En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 8 heures 40 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 11 heures 5 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 12 heures 18 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 14 heures 55 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 15 heures 54 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 16 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 17 heures 9 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 17 heures 33 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 18 heures 8 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 11 heures 29 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 13 heures 30 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 16 heures 33 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 16 heures 55 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 18 heures 9 min
Atlanti-culture

Rigoletto : si vous aimez le grand opéra populaire...

Publié le 22 avril 2016
Dans la version de l'opéra de Verdi proposée par l'Opéra de Paris, la mise en scène est quelconque, mais la direction musicale, les chœurs et la distribution, à une exception près, sont exceptionnels. Ça vaut vraiment le coup.
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la version de l'opéra de Verdi proposée par l'Opéra de Paris, la mise en scène est quelconque, mais la direction musicale, les chœurs et la distribution, à une exception près, sont exceptionnels. Ça vaut vraiment le coup.

Le compositeur

Né le 10 octobre 1810 à le Roncole (Province de Parme) dans un milieu simple mais relativement aisé, Giuseppe Verdi commence  très jeune sa formation musicale avec l’organiste de son village; tant et si bien qu’à onze ans, il prend en charge l’orgue de l’église de Busseto. 

Grâce à un mécène (dont, en première noces, il épousera la fille), et aussi à une bourse, il part approfondir ses études musicales à Milan. En 1839, il reçoit, de la part de la Scala, la commande d’un opéra. Son « Oberto » lui vaut un succès qui va  l’encourager dans l’écriture lyrique. Mis à part la parenthèse des quelques mois qu’il lui faudra pour surmonter l’épreuve de la disparition de son épouse et de leurs deux enfants, Verdi n’arrêtera plus de composer et d’innover. En 1842, son « Nabucco », d’une véhémence vocale sans précédent, connaît un triomphe. On en donnera 65 représentations, un record absolu dans l’histoire de la Scala ! S’en suivront d’autres œuvres dont « Attila » (1846) et « Macbeth » (1847) dans lesquelles il peaufine son écriture et développe sa palette orchestrale. En 1850, se retrouvant sans rival, et parce qu’il peut désormais compter sur sa nouvelle compagne et d’ailleurs future épouse, la chanteuse Giuseppina Strepponi, il prend ses distances avec les librettistes et choisit ses sujets, moins politiques, plus humains, plus sociaux. En 1851, après quelques démêlés avec la censure, « Rigoletto » (qui se révèlera être le premier volet de ce qu’on appellera   plus tard avec « Le Trouvère » et « La Traviata », sa trilogie populaire) assoira  encore sa notoriété, qui deviendra planétaire.  Inlassablement, il continuera de composer, notamment « Un Bal Masqué » (1859), « Aïda » (1871), « Falstaff » (I893). 

Il mourra à Milan le 27 janvier 1901, en léguant tous ses droits d’auteur à la maison de retraite pour vieux musiciens qu’il avait fondée dans cette ville.

Thème

Inspiré par « Le Roi s’amuse » publié en 1832 par  Victor Hugo, « Rigoletto » relate la tragédie d’un être difforme et sarcastique qui, pour ne pas avoir pu devenir quelqu’un d’autre, exerce le métier de bouffon auprès d’un duc volage et désinvolte. Objet de tous les quolibets, tenu à l'obligation de faire rire, sur tout, et à ses risques et périls, ce pauvre homme n’a, dans sa vie, qu’un  seul bonheur : sa fille, Gilda, qu’il cache pour éviter qu’elle ne tombe dans les rets des dépravés qui peuplent la cour de son souverain. Malgré tous ses efforts pour qu’elle reste coupée du monde, Gilda va  pourtant rencontrer un homme (qui n’est autre que le duc) dont, pour son malheur, elle va tomber amoureuse. Un jour, pour jouer un sale tour à son père, les courtisans enlèvent Gilda, qu’ils prennent pour sa maîtresse. Fou de douleur, Rigoletto va chercher à se venger. Le drame est en marche… De rebondissements en quiproquos, de trahisons en travestissements, Rigoletto deviendra l’assassin de sa propre fille…

Points forts

- L’opéra en lui-même. « Rigoletto » est un chef-d’œuvre musical (équilibre, magnificence des arias, participation chorale, ampleur orchestrale) qui, en plus, marque un tournant dans l’écriture de Verdi. Ecartant les rôles secondaires, éliminant les commentaires orchestraux superflus, le compositeur se concentre sur les trois acteurs-clés de la tragédie (Rigoletto, sa fille et le Duc). Mis ainsi en lumière, ces derniers supportent l’essentiel du drame qui va se jouer. Le résultat est qu’il est difficile pour le spectateur de résister à leur charge émotionnelle.

- La direction musicale. Sous la baguette de l’Italien Nicola Luisotti (depuis 2009, Directeur musical de l’Opéra de San Francisco), elle est passionnante, passionnelle, et restitue toutes les nuances, toute la tension, tout l’éclat, toute l’expressivité aussi, de la partition. On ne peut rêver mieux. Et d’ailleurs le public lui réserve une ovation.

- Le chœur. Décidément, depuis qu’ils sont dirigés par l’Italo-argentin José Luis Basso, les choristes de l’Opéra de Paris font dans l’excellence! Que ce soit dans la précision, la puissance, le sens des nuances, ou la souplesse gestuelle, ils ont atteint un niveau exceptionnel. Eux aussi, saluent sous les vivats.

- Le Rigoletto de Quinn Kelsey. Avec sa belle intensité dramatique et son timbre profond, le baryton hawaïen  séduit sans problème le public. Dire quand même que le soir de la première, il se tenait légèrement en retrait de l’émotion de son personnage. Peut-être le trac d’une première prestation,  dans un rôle-titre, à l’Opéra de Paris. Le chanteur s’abandonnera plus, c’est sûr, au fil des représentations.

- La Gilda d’Olga Peretyatko. Avec sa technique sans faille, son timbre capiteux, son agilité vocale époustouflante et son… sex-appeal impressionnant, la soprano russe compose son rôle de jeune femme amoureuse jusqu’au sacrifice avec une maestria qui lui vaut, à chacune de ses arias, des tonnerres d’applaudissements. Un tout petit reproche (le même que pour Quinn Kesley) : Par moments, l’émotion disparaît, au profit du panache vocal.

- La scénographie. Quelle séduisante idée, cette immense boite en carton qui va contenir tout l’opéra et dont les côtés vont s’ouvrir et se refermer au gré des scènes. On est au théâtre, dans le dépouillement du « carton-pâte ». Ce qui va laisser toute la place aux chanteurs pour « exprimer » le drame. Ce qui va aussi permettre de magnifiques jeux de lumière.

Points faibles

- La mise en scène. On attendait beaucoup de l'Allemand Claus Guth, un des « chouchous » des plateaux lyriques européens. Pour ses débuts à l’Opéra de Paris, et malgré de belles trouvailles comme cette drôlissime apparition de danseuses de cabaret lorsque le duc chante le fameux « Comme la plume au vent », il déçoit un peu. Certes son travail est intelligent (pas de contre-sens, pas « d’appropriation » hasardeuse, une beauté scénique de tous les instants), mais… une certaine froideur, un manque de direction du jeu des chanteurs ( ce qui explique peut-être le manque d’émotion dégagé par certains, qui « assurent », pour ne pas se laisser « déborder »). Omniprésent sur les scènes, Claus Guth devrait, peut-être de temps en temps, refuser des contrats, ralentir son rythme  de production et faire sien ce vieil adage « Qui trop embrasse, mal étreint ».

- Le Duc de Mantoue de Michael Fabiano. Le ténor pêche-t-il dans ce rôle par un excès d’assurance ? En tous cas, au soir de la  première, sa décontraction était telle qu’il en a négligé sa ligne de chant. Dommage pour un chanteur de cette trempe qui peut être éblouissant.

En deux mots

Certains de mes confrères ont jugé ce « Rigoletto » avec sévérité : trop comme ci, pas assez comme ça …  Je ne suis pas d’accord. Et à entendre ses ovations à l’issue de la première, le public non plus ! Certes cette création manque de l’émotion qui avait marqué, il y a quelques années, celle du très regretté Jérôme Savary. Certes la mise en scène a, pour certains effets, un goût de déjà vu… mais, mais, mais... la direction musicale est somptueuse, les chœurs (vocalement), à se pâmer, et, hormis Michael Fabiano, la distribution est excellente. On y va ??? Oui. Sans hésiter !

Recommandation

ExcellentExcellent

Opéra

« Rigoletto » de Giuseppe Verdi

Informations 

Opéra de Paris

Place de la Bastille

75012 Paris

Réservation: 0892.28.90.90

www.operadeparis.fr

Jusqu’au 30 mai

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires