En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 16 min 43 sec
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 1 heure 7 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 7 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 7 heures 45 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 8 heures 19 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 9 heures 57 sec
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 42 min 13 sec
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 4 heures 10 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 6 heures 8 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 6 heures 45 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 7 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 9 heures 12 min
© Reuters Pictures
© Reuters Pictures
Bon genre

Et si Prince, comme David Bowie, avait trouvé une manière beaucoup plus efficace de bousculer les codes de l’identité sexuelle que l’idéologie du genre ?

Publié le 23 avril 2016
L'auteur-compositeur et interprète star Prince s'est éteint ce jeudi 21 avril 2016, à l'âge de 57 ans dans la ville américaine de Chanhassen. Comme l'anglais David Bowie qui a incarné plusieurs personnages au cour de sa carrière, il a joué sur les codes de l'identité sexuelle avec une certaine forme de subtilité plus efficace que les théories du genre.
Michel Maffesoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Maffesoli est Membre de l’Institut universitaire de France, Professeur Émérite à la Sorbonne. Ces derniers livres publiés sont "Écosophie" (ed du Cerf, 2017), "Êtres postmoderne" ( Ed du Cerf 2018), "La nostalgie du sacré" ( Ed du Cerf, 2020). ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'auteur-compositeur et interprète star Prince s'est éteint ce jeudi 21 avril 2016, à l'âge de 57 ans dans la ville américaine de Chanhassen. Comme l'anglais David Bowie qui a incarné plusieurs personnages au cour de sa carrière, il a joué sur les codes de l'identité sexuelle avec une certaine forme de subtilité plus efficace que les théories du genre.

Atlantico : Le chanteur Prince est décédé ce jeudi à l'âge de 57 ans. Il était mondialement connu pour son image sexuellement trouble, jouant sur le mélange des genres masculin et féminin. Comme David Bowie, décédé en janvier dernier, n'a-t-il pas efficacement contribué à ouvrir le champ des possibles en termes d'identité sexuelle ?

Michel Maffesoli : Oui, bien sûr, Prince comme David Bowie a sûrement été célèbre, outre sa musique, aussi pour ce jeu sur les codes des genres masculin et féminin. 

Mais je ne parlerais pas d’identité, car justement il ne revendiquait ni identité masculine, ni féminine, mais pas non plus transgenre ou autres constructions. Je parlerais plutôt à ce propos d’identifications multiples, successives et pouvant en quelque sorte être contradictoires. C’est là une des caractéristiques de la postmodernité que cette labilité qui permet à une personne de revêtir alternativement tel masque ou tel autre, de s’affubler des signes de tel genre ou tel autre. 

Jouer à être homme ou femme, garçon ou fille c’est également un trait quelque peu enfantin. Mais justement, la postmodernité voit revenir la figure de ce "puer aeternus", enfant éternel qui charme les adultes. Ou pour le dire autrement, la figure de l’androgyne platonicien qui préfigurait le monde de l’amour. En ce sens, ces figures sont représentatives de ce que j’appelle le retour de l’ordo amoris, de l’importance de l’homo eroticus. 

Ces grandes figures qui structurent l’imaginaire d’une époque s’incarnent toujours dans des personnages emblématiques : David Bowie en a été un, Prince un autre. L’attachement que leur portent leurs fans va bien sûr à leur musique, mais également à ce qu’ils représentent, à la force de leur image. 

Dans quelle mesure la manière originale et personnelle dont ces deux chanteurs (et d'autres) ont su bousculer les codes traditionnels de la virilité est-elle plus rationnelle que l'approche proposée par l'idéologie du genre, qui s'immisce partout dans nos sociétés depuis quelques années ?

L’idéologie du genre présuppose que les spécificités attribuées à chaque sexe sont des constructions sociales et que dans la mesure où elles empêchent l’égalité entre les genres, elles sont à critiquer et à dépasser. Cette attitude critique me semble relever d’une épistémè saturée : d’une part elle présuppose qu’aucune donnée naturelle ne s’impose à l’homme, qu’il peut modeler la nature et changer le monde selon ses souhaits et d’autre part, elle n’admet pas une pensée contraire, assimilée à du sexisme ou du machisme. Cette idéologie du genre tend à revêtir pour s’imposer des modes opératoires plutôt brutaux, il s’agit d’un combat, d’une lutte, il faut éradiquer les stéréotypes de genre et imposer une égalisation comme le dirait Walter Benjamin homogène et vide. 

Ce n’est justement pas cette logique du devoir être qu’ont adoptée ces deux stars, et bien d’autres aussi, parfois dans la discrétion la plus absolue. Justement pour pouvoir bousculer les assignations à identité, ils n’ont pas combattu, mais rusé. 

On peut parler à leur propos de duplicité, renvoyant au célèbre poème de Rimbaut : "Je est un autre". Au-lieu de se revendiquer différent, ils slaloment pour ainsi dire entre les genres, adoptant selon les moments et selon les personnes avec lesquelles ils s’affichent, un masque différent. La personne, au sens latin, c’est l’acteur qui met un masque. Mais là, c’est toute la vie qui est spectacle et c’est cette virevolte au travers des genres qui produit cette incroyable énergie et aimante les fans.

Est-il encore possible aujourd'hui de produire le même effet sur le public que celui qu'ont pu avoir ces chanteurs dans les années 1980 ? Peut-on encore être dérangé, même dans un sens positif, par le fait qu'un homme adopte une image et des codes féminins sur scène ?

Il suffit de voir ce que sont la publicité, la mode et tout simplement la théâtralité de nos rues, pour comprendre que les jeunes générations ont parfaitement intégré l’aspect ludique qui fut celui de Prince et de David Bowie. Seuls les esprits chagrins peuvent s’en offusquer. 

Il est vrai que leur mise en scène ne scandalise plus vraiment l’opinion, même si pour certains bien-pensants elle peut être considérée comme futile, non sérieuse. 

Ce qui est certain et ce que montrent bien les réactions innombrables de tristesse générées par ces deux morts, c’est qu’il y avait un véritable sentiment du public à leur égard. En ce sens, par leur présence et par leur jeu autour des codes de genre, ils n’ont pas été des meneurs de lutte, mais des icônes. Ils permettent à tout un chacun de s’identifier à eux, et donc de transcender les identités assignées. Mais ce non pas comme un combat, une lutte, visant à obtenir des droits ou une reconnaissance, mais plutôt comme une présence évidente et complète. C’est toute la différence entre la modernité et la postmodernité qu’incarnent ces deux figures : dans la modernité, le meneur énonce l’objectif et mène la lutte ; dans la postmodernité, certaines figures incarnent tous les possibles, ici et maintenant. Non pas revendiquer une identité de genre pour demain, mais être dès à présent, homme et femme, adulte et enfant, homosexuel et hétérosexuel. 

Cette communion de tous au travers ou autour de figures emblématiques, est particulièrement intense dans ces moments où l’on pleure ensemble le mort (rites piaculaires disait Durkheim). Ecouter en boucle les titres les plus connus de la vedette disparue s’apparente en quelque sorte à un rite sacramentel : forme visible manifestant l’invisible, l’invisible étant ce lien qui lie les fans entre eux, autour et à travers leur vedette.

Au contraire de ce qu’il est commun d’affirmer, il faut voir là un profond mouvement de retour du religieux. Mais non pas un religieux institué et dogmatique, mais un religieux diffus. Ce que j’ai appelé sacral.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Camtom
- 23/04/2016 - 17:15
Alors vraiment peu importe ce
Alors vraiment peu importe ce qui peut être raconté, c'etait un vrai showman... Les meilleurs concerts que j'ai vus, c'est lui!!
cloette
- 23/04/2016 - 13:19
En revanche
Pour Michael Jackson, la recherche d'identité n'a jamais abouti .
Deudeuche
- 23/04/2016 - 10:09
Le monde façonné à l'image
des adolescents perpétuels saltimbanques, en recherche d'identité dans un vide sidéral ou le néant. Faut il pleurer ces gens overdosés?