En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 7 min 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 3 heures 13 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 4 heures 49 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 5 heures 20 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 10 heures 18 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 53 min 40 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 3 heures 4 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 4 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 5 heures 28 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 5 heures 49 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 10 heures 23 min
Atlantico Business

Quand Macron reconnaît que l'Etat a racketté EDF comme un vulgaire capitaliste n’aurait jamais osé le faire…

Publié le 25 avril 2016
La démonstration faite par le ministre de l’Economie pour expliquer le plan de sauvetage d'EDF ne pouvait pas être plus limpide. En gros, l’Etat est venu au secours d'EDF parce que l’Etat a ponctionné et racketté le dinosaure nucléaire au prix d’hypothéquer son avenir. Ce mécanisme de racket était ultra simple. Ce diagnostic devrait déboucher sur une remise à plat totale des relations que l’Etat entretient avec les grandes entreprises encore publiques.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La démonstration faite par le ministre de l’Economie pour expliquer le plan de sauvetage d'EDF ne pouvait pas être plus limpide. En gros, l’Etat est venu au secours d'EDF parce que l’Etat a ponctionné et racketté le dinosaure nucléaire au prix d’hypothéquer son avenir. Ce mécanisme de racket était ultra simple. Ce diagnostic devrait déboucher sur une remise à plat totale des relations que l’Etat entretient avec les grandes entreprises encore publiques.

Quand Jean-Bernard Levy est arrivé à la présidence d'EDF en fin d'année dernière, il s’est rapidement aperçu qu'on ne lui avait pas fait un cadeau. Sur le plan personnel, n’aurait-il pas préféré rester chez Thales. Mais avait-il le choix ? Sans doute pas.

La situation à EDF est, sur le plan financier, désastreuse. Elle était surtout figée dans la mesure où le pouvoir politique empêche le management de bouger une oreille. Les contraintes politiques et syndicales paralysent le groupe.

En bref, EDF, c’est 37 milliards d'euros de dette avec des besoins de financement à trouver de toute urgence pour rééquilibrer l'ensemble :

-Il faut tout à la fois restructurer la filière nucléaire et passer les comptes d’Areva au karcher ;

-Il faut dégager un plan de financement pour entretenir le parc des centrales existantes, dont il faut reculer l’âge de départ à la retraite ;

-Il faut re-booster la construction des centrales de 4ème génération et dépanner les chantiers d’EPR de Flamanville et de Norvège ;

-Il faut enfin sécuriser l’investissement d'EDF pour la construction du potentiel de production électrique de la Grande-Bretagne.

A très court terme, il fallait donc trouver 5 milliards d’euros.

EDF ne les avait évidemment pas, d’autant que la participation d’EDF à la Bourse était fragile, trop étroite. L’Etat possédant encore plus de 80% du capital, les prix de cession de l’électricité ne pouvaient pas être augmentés, tout cela dans un climat social assez tendu en interne, et stressé par les antinucléaires qui, en France, n’ont pas baissé les bras.

Pour sortir de ce piège, l'Etat a bien été obligé de plonger la main dans son budget.

Le plan de sauvetage va passer par une augmentation des fonds propres de l'entreprise de 5 milliards d'euros … dont 3 milliards d'augmentation de capital en cash souscrit par l’Etat et l’abandon de deux années de dividendes, soit 2 milliards qui resteront en trésorerie.  

Ces moyens vont permettre de financer la restructuration de la filière nucléaire, remettre Areva en équilibre, et programmer le plan d’entretien du parc des centrales françaises.

Pour l’investissement britannique, on verra plus tard pour trouver des financements de marché au niveau international.

Ce qui est intéressant dans ce montage, c’est qu’il révèle très clairement le mécanisme d’asphyxie dans lequel on avait enfermé EDF. Depuis dix ans environ, l’Etat était complètement schizophrène.

D'un côté, il considérait EDF comme un service public avec un cahier des charges ultra-compliqué en termes de sécurité et de technologie, avec une obligation absolue d’approvisionnement, avec des prix de vente au public complètement contrôlé par l’Etat. Ce dernier, qui a toujours considéré les tarifs comme un marqueur politique, surveillait la moindre velléité d’augmentation 

Mais d‘un autre côté, l’Etat s’est aussi comporté comme le pire des capitalistes.  Propriétaire de ce patrimoine industriel hors du commun, l’Etat a toujours poussé les dirigeants à conquérir le monde pour vendre la technologie, tout en exigeant des rendements financiers importants.

Emmanuel Macron rappelait hier au JDD qu'EDF a versé, en dix ans, plus de 20 milliards d’euros en dividendes sans jamais autoriser l'entreprise à augmenter des prix.

Ce sont ces dividendes-là qui manquent à l'entreprise pour se développer et financer ses investissements.

Sans polémiquer, les pouvoirs politiques successifs , (celui-ci comme le précédent) ont ponctionné EDF, mais du coup, ils ont obligé l’entreprise à s’endetter.

EDF s’est donc comporté comme certaines holdings financières qui font remonter des dividendes excessifs et obligent les filiales à s'endetter ou à se serrer la ceinture.

EDF est un cas caricatural de la façon dont l'Etat gère ses participations publiques. On fait "cracher" les filiales et on les oblige à s’endetter avec la garantie de l'Etat. "On est limite cavalerie".

C’est évidemment ce système-là que le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, vient de dénoncer.

La logique voudrait qu'à l'avenir, l’Etat assainisse une bonne fois pour toute ses relations avec les entreprises où il détient des participations. C’est le cas d’Air-France, de la SNCF, de la RATP, d’Aéroport de Paris, et de beaucoup d’autres entreprises.

Il faut arrêter de faire croire que l'Etat est présent dans l'économie pour protéger les intérêts sociaux ou des obligations de service public, alors que très souvent, l’Etat est présent pour pouvoir dissimuler une partie de l'endettement dont il a besoin pour couvrir ses frais de fonctionnement. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

07.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kaprate
- 25/04/2016 - 20:29
L'Etat vampire
qui pompe les dividendes comme on suce le sang de la victime jusqu'à ce qu'elle devienne elle même un mort vivant...
jurgio
- 25/04/2016 - 15:58
Pour qu'une personne ait des résultats aussi catastrophiques
pendant aussi longtemps, c'est qu'elle avait tout de même es talents cachés.
Mamounette
- 25/04/2016 - 15:40
Le cas Lauvergon
En 2006, Thierry Breton voulait ne pas reconduire Anne Lauvergon à la tète d'Areva, Chirac a refusé. Quand Sarko l'a viré, hurlements à gauche, le plus bizarre, elle n'a pas retrouvé un poste équivalent. Donc il y a un os avec la Dame.