En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 2 heures 45 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 5 heures 27 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 9 heures 53 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 12 heures 3 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 13 heures 7 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 5 heures 7 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 6 heures 13 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 8 heures 44 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 9 heures 6 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 10 heures 17 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 11 heures 42 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 13 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
C'est grave docteur ?

L'affaire Baupin, grave pour les unes, moins pour les autres : pourquoi femmes et hommes réagissent souvent très différemment à ce type de révélations

Publié le 13 mai 2016
Accusé par huit femmes dans Mediapart et France Inter, le député Denis Baupin (ex-EELV) a été contraint de démissionner ce mardi 10 mai de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale. Alors que les médias se déchaînent sur l'élu, les femmes semblent plus sensibles à cette affaire que les hommes.
Peggy Sastre est écrivaine et traductrice. Elle est l'auteure de "Ex Utero : pour en finir avec le féminisme" et de "La domination masculine n'existe pas".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peggy Sastre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peggy Sastre est écrivaine et traductrice. Elle est l'auteure de "Ex Utero : pour en finir avec le féminisme" et de "La domination masculine n'existe pas".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Accusé par huit femmes dans Mediapart et France Inter, le député Denis Baupin (ex-EELV) a été contraint de démissionner ce mardi 10 mai de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale. Alors que les médias se déchaînent sur l'élu, les femmes semblent plus sensibles à cette affaire que les hommes.

Atlantico : Le député Denis Baupin (ex-EELV) est accusé de harcèlement sexuel par huit femmes, qui ont témoigné sur France Inter et Mediapart, et le parquet a ouvert une enquête. De son côté, il a déposé une plainte pour diffamation. Alors que l'affaire fait scandale au point que l'élu a dû démissionner de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale, les hommes et les femmes ne semblent pas réagir de la même manière. Comment réagissent-ils respectivement ?

Peggy Sastre : La question des différences entre hommes et femmes de ressenti et de perception des violences sexuelles relève en effet d'un phénomène connu, étudié et mesuré. En moyenne, les hommes "émetteurs" n'ont pas conscience que leurs agissements, qu'ils évaluent comme de la drague ou de l'humour, puissent être considérés comme hostiles, malsains ou encore oppressants par les femmes qui en sont "récipiendaires". Et réciproquement : les femmes harcelées ont beaucoup de mal à concevoir que leurs agresseurs n'avaient, sincèrement, pas l'impression d'être malveillants. Si je me fonde sur les études que j'ai pu consulter sur le sujet, ce fossé subjectif est un cas particulier du rapport tendanciellement différencié des deux sexes aux violences : en général, les hommes minimisent et les femmes dramatisent, mais ce sont les femmes qui sont, en termes absolus, bien plus proches de la réalité objective. Les choses se compliquent encore davantage quand on demande l'avis des gens "externes" au problème (ceux qui ne sont ni victimes, ni accusés de harcèlement). Pour certains, afin de réduire au maximum les risques, il faudrait tout simplement bannir les relations amoureuses et sexuelles consensuelles sur le lieu de travail. D'autres trouvent que ce genre de réglementation est trop extrême, d'autres encore l'estiment légitime seulement pour les relations hiérarchiquement dissymétriques – alors que la plupart des cas de harcèlement, contrairement aux idées reçues, concernent un harceleur de niveau hiérarchique équivalent, voire inférieur, à sa victime. Il y a aussi la question de l'ambiance de travail : doit-on s'interdire et interdire de faire des blagues que certaines sensibilités pourraient considérer comme salaces et/ou oppressives, alors qu'un nombre significatif de travailleurs, des deux sexes, ne les considèrent pas intrinsèquement et automatiquement nuisibles, voire peuvent les estimer utiles à détendre l'atmosphère de travail ?

Quelles raisons expliquent que les hommes et les femmes n'en aient pas la même perception ? On entend régulièrement que les femmes victimes de harcèlement ou d'agressions sexuelles n'osent pas parler de leur cas et porter plainte. Les femmes sont-elles pour autant plus sensibles à ce genre d'affaire ? 

En réalité, les victimes de harcèlement sexuel et même d'agressions (je ne parle pas du viol) n'ont pas envie de porter plainte, car dans la majorité des cas, les faits sont heureusement bénins (ou considérés comme tels par les victimes) et elles n'en voient pas l'intérêt. Ce qui ne veut pas dire que la peur de porter plainte, la honte, le traumatisme (comme Elen Debost qui vomit en repensant aux textos qu'elle aurait reçus de Baupin), etc. n'existent pas, juste qu'il ne s'agit pas de la réaction majoritaire de la majorité des concernées. Et il y a évidemment des tas de raisons à cela, la première étant que les femmes ont été sélectionnées par l'évolution pour leur résilience, vu que la coercition sexuelle est un phénomène on ne peut plus courant et universel dans notre espèce, comme dans beaucoup d'autres. Ce qui ne veut pas non plus dire qu'il faudrait s'en satisfaire : la modernité a créé des institutions, des gardes-fous, des réglementations, etc. pour que les individus aient d'autres recours qu'eux-mêmes pour se protéger et prospérer dans leur propre existence. Par contre, ce que je veux dire, c'est qu'il est problématique de se focaliser sur le portrait-robot d'une victime type, surtout quand l'esquisse n'est pas représentative de la réalité, car le risque, c'est de ne vouloir protéger que les "bonnes" victimes, et laisser les "mauvaises" de côté. Quant à la sensibilité féminine supérieure face à ce genre d'affaires, elle peut là aussi s'expliquer (entre autres facteurs, j'insiste) par la statistique : à peu près 80% des auteurs de harcèlement sont des hommes, plus de 90% des victimes sont des femmes. Elles sont donc logiquement plus habituées au phénomène, et donc plus à même de le détecter et de vouloir légitimement le combattre. 

Les réactions à l'affaire ont rapidement basculé de la dénonciation des agissements sexistes d'un député à ceux qui seraient le lot commun de toute la classe politique. Clémentine Autain, porte-parole du parti Ensemble, a déclaré à propos de l'affaire que "tout le monde savait" et a ajouté "le monde politique est une sorte de terrain de chasse viril". Quelle est la réalité du harcèlement en politique ? Ne risquons-nous pas d'assister à une récupération politique de cette affaire par certains groupes féministes ?

Le harcèlement sexuel, notamment sur le lieu de travail, est un problème social, il est donc logique que la politique veuille s'en mêler, vu que l'une de ses premières missions est de gérer et d'organiser la société. Le souci, comme je le disais plus haut, peut venir d'une mauvaise évaluation du phénomène : on ne soigne bien une maladie que si on en fait un bon diagnostic au départ. Là où beaucoup de féministes se trompent, par exemple, c'est en excluant totalement le sexe du harcèlement, en disant qu'il s'agit avant tout d'un problème de pouvoir, de domination, d'humiliation, etc. A la base de la base, le harcèlement sexuel survient quand une envie de copuler n'est pas réciproque, quand elle se heurte à un refus. Le pouvoir, l'humiliation, la domination surviennent ensuite, comme des moyens de contourner le consentement et d'obtenir quand même la copulation. Le sexe est toujours la fin première des violences sexuelles, qu'on parle de harcèlement, d'agression ou de viol. Et le dire, ce n'est évidemment pas décharger les auteurs de violences sexuelles de leur responsabilité et encore moins nier la nocivité de leurs actes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

07.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 12/05/2016 - 01:18
Le harcèlement c'est pour les nuls
Qui ne savent pas séduire. Et si le féminisme peut servir à détruire du gauchiste, stopper la clientèle des prostituees ou s'opposer à la GPA alors vive le féminisme.
emem
- 11/05/2016 - 16:23
Tu veux ou tu veux pas ?
Beaucoup de femmes voudraient être harcelées.

lasenorita
- 11/05/2016 - 11:35
Les femmes et le harcèlement.
Les femmes veulent disposer de leur corps comme bon leur semble.. elles trouvent injuste et scandaleux que des hommes, sous le prétexte qu'ils sont plus forts physiquement que les femmes, leur imposent des relations sexuelles dont elles n'ont pas envie! J'ai été élevée dans la mentalité de ''l'Ancien Temps'' où la fille épousait l'homme qu'elle aimait et Basta!...mais des hommes politiques ont tendance à minimiser le viol des femmes tel Jack Lang qui a dit: ''Il n'y a pas mort d'homme'' en parlant de D.S.K.....