En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 18 min 18 sec
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 59 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 1 heure 26 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 2 heures 6 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 46 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 34 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 2 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 11 heures 1 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 14 heures 26 min
© Reuters
© Reuters
#5anspourlemploi

Comme les autres, mais pas pareil : et si la seule chose qui différenciait le programme économique d’Alain Juppé de celui de ses concurrents de droite était… Alain Juppé ?

Publié le 13 mai 2016
En tête des intentions de vote à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé présente les détails de son programme économique au travers d'un livre "cinq ans pour l'emploi". Un programme libéral dont la philosophie générale rejoint celle de ses concurrents, mais qui, comme ces derniers, fait l'impasse sur les causes profondes de la crise de 2008.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En tête des intentions de vote à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé présente les détails de son programme économique au travers d'un livre "cinq ans pour l'emploi". Un programme libéral dont la philosophie générale rejoint celle de ses concurrents, mais qui, comme ces derniers, fait l'impasse sur les causes profondes de la crise de 2008.

Atlantico : Suppression de l'ISF, allocations chômages dégressives, réduction de la fiscalité des entreprises, retraite à 65 ans, forte baisse de la dépense publique (entre 85 et 100 milliards d'euros sur 5 ans) : telles sont les principales mesures constitutives du programme politique d'Alain Juppé. Que peut-on attendre de telles mesures ?

Nicolas Goetzmann : Le programme économique d’Alain Juppé, tel qu’il est présenté pour le moment, repose totalement sur ce que l’on qualifie habituellement de "réformes structurelles". Il s’agit de permettre au pays d’accroître son potentiel de croissance en proposant, par exemple, la suppression des 35 heures, ou un recul de l’âge de la retraite à 65 ans. Dans les deux cas, on accroît l’offre de travail. Il s’agit également de baisser la fiscalité, celle des entreprises avec une baisse de l’IS, une baisse des charges patronales sur les salaires, mais également une suppression de l’ISF.

Afin de financer ces mesures, Alain Juppé propose la mise en place d’une hausse de la TVA ainsi qu’une réduction des dépenses publiques pour un montant de 85 à 100 milliards d’euros sur l’ensemble du quinquennat. En prenant un peu de recul, on s’aperçoit que les efforts consentis sont portés par la consommation (hausse de la TVA) et les dépenses publiques, et visent à offrir de meilleures conditions aux entreprises. Il s’agit donc d’un pari à sens unique qui repose sur la certitude que LA cause de la crise que traverse le pays découle du fait que les entreprises sont entravées en France, et que la suppression de ces barrières permettra un retour de la croissance. Mais si ce diagnostic est faux, alors un tel programme aura un effet récessif, notamment en raison de la hausse de la TVA et de la baisse des dépenses publiques.

Et c’est le point le plus troublant, qui est d’ailleurs partagé par l’ensemble des candidats à la primaire de la droite. En effet, pour que de telles réformes puissent produire les effets attendus, il est impératif d’être en présence d’un contexte macroéconomique stabilisé. C’est à dire que la demande doit être à son niveau optimal. Or, si la demande française (c’est à dire la somme de la croissance et de l’inflation) progressait de plus de 4% par an entre 1997 et 2007, celle-ci se contente d’augmenter de 1% par an depuis 2008, soit une chute en tendance de plus de 70%. Ainsi, et sans un rétablissement vigoureux de la demande, notamment au travers d’une politique de relance de la part de la BCE, le programme économique proposé ne pourra produire les résultats escomptés. Cela revient à plonger la tête la première dans une piscine vide. Pour équilibrer ce programme, il est donc nécessaire de passer par une offensive européenne de grande ampleur, afin de convaincre nos différents partenaires de mettre en place un cadre économique européen tourné vers la croissance et le plein emploi, au travers la relance de la demande par la voie monétaire.

Ces mesures diffèrent-elles vraiment de ce que proposent économiquement les autres candidats déclarés de la primaire de la droite et du centre ?

Pas réellement. Les autres candidats, comme Bruno Le Maire ou François Fillon, sont clairement sur le même créneau. Ce qui diffère, sans aucun doute, c’est la méthode. François Fillon veut marquer sa différence par la radicalité alors qu’Alain Juppé compte sur son autorité, sa rapidité d’exécution, et une certaine stabilité. En réalité, le programme économique de la droite semble être à sens unique, il ne s’agit donc que d’une question de méthode, ou de personnalité.   

Cependant, s’il semble bien exister un consensus à droite pour une ligne économique qualifiée de “libérale”, celle-ci est orpheline d’une jambe pour pouvoir marcher. Car si le Royaume Uni ou les Etats Unis, sont parvenus à réaliser des efforts en termes de dépenses publiques au cours des dernières années, cela est en raison de l’existence de cette seconde jambe, qui est la politique monétaire. Celle-ci avait pour objectif de compenser les effets récessifs causés par les réformes, en soutenant massivement la croissance. Un véritable libéralisme à l’anglo-saxonne pourrait proposer les mêmes mesures présentées ici, mais en intégrant une énorme dose de relance monétaire de l’autre côté. Sans cela, c’est le bâton sans la carotte. Il est d’ailleurs assez surprenant de constater que le modèle absolu reste les réformes Hartz, menées en Allemagne au début des années 2000. Or, ces réformes ont mis plus de deux ans à produire des effets, et ce, malgré une demande européenne plus de trois fois supérieure en moyenne à ce que l’on peut connaître aujourd’hui, et les Allemands étaient alors seuls sur ce terrain.

Au regard des principales mesures annoncées dans le programme économique d'Alain Juppé, on peut constater que les classes moyennes ne semblent pas prises en compte. N'est-ce pas un risque, sur le plan politique, de détourner cet électorat vers les concurrents politiques, FN notamment ?

La question des classes moyennes est centrale. De nombreuses études économiques démontrent les défis majeurs qui frappent les classes moyennes, en raison de la mondialisation, de la robotisation, et de l’automatisation. Ce sont des questions essentielles car elles concernent une grande partie de la France désindustrialisée, dont l’électorat s’est effectivement tourné vers Marine Le Pen. Pour répondre à ces questions, il ne s’agit donc pas de taper sur les mesures proposées par le FN, mais de démontrer que les problèmes vécus sont pris en compte, analysés, et de proposer des remèdes efficaces. La suppression de l’ISF et la hausse de la TVA ne devraient pas beaucoup aider sur ce terrain-là, aussi bien d’un point de vue politique qu’économique.

Encore une fois, un tel programme repose plus sur des certitudes construites depuis des décennies sur le mal français; c’est à dire les problèmes d’offre; des dépenses publiques trop élevés, des entraves trop importantes pour les entreprises etc...Il ne s’agit pas de nier totalement ce diagnostic, mais de le mettre en perspective la crise qui a frappé le monde entier en 2008. La France a été touchée, comme les autres, alors que lors du premier trimestre 2008, le chômage français avait atteint son plus bas niveau depuis 1983, à 7.1%. Cela n’allait donc pas si mal que ça, et ce, malgré les problèmes existants du côté de l’offre. Ce qui a changé entre-temps, c’est l’écroulement de la demande. Il y a donc bien un décalage entre le diagnostic posé sur l’économie française par la droite et ce que le pays traverse sur le plan macroéconomique.

François Fillon, principal adversaire déclaré d'Alain Juppé, a critiqué à plusieurs reprises l'imprécision du programme économique d'Alain Juppé, affirmant : "Il y a des hommes politiques qui font des discours, qui présentent de grandes orientations. Moi je propose un programme prêt à être mis en place." Est-ce effectivement la critique que l'on pourrait formuler au programme économique d'Alain Juppé, en comparaison notamment avec celui des autres candidats à la primaire de la droite et du centre, dont François Fillon ?

Il ne semble pas exister de différences majeures dans les différents programmes. L’observation des mesures proposées suffit à en conclure que le diagnostic réalisé est identique. "Tout le monde sait ce qu’il faut faire pour réformer le pays", mais ce discours existe depuis bien longtemps, mais sans les résultats. Il y a donc peut être une anomalie, qui mérite de se poser quelques questions. Le choix proposé aux électeurs repose donc avant tout sur la méthode ; un aspect plus apaisant de la candidature Juppé, ou le "casser la baraque" de François Fillon. Reste une inconnue majeure, celle du programme du candidat encore non déclaré ; Nicolas Sarkozy. Ce qui est intéressant à ce titre, c’est de constater les différences sociologiques existantes entre les différents candidats. Alain Juppé, Bruno Le Maire, et François Fillon recueillent les suffrages d’un électorat plus âgé et plus aisé que celui de Nicolas Sarkozy. Ce qui signifie qu’une offre politique économique différente peut être choisie par l’ancien chef de l’Etat, et ainsi venir “enrichir” cette offre à droite, notamment en prenant en compte les questions relatives aux classes moyennes.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

06.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 12/05/2016 - 09:04
Ouf ! merci aspro !
Ces programmes de la Droite me donnaient mal à la tête. Maintenant je sais pourquoi ! Ils sont tous pareils, tous aussi erronés, tous aussi éculés. Ces hommes politiques ne connaissent qu'un seul sens de modification : augmenter... Alors qu'il faudrait... diminuer ! La TVA, les impôts, et surtout les prestations ! L'ISF ? pas concerné. Mais qui l'est ? Ils sont partis. Bien sûr j'en oublie : l'Assemblée, le Sénat; les élus régionaux, départementaux, communaux, les syndicats dans l'entreprise, les parachutes dorés... Aidez-moi ! Bon, une chose est sûre : ce n'est pas les LR mon prochain bulletin de vote. Mais j'attends toujours mon deux ex-machina !
thymthym711
- 11/05/2016 - 23:49
Accordons la retraite à M. Juppé.
Pour M. Juppé on peut économiser 30 milliards d'€ en repoussant l'âge de départ en retraite à 65 ans, car notre espérance de vie est de 82 ans. S'il exigeait en même temps 45 ans de cotisations - sans compter les études supérieures bien sûr - il ferait davantage d'économies, puisque personne ne remplirait les conditions pour bénéficier d'une retraite complète. Comme tous les autres il oublie de préciser qu'un Français sur 4 meurt avant 60 ans.
Il pourrait aussi dire que 100% des Français ont l'espérance d'être riche un jour. Doit-on augmenter les impôts pour cette raison (chose faite sous ce quinquennat et sous le précédent) ? Avec la modération salariale qui dure et va durer longtemps, avec la baisse des retraites, les Français auront de moins en moins de pouvoir d'achat : à qui les entreprises vendront-elles leurs biens et services ? Ailleurs et à d'autres : vive la mondialisation. Jamais le capitalisme et le libéralisme ne sont patriotes ou fraternels !
Comme d'autres, M. Juppé appelle plein emploi un chômage à 5%. Cela fait plus de 1,5 million de personnes sans emploi. . Est-ce que cela signifie que pour M. Juppé 1,5 million de personnes peuvent compter "pour du beurre" ?
Jardinier
- 11/05/2016 - 19:18
Si Sarkozy n'est pas trop con,
Il va suivre le conseil de Mr Goetzmann, et refaire le coup de 2007 et du pouvoir d'achat.