En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 17 min 59 sec
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 1 heure 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 2 heures 35 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 12 heures 13 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 43 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 16 heures 17 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 17 heures 17 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 18 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 12 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 42 min 48 sec
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 2 heures 45 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 12 heures 58 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 14 heures 11 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 16 heures 46 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 17 heures 53 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 19 heures 11 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 20 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
#5anspourlemploi

Comme les autres, mais pas pareil : et si la seule chose qui différenciait le programme économique d’Alain Juppé de celui de ses concurrents de droite était… Alain Juppé ?

Publié le 13 mai 2016
En tête des intentions de vote à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé présente les détails de son programme économique au travers d'un livre "cinq ans pour l'emploi". Un programme libéral dont la philosophie générale rejoint celle de ses concurrents, mais qui, comme ces derniers, fait l'impasse sur les causes profondes de la crise de 2008.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En tête des intentions de vote à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé présente les détails de son programme économique au travers d'un livre "cinq ans pour l'emploi". Un programme libéral dont la philosophie générale rejoint celle de ses concurrents, mais qui, comme ces derniers, fait l'impasse sur les causes profondes de la crise de 2008.

Atlantico : Suppression de l'ISF, allocations chômages dégressives, réduction de la fiscalité des entreprises, retraite à 65 ans, forte baisse de la dépense publique (entre 85 et 100 milliards d'euros sur 5 ans) : telles sont les principales mesures constitutives du programme politique d'Alain Juppé. Que peut-on attendre de telles mesures ?

Nicolas Goetzmann : Le programme économique d’Alain Juppé, tel qu’il est présenté pour le moment, repose totalement sur ce que l’on qualifie habituellement de "réformes structurelles". Il s’agit de permettre au pays d’accroître son potentiel de croissance en proposant, par exemple, la suppression des 35 heures, ou un recul de l’âge de la retraite à 65 ans. Dans les deux cas, on accroît l’offre de travail. Il s’agit également de baisser la fiscalité, celle des entreprises avec une baisse de l’IS, une baisse des charges patronales sur les salaires, mais également une suppression de l’ISF.

Afin de financer ces mesures, Alain Juppé propose la mise en place d’une hausse de la TVA ainsi qu’une réduction des dépenses publiques pour un montant de 85 à 100 milliards d’euros sur l’ensemble du quinquennat. En prenant un peu de recul, on s’aperçoit que les efforts consentis sont portés par la consommation (hausse de la TVA) et les dépenses publiques, et visent à offrir de meilleures conditions aux entreprises. Il s’agit donc d’un pari à sens unique qui repose sur la certitude que LA cause de la crise que traverse le pays découle du fait que les entreprises sont entravées en France, et que la suppression de ces barrières permettra un retour de la croissance. Mais si ce diagnostic est faux, alors un tel programme aura un effet récessif, notamment en raison de la hausse de la TVA et de la baisse des dépenses publiques.

Et c’est le point le plus troublant, qui est d’ailleurs partagé par l’ensemble des candidats à la primaire de la droite. En effet, pour que de telles réformes puissent produire les effets attendus, il est impératif d’être en présence d’un contexte macroéconomique stabilisé. C’est à dire que la demande doit être à son niveau optimal. Or, si la demande française (c’est à dire la somme de la croissance et de l’inflation) progressait de plus de 4% par an entre 1997 et 2007, celle-ci se contente d’augmenter de 1% par an depuis 2008, soit une chute en tendance de plus de 70%. Ainsi, et sans un rétablissement vigoureux de la demande, notamment au travers d’une politique de relance de la part de la BCE, le programme économique proposé ne pourra produire les résultats escomptés. Cela revient à plonger la tête la première dans une piscine vide. Pour équilibrer ce programme, il est donc nécessaire de passer par une offensive européenne de grande ampleur, afin de convaincre nos différents partenaires de mettre en place un cadre économique européen tourné vers la croissance et le plein emploi, au travers la relance de la demande par la voie monétaire.

Ces mesures diffèrent-elles vraiment de ce que proposent économiquement les autres candidats déclarés de la primaire de la droite et du centre ?

Pas réellement. Les autres candidats, comme Bruno Le Maire ou François Fillon, sont clairement sur le même créneau. Ce qui diffère, sans aucun doute, c’est la méthode. François Fillon veut marquer sa différence par la radicalité alors qu’Alain Juppé compte sur son autorité, sa rapidité d’exécution, et une certaine stabilité. En réalité, le programme économique de la droite semble être à sens unique, il ne s’agit donc que d’une question de méthode, ou de personnalité.   

Cependant, s’il semble bien exister un consensus à droite pour une ligne économique qualifiée de “libérale”, celle-ci est orpheline d’une jambe pour pouvoir marcher. Car si le Royaume Uni ou les Etats Unis, sont parvenus à réaliser des efforts en termes de dépenses publiques au cours des dernières années, cela est en raison de l’existence de cette seconde jambe, qui est la politique monétaire. Celle-ci avait pour objectif de compenser les effets récessifs causés par les réformes, en soutenant massivement la croissance. Un véritable libéralisme à l’anglo-saxonne pourrait proposer les mêmes mesures présentées ici, mais en intégrant une énorme dose de relance monétaire de l’autre côté. Sans cela, c’est le bâton sans la carotte. Il est d’ailleurs assez surprenant de constater que le modèle absolu reste les réformes Hartz, menées en Allemagne au début des années 2000. Or, ces réformes ont mis plus de deux ans à produire des effets, et ce, malgré une demande européenne plus de trois fois supérieure en moyenne à ce que l’on peut connaître aujourd’hui, et les Allemands étaient alors seuls sur ce terrain.

Au regard des principales mesures annoncées dans le programme économique d'Alain Juppé, on peut constater que les classes moyennes ne semblent pas prises en compte. N'est-ce pas un risque, sur le plan politique, de détourner cet électorat vers les concurrents politiques, FN notamment ?

La question des classes moyennes est centrale. De nombreuses études économiques démontrent les défis majeurs qui frappent les classes moyennes, en raison de la mondialisation, de la robotisation, et de l’automatisation. Ce sont des questions essentielles car elles concernent une grande partie de la France désindustrialisée, dont l’électorat s’est effectivement tourné vers Marine Le Pen. Pour répondre à ces questions, il ne s’agit donc pas de taper sur les mesures proposées par le FN, mais de démontrer que les problèmes vécus sont pris en compte, analysés, et de proposer des remèdes efficaces. La suppression de l’ISF et la hausse de la TVA ne devraient pas beaucoup aider sur ce terrain-là, aussi bien d’un point de vue politique qu’économique.

Encore une fois, un tel programme repose plus sur des certitudes construites depuis des décennies sur le mal français; c’est à dire les problèmes d’offre; des dépenses publiques trop élevés, des entraves trop importantes pour les entreprises etc...Il ne s’agit pas de nier totalement ce diagnostic, mais de le mettre en perspective la crise qui a frappé le monde entier en 2008. La France a été touchée, comme les autres, alors que lors du premier trimestre 2008, le chômage français avait atteint son plus bas niveau depuis 1983, à 7.1%. Cela n’allait donc pas si mal que ça, et ce, malgré les problèmes existants du côté de l’offre. Ce qui a changé entre-temps, c’est l’écroulement de la demande. Il y a donc bien un décalage entre le diagnostic posé sur l’économie française par la droite et ce que le pays traverse sur le plan macroéconomique.

François Fillon, principal adversaire déclaré d'Alain Juppé, a critiqué à plusieurs reprises l'imprécision du programme économique d'Alain Juppé, affirmant : "Il y a des hommes politiques qui font des discours, qui présentent de grandes orientations. Moi je propose un programme prêt à être mis en place." Est-ce effectivement la critique que l'on pourrait formuler au programme économique d'Alain Juppé, en comparaison notamment avec celui des autres candidats à la primaire de la droite et du centre, dont François Fillon ?

Il ne semble pas exister de différences majeures dans les différents programmes. L’observation des mesures proposées suffit à en conclure que le diagnostic réalisé est identique. "Tout le monde sait ce qu’il faut faire pour réformer le pays", mais ce discours existe depuis bien longtemps, mais sans les résultats. Il y a donc peut être une anomalie, qui mérite de se poser quelques questions. Le choix proposé aux électeurs repose donc avant tout sur la méthode ; un aspect plus apaisant de la candidature Juppé, ou le "casser la baraque" de François Fillon. Reste une inconnue majeure, celle du programme du candidat encore non déclaré ; Nicolas Sarkozy. Ce qui est intéressant à ce titre, c’est de constater les différences sociologiques existantes entre les différents candidats. Alain Juppé, Bruno Le Maire, et François Fillon recueillent les suffrages d’un électorat plus âgé et plus aisé que celui de Nicolas Sarkozy. Ce qui signifie qu’une offre politique économique différente peut être choisie par l’ancien chef de l’Etat, et ainsi venir “enrichir” cette offre à droite, notamment en prenant en compte les questions relatives aux classes moyennes.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

07.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 12/05/2016 - 09:04
Ouf ! merci aspro !
Ces programmes de la Droite me donnaient mal à la tête. Maintenant je sais pourquoi ! Ils sont tous pareils, tous aussi erronés, tous aussi éculés. Ces hommes politiques ne connaissent qu'un seul sens de modification : augmenter... Alors qu'il faudrait... diminuer ! La TVA, les impôts, et surtout les prestations ! L'ISF ? pas concerné. Mais qui l'est ? Ils sont partis. Bien sûr j'en oublie : l'Assemblée, le Sénat; les élus régionaux, départementaux, communaux, les syndicats dans l'entreprise, les parachutes dorés... Aidez-moi ! Bon, une chose est sûre : ce n'est pas les LR mon prochain bulletin de vote. Mais j'attends toujours mon deux ex-machina !
thymthym711
- 11/05/2016 - 23:49
Accordons la retraite à M. Juppé.
Pour M. Juppé on peut économiser 30 milliards d'€ en repoussant l'âge de départ en retraite à 65 ans, car notre espérance de vie est de 82 ans. S'il exigeait en même temps 45 ans de cotisations - sans compter les études supérieures bien sûr - il ferait davantage d'économies, puisque personne ne remplirait les conditions pour bénéficier d'une retraite complète. Comme tous les autres il oublie de préciser qu'un Français sur 4 meurt avant 60 ans.
Il pourrait aussi dire que 100% des Français ont l'espérance d'être riche un jour. Doit-on augmenter les impôts pour cette raison (chose faite sous ce quinquennat et sous le précédent) ? Avec la modération salariale qui dure et va durer longtemps, avec la baisse des retraites, les Français auront de moins en moins de pouvoir d'achat : à qui les entreprises vendront-elles leurs biens et services ? Ailleurs et à d'autres : vive la mondialisation. Jamais le capitalisme et le libéralisme ne sont patriotes ou fraternels !
Comme d'autres, M. Juppé appelle plein emploi un chômage à 5%. Cela fait plus de 1,5 million de personnes sans emploi. . Est-ce que cela signifie que pour M. Juppé 1,5 million de personnes peuvent compter "pour du beurre" ?
Jardinier
- 11/05/2016 - 19:18
Si Sarkozy n'est pas trop con,
Il va suivre le conseil de Mr Goetzmann, et refaire le coup de 2007 et du pouvoir d'achat.