En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© PATRICK KOVARIK / POOL / AFP
Grey Hat
"Hacking Team", l'entreprise qui pirate les terroristes… mais aussi les dissidents anti-dictature
Publié le 04 mai 2016
L’entreprise italienne est suspectée d’aider une quarantaine de gouvernements, dans des pays où vous n’aimeriez pas habiter.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’entreprise italienne est suspectée d’aider une quarantaine de gouvernements, dans des pays où vous n’aimeriez pas habiter.

L’espionnage est peut-être le seul secteur où la Recherche&Développement ne manque pas de moyens. De véritables entreprises commerciales, fondées par des hackers débrouillards, ont pris une envergure sans précédent en mettant au point des outils de surveillances surpuissants, qu’ils vendent aux plus offrants.

Une entreprise a progressivement dévoré la concurrence, s’installant comme leader incontesté de la surveillance électronique privée : Hacking Team (HT). Basée à Milan, si elle prétend ne vendre ses logiciels qu'à des Etats démocratiques pour lutter contre le terrorisme et la criminalité organisée, elle est depuis longtemps suspectée de vendre également ses outils à des régimes néfastes pour mieux opprimer leur peuple.

Son logiciel-phare s'appelle HT Remote Control System (RCS), c’est-à-dire "contrôle à distance". Il permet d’infecter l’ordinateur ou le téléphone de la cible pour y voler des données, lire des emails, prendre des photos et même enregistrer des conversations ; en somme, de quoi avoir quelques coups d’avance.

Un certain nombre d’observateurs, dont Citizen Lab, un groupe de chercheurs de l’université de Toronto, et des panels des Nations Unies, soupçonnent HT de longue date, parce que des traces de son logiciel avaient été retrouvées dans les ordinateurs de journalistes et d’activistes politiques ; mais HT, en tant qu’entreprise privée, n’a jamais voulu révéler les noms de ses clients. Quant aux gouvernements impliqués, ils ont toujours prétendu n’avoir aucun lien avec les pirates.

La fuite d’un grand nombre d’emails met les affaires en lumière

Seulement, c’est l’arroseur arrosé : en juillet 2015, le compte Twitter de l’entreprise est hacké, et un premier message est publié : "Puisque nous n’avons rien à cacher, voici le lien vers tous nos emails internes". A la clé : 400 Go d’informations accablantes, que The Intercept a fouillées pour vous, et le code source de RCS. Preuve une nouvelle fois que, dans le jeu de l’informatique, il y a toujours quelqu’un de plus doué que vous. Toujours.

Ainsi, il était dévoilé que RCS était notamment vendu aux gouvernements d’Ethiopie (classé 123e sur 167 à l’indice des droits individuels de The Economist), de Bahreïn (146e), d’Egypte (134e), du Kazakhstan (140e), du Maroc (107e), de Russie (132e), d’Arabie Saoudite (160e), du Soudan (151e), de l’Azerbaïdjan (149e), de Turquie (97e). A l’exception de la Turquie et du Maroc, tous sont considérés comme des régimes autoritaires.

Il y a bien un point sur lequel HT n’a pas menti : l’entreprise ne vend son logiciel qu’à des gouvernements. Mais quant à la question de savoir si ces derniers semblent vouloir respecter les libertés individuelles, les pirates commerçants n’en font pas grand cas. Ils semblent respecter la liste noire établie par les Nations Unies, mais certains emails dévoilés sèment le doute.

Ainsi, dans un courriel intitulé "Opportunité en Libye" et envoyé en mai 2015, David Vincenzetti, cofondateur de HT, écrit : "Je suis sceptique, c’est un état en échec, nous pouvons demander l’autorisation mais je n’ai aucune idée s’ils sont sur la liste noire ou pas". En somme, seul l’obstacle de l’ONU pose problème.

Vincenzetti voit son travail comme un parti pris contre la criminalité, et opposé à la "confidentialité à tout prix", comme il l’indique. Dans un autre email, il cible des journalistes qui militent pour le respect de la vie privée, et les désigne sous le nom d’"idéologues intransigeants". Il livre un peu plus loin sa philosophie : "Est-ce que vous pouvez me citer un seul régime vraiment 'démocratique', où tous les droits de chacun sont respectés, et qui a un pedigree sans faute dans le domaine des libertés individuelles ?".

Le cas de l’Ethiopie

L’Ethiopie, particulièrement critiquée pour l’absence de liberté de la presse sur son sol, était soupçonnée depuis 2014 d’utiliser RCS, le logiciel de HT. Le porte-parole du Gouvernement avait affirmé qu’il n’en était rien. Pourtant, en mars 2015, Citizen Lab avait mis au jour un email porteur d’une pièce jointe toxique, destiné au directeur d’une chaîne de télévision indépendante Ethiopian Sattelite Television (ESAT), Nemene Zeleke. La chaîne, tenue essentiellement par des membres de la diaspora éthiopienne, est généralement liée à l’opposition politique : c’est la raison pour laquelle le porte-parole, à nouveau, affirma que le Gouvernement agissait dans le cadre de ses propres lois anti-terroristes.

L’affaire déclencha quelques remous chez HT. Après s’en être enquis auprès des Ethiopiens, ils reçoivent la réponse suivante : "A nos yeux, Nemene Zeleke est un meneur d’organisation terroriste, pas un journaliste". En effet, l’homme appartient à Ginbot7, parti d’opposition, déclaré terroriste en 2011.

Cela suffit à tempérer les leaders de HT, qui reconnaissent donc que le Gouvernement respecte sa législation. Le porte-parole de l’entreprise aux Etats-Unis, Eric Rabe, a voulu en revanche cesser tout contact au motif que l’incompétence des Ethiopiens dans l’usage de leur logiciel abîmait l’image de la marque auprès de potentiels clients. Il ajouta malgré tout : "Mais je sais que 700 000 euros, ce n’est pas rien".

Résultat des courses : en mai suivant, un nouveau contrat fut proposé au Gouvernement d’Addis-Abeba, assurant un meilleur service après-vente et une formation des équipes éthiopiennes. Le package premium, autrement dit, qui alourdissait la facture de quelques centaines de milliers d’euros.

Après avoir été hacké, Vincenzetti a rebondi : il a complètement remodelé son logiciel. Son entreprise a récemment perdu sa license d'exportation hors d'Europe. Une mésaventure qui n'arrête pas le fondateur. Il dit travailler sur de nouvelles technologies - notamment une boîte noire permettant d'espionner tout ordinateur, simplement en étant dans la même pièce que lui. On va continuer d'entendre parler de la Hacking Team.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires