En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
C'est sacré
Pourquoi l’aveuglement occidental est la plus grande force de l’islam : illustration avec la "Déclaration de Marrakech"
Publié le 26 mai 2016
Alors que de nombreux dignitaires, personnalités, intellectuels et chefs religieux musulmans se sont réunis à Marrakech en janvier dernier pour évoquer le sort réservé aux minorités non-musulmanes, la Déclaration qui s'en est suivie n'est pas pour rassurer les sociétés occidentales sur la compatibilité de l'islam avec leur mode de vie.
Jean Lafontaine est l'auteur de l’ouvrage L’islam de France (et d’Europe). Un message de paix ?, aux éditions 7écrit. Il a également publié Les sources doctrinales de l’État Islamique, aux éditions UPPR.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Lafontaine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Lafontaine est l'auteur de l’ouvrage L’islam de France (et d’Europe). Un message de paix ?, aux éditions 7écrit. Il a également publié Les sources doctrinales de l’État Islamique, aux éditions UPPR.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que de nombreux dignitaires, personnalités, intellectuels et chefs religieux musulmans se sont réunis à Marrakech en janvier dernier pour évoquer le sort réservé aux minorités non-musulmanes, la Déclaration qui s'en est suivie n'est pas pour rassurer les sociétés occidentales sur la compatibilité de l'islam avec leur mode de vie.

La revivification de l’islam de Mahomet par les groupes dits "islamistes" (bien qu’aucune définition ne soit jamais donnée) pose un problème majeur au monde musulman dans sa relation au monde occidental, celui-ci étant imprégné par des valeurs qu’il pense universelles et qui le conduisent à être relativement attentif au sort des minorités non-musulmanes dans les pays musulmans.

Le traitement terrible appliqué à ces minorités non-musulmanes conformément à un certain nombre de textes sacrés musulmans authentiques a conduit la communauté musulmane à réagir au niveau international par la rédaction en janvier 2016 d’une déclaration, la "Déclaration de Marrakech sur les Droits des Minorités Religieuses dans le Monde Islamique", dont on peut se demander si malheureusement le principal effet tangible n’est pas in fine de dédouaner l’islam de sa responsabilité au regard des horreurs que l’on commet en son nom.

Cette Déclaration est le fruit d’une rencontre organisée conjointement par le ministère des Habous et des Affaires islamiques (Maroc) et le Forum pour la Promotion de la Paix dans les Sociétés Musulmanes (Émirats Arabes Unis), tenue à Marrakech du 25 au 27 janvier 2016. Plus de 300 personnalités, oulémas, intellectuels, ministres, muftis, et chefs religieux musulmans, de différents rites et tendances, s’y sont réunis, ainsi que les représentants des instances et des organisations islamiques et internationales de plus de 120 pays.

En voici le texte

Il est intéressant d’analyser les arguments que le Collège des oulémas oppose à la doctrine des groupes dits "islamistes" dans la section "Rappel des principes universels et des valeurs fédératrices (ou consensuelles) prônées par l’Islam". Malheureusement, la contrainte de longueur qui m’est imposée dans le cadre de cet article nécessite de limiter certains développements.

Passons sur les arguments d’autorité niant la "légitimité scientifique (intellectuelle) ou politique" des islamistes, le recours à la notion de "science" dans le domaine religieux étant d’ailleurs particulièrement incongru même si l’islam est très friand de prétendues "preuves" qu’il faut apporter pour être "véridique" (cf. la phraséologie musulmane et autres éléments de langage), celles-ci étant naturellement "évidentes", ce qui permet de couper court à toute discussion puisque l’évidence est par nature indiscutable et ne nécessite aucune démonstration. 

Passons également sur l’argument de la calomnie qui consiste à accuser sur la base de propos ou de faits imaginaires. Il ne s’agit pas de cela ici puisque l’immense difficulté rencontrée par la communauté musulmane est bien que les textes sur lesquels s’appuient les pratiques criminelles évoquées existent bel et bien, qu’ils sont même tout à fait authentiques et que leur existence est parfaitement reconnue par tous les musulmans qui ont lu leurs propres textes sacrés. Mahomet a-t-il appelé à étendre l’islam par les armes avec le jihad ? Incontestablement. A-t-il exterminé une bonne part des juifs de Médine ? Assurément, à en lire les textes musulmans eux-mêmes. A-t-il appelé à tuer tous les juifs ? Oui, à lire tout simplement certains hadiths dont l’authenticité a été soigneusement validée par les érudits musulmans au terme d’une procédure de vérification longue et détaillée. Etc. Aussi, l’argument récurrent de la "stigmatisation" est une illustration de la méthodologie de la "victimisation" régulièrement utilisée par l’islam dans les pays occidentaux pour évacuer un débat lorsque le contre-argumentaire proposée par la communauté musulmane est notoirement insuffisant.

En remettant au goût du jour l’islam de Mahomet, qui a prôné ouvertement le jihad (combat armé dans le sentier d’Allah) contre les non-musulmans, l’État Islamique et les autres groupes dits "islamistes" appliquent effectivement des méthodes de guerre et un choix de modèle social dont ont à souffrir les minorités non-musulmanes en terre d’islam. Il est néanmoins bon de rappeler que le statut des non-musulmans en terre d’islam n’a jamais été, par sa nature même, particulièrement réjouissant, toute la culture musulmane étant fondée sur un communautarisme strict et sur la supériorité de la communauté musulmane sur toutes les autres : 

- pour les juifs et les chrétiens (gens du Livre), il s’agit du statut de "dhimmi", qu’on traduit par "protégé" car ceux-ci, sous réserve d’accepter de se soumettre à l’autorité religieuse musulmane qui leur est imposée, voient leur vie préservée moyennant, entre autres, le paiement d’impôts spécifiques (la jizya) destinés au financement de la communauté musulmane : il s’agit clairement d’un statut de citoyen de seconde zone avec des droits inférieurs à ceux accordés aux musulmans ;

- pour les autres non-musulmans, c’est la conversion ou la mort.

D’ailleurs, il a fallu attendre au XXème siècle les traités qui ont suivi la Première Guerre mondiale pour que ce statut disparaisse dans l’empire ottoman sous la pression occidentale.

Le Collège mentionne ensuite un certain nombre de versets à l’appui de son argumentaire : que peut-on en dire ?

  • Les références relatives à la diversité des communautés humaines

Le discours relatif aux hommes en tant que communauté universelle s’inscrit en islam dans le rattachement de tous les hommes à leur créateur, Allah : les hommes sont "honorés" comme étant les créatures d’Allah et supérieures à toutes les autres créatures terrestres. Toutefois, cela n’induit en rien l’idée que toutes les communautés humaines se valent, puisque le Coran dit précisément le contraire : "Vous [les musulmans] formez la meilleure communauté qui ait surgi parmi les hommes : vous ordonnez le convenable, vous interdisez ce qui est blâmable et vous croyez en Allah. Si les gens du Livre [juifs et chrétiens] croyaient, ce serait meilleur pour eux. Parmi eux, certains croient, mais la plupart d'entre eux sont des pervers." (sourate 3, verset 110). Ou encore : "Ne perdez pas courage, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais musulmans." (sourate 3 verset 139) 

Le Coran se borne en réalité à constater que, dans le monde voulu par Allah, certains hommes sont musulmans et d’autres non. Cela ne correspond absolument pas à une neutralité religieuse qui mettrait au même niveau toutes les religions ou croyances. L’islam est la religion parfaite voulue par Allah (cf. sourate 5, verset 3) ; les musulmans doivent en permanence chercher à étendre l’islam partout où ils le peuvent (d’où la notion de territoire de "guerre", dar-al-harb, territoire non-musulman). L’existence d’un monde mécréant n’est là finalement que pour éprouver la foi du croyant musulman.

Pour résumer, la liberté religieuse en islam n’existe pas ! Ce qui est d’ailleurs amplement démontré par le fait que l’apostasie (abandon de l’islam) est très sévèrement punie conformément à la recommandation de Mahomet (hadith authentique) : "Celui qui change pour une autre la vraie religion [l’islam], qu’on le tue."

Il faut d’ailleurs savoir que le Conseil Français du Culte Musulman, que certains veulent ériger en représentant institutionnel de l’islam de France, refuse toujours aujourd’hui aux musulmans de France la liberté d’apostasier ! Comment peut-on dans ces conditions parler d’une compatibilité de l’islam avec les droits de l’homme tels que l’Occident les conçoit ?

  • "Nulle contrainte en religion" (Al-Baqara, 256)

Cet argument traditionnel exploite la mauvaise connaissance de l’islam par l’Occident : quand les Occidentaux comprendront-ils enfin que ce verset fait partie des versets abrogés par le jihad déclenché par Mahomet ? 

Ce verset, précisément situé dans la biographie de Mahomet (Sira d’Ibn Ishâq/Ibn Hîcham du IXème siècle) à l’époque où Mahomet cherchait à convertir les juifs à sa propre religion peu après son installation à Médine, correspond à la période où Mahomet faisait preuve de tolérance pour des raisons de stricte tactique politique. Ce n’est qu’après avoir constaté l’impossibilité de convertir les juifs qu’il a décidé de s’en débarrasser, jusqu’à les exterminer. 

Le jihad (une multitude de versets y renvoie comme le verset 193 de la sourate 2, le verset 29 de la sourate 9, etc.) a mis fin à la tolérance vis-à-vis des non-musulmans ce qui explique qu’il n’y a en réalité pas de contradiction dans le Coran. Tout cela est très clair et très simple, et tous les imams le savent. 

Ce qui n’empêche toutefois pas la cécité occidentale de continuer à être abondamment exploitée, notamment en raison du fait que pour un esprit occidental, souvent imprégné (consciemment ou inconsciemment) par le christianisme (ou par le bouddhisme), un propos religieux sacré a forcément une valeur intemporelle et universelle : ce qui est une profonde erreur dans le cas de l’islam compte tenu de la règle de l’abrogation (cf. sourate 13, verset 39 ou sourate 16, verset 101).

  •  vous qui croyez ! Entrez tous dans la paix" (Al-Baqara, 208) 

Si l’on met de côté la question du jihad –ce qui est déjà notoirement problématique–, on peut émettre l’idée que la paix serait la devise de l’islam mais seulement au sens où celui qui croit est en principe sur le bon chemin pour acquérir cette paix (le salut par l’islam). Or dire cela ne dit rien sur le sort des incrédules (ou mécréants) : l’invitation à "entrer dans la paix" ne s’adresse qu’à ceux qui croient, c’est-à-dire aux musulmans. À l’inverse, les incrédules sont voués par une multitude de versets du Coran au châtiment de la fournaise, à la Géhenne, dans des conditions épouvantables (par ex. le verset 88 de la sourate 16 : "Ceux qui ne croient pas et obstruent le chemin vers Allah, Nous leur infligerons châtiment sur châtiment en punition de la corruption qu'ils sèment sur terre."). La paix musulmane n’a donc pas grand-chose à voir avec la paix universelle qu’on peut souhaiter à tous, croyants ou mécréants. 

  • "S’ils inclinent à la paix, fais de même ; confie-toi à Dieu" (Al-Anfâl, 61)

Ce verset figure précisément dans la biographie de Mahomet. Le traducteur de la Sîra publiée aux Editions Al Bouraq (Abddurahmân Badawî) précise ce que ce verset veut dire : "S’ils t’invitent à faire la paix sur la base de leur conversion à l’islam, alors fais la paix avec eux sous cette condition." Il ajoute : "Cette explication est très importante : ce n’est pas la paix à tout prix, ou sans aucun prix, qu’il faut conclure avec l’ennemi. Voilà un avertissement solennel à tous ceux qui, aujourd’hui, jouent avec le sens de ce verset ! "

Cette remarque fondamentale est tout à fait cohérente avec le verset suivant : "Ne faiblissez pas ! N'appelez pas à la paix si vous êtes les plus forts. Allah est avec vous et Il ne vous privera pas de la récompense de vos œuvres." (sourate 47, verset 35). Ceci n’est pas une prise de position individuelle de M. Badawî : on retrouve exactement la même idée dans la jurisprudence chaféite (section o9.16) validée par l’université Al-Azhar.

Tout cela est donc parfaitement logique et cohérent avec la doctrine du jihad : la paix avec l’ennemi est seulement la conséquence de l’impossibilité pour les musulmans d’avoir le dessus dans un contexte donné. C’est simplement une solution d’attente en attendant des jours meilleurs. 

  • "Nous t’avons seulement envoyé comme une miséricorde aux mondes" (Al-Anbiyâ’, 107)

Lorsqu’on évoque la notion de miséricorde dans le monde occidental, chacun tend à penser à une action de bonté universelle, absolument inconditionnée, sur le modèle chrétien ou bouddhiste : or penser qu’il s’agit de la même conception en islam semble tout à fait erroné. Lorsque le Coran parle de Mahomet en tant que miséricorde, il veut simplement dire que Mahomet, par la transmission de la parole divine, offre à chacun, par le fait de croire (ou plus précisément de "témoigner"), la possibilité de parvenir au salut de son âme. Le rôle de Mahomet est en effet strictement limité à celui de messager, d’"avertisseur explicite" : Mahomet avertit simplement du grand intérêt qu’il y a à être croyant, à se soumettre, pour échapper au châtiment d’Allah. 

La charité et la bienveillance étant des valeurs universelles, elles devraient s’appliquer inconditionnellement à tous, comme chez Matthieu (5,44) : "Eh bien ! Moi je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour vos persécuteurs" ; mais tel est loin d’être le cas en islam. Le Coran limite a priori le champ de la charité et de la bienveillance au périmètre des hommes qui n’ont pas lutté contre l’islam, la notion de "combat à cause de la foi" pouvant s’entendre d’un point de vue militaire mais aussi tout simplement comme le seul fait de ne pas reconnaître Allah et son Prophète et de ne pas avoir peur de le proclamer.

De façon générale, la non-reconnaissance d’Allah et de Mahomet exclut d’office la personne du champ de la bienveillance, par exemple : "Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour alliés Mes ennemis et les vôtres, leur offrant l'amitié, alors qu'ils ne reconnaissent pas la vérité qui vous est parvenue. (…)" (sourate 60, verset 1) Et également : "S'ils vous poursuivent [de leurs efforts pour faire apostasier], ils seront des ennemis pour vous et vous malmèneront de leurs mains et de leurs langues. Ils aimeraient que vous deveniez mécréants." (sourate 60, verset 2) 

CONCLUSION 

L’argumentaire doctrinal élaboré par le Collège des oulémas laisse assez largement à désirer et est en réalité d’une grande faiblesse, faisant notamment totalement fi de l’évolution de la parole de Mahomet en fonction de ses objectifs politiques et de tous les versets "problématiques" qui prônent le jihad, l’inégalité des communautés humaines, etc. On s’attendrait, compte tenu du caractère éminent du Collège, à quelque chose de beaucoup plus fouillé, de beaucoup moins contestable et de moins opportuniste. 

Malheureusement le caractère déstructuré et confus du texte coranique au regard des critères occidentaux de logique et de cheminement de la pensée –ce qui fait que les Occidentaux font semble-t-il rarement l’effort de le lire– se prête assez facilement à des choix orientés vis-à-vis des Occidentaux dont il n’est possible de sortir que par une reprise systématique et quasi-exhaustive de l’ensemble des versets relatifs à un thème donné. L’austérité de cette approche peut rebuter mais elle seule permet de donner une vision plus objective de la réalité finale du message coranique et de dépasser, par sa puissance "statistique" (ex. mise en comparaison de la liste des versets relatifs au jihad et ceux appelant à la bienveillance vis-à-vis des non-musulmans), l’obstacle de la traduction (ce n’est jamais la bonne traduction…) si souvent mis en avant pour réduire d’emblée à néant toute approche critique occidentale jugée "non conforme" aux intérêts de l’islam. 

Le problème n’est-il pas finalement que l’orgueil pousse les occidentaux à disserter sur l’islam sans avoir lu ses textes sacrés et sur la base d’un cadre conceptuel totalement inadapté ? Un peu comme si on parlait du nazisme sans avoir lu Mein Kampf ou du marxisme sans avoir lu Le Capital.

 

Pour information, le texte intégral de la Déclaration de Marrakech sur les Droits des Minorités Religieuses dans le Monde Islamique est consultable ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
03.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
04.
Psychologie de la Saint Valentin : attention au danger psychologique d’un abus de romantisme
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (51)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 30/05/2016 - 15:15
pas de Dieu
Le reste des problemes, finalement, c'est la survie de l'espece. On est animal et l'instinct de survie existe.
valencia77
- 30/05/2016 - 15:11
200
200 ou plus milliards de galaxys dans l'univers. aucune logic pour y admettre un Dieu createur.
moneo
- 29/05/2016 - 17:48
l'opium du peuple
les religions...le meilleur moyen d exterminer des gens c'est de leur donner des certitudes religieuse de l'au de là ou terrestre....la science ne répond pas à toute les questions comme dit le Gorille Mais elles n'apportent que des réponses qui ne supportent pas de contestations....
Nasser au nom du communisme ( religion terrestre) avait dévoilé le femmes de la bourgeoisie égyptienne , depuis les vieilleries du moyen âge reprenait leurs droits..Avec 1789 nous avons peu à peu renvoyer les partisans du Diable et du Bon Dieu dans leurs églises , avec 1968 le pays a été dirigé par des gens qui n'osent plus affronter le problème du bien et du mal dans une société, les instituteurs de la 3 ème république ont été mis aux placards,....nous voila désormais devoir affronter un adversaire religieux cohérent dans ses croyances et détestables pour les non croyants les chrétiens et les juifs ( l'ancien testament est pas mal non plus question intolérance)
je ne vois pas comment nos descendants peuvent gagner la bataille idéologique surtout que les pauvres petits sont abreuvés de..Religion Verte....celle ci tuera plus de monde pour sauver la PLANETE ( DIEU)