En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 12 heures 8 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 46 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 34 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 41 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 45 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 38 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 21 heures 3 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 22 heures 6 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 39 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 20 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 56 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 25 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 52 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 22 heures 7 min
Anniversaire

100 ans après, le très décrié accord Sykes-Picot est-il le bouc-émissaire facile du nationalisme arabe ?

Publié le 16 mai 2016
Il y a 100 ans, la France, la Grande-Bretagne et la Russie se sont partagés le Moyen-Orient. Et si tout venait de là ?
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 100 ans, la France, la Grande-Bretagne et la Russie se sont partagés le Moyen-Orient. Et si tout venait de là ?

Le 16 mai 1916, la France et la Grande-Bretagne, avec l'aval de la Russie, ont signé un accord, par l'entremise de leurs représentants Sir Mark Sykes et François Georges-Picot, se répartissant des zones de contrôle et d'influence au Moyen-Orient. L'Empire ottoman venait de rejoindre la Première Guerre Mondiale du côté de l'Allemagne ; en cas de défaite de la Triple Alliance, les deux plus grands empires coloniaux de la planète avaient prévu de se répartir ces territoires.

A entendre certains, Sykes-Picot est la source de presque tous les problèmes actuels du Moyen-Orient. L'impérialisme des puissances occidentales aurait empêché l'émergence d'entités politiques saines et durables. Le tracé des frontières à la serpe aurait mélangé les peuples, les ethnies et les cultures, et aurait favorisé l'émergence de dictateurs. Selon Rami Khouri, de l'Université américaine de Beyrouth, "pour les Arabes, Sykes-Picot est un symbole d'une doléance beaucoup plus large contre la tradition coloniale ; symbole de tout un siècle pendant lequel les puissances occidentales ont joué avec nous et étaient impliquées militairement dans la région". La réalité derrière le symbole est sans doute plus complexe... 

Un accord rattrapé par l'Histoire

Comme le rappelle The Economist, la première chose à retenir est que le Moyen-Orient actuel ne ressemble que vaguement au tracé déterminé par MM. Sykes et Picot. Beaucoup de choses se sont passées entre temps. Les Turcs, sous la direction de Mustafa Kemal Atatürk, ont expulsé les troupes étrangères de l'Anatolie. Mossoul, d'abord donnée aux Français, fut prise par la Turquie, puis par les Britanniques, et agrégée à ce qui deviendrait l'Irak. La dynastie hashémite fut expulsée de ses fiefs à la Mecque et Médine, promise par les Britanniques, par une famille d'obédience musulmane wahhabite, les al-Saoud, soutenus par le Royaume-Uni, puis d'Irak en 1956, ne leur laissant plus que la petite Transjordanie - aujourd'hui tout simplement la Jordanie.

La Palestine devait être gérée sous mandat international. Malgré les efforts des Britanniques d'en exclure les juifs, ceux-ci ont réussi à y prendre un petit Etat, et à l'agrandir, malgré la volonté d'extermination de tous leurs voisins.

La logique impérialiste de sphères d'influence des deux empires européens fut vite remplacée par une autre logique d'ingérence, celle de la Guerre froide. Le Moyen-Orient s'est vite divisé entre Etats clients de l'Union soviétique, et ceux clients des Etats-Unis.

Si le Moyen-Orient a été victime de manipulation, ce n'est pas tant de l'accord Sykes-Picot en tant que tel que des promesses contradictoires faites par les Britanniques à la France, aux Arabes et aux Juifs. La Grande-Bretagne n'avait jamais voulu respecter les sphères d'influences françaises ; elle avait promis aux Arabes un grand royaume hashémite dirigé depuis Damas et a préféré diviser pour mieux régner ; si elle a promis aux Juifs de favoriser l'établissement d'une nation juive en Palestine par la déclaration Balfour de 1917, elle a empêché par la suite l'émigration juive en Palestine - y compris celle de Juifs fuyant la Shoah.

Une logique impérialiste millénaire

Comme le rappelle Tony Badran, chercheur à la Fondation pour la défense des démocraties (LIEN), l'impérialisme au Moyen-Orient n'est pas arrivé avec l'accord Sykes-Picot. La tradition impérialiste dans la région date presque des débuts de l'histoire - déjà Babylone et l'Egypte des pharaons jouaient aux empires il y a plus de 2000 ans dans la région, et on voit dans la Bible comment le royaume de Judas était déjà un pion dans des jeux impérialistes d'influence. Les Français et les Britanniques n'ont voulu que remplacer les Ottomans.

L'Occident, bouc-émissaire facile du nationalisme arabe

Démoniser l'étranger et son ingérence est toujours une stratégie politique facile. La mouvance du nationalisme arabe qui a émergé après la décolonisation et a visé à créer un Etat arabe uni et moderne a aujourd'hui échoué, pour de nombreuses raisons. On peut citer les querelles de personnes - qui de Kadhafi, Nasser, Saddam Hussein ou du roi d'Arabie saoudite serait le dirigeant de cette Arabie unie ? On peut citer l'incapacité de dictatures militaires à mobiliser les forces du peuple. On peut citer, surtout, comme on le voit en Syrie et en Irak, l'existence de myriades de peuples, d'ethnies, d'obédiences religieuses et culturelles fractieuses qui, depuis des siècles, ne s'accordent pas ensemble.

Selon le Weekly Standard, le nationalisme arabe a cherché à unifier ces peuples avec l'idée d'une langue et d'une histoire commune (pas d'une religion, puisque le nationalisme arabe d'après-guerre était socialiste et laïc), et a préféré faire poser la responsabilité de l'échec à réaliser cette vision sur l'ingérence étrangère et l'impérialisme européen, américain ou soviétique (ou israélien, c'est-à-dire juif), plutôt que sur les causes internes.

Si l'ingérence des puissances occidentales au Moyen-Orient est une réalité, c'est également une réalité à deux sens. Si Nasser, dirigeant de l'Egypte, a cherché à devenir un Etat-client de l'Union soviétique, c'était également pour obtenir une puissance militaire - des armes et un entraînement modernes pour ses troupes - qu'il ne pouvait pas acquérir par ses propres moyens, au service d'un pan-arabisme qui n'aurait que Nasser comme leader.

100 ans après, Sykes-Picot apparaît donc, non comme le déclencheur ou la cause principale, mais comme un élément parmi d'autres de ce qu'il faut appeler la terrible tragédie du Moyen-Orient.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nap4
- 17/05/2016 - 13:57
@Ganesha.
Le droit à l'autodétermination des peuples existe. Même sur Atlantico. C'est donc aux peuples de ces régions de décider ou non s'il doivent créer des pays sunnite, Chiites, allaouïtes, Coptes, orthodoxes, etc. Si nous devions intervenir, il nous en serait fait aussitôt le reproches. Maintenant, je vous l'accorde, la création de ces "états" est franchement mal partie...
Ganesha
- 17/05/2016 - 11:00
Evidence
Il y a cent ans, à l'époque de l'accord Sykes-Picot, on ne s’intéressait pas encore vraiment au pétrole et ces pays désertiques étaient peuplés de nomades élevant des moutons... Ce qui est désolant, c'est que ni les diplomates qui se réunissent à Vienne, ni les articles qui paraissent sur Atlantico, ne parviennent à imaginer cette idée simple, lumineusement évidente : il faut maintenant créer des pays sunnites et d'autres chiites. Faut-il vous faire une liste de la recomposition de nombreux états européens en fonction de critères linguistiques ou religieux ?
Paul Emiste
- 17/05/2016 - 08:20
Ouaip...
Mais par contre ils sont bien contents de leurs frontières quand on trouve du pétrole sur leurs territoires.