En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 3 heures 40 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 6 heures 41 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 7 heures 32 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 9 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 13 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 14 heures 10 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 14 heures 44 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 4 heures 5 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 7 heures 7 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 10 heures 35 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 11 heures 8 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 12 heures 33 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 13 heures 10 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 14 heures 7 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 15 heures 2 min
© REUTERS/Stefan Wermuth
Jeremy Corbyn, chef du "Labor"
© REUTERS/Stefan Wermuth
Jeremy Corbyn, chef du "Labor"
Avertissement

Nouvelle défaite pour les travaillistes tendance gauche radicale au Royaume-Uni : une leçon pour la gauche du PS ?

Publié le 13 mai 2016
En dépit de la victoire de Sadiq Khan à la mairie de Londres, le parti travailliste britannique enregistre un nouveau recul au cours des dernières élections régionales et municipales, ce dont ferait bien de s'inquiéter la gauche de la gauche française.
Bruno Bernard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anciennement Arthur Young.Ancien conseiller politique à l'Ambassade de Grande-Bretagne à Paris, Bruno Bernard est aujourd'hui directeur-adjoint de cabinet à la mairie du IXème arrondissement de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit de la victoire de Sadiq Khan à la mairie de Londres, le parti travailliste britannique enregistre un nouveau recul au cours des dernières élections régionales et municipales, ce dont ferait bien de s'inquiéter la gauche de la gauche française.

Atlantico : Les résultats des élections régionales et municipales au Royaume-Uni révèlent un nouveau recul du parti travailliste de Jeremy Corbyn. Doit-on interpréter ces résultats comme une remise en cause/contestation de sa ligne politique très à gauche actuellement ?

Bruno Bernard : Depuis l'arrivée de Jeremy Corbyn, le Labour n'a pas réussi à gagner de nouveaux électeurs, ni à convaincre de sa capacité à se remettre de sa défaite de 2015. On observe cela en Ecosse, au Pays de Galle, mais aussi en Angleterre même si les résultats sont moins mauvais que dans les deux autres pays. Bien qu'ayant réussi à sauver quelques meubles en Angleterre, le Labour n'a pas réussi à se remettre dans le droit chemin en dépit de l'affaiblissement, en face, du gouvernement très affaibli et très divisé sur la question du Brexit. Or, le problème, c'est que le parti travailliste est tout aussi divisé sur le sujet également. La ligne Corbyn apparaît donc aujourd'hui en échec.

On peut dire que la ligne gauchisante de Corbyn est l'une des explications quant au fait que le Labour n'ait pas réussi à capter de nouveaux électeurs. Il ne faut pas oublier que dès la victoire d'Ed Miliband contre son frère David à la tête du parti travailliste, on avait déjà dit que c'était un coup de barre à gauche. La défaite face à David Cameron aux dernières élections législatives était aussi une manière de remettre en cause ce coup de barre à gauche pour faire peur au sein du parti travailliste. Or, pour une majorité d'adhérents, cela semble avoir été l'inverse : il fallait mettre la barre encore plus à gauche. C'est là où l'on voit un décalage profond, à mon sens, entre les adhérents et les votants qui ont élu Monsieur Corbyn, et les électeurs qui sont souvent plus modérés que les militants, que se soit à droite ou à gauche. La ligne défendue par Corbyn, si elle fait plaisir à ses militants, et peut-être aux membres du parti travailliste, ne convient pas aujourd'hui suffisamment aux électeurs pour apparaître comme un parti de gouvernement crédible. 

Cette ligne politique est largement adoptée en France par une partie du PS incarnée notamment par les frondeurs, mais aussi par l'extrême-gauche à travers la figure de Jean-Luc Mélenchon. Quelles leçons pourraient et devraient tirer ces acteurs politiques des résultats des dernières élections au Royaume-Uni ? En sont-ils capables ? 

Ils seraient effectivement bien avisés de regarder attentivement ce qu'une tentative "in vivo"/live de gauchisation d'un grand parti de gouvernement, comme le Labour, peut faire à ce parti. J'espère pour eux que cela leur permettra de voir les résultats de cette tentation qu'ils affectionnent depuis l'élection de François Hollande. Pourtant, ils devraient comprendre qu'eux-mêmes ne sont pas majoritaires dans le pays malgré les impressions qu'ils peuvent avoir. Il ne faut quand même pas oublier que Martine Aubry a été défaite par François Hollande et que la gauche a complètement disparu des Hauts de France. Ils doivent donc se poser la question suivante : suivons-nous une ligne crédible pour reprendre le pouvoir - avec peut-être une coalition à gauche - ou maintenons-nous le cap sur une ligne autodestructice marquée par une course au "plus dur que moi tu meurs" ? A mon sens, et selon les résultats britanniques, il semblerait que ce soit la deuxième réponse qui l'emporte. Jean-Luc Mélenchon se satisferait grandement de faire tomber François Hollande ou n'importe quel candidat du PS bien qu'il n'ait pas d'alternative crédible au gouvernement à proposer. On a d'ailleurs du mal à comprendre la teneur de sa ligne : elle n'est ni vraiment communiste, ni vraiment socialo-écologiste, ni libérale-libertaire. Il essaye d'être un peu l'attrape-tout de la contestation de gauche qui, à mon sens, ne représente pas du tout une majorité dans ce pays. 

Le problème entre les acteurs précédemment cités, c'est qu'ils sont incapables de se parler entre eux. Ils feront chacun une analyse, dans leur coin, des résultats britanniques. Et puis, on n'a jamais vu les résultats d'une élection étrangère avoir une quelconque répercussion en France. Les partis français ont toujours la prétention d'avoir la vérité révélée. Ceux qui voudront voir midi à leur porte diront que Corbyn, grâce à sa stratégie tout à gauche et de pureté intellectuelle gauchisante, a réussi à sauver les meubles, du moins en Angleterre. Les autres en face diront qu'il n'a pas réussi à se réinstaller comme un parti de gouvernement crédible.

Il faut bien distinguer les frondeurs de Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier sera très content de faire tomber François Hollande alors que les frondeurs sont plus partagés sur ce point car ils savent très bien que si François Hollande et consort perdent les élections l'année prochaine, un certain nombre ne reviendront pas. 

L'élan de gauchisation que connaît le PS actuellement, parallèlement au phénomène de centrisation incarné par Emmanuel Macron, ne serait-il pas un risque électoral supplémentaire pour 2017 ? 

Si le PS n'arrive pas à produire un candidat qui réussise cette synthèse, un peu à la Hollande d'une certaine manière - quelqu'un de labellisé comme étant plutôt "centro-compatible", social-démocrate, qui irait sur sa gauche, ou quelqu'un de très à gauche qui irait ensuite vers la sociale-démocratie - il n'y a aucune chance pour le parti. Visiblement, c'est un peu ce que tente de faire Hollande : d'un côté, nous avons Macron et Valls qui incarnent les ailes droites du parti, et de l'autre nous avons les repoussoirs comme Mélenchon et consort, et les quelques frondeurs qui restent. Hollande a toujours essayé de faire cette synthèse au sein du PS. Curieusement, le seul pour qui cela semble marcher, c'est Emmanuel Macron, qui est l'inverse de la gauchisation du PS. Sur une primaire ouverte comme en 2011, Macron aurait de vrais chances de l'emporter.

Aujourd'hui, on assiste à une radicalisation dans les partis politiques qui, à mon sens, correspond aussi au fait que les partis politiques deviennent à la fois moins utiles et moins représentatifs. De ce fait, je pense que la gauchisation de certains au PS répond à un petit moment de panique, avec l'impression de ne plus avoir ce candidat central, ni ce rôle central, d'être écartelé entre Mélenchon et Macron. A cela s'ajoute l'absence de candidats pour le PS dans le cas où Hollande déciderait de ne pas se représenter. Il n'y a aucun recours : Martine Aubry a complètement disparu, Valls est trop proche de Hollande. 

Dans le contexte politique actuel en France, quelles sont encore les chances de survie de cette ligne politique gauchiste ? 

Le gauchisme a visiblement quelques beaux jours encore devant lui, comme on le voit avec le mouvement Nuit Debout. Cette capacité d'existence et de nuisance est toujours présente. Le gauchisme, comme l'Histoire l'a révélé, sera toujours content de ne pas être au pouvoir. Il sera donc ravi de provoquer la chute du gouvernement socialiste considéré comme un gouvernement social-traître. A partir de là, il y a toujours un avenir : avant, c'était Besancenot, aujourd'hui c'est Mélenchon. Ce sont des personnalités qui peuvent monter jusqu'à 12-13% de l'électorat, qui est d'ailleurs assez composite et pas forcément très populaire. Il y a donc un avenir, mais certainement pas en tant que parti de gouvernement. 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 09/05/2016 - 09:11
Gauche, gauchisme.... misère.
La gauche, le socialisme, le communisme c'est le chômage, la misère, la violence sauf pour les apparatchiks du système qui s'engraissent du travail des autres. Bonne analyse : plus ils sont à gauche moins ils ont travaillé. Des fachos-branleurs comme Mélenchon (et accessoirement Philippot) en sont des exemples vivants. Mais toute cette racaille garde une clientèle électorale en faisant miroiter le rasage gratis, que finalement ils ne s'appliqueront qu'à eux-même.
Ganesha
- 08/05/2016 - 10:50
Ministre du Tourisme
Sauver le PS : vaste programme ! Heureusement, ce parti disposera au moins du premier quinquennat de Marine Le Pen pour s'atteler à cette tâche ! La vraie question, c'est Marine osera-t-elle donner le poste de ministre de l’Économie à JL. Mélenchon ? Ce qui est incontestable, c'est que Sarko sera parfaitement à sa place en tant que ministre du Tourisme !