En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 10 min 43 sec
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 30 min 42 sec
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 41 min 33 sec
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 51 min 34 sec
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 8 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 21 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 22 heures 27 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 22 min 22 sec
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 36 min 7 sec
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 45 min 25 sec
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 5 heures 20 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 19 heures 26 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 22 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 22 heures 41 min
© Pixabay
© Pixabay
Un petit tour dans la vie réelle

Escape game : quand les fans de jeux vidéo retournent aux bases du jeu de rôle

Publié le 29 avril 2016
La nouvelle tendance, qui séduit bien au-delà de le sphère geek, illustre en fait le lien toujours existant entre réalité virtuelle et réalité matérielle dans la pratique ludique geek. Pour quelques euros, l'escape game permet de s'ouvrir à une nouvelle activité ludique, interactive et sociale.
Travaille sur l'émergence de la culture geek.Retrouver ses travaux sur son site :https://davidpeyron.wordpress.com/Culture Geek, Editions Fyp, 2013.Twitter : @kitsunegari13
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Peyron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Travaille sur l'émergence de la culture geek.Retrouver ses travaux sur son site :https://davidpeyron.wordpress.com/Culture Geek, Editions Fyp, 2013.Twitter : @kitsunegari13
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La nouvelle tendance, qui séduit bien au-delà de le sphère geek, illustre en fait le lien toujours existant entre réalité virtuelle et réalité matérielle dans la pratique ludique geek. Pour quelques euros, l'escape game permet de s'ouvrir à une nouvelle activité ludique, interactive et sociale.

Atlantico : Les "escape rooms" ou "escape games" se multiplient en France depuis quelques temps au point de devenir un phénomène de mode. Pouvez-vous, pour commencer, nous expliquer en quoi consistent ces jeux et à quels univers ils font référence ?

David Peyron : Ces jeux reposent sur un mécanisme d'énigme ou plutôt de succession d'énigmes à résoudre de manière collective afin de sortir d'une pièce décorée. C'est une forme ludique finalement assez classique dont on peut trouver des traces dans toute la culture ludique, et notamment dans les jeux vidéo où il est souvent question de résolution d'énigmes de logique afin de progresser, d'entrer ou de sortir d'une pièce ou de passer un niveau. Les fans de Point & Click une forme de jeu classique, mais aussi de Lara Croft, ou encore de la série des Professeur Layton ne seront pas dépaysés.

On peut ajouter qu'un genre de jeux vidéo en soi déjà très populaire sur Internet ces dernières années se nomme escape room : il s'agit justement de trouver comment quitter une pièce le plus vite possible. Comme dans les jeux vidéo, il ne s'agit pas de résoudre une énigme "pure", c'est à dire sortie de son contexte ; elle est insérée dans un scénario et un univers qui viennent se calquer sur les mécaniques ludiques et les épreuves de logique. La différence est que cela se passe de manière collective ce qui peut arriver dans les jeux vidéo mais pas toujours, et qu'il s'agit d'épreuves dans un cadre matériel qui renvoie alors à des pratiques comme le jeu de rôle grandeur nature qui connaît lui aussi un succès grandissant, mais aussi les livres d'énigmes et autres chasses aux trésors. Concernant le cadre, il s'agit le plus souvent de se référer à des univers génériques bien établis, c'est-à-dire à ce que l'on nomme les œuvres "de genre" (science-fiction, horreur, policier, fantastique). Cela s'explique par le fait que ces genres sont déjà très présents dans la culture ludique, et aussi qu'ils sont très codifiés. Ces codes sont connus des passionnés ce qui permet une immersion rapide sans avoir à apprendre beaucoup du contexte. Une salle tâchée de sang, et immédiatement on pense à certains films d'horreurs célèbres ; un bureau et un téléphone de style années 1950 et des dizaines de films noirs viennent en tête. Ainsi, le coût d'accès à l'univers est facilité, ce qui permet de se concentrer sur les énigmes, l'histoire et la collaboration.

Pourquoi le joueur tient-il à s'enfermer avec des amis dans une pièce pour s'échapper ? Quel est le plaisir et l’interaction recherchés ?

Le plaisir de la résolution d'une énigme complexe est bien connu ; c'est le même qui, à une autre échelle, apparaît lorsqu'on termine une grille de Sudoku ou une partie de démineur : le fait d'avoir accompli une tâche difficile mais dans un contexte ludique qui lui donne des enjeux moins angoissants que ceux du quotidien. Cela donne le sentiment d'une capacité d'agir, ce qui est toujours plaisant dans un contexte contemporain incertain. Un jeu est une parenthèse, mais pas une abstraction ; les talents et capacités de chacun sont toujours là et les liens sociaux aussi, et tout est concentré dans le but de résoudre un problème. Dans ce contexte, l'interaction avec les autres est très importante : c'est la dimension humaine qui fait la richesse de ces jeux et qui fait que chaque partie sera différente, et que même l'échec peut être plaisant, alors que dans le même temps, la tension liée au temps limité est grisante. Même si on peut questionner la dimension de récupération utilitariste de la pratique, cela n'est pas étonnant que beaucoup d’entreprises se servent de ces jeux pour resserrer les liens entre employés, car résoudre ensemble un tel ensemble d'énigmes correspond à mener à bien un projet collectif.

En quoi ce phénomène, typique du jeu de rôle, s'inscrit-il dans une légitimation sociale de la culture geek dans notre société ?

Légitimation je ne sais pas, en revanche acceptation oui. Il devient de plus en plus normal d'avoir ce type de loisir et de passer un samedi après-midi à faire un jeu dans un univers imaginaire avec des amis, quand on sait que c'est ce pour quoi les joueurs de jeux de rôle ou de jeux vidéo sont décriés depuis plus de 30 ans. De ce fait, il est clair que les choses ont changé pour des raisons générationnelles, sociales et culturelles.

Alors que nous vivons les premiers pas de la réalité virtuelle, ce retour à la réalité, à l'IRL (In Real Life), est-il un phénomène social profond ou la marque d'un retour d'une culture rétro issue, par exemple, des jeux de plateaux ?

En fait, l'idée de la culture ludique, de la culture geek ou de la culture populaire comme tendant vers un tout virtuel, est fausse depuis les origines et est plutôt le fruit d'un ensemble de représentations parfois poussées par les promoteurs de certaines technologies. Quand on observe les jeunes passionnés aujourd'hui, cette distinction n'a pas de sens et il est aussi absurde de penser qu'ils vont se perdre dans les limbes du cyberspace que de penser qu'ils vont en rester à des manière classiques de jouer ou de consommer de la fiction. Les joueurs de jeux en ligne passent aussi beaucoup de temps à discuter de leurs parties avec leurs amis au quotidien ; ils vont ensuite imprimer en 3D leur avatar du jeu, puis décider d'en faire un costume pour une convention en se renseignant sur les techniques de fabrication sur Youtube ou sur des forums pour ensuite faire leur marché dans une mercerie bien réelle. La matérialité n'a jamais disparu et de l'autre côté, le numérique est un énorme apport pour fluidifier les projets de chacun.

Le succès des escape games, mais aussi des jeux de plateau et de rôles, rappellent que personne ne souhaite une disparition totale des objets et du matériel. La tendance est plutôt à une hybridation complexe dont on est loin d'avoir vu toutes les conséquences ; les objets et les décors concrets ont une force indépassable (on le voit au cinéma avec un retour à des effets moins purement numériques) et dans le même temps, la culture numérique et des réseaux sociaux permet d'apporter énormément à ces objets en multipliant leurs possibilités ludiques et participatives. On peut jouer à des jeux de plateau avec son smartphone et on peut dessiner avec un logiciel spécialisé la carte de sa prochaine chasse au trésor entre amis, à quoi s'ajoute comme un outil supplémentaire la réalité virtuelle. Tout est possible et rien n'est séparé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires