En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© REUTERS/Alkis Konstantinidis
Ça chauffe...
Dette grecque : le ton monte entre le FMI et l'Allemagne
Publié le 23 mai 2016
Voilà plusieurs semaines que les différents acteurs impliqués dans le dossier grec peinent à se mettre d'accord sur le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide. En cause : les vifs désaccords entre l'Allemagne et le FMI sur le rééchelonnement de la dette grecque.
Guillaume Duval est rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, auteur de La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! aux éditions La Découverte (2015) et de Made in Germany, le modèle allemand au-delà des mythes aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Duval
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Duval est rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, auteur de La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! aux éditions La Découverte (2015) et de Made in Germany, le modèle allemand au-delà des mythes aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voilà plusieurs semaines que les différents acteurs impliqués dans le dossier grec peinent à se mettre d'accord sur le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide. En cause : les vifs désaccords entre l'Allemagne et le FMI sur le rééchelonnement de la dette grecque.

Atlantico : Dans le cadre des négociations quant à une sortie de crise grecque, le principal point d’achoppement entre l'Allemagne et le FMI apparaît être le rééchelonnement de la dette grecque. Quelles sont les causes de ce désaccord ?

Guillaume Duval : Il faut remonter au point de départ de l'action, soit la volonté d'Angela Merkel d'impliquer le FMI dans le sauvetage de la Grèce, malgré l'opposition de la France. Pour l'opinion publique allemande, il est important que le FMI reste à bord car cela montre qu'il ne s'agit pas d'une simple négociation politique intra-européenne.

Il faut ensuite prendre en considération le ras-le-bol des actionnaires du FMI quant au fait de devoir venir en aide à des économies développées comme celles de pays européens, et de la Grèce en particulier. Jusqu'à présent, leur doctrine consistait en la résolution des crises économiques et financières dans les pays du Sud, considérant que les Européens peuvent se débrouiller entre eux. Ce sur quoi l'institution ne transige pas, c'est sur le fait qu'elle ne peut pas venir en aide à un pays si la solvabilité de celui-ci n'a pas été rétablie ; il est impératif de ramener la dette à un niveau soutenable pour le FMI. Leur analyse pour la Grèce est la suivante : le niveau de dette est trop important et le pays ne réussira jamais à rembourser cette dette malgré toutes les mesures déjà prises et celles que l'on envisage de prendre.

Si des mesures en faveur du rééchelonnement de la dette grecque ne sont pas prises, le FMI est cette fois-ci prêt à aller au clash alors qu'il jouait jusqu'à présent un rôle d'amortisseur dans la crise. Si c'est le cas, cela entraînera nécessairement un blocage des négociations dans un premier temps, puis un défaut grec qui aurait lieu en juillet. Le défaut grec permettrait, de fait, un effacement de la dette – l'objectif serait donc en partie atteint. Pour l'Allemagne, la seule porte de sortie qui lui resterait dans ce contexte-là serait le Grexit, soit pousser les Grec en dehors de la zone euro. Néanmoins, depuis un an, le rapport de forces a changé sous l'impulsion de la crise migratoire. Si l'Allemagne accentue ses efforts pour pousser la Grèce en dehors de la zone euro, dans ce contexte de crise migratoire, l'Allemagne serait la première victime sur le plan politique ; l'image de marque d'Angela Merkel en tant que leader de l'Europe serait ainsi écornée. L'option du Grexit pour l'Allemagne est donc particulièrement affaiblie aujourd'hui. Ainsi, l'Allemagne n'a pas d'autre choix que de céder aux demandes du FMI, même si ce n'est pas une annulation de la dette en bonne et due forme. 

Le ministre des Finances allemand semble prêt à envisager le rééchelonnement de la dette grecque. Pour cela, il préconise le contournement du Bundestag, largement hostile à cette mesure. Quels sont les ressorts de cette hostilité ? 

Cela est motivé par la conviction que toute dette doit être remboursée, une position moralisatrice qu'a tenue l'Allemagne depuis le début de la crise. Il faut prendre aussi en considération la montée de l'extrême-droite en Allemagne, en particulier de l'AfD, qui a une influence sur les parlementaires néo-conservateurs au Bundestag. Même si le ministre des Finances préconise le contournement du Bundestag, on peut fortement penser que cela se fera avec le consentement de la majorité.

Comment est-il possible de contourner cette institution démocratique dans la résolution de la crise grecque ? Est-ce une entreprise risquée, sur le plan démocratique notamment ? 

Le Bundestag s'est arrogé un droit de regard sur toutes les actions menées en particulier dans le cadre du mécanisme européen de stabilité. En ce sens, un montage juridique visant à contourner le Bundestag me paraît très difficile ; dans tous les cas, il y a une très forte probabilité pour que cela se termine devant la Cour constitutionnel. Peut-être s'agit-il se jouer sur le temps : envisager une action que la Cour retoquera sur le plan juridique, mais que d'ici 1 ou 2 ans, où un bilan pourrait être fait sur ce qui a été accompli. Il est probable que ce qui sera fait jusqu'à cette échéance ait été suffisamment loin pour que les élections législatives de l'automne 2017 soient passées, ce qui pourrait permettre d'aborder les choses plus calmement. Néanmoins, pour les raisons précédemment évoquées, il s'agit là d'un pari risqué. D'un point de vue des chrétiens-démocrates, le contournement du Bundestag donne de l'eau au moulin de l'AfD sur le terrain démocratique. Mais l'Allemagne n'a pas le choix comme je le disais : elle doit concéder au moins à une réduction de la dette grecque, si ce n'est une annulation totale. 

Dans le cas où un réaménagement de la dette grecque ne serait pas décidé, le FMI menace de se retirer du dossier. Quels sont les risques de ce retrait potentiel ?

Il s'agit là d'une menace à prendre très au sérieux. Ce retrait déstabiliserait tout ce qui a été mis en place jusqu'à présent sur les solutions de sortie de crise. On pourrait envisager un impact plutôt positif également, qui obligerait les Européens à réfléchir par eux-mêmes aux solutions à apporter aux crises de dette publique à l'intérieur de la zone euro, sans avoir besoin d'aller chercher des béquilles extérieures. Il conviendrait alors de pousser la réflexion sur la mise en place d'un FMI européen, en complétant les dispositifs existants créés dans la crise. Cela confronterait les Allemands directement à leur rôle de leadership, Washington ne les appuyant plus. Néanmoins, la principale conséquence que l'on retiendra de ce retrait du FMI serait le chaos régional que cela provoquerait.

Outre l'opposition du Bundestag, y-a-t-il d'autres obstacles majeurs à la résolution de la question grecque ? 

L'un des principaux problèmes juridiques aujourd'hui concernant la crise grecque, et qui constitue un obstacle majeur, réside dans le fait que la dette grecque est détenue majoritairement par la BCE. Ainsi, annuler la dette grecque d'une manière ou d'une autre, c'est causer des pertes à la BCE, ce qui est, pour l'instant, si l'on considère les traités, assimilé à une aide apportée par la BCE à un Etat. Ceci est très litigieux sur le plan juridique, et impliquerait la Cour de justice européenne, outre la Cour constitutionnelle allemande mentionnée plus haut. Il s'agit d'une des raisons mises en avant par les Allemands pour refuser l'annulation de la dette grecque.

 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Babaswami
- 23/05/2016 - 19:23
Sacrifice
La Grèce est sacrifiée par les politiciens européen sur l'autel de l'euro.
Les crises vont s'enchaîner régulièrement encore pendant des années jusqu'à ce que l'Allemagne et ses voisins jettent l'éponge, c'est à dire sortent de ce système stupide..
Mais quels dégâts jusque là !!.
Catherine Anninos
- 23/05/2016 - 11:02
Tellement d'accord avec vous!
Désespérément d'accord avec vous ! Et pourtant je suis binationale et je n'arrive pas à récupérer l'héritage de mon père . L'absence de cadastre leur permet de voler les biens des Grecs de l'étranger au vu et au su de tout le monde et avec l'approbation tacite de la société . Vous pensez bien qu'ils ne sont pas près de renoncer à une situation si avantageuse a tout point de vue!
vangog
- 23/05/2016 - 09:57
Un bilan d'ici un ou deux ans?????
Mais cela fait 23 ans que cela dure! Cela fait 23 ans que tout le monde sait que Goldmann-Sachs s'est fait complice de chiffres truqués, pour profiter des FEDERs europeens et financer les retraites des fonctionnaires du socialo-communisme, avec la dette Rothshcild-Goldmann-Sachs! cela fait 23 ans que les gauchistes grecs évitent soigneusement de constituer un cadastre, favorisent le travail au noir, les popes et les armateurs pour rançonner l'UE. Alors, dans deux ou trois ans, ce ne sera pas un bilan, mais un énième plan de sauvetage du communisme grec....Pourtant, les peuples européens ont dit cent fois niet à cette comedia-del-arte, sans être entendus par les dictateurs europeistes, de plus en plus aveugles et sourds à la voix du peuple, et de plus en plus éjectables...