un point de plus qu'en 2005. Toujours dans le même registre, le nombre de stagiaires est passé de 600 000 à 1 500 000 entre 2006 et 2012, ce qui a conduit le législateur à mettre une limite au nombre de stagiaires, à 15% des effectifs des entreprises. Pourtant, la jeunesse actuelle a atteint, dans son ensemble, un niveau de formation bien plus élevé que les générations précédentes. Seuls 6,3% des 18-24 ans n'ont aucun diplôme contre 20% de la population totale ou 50% des plus de 65 ans. Et que dire du logement ? Le simple fait d'imaginer acquérir un logement un jour est devenu hors de propos pour toute personne se présentant actuellement sur le marché de l'emploi. La société semble totalement verrouillée et sans avenir possible. 

Mais du point de vue des seniors, les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas des victimes puisque leurs conditions de vie semblent supérieures à celles auxquelles ils ont eux-mêmes été confrontés au cours de leur jeunesse. Ce qui produit une incompréhension entre les générations, parce que, comme l'indiquait déjà Tocqueville, c'est la notion de frustration relative qui guette la jeunesse actuelle. Il ne s'agit pas de se comparer aux générations antérieures pour se satisfaire des conditions actuelles, mais de constater simplement une absence de perspectives, d'horizon. Le sociologue britannique WG Runciman affirmait en 1966 : "les attitudes, aspirations et frustrations, dépendent largement du cadre de référence dans lequel elles sont conçues", c’est-à-dire que la frustration se mesure à l'aune de ce que l'on pense pouvoir espérer, et non pas en se comparant au passé. La crise a engendré un coup d'arrêt de la réalité, alors que les aspirations ont continué de grandir. Ici, il ne s'agit pas de savoir qui a raison, mais de prendre en compte la nature humaine. 

Quels ont été les effets de la situation économique actuelle sur la jeunesse ? Dans quelle mesure cette dernière en est-elle la première victime ? 

Nicolas Goetzmann : Plus cyniquement, ce n'est pas la crise en elle-même qui est la source de cette fracture, mais la réponse politique qui a été apportée à celle-ci. D'un point de vue économique, cette crise était absorbable par une large action de relance monétaire, mais une telle action supposait une prise de risque du côté de l'inflation. Or, un tel risque, aussi minime soit-il, n'est pas considéré comme étant "acceptable" dans une démocratie où le poids des retraités est disproportionné, électoralement parlant. Il suffit de rappeler qu'aux dernières élections régionales, 67% des plus de 60 ans ont voté, alors que 65% des 18-24 ans se sont abstenus. En se basant sur un tel constat, du point de vue des dirigeants, il est préférable de suivre une politique en accord avec son corps électoral, c’est-à-dire une politique préservant à tout prix le pouvoir d'achat des plus âgés, plutôt que de soutenir une véritable politique de l'emploi par une grande action macroéconomique. De plus, le cadre européen renforce ce prisme, car le pays qui dispose du poids politique le plus important de l'Union, c’est-à-dire l'Allemagne, est également le plus vieux du continent. L’aspect le plus malheureux dans cette question est qu'il n'est évidemment pas question d'aller faire les poches des retraités pour donner aux jeunes, mais de produire un contexte économique de plein emploi, qui doit profiter à tous, et notamment permettre de sécuriser les retraites sur le long terme. Ce qui signifie qu'il s'agit d'une vision politique à courte vue qui produit un tel résultat. Une autre politique est donc possible, en intégrant la jeunesse au projet de la France de demain.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

05.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

06.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

07.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi parle-t-on si peu de la jeune Palestinienne assassinée en Cisjordanie ? Parce que ce ne sont pas les Israéliens qui l'ont tuée !

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

04.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 07/06/2016 - 16:42
Leucate oui
VGE a laissé un budget en 1981 clean.
Mais les socialos ont dilapidé la fortune, en distribuant à tout va. sans réfléchir, pour leur électorat....
lexxis
- 07/06/2016 - 06:54
UNE REGRETTABLE OMISSION
Pour l'accroissement de l'écart de revenus entre jeunes et retraités depuis 2008, c'est-à-dire depuis une période où les retraites ne sont plus guère revalorisées et où ceux qui en vivent (et non pas ceux qui en parlent ) ont enregistré une perte sensible de leur pouvoir d'achat, il faut se garder d'oublier l'importance de l'effet de noria. En effet, du fait du rallongement des carrières, l'âge de départ en retraite augmente, les durées de cotisation et les rémunérations de référence aussi et en plus les nouveaux retraités de 2016 émargent pour des sommes inévitablement très supérieures à ceux qui décèdent et dont les pensions ont été liquidées voici une vingtaine d'années. Il est étonnant de remarquer l'absence de cette notation de bon sens dans la plupart des articles traitant des retraites en soulignant le divorce croissant entre les générations.
vangog
- 06/06/2016 - 23:01
C'est pas la génération baby-boom...
C'est la génération Rorhschild...Dans tous les domaines, elle a vécu à Crédit et pas seulement dans celui de la dette...les baby-boomers ont construit une Démocratie à Credit, une Démocratie de paille, achetant la paix sociale à des usuriers sans scrupules, en échange de postes dans des commissions pléthoriques et inutiles. Et tout ce beau monde s'est gavé de pouvoir, au Credit des générations futures, les syndicalistes exigeant le maximum de privilèges pour eux et leur clique, les politiciens se repaissant de la vénération des obscurs, les banquiers et financiers véreux, Madoffs,Soros et Macron uniquement soucieux de préserver la rente juteuse que leur offrait cette Démocratie à Crédit. Et puis...cette construction perverse est proche de s'écrouler, sous les coups de butoir d'une jeunesse qui sait qu'elle a été volée de son avenir, et qui refuse la soumission à une idéologie du non-travail et du revenu pour tous, et par tous, pré-fabriquée par de médiocres pedagogistes et de vulgaires penseurs. Contrairement à la promesse du gauchisme, cette jeunesse à envie d'espérer, de bosser, de créer, d'imaginer son avenir, sans vivre à crédit de générations sacrifiées..comme elle a raison!