En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
L'irréductible IVG
Ce que cachent les chiffres de l’OMS sur la baisse drastique du nombre d’avortements constatés dans les pays développés depuis 25 ans
Publié le 14 mai 2016
Malgré le développement des moyens de contraception, il restera toujours une part irréductible d'avortements et de grossesses non voulues.
Michèle Ferrand est sociologue, directrice de recherche au CNRS, chercheuse au sein du laboratoire "Cultures et Sociétés Urbaines" (CSU), composantes du CRESPPA, rattachée à l’Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (France).Ses domaines de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Ferrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Ferrand est sociologue, directrice de recherche au CNRS, chercheuse au sein du laboratoire "Cultures et Sociétés Urbaines" (CSU), composantes du CRESPPA, rattachée à l’Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (France).Ses domaines de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré le développement des moyens de contraception, il restera toujours une part irréductible d'avortements et de grossesses non voulues.

Atlantico : Une étude de l'OMS observe que le taux d'avortement dans les pays aisés chute brutalement ces 25 dernières années. Etrangement, la baisse est sensiblement égale voire plus importante dans les pays où l'avortement est interdit (37%) que dans ceux où il est autorisé (34%). Faut-il conclure à l'échec de l'interdiction de l'avortement?

Michèle Ferrand : Il faut comprendre que l'avortement n'a rien à voir avec la réglementation. L'interdiction de l'avortement ne limite pas l'avortement. Mais je ne suis pas d'accord avec ces chiffres. Je ne comprends pas comment l'OMS a fait ses calculs. Je pense que dans les pays où l'avortement n'est pas autorisé, et la communication sur la contraception peu développée, l'avortement est plus fréquent. Sans doute l'avortement n'est-il pas déclaré officiellement.

En revanche, je suis d'accord sur le fait que, peu importe la réglementation, les femmes qui ressentent le besoin d'avorter, avortent.

Quelle différence alors entre un pays interdisant l'avortement et un pays l'autorisant?

La différence se trouve bien plus dans les conditions de cet avortement. Dans les pays où il est interdit d'avorter, les choses sont plus injustes et doivent être distinguées entre les femmes issues de milieux aisés et les femmes issues de milieux plus humbles. Pratiquer l'IVG dans un pays où cela est interdit, sans argent, est un calvaire. Un parcours du combattant qui se résout souvent par un avortement dangereux.

Lorsque les femmes ont les moyens, il leur suffit de trouver un médecin, à l'étranger, ou même de se procurer le bon comprimé. Mais là encore, il ne faut pas oublier qu'avorter médicalement n'est pas sans danger.

La légalisation de l’avortement, en France comme dans d’autres pays, a considérablement amélioré les conditions sanitaires de sa prise en charge, entraînant ainsi une réduction spectaculaire des complications graves et des décès.

Le développement des moyens de contraception dans les pays développés a permis une baisse importante des avortements entre 1990 et 2014, de 46% à 27%, mais il reste toujours une part irréductible d'avortements, même dans les pays aisés, comment expliquer cela?

L’avortement est une forme de contrôle des naissances qui est complémentaire à la contraception, ce n’est pas l’un ou l’autre, mais l’un et l'autre. Ce n’est qu’un ultime recours en cas d’échec de contraception. Lorsque la loi Veil libéralisant l’avortement en France a été votée il y a 30 ans, elle a été accompagnée d'un développement parallèle de la pratique contraceptive (légalisée par la loi Neuwirth de 1967 et dont le remboursement avait été voté quelques jours avant). On aurait pu s'attendre à ce que le taux d'avortement diminue. Les grossesses non prévues ont bien diminué mais pas le nombre d’avortements. C'est le paradoxe.

Si les grossesses non prévues diminuent du fait de la contraception, pourquoi le nombre d'avortement ne diminue pas plus encore?

En réalité, cela s'explique par l'évolution du statut des femmes. Les femmes ne veulent plus subir une maternité contrainte mais choisir le moment de leur maternité. Aujourd'hui, on n'accepte plus d'avoir un enfant quand on ne l'a pas désiré. Les femmes avortent de plus en plus car cela ne correspond pas à leur schéma. L'enfant est "programmé". Il doit arriver dans un contexte affectif stable. Il faut aussi que les parents aient atteint un certain niveau dans leur carrière professionnelle. En outre, les couples sont plus souvent confrontés à des difficultés socio-économiques du fait de la crise. Ce qui n'encourage pas à avoir un enfant. Autant de raisons qui annulent statistiquement une plus grande baisse des taux d'avortement.

Propos recueillis par Clémence Houdiakova

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 14/05/2016 - 17:35
@Ganesha
pour une fois totalement d'accord!
Ganesha
- 14/05/2016 - 10:18
Ined
Article absurde écrit par quelqu'un de mal informé, qui n'y connaît rien et n'en comprend pas plus... D'après l'Ined, organisme public, le nombre et les taux d'avortement sont stables en France depuis 1990. https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/chiffres/france/avortements-contraception/avortements/