En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 5 min 27 sec
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 1 heure 28 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 2 heures 30 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 3 heures 17 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 3 heures 55 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
BCE

"En finir avec une politique monétaire insensée ?" Petite démolition argumentée d’un raisonnement 100% faussé

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 5 heures 39 min
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 18 heures 1 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 20 heures 43 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 4 heures 49 sec
décryptage > Social
La réforme venait du froid

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 5 heures 13 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 5 heures 50 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 20 heures 23 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 21 heures 29 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Bon genre

Et si Prince, comme David Bowie, avait trouvé une manière beaucoup plus efficace de bousculer les codes de l’identité sexuelle que l’idéologie du genre ?

Publié le 23 avril 2016
L'auteur-compositeur et interprète star Prince s'est éteint ce jeudi 21 avril 2016, à l'âge de 57 ans dans la ville américaine de Chanhassen. Comme l'anglais David Bowie qui a incarné plusieurs personnages au cour de sa carrière, il a joué sur les codes de l'identité sexuelle avec une certaine forme de subtilité plus efficace que les théories du genre.
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli, sociologue, membre de l'Institut universitaire de France, est professeur à la Sorbonne.Après avoir publié Homo Eroticus aux éditions du CNRS, il a écrit les Nouveaux Bien-pensants, aux éditions du Moment (janvier 2014).Michel...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'auteur-compositeur et interprète star Prince s'est éteint ce jeudi 21 avril 2016, à l'âge de 57 ans dans la ville américaine de Chanhassen. Comme l'anglais David Bowie qui a incarné plusieurs personnages au cour de sa carrière, il a joué sur les codes de l'identité sexuelle avec une certaine forme de subtilité plus efficace que les théories du genre.

Atlantico : Le chanteur Prince est décédé ce jeudi à l'âge de 57 ans. Il était mondialement connu pour son image sexuellement trouble, jouant sur le mélange des genres masculin et féminin. Comme David Bowie, décédé en janvier dernier, n'a-t-il pas efficacement contribué à ouvrir le champ des possibles en termes d'identité sexuelle ?

Michel Maffesoli : Oui, bien sûr, Prince comme David Bowie a sûrement été célèbre, outre sa musique, aussi pour ce jeu sur les codes des genres masculin et féminin. 

Mais je ne parlerais pas d’identité, car justement il ne revendiquait ni identité masculine, ni féminine, mais pas non plus transgenre ou autres constructions. Je parlerais plutôt à ce propos d’identifications multiples, successives et pouvant en quelque sorte être contradictoires. C’est là une des caractéristiques de la postmodernité que cette labilité qui permet à une personne de revêtir alternativement tel masque ou tel autre, de s’affubler des signes de tel genre ou tel autre. 

Jouer à être homme ou femme, garçon ou fille c’est également un trait quelque peu enfantin. Mais justement, la postmodernité voit revenir la figure de ce "puer aeternus", enfant éternel qui charme les adultes. Ou pour le dire autrement, la figure de l’androgyne platonicien qui préfigurait le monde de l’amour. En ce sens, ces figures sont représentatives de ce que j’appelle le retour de l’ordo amoris, de l’importance de l’homo eroticus. 

Ces grandes figures qui structurent l’imaginaire d’une époque s’incarnent toujours dans des personnages emblématiques : David Bowie en a été un, Prince un autre. L’attachement que leur portent leurs fans va bien sûr à leur musique, mais également à ce qu’ils représentent, à la force de leur image. 

Dans quelle mesure la manière originale et personnelle dont ces deux chanteurs (et d'autres) ont su bousculer les codes traditionnels de la virilité est-elle plus rationnelle que l'approche proposée par l'idéologie du genre, qui s'immisce partout dans nos sociétés depuis quelques années ?

L’idéologie du genre présuppose que les spécificités attribuées à chaque sexe sont des constructions sociales et que dans la mesure où elles empêchent l’égalité entre les genres, elles sont à critiquer et à dépasser. Cette attitude critique me semble relever d’une épistémè saturée : d’une part elle présuppose qu’aucune donnée naturelle ne s’impose à l’homme, qu’il peut modeler la nature et changer le monde selon ses souhaits et d’autre part, elle n’admet pas une pensée contraire, assimilée à du sexisme ou du machisme. Cette idéologie du genre tend à revêtir pour s’imposer des modes opératoires plutôt brutaux, il s’agit d’un combat, d’une lutte, il faut éradiquer les stéréotypes de genre et imposer une égalisation comme le dirait Walter Benjamin homogène et vide. 

Ce n’est justement pas cette logique du devoir être qu’ont adoptée ces deux stars, et bien d’autres aussi, parfois dans la discrétion la plus absolue. Justement pour pouvoir bousculer les assignations à identité, ils n’ont pas combattu, mais rusé. 

On peut parler à leur propos de duplicité, renvoyant au célèbre poème de Rimbaut : "Je est un autre". Au-lieu de se revendiquer différent, ils slaloment pour ainsi dire entre les genres, adoptant selon les moments et selon les personnes avec lesquelles ils s’affichent, un masque différent. La personne, au sens latin, c’est l’acteur qui met un masque. Mais là, c’est toute la vie qui est spectacle et c’est cette virevolte au travers des genres qui produit cette incroyable énergie et aimante les fans.

Est-il encore possible aujourd'hui de produire le même effet sur le public que celui qu'ont pu avoir ces chanteurs dans les années 1980 ? Peut-on encore être dérangé, même dans un sens positif, par le fait qu'un homme adopte une image et des codes féminins sur scène ?

Il suffit de voir ce que sont la publicité, la mode et tout simplement la théâtralité de nos rues, pour comprendre que les jeunes générations ont parfaitement intégré l’aspect ludique qui fut celui de Prince et de David Bowie. Seuls les esprits chagrins peuvent s’en offusquer. 

Il est vrai que leur mise en scène ne scandalise plus vraiment l’opinion, même si pour certains bien-pensants elle peut être considérée comme futile, non sérieuse. 

Ce qui est certain et ce que montrent bien les réactions innombrables de tristesse générées par ces deux morts, c’est qu’il y avait un véritable sentiment du public à leur égard. En ce sens, par leur présence et par leur jeu autour des codes de genre, ils n’ont pas été des meneurs de lutte, mais des icônes. Ils permettent à tout un chacun de s’identifier à eux, et donc de transcender les identités assignées. Mais ce non pas comme un combat, une lutte, visant à obtenir des droits ou une reconnaissance, mais plutôt comme une présence évidente et complète. C’est toute la différence entre la modernité et la postmodernité qu’incarnent ces deux figures : dans la modernité, le meneur énonce l’objectif et mène la lutte ; dans la postmodernité, certaines figures incarnent tous les possibles, ici et maintenant. Non pas revendiquer une identité de genre pour demain, mais être dès à présent, homme et femme, adulte et enfant, homosexuel et hétérosexuel. 

Cette communion de tous au travers ou autour de figures emblématiques, est particulièrement intense dans ces moments où l’on pleure ensemble le mort (rites piaculaires disait Durkheim). Ecouter en boucle les titres les plus connus de la vedette disparue s’apparente en quelque sorte à un rite sacramentel : forme visible manifestant l’invisible, l’invisible étant ce lien qui lie les fans entre eux, autour et à travers leur vedette.

Au contraire de ce qu’il est commun d’affirmer, il faut voir là un profond mouvement de retour du religieux. Mais non pas un religieux institué et dogmatique, mais un religieux diffus. Ce que j’ai appelé sacral.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Camtom
- 23/04/2016 - 17:15
Alors vraiment peu importe ce
Alors vraiment peu importe ce qui peut être raconté, c'etait un vrai showman... Les meilleurs concerts que j'ai vus, c'est lui!!
cloette
- 23/04/2016 - 13:19
En revanche
Pour Michael Jackson, la recherche d'identité n'a jamais abouti .
Deudeuche
- 23/04/2016 - 10:09
Le monde façonné à l'image
des adolescents perpétuels saltimbanques, en recherche d'identité dans un vide sidéral ou le néant. Faut il pleurer ces gens overdosés?