En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Macron skie français

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

ça vient d'être publié
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 0 s
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 27 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 33 min 54 sec
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 1 heure 5 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 3 heures 46 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 4 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 9 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 31 min 13 sec
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 45 min 53 sec
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 1 heure 28 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 3 heures 56 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 4 heures 14 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Bon genre

Et si Prince, comme David Bowie, avait trouvé une manière beaucoup plus efficace de bousculer les codes de l’identité sexuelle que l’idéologie du genre ?

Publié le 23 avril 2016
L'auteur-compositeur et interprète star Prince s'est éteint ce jeudi 21 avril 2016, à l'âge de 57 ans dans la ville américaine de Chanhassen. Comme l'anglais David Bowie qui a incarné plusieurs personnages au cour de sa carrière, il a joué sur les codes de l'identité sexuelle avec une certaine forme de subtilité plus efficace que les théories du genre.
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'auteur-compositeur et interprète star Prince s'est éteint ce jeudi 21 avril 2016, à l'âge de 57 ans dans la ville américaine de Chanhassen. Comme l'anglais David Bowie qui a incarné plusieurs personnages au cour de sa carrière, il a joué sur les codes de l'identité sexuelle avec une certaine forme de subtilité plus efficace que les théories du genre.

Atlantico : Le chanteur Prince est décédé ce jeudi à l'âge de 57 ans. Il était mondialement connu pour son image sexuellement trouble, jouant sur le mélange des genres masculin et féminin. Comme David Bowie, décédé en janvier dernier, n'a-t-il pas efficacement contribué à ouvrir le champ des possibles en termes d'identité sexuelle ?

Michel Maffesoli : Oui, bien sûr, Prince comme David Bowie a sûrement été célèbre, outre sa musique, aussi pour ce jeu sur les codes des genres masculin et féminin. 

Mais je ne parlerais pas d’identité, car justement il ne revendiquait ni identité masculine, ni féminine, mais pas non plus transgenre ou autres constructions. Je parlerais plutôt à ce propos d’identifications multiples, successives et pouvant en quelque sorte être contradictoires. C’est là une des caractéristiques de la postmodernité que cette labilité qui permet à une personne de revêtir alternativement tel masque ou tel autre, de s’affubler des signes de tel genre ou tel autre. 

Jouer à être homme ou femme, garçon ou fille c’est également un trait quelque peu enfantin. Mais justement, la postmodernité voit revenir la figure de ce "puer aeternus", enfant éternel qui charme les adultes. Ou pour le dire autrement, la figure de l’androgyne platonicien qui préfigurait le monde de l’amour. En ce sens, ces figures sont représentatives de ce que j’appelle le retour de l’ordo amoris, de l’importance de l’homo eroticus. 

Ces grandes figures qui structurent l’imaginaire d’une époque s’incarnent toujours dans des personnages emblématiques : David Bowie en a été un, Prince un autre. L’attachement que leur portent leurs fans va bien sûr à leur musique, mais également à ce qu’ils représentent, à la force de leur image. 

Dans quelle mesure la manière originale et personnelle dont ces deux chanteurs (et d'autres) ont su bousculer les codes traditionnels de la virilité est-elle plus rationnelle que l'approche proposée par l'idéologie du genre, qui s'immisce partout dans nos sociétés depuis quelques années ?

L’idéologie du genre présuppose que les spécificités attribuées à chaque sexe sont des constructions sociales et que dans la mesure où elles empêchent l’égalité entre les genres, elles sont à critiquer et à dépasser. Cette attitude critique me semble relever d’une épistémè saturée : d’une part elle présuppose qu’aucune donnée naturelle ne s’impose à l’homme, qu’il peut modeler la nature et changer le monde selon ses souhaits et d’autre part, elle n’admet pas une pensée contraire, assimilée à du sexisme ou du machisme. Cette idéologie du genre tend à revêtir pour s’imposer des modes opératoires plutôt brutaux, il s’agit d’un combat, d’une lutte, il faut éradiquer les stéréotypes de genre et imposer une égalisation comme le dirait Walter Benjamin homogène et vide. 

Ce n’est justement pas cette logique du devoir être qu’ont adoptée ces deux stars, et bien d’autres aussi, parfois dans la discrétion la plus absolue. Justement pour pouvoir bousculer les assignations à identité, ils n’ont pas combattu, mais rusé. 

On peut parler à leur propos de duplicité, renvoyant au célèbre poème de Rimbaut : "Je est un autre". Au-lieu de se revendiquer différent, ils slaloment pour ainsi dire entre les genres, adoptant selon les moments et selon les personnes avec lesquelles ils s’affichent, un masque différent. La personne, au sens latin, c’est l’acteur qui met un masque. Mais là, c’est toute la vie qui est spectacle et c’est cette virevolte au travers des genres qui produit cette incroyable énergie et aimante les fans.

Est-il encore possible aujourd'hui de produire le même effet sur le public que celui qu'ont pu avoir ces chanteurs dans les années 1980 ? Peut-on encore être dérangé, même dans un sens positif, par le fait qu'un homme adopte une image et des codes féminins sur scène ?

Il suffit de voir ce que sont la publicité, la mode et tout simplement la théâtralité de nos rues, pour comprendre que les jeunes générations ont parfaitement intégré l’aspect ludique qui fut celui de Prince et de David Bowie. Seuls les esprits chagrins peuvent s’en offusquer. 

Il est vrai que leur mise en scène ne scandalise plus vraiment l’opinion, même si pour certains bien-pensants elle peut être considérée comme futile, non sérieuse. 

Ce qui est certain et ce que montrent bien les réactions innombrables de tristesse générées par ces deux morts, c’est qu’il y avait un véritable sentiment du public à leur égard. En ce sens, par leur présence et par leur jeu autour des codes de genre, ils n’ont pas été des meneurs de lutte, mais des icônes. Ils permettent à tout un chacun de s’identifier à eux, et donc de transcender les identités assignées. Mais ce non pas comme un combat, une lutte, visant à obtenir des droits ou une reconnaissance, mais plutôt comme une présence évidente et complète. C’est toute la différence entre la modernité et la postmodernité qu’incarnent ces deux figures : dans la modernité, le meneur énonce l’objectif et mène la lutte ; dans la postmodernité, certaines figures incarnent tous les possibles, ici et maintenant. Non pas revendiquer une identité de genre pour demain, mais être dès à présent, homme et femme, adulte et enfant, homosexuel et hétérosexuel. 

Cette communion de tous au travers ou autour de figures emblématiques, est particulièrement intense dans ces moments où l’on pleure ensemble le mort (rites piaculaires disait Durkheim). Ecouter en boucle les titres les plus connus de la vedette disparue s’apparente en quelque sorte à un rite sacramentel : forme visible manifestant l’invisible, l’invisible étant ce lien qui lie les fans entre eux, autour et à travers leur vedette.

Au contraire de ce qu’il est commun d’affirmer, il faut voir là un profond mouvement de retour du religieux. Mais non pas un religieux institué et dogmatique, mais un religieux diffus. Ce que j’ai appelé sacral.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Camtom
- 23/04/2016 - 17:15
Alors vraiment peu importe ce
Alors vraiment peu importe ce qui peut être raconté, c'etait un vrai showman... Les meilleurs concerts que j'ai vus, c'est lui!!
cloette
- 23/04/2016 - 13:19
En revanche
Pour Michael Jackson, la recherche d'identité n'a jamais abouti .
Deudeuche
- 23/04/2016 - 10:09
Le monde façonné à l'image
des adolescents perpétuels saltimbanques, en recherche d'identité dans un vide sidéral ou le néant. Faut il pleurer ces gens overdosés?