En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Ligne rouge
Ces questions éthiques brûlantes que pose l'euthanasie d’une jeune Néerlandaise souffrant de troubles psychiques jugés “incurables” après avoir été abusée sexuellement
Publié le 17 mai 2016
Aussi bien aux Pays-Bas qu'en Belgique, un certain nombre de jeunes filles ont eu recours à l'euthanasie pour faire face à une souffrance psychique jugée incurable. Un diagnostic dont l'objectivation pose un vrai problème quant à l'éthique de cette pratique.
Carine Brochier est économiste de formation, mais s'est très vite positionnée sur les questions de bioéthique. Depuis dix ans, elle travaille au sein de l'Institut Européen de Bioéthique basé à Bruxelles. Elle anime débats, conférences et est l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carine Brochier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carine Brochier est économiste de formation, mais s'est très vite positionnée sur les questions de bioéthique. Depuis dix ans, elle travaille au sein de l'Institut Européen de Bioéthique basé à Bruxelles. Elle anime débats, conférences et est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aussi bien aux Pays-Bas qu'en Belgique, un certain nombre de jeunes filles ont eu recours à l'euthanasie pour faire face à une souffrance psychique jugée incurable. Un diagnostic dont l'objectivation pose un vrai problème quant à l'éthique de cette pratique.

Atlantico : Une jeune Néerlandaise d'une vingtaine d'années a été autorisée à se faire administrer une injection mortelle pour mettre fin aux terribles souffrances, jugées incurables, qu'elle endurait depuis des années, après avoir subi des sévices sexuels. Comment peut-on décréter qu'une souffrance psychique est incurable ? 

Carine Brochier : Il faut se rendre compte que les souffrances psychique et physique sont réelles. Le dilemme réside dans l’objectivation de cette souffrance. C’est le patient qui déclare lui-même que la souffrance est insupportable, sans qu’il y ait, dans le cas d’une dépression ou d’un évènement qui a traumatisé la personne, une détérioration des tissus ; cela ne se diagnostique pas au microscope. Une personne qui souffre profondément vous dira qu’il n’y a rien à faire, que la situation est désespérée et qu’elle veut mourir. C’est à cet endroit que les côtés inapaisable et incurable posent question. La souffrance ne pouvant pas être mesurée, le médecin se base uniquement sur les dires du patient dont l’état dépressif doit être soigné. Lorsque le médecin reconnaît le caractère inapaisable, il renonce, abandonnant le patient.

En Belgique, 65 professeurs d’université, psychiatres et psychologues ont réaffirmé leur inquiétude face à cette banalisation de l’euthanasie pour ceux qui souffrent psychiquement. Autant qu’il y a un autre thérapeute et une autre thérapie, il est toujours possible de croire qu’un évènement, ou cette thérapie, pourrait être déclencheur d’un mieux. Si l’on abandonne cette foi en la thérapie et dans le thérapeute pour cette souffrance psychique, il n’y a plus qu’à fermer boutique. Il faut garder à l’esprit que les choses s’accomplissent dans la durée, et que tout ne repose pas que sur la thérapie et le psychologue : il y a des évènements impondérables dans la vie qui vont faire que la personne va avoir tout un coup le déclic qui lui permettra de se relever. C’est la surveillance de ce déclic qui est du ressort de toute la société, du thérapeute au médecin, afin de soutenir ces personnes plutôt que de les aider à mourir. Ce n’est surtout pas le rôle d’un psychologue ou d’un médecin de provoquer la mort d’un patient. De même, est-ce à la société d’avaliser la "mise à mort" de personnes malades, même si elles le demandent étant écrasées par leurs souffrances ?

Sur quels éléments se fondent la législation néerlandaise pour rendre réalisable ce type d'euthanasie (sur des personnes souffrant de fragilité psychique sans être en fin de vie) ? 

Tout comme la législation belge, la législation néerlandaise permet l’euthanasie d’une personne dont la souffrance est qualifiée d’inapaisable et où l’on peut dire que la maladie est incurable. Dans le cas de la souffrance psychique, à un instant t, effectivement, elle peut être inapaisable, mais tant que toutes les thérapies possibles n’ont pas été mises en place, on ne peut pas qualifier cela d’incurable. C’est ce dernier terme qui pose problème : l’incurabilité n’est jamais acquise dans le cas des maladies psychiatriques et psychiques lorsqu’il n’y a pas de détérioration des tissus.

Depuis que l’euthanasie a été dépénalisée dans ces deux pays, et également au Luxembourg, la porte a été ouverte pour des cas exceptionnels, et l’exception a fini par devenir la norme, et même plus que cela : c’est devenu banal de demander l’euthanasie dans certaines situations où le patient, fort de son autonomie, affirme souffrir à tel point qu’il souhaite mourir. On ne peut pas nier cette souffrance, mais cette souffrance et cette autonomie constituent le parfait cocktail molotov pour faire exploser la pratique de l’euthanasie. Il y a la liberté de demander l’euthanasie, mais pas le droit automatique d’être euthanasié, ce que veut faire croire l’autonomie du patient.

Le traitement des maladies psychiatriques prend du temps. Il est difficile pour le médecin d’accompagner dans la durée le patient : on constate combien cela peut être difficile pour lui, mais également pour la famille. C’est pour cela sans doute que ne pouvant plus résister eux-mêmes, certains psychiatres ou psychologues provoquent la mort d’un patient ou donnent leur aval à cette injection mortelle.

Il y a aussi le piège qui relève du chantage, à savoir le recours au suicide dans le cas où le médecin refuserait l’euthanasie. C’est un faux chantage. Le Centre de prévention du suicide avec lequel nous sommes en contact nous dit que des médecins leur adressent des patients en demande d’euthanasie parce que dépressifs, et pour lesquels le Centre dispose d’outils afin de faire sauter cette demande d’euthanasie. L’euthanasie ne peut pas être un remède au suicide. Provoquer la mort d’une personne malade et souffrante n’est pas thérapeutique. 

Peut-on considérer que le consentement de la patiente est caractérisé alors que celle-ci a été diagnostiquée comme gravement malade, dépressive, et dans un état de faiblesse psychique extrême ? 

Personne n’ayant eu accès au dossier médical de la jeune fille, il faut être très prudent. Lorsque l’équilibre et la santé psychique sont mis à mal, peut-on prendre une décision claire et en toute liberté ? La réponse semble nous inviter à dire non. Lorsqu’on souffre d’une douleur physique, est-on également libre de prendre une décision telle que celle de la mort ? La réponse est non là encore. La souffrance nous empêche d’être libres. Le patient, par sa souffrance, n’a plus la tête à demander autre chose que l’euthanasie croyant que c’est la seule façon de juguler la douleur. Et c’est là où d’autres doivent aider la personne à traverser cette souffrance comme le disait Viktor Frankl. Sa logothérapie constitue une nouvelle voie à mettre en avant pour tous ceux qui sont confrontés à une souffrance écrasante.. 

Quelle différence y-a-t-il entre un suicide assisté et une euthanasie ? Comment doit-être vraiment caractérisé le cas de cette jeune Néerlandaise ?

Aussi bien l’un ou l’autre vise à donner la mort. Le suicide assisté consiste dans le fait que c’est un médecin qui donne produit létal au patient afin qu’il se l’injecte lui-même ou l’ingurgite; par contre, dans le cas de l’euthanasie, l’injection est pratiquée par le médecin lui-même. On dit souvent qu’il vaut mieux une euthanasie bien propre plutôt qu’un suicide par la fenêtre sanglant : c’est un piège de penser cela. Ce n’est pas l’un ou l’autre, mais la 3ème voie, à savoir accompagner encore, et encore la personne. Il faut absolument se réinvestir dans cet accompagnement. Actuellement, lorsque les moyens budgétaires font défaut et que le personnel médical est sous pression, certaines personnes font la promotion de la mort donnée. Mettre de côté l’accompagnement est très dangereux pour l’ensemble de notre société et du lien solidaire qui fonde notre vivre ensemble.

Une étude réalisée par des experts belges et publiée dans le Journal du Médecin en juillet 2015 portant sur 100 demandes d'euthanasie pour souffrance mentale entre 2007 et 2011 révèle que 48% des demandes d'euthanasie pour raison psychique ont été acceptées par les médecins. Assiste-t-on à une banalisation de l'euthanasie pour seul motif de souffrance psychique ? Quels sont les risques à terme ? 

A partir du moment où ce qui fait la loi réside dans l’autonomie du patient et la souffrance qu’il exprime, il sera alors tout puissant pour faire accepter sa souffrance psychique ou physique. La banalisation de la souffrance psychique est un phénomène que les chiffres semblent attester : au Pays-Bas, 56 patients ont été euthanasiés pour cette raison l’année dernière contre 41 l’année précédente. Ca augmente doucement, mais ça augmente. 

Certains médecins se spécialisent de plus en plus pour accéder à ces demandes d’euthanasie. Certaines cliniques se sont également spécialisées aux Pays-Bas comme la Clinique de fin de vie. Ils prennent en charge tous les cas que les autres médecins refusent. Dans cette clinique, on dénombre près de 366 interventions sur une année alors que le total des euthanasies pour les Pays-Bas tourne autour de 5 000. On voit donc bien qu’il y a un groupe de soignants - si on peut encore les appeler ainsi – qui se croit autorisé idéologiquement à donner la mort à des personnes qui de par leur souffrances physiques ou psychiques sont fragilisées. 

Quelles alternatives existent, ou devraient selon vous exister, pour éviter d'en arriver à de telles extrémités ? Quels sont les recours notamment à la disposition de la famille ? 

Dans un premier temps, c’est l’individu qui doit adopter une certaine façon de vivre et de penser. Tout ce qui touche à la sexualité et qui a blessé cette jeune Néerlandaise que vous évoquiez est inadmissible dans notre société. Mais quelles mesures sont réellement prises pour que cette sexualité soit respectée et non pas utilisée comme arme offensive ou simplement de plaisir ? La société doit faire des choix pour prendre soin des plus fragiles. 

 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 14/05/2016 - 10:20
Je constate
Ganesha que vous croyez en la survie et l'au- delà, vous avez raison la conscience subsiste j'en suis persuadée , mais pas forcément au paradis tout de suite , au purgatoire ( plus ou moins long ) , et pour les morts violentes , les légendes et traditions à ce sujet sont trés évocatrices de grandes souffrances !
cloette
- 14/05/2016 - 10:12
Faux
Pour le prozac , j'en ai pris ( prescrit ) à un moment , il me rendait trés agressive , je le déconseille ! En revanche le Ziban ( trés dangereux , il faut faire attention ) m'a guérit de façon étonnante et soudaine de quelque chose qui n'était pas une dépression . Les médicaments sont mystérieux , ce qui marche avec l'un ne marche pas avec un autre . Pour les cas que j'ai cités (réels ) c'est d'aide financière ou psychologique ou d'aide religieuse ou philosophique qu'il aurait fallu à toutes ces personnes qui auraient pu changer leur vie . Une société qui n'a pas pour objectif la vie sacrée est une société mortifère qui meurt .
Ganesha
- 14/05/2016 - 09:59
Prozac
Cloette, vous me citez des suicides réussis, qui se sont très bien débrouillés sans l'aide d'un médecin. Les suicides sont fréquents : j'ai un cousin qui s'est couché sur les rails d'un train, une tante, mère de quatre enfants, qui s'est pendue… Ce qui m'attriste, c'est un ami d'une amie qui est dans un fauteuil roulant à la suite d'un suicide raté. Pour avoir droit à un suicide médicalement assisté, il faudrait probablement d'abord prouver (test sanguin) que l'on a pris quelques mois de traitement anti-dépresseur (Prozac). Des millions de français survivent grâce à ce médicament miracle… qui rend agressif à trop forte dose : cela se repère très bien dans certains commentaires d'Atlantico ! Le rôle des médecins est d'apporter à chacun l'aide qu'il demande. La question n'est pas ''l'aide demandée est-elle légitime et raisonnable'' ? Cela doit simplement être une demande volontaire et mûrement réfléchie... Les suicidés sont désormais heureux : contrairement à ce qu'affirme bêtement l’Église catholique, Dieu les a accueilli dans son paradis. Et, contrairement à un autre dogme catholique absurde, le bonheur de notre planète n'est pas d’être surpeuplée !