En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 26 min 43 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 29 min 23 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 30 min 14 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 31 min 8 sec
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 33 min 57 sec
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 34 min 53 sec
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 16 heures 57 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 18 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 20 heures 5 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 20 heures 51 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 27 min 11 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 29 min 44 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 30 min 42 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 33 min 26 sec
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 34 min 16 sec
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 35 min 7 sec
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 20 heures 10 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 21 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
C'est grave docteur ?

L'affaire Baupin, grave pour les unes, moins pour les autres : pourquoi femmes et hommes réagissent souvent très différemment à ce type de révélations

Publié le 13 mai 2016
Accusé par huit femmes dans Mediapart et France Inter, le député Denis Baupin (ex-EELV) a été contraint de démissionner ce mardi 10 mai de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale. Alors que les médias se déchaînent sur l'élu, les femmes semblent plus sensibles à cette affaire que les hommes.
Peggy Sastre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peggy Sastre est écrivaine et traductrice. Elle est l'auteure de "Ex Utero : pour en finir avec le féminisme" et de "La domination masculine n'existe pas".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Accusé par huit femmes dans Mediapart et France Inter, le député Denis Baupin (ex-EELV) a été contraint de démissionner ce mardi 10 mai de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale. Alors que les médias se déchaînent sur l'élu, les femmes semblent plus sensibles à cette affaire que les hommes.

Atlantico : Le député Denis Baupin (ex-EELV) est accusé de harcèlement sexuel par huit femmes, qui ont témoigné sur France Inter et Mediapart, et le parquet a ouvert une enquête. De son côté, il a déposé une plainte pour diffamation. Alors que l'affaire fait scandale au point que l'élu a dû démissionner de son poste de vice-président de l'Assemblée nationale, les hommes et les femmes ne semblent pas réagir de la même manière. Comment réagissent-ils respectivement ?

Peggy Sastre : La question des différences entre hommes et femmes de ressenti et de perception des violences sexuelles relève en effet d'un phénomène connu, étudié et mesuré. En moyenne, les hommes "émetteurs" n'ont pas conscience que leurs agissements, qu'ils évaluent comme de la drague ou de l'humour, puissent être considérés comme hostiles, malsains ou encore oppressants par les femmes qui en sont "récipiendaires". Et réciproquement : les femmes harcelées ont beaucoup de mal à concevoir que leurs agresseurs n'avaient, sincèrement, pas l'impression d'être malveillants. Si je me fonde sur les études que j'ai pu consulter sur le sujet, ce fossé subjectif est un cas particulier du rapport tendanciellement différencié des deux sexes aux violences : en général, les hommes minimisent et les femmes dramatisent, mais ce sont les femmes qui sont, en termes absolus, bien plus proches de la réalité objective. Les choses se compliquent encore davantage quand on demande l'avis des gens "externes" au problème (ceux qui ne sont ni victimes, ni accusés de harcèlement). Pour certains, afin de réduire au maximum les risques, il faudrait tout simplement bannir les relations amoureuses et sexuelles consensuelles sur le lieu de travail. D'autres trouvent que ce genre de réglementation est trop extrême, d'autres encore l'estiment légitime seulement pour les relations hiérarchiquement dissymétriques – alors que la plupart des cas de harcèlement, contrairement aux idées reçues, concernent un harceleur de niveau hiérarchique équivalent, voire inférieur, à sa victime. Il y a aussi la question de l'ambiance de travail : doit-on s'interdire et interdire de faire des blagues que certaines sensibilités pourraient considérer comme salaces et/ou oppressives, alors qu'un nombre significatif de travailleurs, des deux sexes, ne les considèrent pas intrinsèquement et automatiquement nuisibles, voire peuvent les estimer utiles à détendre l'atmosphère de travail ?

Quelles raisons expliquent que les hommes et les femmes n'en aient pas la même perception ? On entend régulièrement que les femmes victimes de harcèlement ou d'agressions sexuelles n'osent pas parler de leur cas et porter plainte. Les femmes sont-elles pour autant plus sensibles à ce genre d'affaire ? 

En réalité, les victimes de harcèlement sexuel et même d'agressions (je ne parle pas du viol) n'ont pas envie de porter plainte, car dans la majorité des cas, les faits sont heureusement bénins (ou considérés comme tels par les victimes) et elles n'en voient pas l'intérêt. Ce qui ne veut pas dire que la peur de porter plainte, la honte, le traumatisme (comme Elen Debost qui vomit en repensant aux textos qu'elle aurait reçus de Baupin), etc. n'existent pas, juste qu'il ne s'agit pas de la réaction majoritaire de la majorité des concernées. Et il y a évidemment des tas de raisons à cela, la première étant que les femmes ont été sélectionnées par l'évolution pour leur résilience, vu que la coercition sexuelle est un phénomène on ne peut plus courant et universel dans notre espèce, comme dans beaucoup d'autres. Ce qui ne veut pas non plus dire qu'il faudrait s'en satisfaire : la modernité a créé des institutions, des gardes-fous, des réglementations, etc. pour que les individus aient d'autres recours qu'eux-mêmes pour se protéger et prospérer dans leur propre existence. Par contre, ce que je veux dire, c'est qu'il est problématique de se focaliser sur le portrait-robot d'une victime type, surtout quand l'esquisse n'est pas représentative de la réalité, car le risque, c'est de ne vouloir protéger que les "bonnes" victimes, et laisser les "mauvaises" de côté. Quant à la sensibilité féminine supérieure face à ce genre d'affaires, elle peut là aussi s'expliquer (entre autres facteurs, j'insiste) par la statistique : à peu près 80% des auteurs de harcèlement sont des hommes, plus de 90% des victimes sont des femmes. Elles sont donc logiquement plus habituées au phénomène, et donc plus à même de le détecter et de vouloir légitimement le combattre. 

Les réactions à l'affaire ont rapidement basculé de la dénonciation des agissements sexistes d'un député à ceux qui seraient le lot commun de toute la classe politique. Clémentine Autain, porte-parole du parti Ensemble, a déclaré à propos de l'affaire que "tout le monde savait" et a ajouté "le monde politique est une sorte de terrain de chasse viril". Quelle est la réalité du harcèlement en politique ? Ne risquons-nous pas d'assister à une récupération politique de cette affaire par certains groupes féministes ?

Le harcèlement sexuel, notamment sur le lieu de travail, est un problème social, il est donc logique que la politique veuille s'en mêler, vu que l'une de ses premières missions est de gérer et d'organiser la société. Le souci, comme je le disais plus haut, peut venir d'une mauvaise évaluation du phénomène : on ne soigne bien une maladie que si on en fait un bon diagnostic au départ. Là où beaucoup de féministes se trompent, par exemple, c'est en excluant totalement le sexe du harcèlement, en disant qu'il s'agit avant tout d'un problème de pouvoir, de domination, d'humiliation, etc. A la base de la base, le harcèlement sexuel survient quand une envie de copuler n'est pas réciproque, quand elle se heurte à un refus. Le pouvoir, l'humiliation, la domination surviennent ensuite, comme des moyens de contourner le consentement et d'obtenir quand même la copulation. Le sexe est toujours la fin première des violences sexuelles, qu'on parle de harcèlement, d'agression ou de viol. Et le dire, ce n'est évidemment pas décharger les auteurs de violences sexuelles de leur responsabilité et encore moins nier la nocivité de leurs actes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 12/05/2016 - 01:18
Le harcèlement c'est pour les nuls
Qui ne savent pas séduire. Et si le féminisme peut servir à détruire du gauchiste, stopper la clientèle des prostituees ou s'opposer à la GPA alors vive le féminisme.
emem
- 11/05/2016 - 16:23
Tu veux ou tu veux pas ?
Beaucoup de femmes voudraient être harcelées.

lasenorita
- 11/05/2016 - 11:35
Les femmes et le harcèlement.
Les femmes veulent disposer de leur corps comme bon leur semble.. elles trouvent injuste et scandaleux que des hommes, sous le prétexte qu'ils sont plus forts physiquement que les femmes, leur imposent des relations sexuelles dont elles n'ont pas envie! J'ai été élevée dans la mentalité de ''l'Ancien Temps'' où la fille épousait l'homme qu'elle aimait et Basta!...mais des hommes politiques ont tendance à minimiser le viol des femmes tel Jack Lang qui a dit: ''Il n'y a pas mort d'homme'' en parlant de D.S.K.....