En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 3 heures 59 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 6 heures 20 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 8 heures 13 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 10 heures 1 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 10 heures 35 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 10 heures 55 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 11 heures 11 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 11 heures 48 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 6 heures 10 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 8 heures 7 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 9 heures 33 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 10 heures 44 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 12 heures 36 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
C'était pas prévu...

Du mobile à la mobilisation : le téléphone portable, cet outil redoutablement efficace pour déstabiliser les régimes politiques

Publié le 07 juin 2016
Selon une étude menée par deux chercheurs anglais, les téléphones portables favorisent les mobilisations politiques contre les régimes autoritaires. A cette possibilité s'ajoute également celle permettant à ces mêmes régimes de surveiller ces mouvements contestataires.
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude menée par deux chercheurs anglais, les téléphones portables favorisent les mobilisations politiques contre les régimes autoritaires. A cette possibilité s'ajoute également celle permettant à ces mêmes régimes de surveiller ces mouvements contestataires.

Atlantico : Une étude publiée le 22 mai dernier réalisée par deux économistes, Marco Manacorda, et Andrea Tesei, révèle qu’en Afrique les téléphones portables, en facilitant la circulation de l’information et en améliorant la capacité de coordination, ont favorisé les mobilisations politique de masse. Quelles sont les zones géographiques concernées par ce phénomène ? Quelles sont celles qui en ont déjà fait l'expérience ?

François-Bernard Huyghe : Les résultats de cette étude ne sont pas étonnants. Nous savons depuis de nombreuses années que dans beaucoup de pays du Sud, où une grande partie de la population s’est rapidement équipée en téléphones portables de qualité, ces derniers jouent un rôle dans les mouvements de contestation des régimes en place. Ces outils servent énormément à créer du lien communautaire et à coordonner des mobilisations, notamment dans la rue, ainsi qu’à faire circuler très vite les informations, instructions et slogans. 

Les pouvoirs redoutent ces phénomènes. Dès 2008, des téléphones portables ont été utilisés lors des manifestations aux Philippines. Puis, cela s’est réitéré en 2009 en Iran lors des mobilisations contre Ahmadinejad. A l’époque, nous avions déjà affaire à des smartphones. Ils avaient notamment permis d’envoyer au monde entier la photo d’une manifestante, Neda Agha-Soltan, tuée. Ainsi, dès 2009, chaque manifestant est transformé en petit reporter potentiel des horreurs commises par l’adversaires. Durant le Printemps arable, le rôle des portables était si important que les manifestants brandissaient leurs téléphones. Ils utilisaient au maximum les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) pour appeler à la mobilisation. Twitter est un excellent outil pour passer très vite des informations dans les manifestations. Mais, les smartphones ont également servi à des pillages, aux émeutiers de Londres de 2011, aux terroristes et à l’Etat islamique, etc. 

Les auteurs estiment que si les téléphones portables permettent de renforcer l’autonomie des citoyens, ils peuvent également être une source de renseignements pour des gouvernements qui pourraient faire le choix d'une plus forte répression. Ainsi, et de façon contre-intuitive, la technologie pourrait-elle être la source d'une menace toujours plus forte pour les populations ?

Oui, elle le pourrait. Les téléphones servent à se connecter sur des réseaux, notamment des réseaux sociaux sur Internet. A partir du moment où nous les utilisons, nous révélons de l’information sur nous, comme l’endroit où nous nous situons, par la géolocalisation, ainsi que sur nos camarades impliqués également dans les mouvements protestataires ou révolutionnaires. Pour les forces de répression, il y a deux choix. La première solution est de couper le téléphone pour éviter que les manifestants se coordonnent. La seconde est de laisser l’utilisation des téléphones libre, afin de récupérer toutes les informations, pour espionner. En gros, les utilisateurs font inconsciemment le travail de la police. Ce qui peut être gagné en coordination et en mobilisation, peut être perdu en secret et en transparence. Il y a un arbitrage entre avantages et inconvénients. 

Quel est le potentiel de résistance de gouvernements autocratiques, sur le long terme, face à la circulation de l'information ? S'agit-il d'un combat perdu d'avance ?

Pendant un certain temps, "le dilemme de l’autocrate" était très à la mode chez les intellectuels, en particulier aux Etats-Unis. Selon ce dilemme, les gouvernements autoritaires ont deux choix qui s’offrent à eux. Le premier est de laisser les citoyens s’équiper en smartphone, communiquer et échanger sur Internet. Ce choix est le meilleur pour leur développement économique et culturel. Mais il présente un danger pour la sécurité du régime, à cause des révoltes et cyber-dissidences qu’il favorise. La seconde possibilité est d’interdire, censurer et confisquer. Mais il y avait une perte économique dans ce cas-là. 

Cette théorie était à la mode jusqu’aux Printemps arabes. Nous pensions que les régimes autoritaires perdraient forcément. Car, soit ils interdisaient les téléphones et en payaient le prix économique, soit ils les autorisaient et cela favorisaient les révoltes, qu’ils n'auraient pas pu contrôler. Nous croyions alors que la démocratie et la population allaient l’emporter. Nous en sommes revenus.

Nous avons constatés ce que nous appelons "la courbe d’apprentissage des dictateurs". C’est-à-dire que les régimes autoritaires deviennent de plus en plus forts pour repérer, censurer et intercepter les messages. Ils apprennent également à mener des actions de contre-propagande et d’intoxication. Avec le temps, ils savent mieux surveiller. Deux exemples illustrent très bien cette théorie. En Chine, il y a énormément de portables, de connexions sur Internet et sur les réseaux sociaux, et le régime contrôle parfaitement tout cela. En Syrie, la police de Bachar Al-Assad procède à des arrestations, à des infiltrations et utilise même des hackers pour faire des contre-opérations. C’est naïf de penser qu’une technologie est libératrice en soi. Là aussi aux Etats-Unis, ils ont beaucoup parlé de "technologie de libération". Elle ne vous asservit pas en soi, tout dépend de l’usage social et stratégique qui en est fait. Il y a également une sorte d’escalade technologique entre les manifestants, opposants et révolutionnaires d’un côté, et les services secrets et polices de contrôle de l’autre. Par exemple, les uns mettent en place une meilleure cryptologie pour ne pas être écoutés par la police. Puis cette dernière progresse et arrive quand même à espionner, et ainsi de suite. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires