En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

03.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

06.

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

07.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 16 min 53 sec
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 14 heures 53 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 16 heures 29 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 18 heures 46 sec
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 20 heures 9 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 22 heures 23 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 23 heures 15 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 23 heures 58 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 41 min 19 sec
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 15 heures 37 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 17 heures 17 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 18 heures 25 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 21 heures 18 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 22 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 1 jour 8 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 1 jour 9 heures
© Flickr / Gisella!!
© Flickr / Gisella!!
Solution de facilité

1 milliard pour les enseignants : pourquoi le coup de pouce mérité aux salaires des profs n’aurait pas dû exonérer Najat Vallaud-Belkacem de dégraisser le mammouth de l’Education nationale

Publié le 03 juin 2016
Si la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé ce mardi les grandes lignes d'un vaste plan de revalorisation du métier d'enseignant, le mal-être reste profond dans la profession et il semble urgent de réformer en profondeur l'appareil du ministère.
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé ce mardi les grandes lignes d'un vaste plan de revalorisation du métier d'enseignant, le mal-être reste profond dans la profession et il semble urgent de réformer en profondeur l'appareil du ministère.

Atlantico : Ce mardi, la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé les grandes lignes d'un plan de revalorisation des salaires concernant près de 820 000 enseignants (premier comme second degré, secteur public comme secteur privé). Dans quelle mesure le métier d'enseignant a-t-il effectivement besoin d'être revalorisé en France, et notamment à travers leur rémunération ?

Pierre Duriot : La revalorisation des enseignants est un vieux sujet de discorde entre les gouvernements qui se sont succédés et les syndicats d'enseignants. Parce qu'à l'origine, du temps des enfants participant aux moissons dans une France rurale, les deux mois d'été n'étaient pas payés aux anciens instituteurs et leur traitement annuel avait été étalé, à leur demande, de dix mois sur douze, occasionnant donc une moindre rémunération mensuelle des instituteurs. A noter que ce métier, historiquement, a permis à nombre de personnes originaires de milieux modestes, et notamment aux femmes, d'accéder à la classe moyenne par le biais de cette profession dite "intellectuelle". C'est une considération ancienne, mais qui a marqué ce corps de fonctionnaires. Plus près de nous, il y a le niveau de recrutement qui a régulièrement augmenté. On a commencé par un recrutement à l'issue de la troisième, puis du bac, puis à bac+2, pour trouver maintenant des candidats titulaires de Master 2. La rémunération n'a pas suivi le même chemin, du moins pas de près. Enfin, il y a ce décalage avec la moyenne de la rémunération des enseignants de l'Union européenne. Et encore faut-il comparer ce qui est comparable, avec l'Allemagne et l'Angleterre, certes pas avec la Bulgarie ou la Pologne et là, nous avons effectivement du retard. Enfin, l'éventail des tâches demandées aux enseignants s'est sérieusement étoffé, avec l'informatique, les langues, mais également des "paperasses" à n'en plus finir, liées aux évaluations, projets divers, actions de sensibilisation, pédagogies différenciées, réunions, qui sont venus augmenter à la fois le niveau de compétence requis des nouveaux enseignants, l'effort d'adaptation des anciens et la quantité de travail horaire.

Si cette revalorisation est louable, est-elle néanmoins suffisante ? Globalement, les moyens colossaux alloués à l'éducation ne sont-ils pas encore trop dispersés, au lieu d'être prioritairement attribués au personnel enseignant ? Dans quelle mesure pourraient-ils être davantage rationalisés ? 

Suffisante, l'avenir le dira. Il est tout de même étonnant de voir la ministre s'engager jusqu'en 2020 alors que son mandat, se terminant en 2017, peut ne pas être renouvelé. Mais elle évoque également publiquement en interview une forme de mérite, liée à l'engagement, en particulier dans les zones prioritaires ! L'idée est en place depuis trente ans mais le bilan est, pour parler poliment, en demi-teinte. Plus prosaïquement, avec ces zones qui coûtent très cher, on ne s'en sort pas. Les résultats ne s'améliorent pas, la philosophie de cette mesure n'est manifestement pas la bonne. Le travail ne se fait pas sur les bons critères, ni avec la bonne méthode, puisque les résultats ne sont pas à la hauteur des investissements et que tous ceux qui peuvent mettre leurs enfants ailleurs le font, y compris les cadres du gouvernement. Les seuls résultats tangibles sont la ghettoïsation ou le communautarisme et les deux dans les quartiers péri-urbains.

Discutables aussi, des choix qui consistent à enlever des enseignants spécialisés hautement qualifiés pour les remplacer par la méthode "plus de maîtres que de classes" dont les résultats sont assez peu lisibles. Egalement, cette propension à multiplier des postes d'EVS et d'AVS, sous-payés, précaires, peu qualifiés, peu qualifiants, sans avenir, dont la philosophie consiste à mettre en place une béquille temporaire auprès d'une école ou d'un enfant, dont la pérennité n'est pas assurée et dont au final l'enfant devra se passer. C'est un pis-aller. Une mesure très concrète, puisque toutes les études montrent que l'apprentissage de la lecture en CP est un moment charnière et crucial, pourrait consister en un dédoublement de toutes les classes de CP.

L'informatique, la signature à grands frais de contrats d'équipement en logiciels et matériels, est une impasse. Les apprentissages fondamentaux ne se réalisent pas globalement par ce biais. L'excellence de l'enseignant humain, quand elle est là, remplace très avantageusement la machine. C'est bien sûr l'humain qu'il faut investir, puisque c'est à long terme et efficace. Payer de la formation reste un domaine encore trop peu investi, même s'il y a eu quelques progrès. Au final, en plus d'être chère, de ne pas être efficace avec les élèves les plus en difficulté, l'informatique est rapidement obsolète. Et l'idée de rajouter un écran de plus dans la vie des enfants modernes peut sembler assez saugrenue, relevant plus de l'économique que de l'éducatif.

Enfin, nombre d'enseignants comptabilisés comme tels, ne voient pas les élèves autrement qu'en peinture. En comptant comme enseignants tous ceux qui sont au contact des élèves, ce qui comprend des enseignants qui n'ont pas de classe mais qui ont une action pédagogique les amenant à être avec des élèves, il resterait encore autour de 10% des personnels sans élève. Sans qu'il soit forcément question d'arriver à 100%, il reste sans doute un peu de marge de ce côté là, même si les chiffres précis sont difficiles à obtenir.

A un an de l'élection présidentielle, le moment choisi pour faire ces annonces n'est sans doute pas anodin, alors que les professeurs représentent un électorat historiquement ancré à gauche. Ce type de "cadeau" est-il encore susceptible de produire les résultats escomptés ?

Madame la Ministre s'en défend, préférant évoquer la philosophie du mandat de François Hollande : "Nous redressons les finances en première partie de quinquennat et nous redistribuons en fin de mandat", a-t-elle expliqué au micro de Jean-Jacques Bourdin. Sauf que les finances ne sont globalement pas redressées et qu'il ne suffit pas de le dire pour qu'elles le soient. Plus palpable est la désaffection du corps électoral des enseignants dont le positionnement n'est plus si favorable au PS que par le passé. Emiettement à gauche, glissement vers la droite et le centre, sont devenus des mouvements idéologiques bien réels chez les enseignants. Perte de repères, perte d'aura, impression de ne pas être soutenus en cas de conflits avec les parents ou les minorités, agressions de collègues à répétition, faits divers dans les enceintes scolaires, difficultés comportementales des élèves, difficultés professionnelles globales, manque d'écoute, de considération, alourdissement des tâches... avec comme corollaire, une enquête parue en 2014 qui montre que près de la moitié des enseignants rêverait de changer de métier, plus dans le secondaire que dans le primaire. Le contexte est tendu et le vote des enseignants et de leurs proches est susceptible de peser lourdement dans une élection nationale. De nombreux analystes ont commencé à expliquer que la prochaine élection présidentielle se jouerait sur les questions sociétales et philosophiques, plus que sur les questions économiques dont les leviers semblent situés aux niveaux internationaux. Identité, culture, immigration, éducation, instruction, laïcité, codes communs de comportement et de communication, seront des enjeux majeurs, ceux dont les enseignants sont un peu les promoteurs ou les garants. Sans oublier que les parents, même s'ils critiquent volontiers l'école, comptent beaucoup sur la réussite scolaire de leurs enfants. Il importe donc de calmer un mécontentement parfaitement perçu en haut lieu et il faudra sans doute, au-delà de l'argent, donner plus de lisibilité sur les missions d'une école devenue le réceptacle de tous les maux de la société.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 02/06/2016 - 15:59
le beurre, l'argent du beurre et le ...?
Les enseignants ont leur salaire lissé par rapport aux cadres A du public ayant le même niveau qu'eux et qui ont quand même d'autres responsabilités de commandement qu'eux. C'est normal vu qu'ils ne font pas le taf en nombre d'heures annuelles compte tenu des congés scolaires.
Par ailleurs, je ne suis pas du tout convaincu du bien-fondé de la surqualification pour enseigner. D'autant qu'un étudiant qualifié master n'aura pas sans doute envie de se trouver confronté à des merdeux incontrôlables ou rendus incontrôlables par le laxisme ambiant. A quand le mastère pour la technicienne de sol ? on y arrive lentement mais surement.
Bref, c'est une mesure électorale dangereuse qui risque d'ailleurs de mécontenter les cadres A de la fonction publique qui ont quand même d'autres exigences, contraintes et responsabilités qu'un enseignant. Ceux-ci bénéficient en fait de leur poids considérable dans la fonction publique d'Etat où ils représentent une bonne moitié des effectifs, les fonctionnaires des autres ministères étant répartis entre catégories A, B, et C
Vincennes
- 01/06/2016 - 15:03
Et qui va payer la facture des manuels voulu par Bécassine ?
à crédit....comme son chefton qui laisse la note su suivant !!!C'est au POINT, maintenant, de révéler que les éditions Nathan, le petit doigt sur la couture du pantalon, ont choisi de faire la promotion, sur leur site, d'une collection concurrente, et de ne RIEN DIRE des livres qu'ils sortent en CATIMINI !!! Grand moment ! Ils sont si attachés aux consignes IMBECILES de la rue de Grenelle qu'ils préfèrent (tenter de) scier une collection qui marchait du feu de dieu – alors même que les profs de français qui l'utilisaient l'utiliseront encore, disent-ils, et refuseront tout manuel "Ben Kacem" car, remplacer des manuels scolaires nécessite un budget considérable!! la rentrée risque d'être "très chaude" mais, la teigneuse S 'EN FOUT......COMME HOLLANDE
Vincennes
- 01/06/2016 - 14:45
Que de mégalomanie dans ce "GVT de nazes"
V.Actuelle du 26/5 révélait que : dans la prochaine édition du manuel de QUATRIEME d’histoire/géo et celui d’enseignement moral/civique aux éditions BELIN, le sujet qui sera étudié, pour se familiariser à l’exercice de la revue de Presse, sera la MINISTRE de l’éducation nationale BEN KACEM, elle-même !!!! Il s’agit, surtout, le mettre en avant BEN KACEM et sa réforme des collèges…..où est l’IMPARTIALITE ???? le "pouvoir" lui tourne la tête à cette teigneuse prétentieuse