En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

04.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

07.

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

06.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 heures 23 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 9 heures 1 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 9 heures 50 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 11 heures 5 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 11 heures 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 13 heures 38 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 7 heures 21 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 9 heures 14 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 10 heures 11 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 10 heures 43 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 11 heures 19 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 12 heures 42 sec
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 13 heures 9 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 13 heures 18 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 13 heures 39 min
© REUTERS/Stefan Wermuth
Jeremy Corbyn, chef du "Labor"
© REUTERS/Stefan Wermuth
Jeremy Corbyn, chef du "Labor"
Avertissement

Nouvelle défaite pour les travaillistes tendance gauche radicale au Royaume-Uni : une leçon pour la gauche du PS ?

Publié le 13 mai 2016
En dépit de la victoire de Sadiq Khan à la mairie de Londres, le parti travailliste britannique enregistre un nouveau recul au cours des dernières élections régionales et municipales, ce dont ferait bien de s'inquiéter la gauche de la gauche française.
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit de la victoire de Sadiq Khan à la mairie de Londres, le parti travailliste britannique enregistre un nouveau recul au cours des dernières élections régionales et municipales, ce dont ferait bien de s'inquiéter la gauche de la gauche française.

Atlantico : Les résultats des élections régionales et municipales au Royaume-Uni révèlent un nouveau recul du parti travailliste de Jeremy Corbyn. Doit-on interpréter ces résultats comme une remise en cause/contestation de sa ligne politique très à gauche actuellement ?

Bruno Bernard : Depuis l'arrivée de Jeremy Corbyn, le Labour n'a pas réussi à gagner de nouveaux électeurs, ni à convaincre de sa capacité à se remettre de sa défaite de 2015. On observe cela en Ecosse, au Pays de Galle, mais aussi en Angleterre même si les résultats sont moins mauvais que dans les deux autres pays. Bien qu'ayant réussi à sauver quelques meubles en Angleterre, le Labour n'a pas réussi à se remettre dans le droit chemin en dépit de l'affaiblissement, en face, du gouvernement très affaibli et très divisé sur la question du Brexit. Or, le problème, c'est que le parti travailliste est tout aussi divisé sur le sujet également. La ligne Corbyn apparaît donc aujourd'hui en échec.

On peut dire que la ligne gauchisante de Corbyn est l'une des explications quant au fait que le Labour n'ait pas réussi à capter de nouveaux électeurs. Il ne faut pas oublier que dès la victoire d'Ed Miliband contre son frère David à la tête du parti travailliste, on avait déjà dit que c'était un coup de barre à gauche. La défaite face à David Cameron aux dernières élections législatives était aussi une manière de remettre en cause ce coup de barre à gauche pour faire peur au sein du parti travailliste. Or, pour une majorité d'adhérents, cela semble avoir été l'inverse : il fallait mettre la barre encore plus à gauche. C'est là où l'on voit un décalage profond, à mon sens, entre les adhérents et les votants qui ont élu Monsieur Corbyn, et les électeurs qui sont souvent plus modérés que les militants, que se soit à droite ou à gauche. La ligne défendue par Corbyn, si elle fait plaisir à ses militants, et peut-être aux membres du parti travailliste, ne convient pas aujourd'hui suffisamment aux électeurs pour apparaître comme un parti de gouvernement crédible. 

Cette ligne politique est largement adoptée en France par une partie du PS incarnée notamment par les frondeurs, mais aussi par l'extrême-gauche à travers la figure de Jean-Luc Mélenchon. Quelles leçons pourraient et devraient tirer ces acteurs politiques des résultats des dernières élections au Royaume-Uni ? En sont-ils capables ? 

Ils seraient effectivement bien avisés de regarder attentivement ce qu'une tentative "in vivo"/live de gauchisation d'un grand parti de gouvernement, comme le Labour, peut faire à ce parti. J'espère pour eux que cela leur permettra de voir les résultats de cette tentation qu'ils affectionnent depuis l'élection de François Hollande. Pourtant, ils devraient comprendre qu'eux-mêmes ne sont pas majoritaires dans le pays malgré les impressions qu'ils peuvent avoir. Il ne faut quand même pas oublier que Martine Aubry a été défaite par François Hollande et que la gauche a complètement disparu des Hauts de France. Ils doivent donc se poser la question suivante : suivons-nous une ligne crédible pour reprendre le pouvoir - avec peut-être une coalition à gauche - ou maintenons-nous le cap sur une ligne autodestructice marquée par une course au "plus dur que moi tu meurs" ? A mon sens, et selon les résultats britanniques, il semblerait que ce soit la deuxième réponse qui l'emporte. Jean-Luc Mélenchon se satisferait grandement de faire tomber François Hollande ou n'importe quel candidat du PS bien qu'il n'ait pas d'alternative crédible au gouvernement à proposer. On a d'ailleurs du mal à comprendre la teneur de sa ligne : elle n'est ni vraiment communiste, ni vraiment socialo-écologiste, ni libérale-libertaire. Il essaye d'être un peu l'attrape-tout de la contestation de gauche qui, à mon sens, ne représente pas du tout une majorité dans ce pays. 

Le problème entre les acteurs précédemment cités, c'est qu'ils sont incapables de se parler entre eux. Ils feront chacun une analyse, dans leur coin, des résultats britanniques. Et puis, on n'a jamais vu les résultats d'une élection étrangère avoir une quelconque répercussion en France. Les partis français ont toujours la prétention d'avoir la vérité révélée. Ceux qui voudront voir midi à leur porte diront que Corbyn, grâce à sa stratégie tout à gauche et de pureté intellectuelle gauchisante, a réussi à sauver les meubles, du moins en Angleterre. Les autres en face diront qu'il n'a pas réussi à se réinstaller comme un parti de gouvernement crédible.

Il faut bien distinguer les frondeurs de Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier sera très content de faire tomber François Hollande alors que les frondeurs sont plus partagés sur ce point car ils savent très bien que si François Hollande et consort perdent les élections l'année prochaine, un certain nombre ne reviendront pas. 

L'élan de gauchisation que connaît le PS actuellement, parallèlement au phénomène de centrisation incarné par Emmanuel Macron, ne serait-il pas un risque électoral supplémentaire pour 2017 ? 

Si le PS n'arrive pas à produire un candidat qui réussise cette synthèse, un peu à la Hollande d'une certaine manière - quelqu'un de labellisé comme étant plutôt "centro-compatible", social-démocrate, qui irait sur sa gauche, ou quelqu'un de très à gauche qui irait ensuite vers la sociale-démocratie - il n'y a aucune chance pour le parti. Visiblement, c'est un peu ce que tente de faire Hollande : d'un côté, nous avons Macron et Valls qui incarnent les ailes droites du parti, et de l'autre nous avons les repoussoirs comme Mélenchon et consort, et les quelques frondeurs qui restent. Hollande a toujours essayé de faire cette synthèse au sein du PS. Curieusement, le seul pour qui cela semble marcher, c'est Emmanuel Macron, qui est l'inverse de la gauchisation du PS. Sur une primaire ouverte comme en 2011, Macron aurait de vrais chances de l'emporter.

Aujourd'hui, on assiste à une radicalisation dans les partis politiques qui, à mon sens, correspond aussi au fait que les partis politiques deviennent à la fois moins utiles et moins représentatifs. De ce fait, je pense que la gauchisation de certains au PS répond à un petit moment de panique, avec l'impression de ne plus avoir ce candidat central, ni ce rôle central, d'être écartelé entre Mélenchon et Macron. A cela s'ajoute l'absence de candidats pour le PS dans le cas où Hollande déciderait de ne pas se représenter. Il n'y a aucun recours : Martine Aubry a complètement disparu, Valls est trop proche de Hollande. 

Dans le contexte politique actuel en France, quelles sont encore les chances de survie de cette ligne politique gauchiste ? 

Le gauchisme a visiblement quelques beaux jours encore devant lui, comme on le voit avec le mouvement Nuit Debout. Cette capacité d'existence et de nuisance est toujours présente. Le gauchisme, comme l'Histoire l'a révélé, sera toujours content de ne pas être au pouvoir. Il sera donc ravi de provoquer la chute du gouvernement socialiste considéré comme un gouvernement social-traître. A partir de là, il y a toujours un avenir : avant, c'était Besancenot, aujourd'hui c'est Mélenchon. Ce sont des personnalités qui peuvent monter jusqu'à 12-13% de l'électorat, qui est d'ailleurs assez composite et pas forcément très populaire. Il y a donc un avenir, mais certainement pas en tant que parti de gouvernement. 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 09/05/2016 - 09:11
Gauche, gauchisme.... misère.
La gauche, le socialisme, le communisme c'est le chômage, la misère, la violence sauf pour les apparatchiks du système qui s'engraissent du travail des autres. Bonne analyse : plus ils sont à gauche moins ils ont travaillé. Des fachos-branleurs comme Mélenchon (et accessoirement Philippot) en sont des exemples vivants. Mais toute cette racaille garde une clientèle électorale en faisant miroiter le rasage gratis, que finalement ils ne s'appliqueront qu'à eux-même.
Ganesha
- 08/05/2016 - 10:50
Ministre du Tourisme
Sauver le PS : vaste programme ! Heureusement, ce parti disposera au moins du premier quinquennat de Marine Le Pen pour s'atteler à cette tâche ! La vraie question, c'est Marine osera-t-elle donner le poste de ministre de l’Économie à JL. Mélenchon ? Ce qui est incontestable, c'est que Sarko sera parfaitement à sa place en tant que ministre du Tourisme !