En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

04.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

07.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 22 min 43 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 5 heures 1 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 18 heures 11 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 19 heures 4 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 3 heures 49 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 4 heures 6 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 4 heures 44 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 5 heures 18 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 17 heures 44 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 18 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 19 heures 40 min
© Reuters / Philippe Wojazer
© Reuters / Philippe Wojazer
Nuit scolaire

La Nuit Debout, dommage collatéral de l’université française?

Publié le 17 avril 2016
La Nuit Debout nourrit beaucoup de fantasmes directement hérités du romantisme révolutionnaire cher à de nombreux journalistes. La presse subventionnée regorge de ces soixante-huitards attardés qui retrouvent, place de la République, le lointain souvenir de leurs années barricades. Peut-être même rêvent-ils d’y retrouver leurs années partouzes, leurs années festives, leurs années hippies.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Nuit Debout nourrit beaucoup de fantasmes directement hérités du romantisme révolutionnaire cher à de nombreux journalistes. La presse subventionnée regorge de ces soixante-huitards attardés qui retrouvent, place de la République, le lointain souvenir de leurs années barricades. Peut-être même rêvent-ils d’y retrouver leurs années partouzes, leurs années festives, leurs années hippies.

En lisant l’intéressant article de la sociologue du CNRS Monique Dagnaud paru sur Slate, il n’est pourtant pas inutile de regarder, au-delà du stéréotype romantique (assez faux au demeurant, mais je ne reviendrai pas aujourd’hui sur ce point), les racines sociales du mouvement que j’ai déjà suggérées. Les étudiants français présentent en effet des caractéristiques originales qui expliquent probablement en partie les bizarreries de la contestation en France par rapport à ses homologues ou cousines étrangères.

 

Les étudiants français ou la génération déçue

Monique Dagnaud souligne à juste titre le paradoxe français en matière d’accès à l’université. D’un côté, la France est la championne de l’OCDE en matière d’ascension éducative:

40% des 25-34 ans ont atteint un niveau de formation plus élevé que leur parents – pour les deux tiers en passant par l’université– contre 32% en moyenne dans l’OCDE; 50 % ont un niveau de formation identique à celui le plus élevé atteint par leur parent, contre 52% en moyenne OCDE; et 10% seulement n’ont pas pu égaler le niveau de formation de leur parents, contre 16% en moyenne OCDE.

D’un autre côté, le taux de chômage parmi ces jeunes diplômés est le plus élevé de la banane bleue:

En 2014, le taux de chômage des 25-34 ans diplômés du supérieur est de 7%, soit à peu près celui de l’année 2000. Il est de 3,4% en Allemagne, de 2,9% en Grande-Bretagne et de 3,9% aux États-Unis: en France, ce plein emploi post-université est uniquement atteint par les recrues des grandes écoles.

Il existe donc un effet ciseau entre l’espérance de l’ascension sociale procurée par l’accès au diplôme d’une part, et la déception économique induite par les conditions d’insertion sur le marché du travail de l’autre. Ce phénomène se vérifie tout particulièrement pour les détenteurs d’une licence dont le taux de chômage est de près de 15% trois ans après l’obtention du diplôme, soit un taux équivalent au baccalauréat.

L’université et le déclassement social

On ne peut évidemment comprendre la contestation étudiante en France, qui est au coeur de la Nuit Debout, sans avoir à l’esprit le poids du plafond de verre qui bloque la promotion sociale et dont la réaction nobiliaire constitue l’autre versant. Plus que jamais, l’accès à l’élite et aux postes de décision s’est crispé autour des anciens élèves des grandes écoles, dont la fonction de reproduction sociale est farouchement préservée. L’accès à un diplôme universitaire ne permet ni de rebattre les cartes efficacement, ni d’améliorer de façon décisive le niveau de vie par rapport à celui de ses parents, ni de préserver du chômage.

L’université est au coeur du déclassement social qui crée le malaise de notre jeunesse. De ce point de vue, les analogies entre mai 68 et la Nuit Debout sont biaisées. Mai 68 était un mouvement de jouisseurs optimistes. La Nuit Debout est un mouvement de frustrés angoissés par l’avenir. La Nuit Debout ne veut pas changer la société pour échapper à ses contraintes, elle veut la changer pour pouvoir s’y insérer.

D’une certaine façon, la Nuit Debout constitue l’avatar d’une société déceptive où l’amélioration moyen du niveau d’études ne délivre pas les promesses dont elle était porteuse. Le sentiment qu’il faut désormais être titulaire d’un "bac + 5" pour occuper un emploi subalterne est au coeur de la contestation.

Réformer l’université pour renouer les liens avec la jeunesse

Dans ses discours électoraux, François Hollande avait mis l’amélioration du sort de la jeunesse en tête de ses préoccupations. Quatre ans plus tard, son bilan parle de lui-même. Son erreur a d’abord consisté à imaginer qu’il pouvait faire abstraction d’une réforme en profondeur de l’université, entamée par Sarkozy avec la loi sur l’autonomie, mais demeurée largement inachevée.

Le sujet essentiel de l’université tient à la professionnalisation intelligente qui y devient cruellement indispensable. L’université française souffre en effet de deux maux majeurs qui constitueront autant de handicaps de moins en moins surmontables dans les années à venir.

Le premier mal s’appelle l’absence de sélection. Il conduit les universités à consacrer des moyens importants à des filières sans avenir où les étudiants s’entassent dans des amphithéâtres lépreux en attendant l’attrition naturelle, puis l’obtention d’un diplôme inutile. Alors que la France manque cruellement de scientifiques, de mathématiciens, de linguistes, les unités de psychologie sont bondées.

Le deuxième mal s’appelle l’incurie des universités en matière d’insertion professionnelle. Alors que la loi Pécresse leur avait confié cette mission, les universitaires s’estiment toujours aussi étrangers à la question de l’insertion de leurs étudiants sur le marché du travail, et les préparent toujours aussi peu à la vie en entreprise. D’où la réticence des employeurs à intégrer en toute confiance de jeunes diplômés qui sont autant d’extra-terrestres étrangers aux logiques de rentabilité et de productivité.

Comment réformer l’université?

Ces constats ne sont malheureusement pas nouveaux. Ils présidaient déjà à la loi Devaquet en 1986, qui fut tuée dans l’oeuf par la mort du jeune Malik Oussekine lors d’une manifestation. Trente ans plus tard, la situation s’est dégradée, et ces trois décennies sont autant de temps perdu dans le sursaut français.

Une question est évidemment incontournable ici: l’université, dans son format actuel, est-elle capable de se réformer? Je me souviens ici d’un pédocrate qui m’expliquait qu’une bonne réforme ne pouvait se faire en moins de dix ou quinze ans, sans quoi elle suscitait trop d’oppositions. Dans un système ultra-administré aux proportions gigantesques, l’effet taille des structures interdit probablement de faire mieux.

Tout notre sujet est de savoir si nous avons encore le temps de passer dix ans pour faire la moindre réformette. Peut-être sont-ce les structures et les tailles qu’il faut changer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 18/04/2016 - 06:55
A vangog
Je suis totalement d'accord avec vous, ces nuits " débouts" affalés sur le bitume. Ce sont des casseurs pro ou des extrêmes gauche qui seraient incapables de savoir contre quoi ils manifestent, et savent qu'ils ne risquent rien. Meme pas de nettoyer les saloperies laissés sur place. Toutes les manifs sont interdites et il n'y en a jamais eu autant comme à Mayotte ou la Martinique. Cazeneuve est une lavette sauf....en parole.
boulegan
- 17/04/2016 - 22:12
Ah comme j’aimerais..
Qu’à l’entrée de chaque filière universitaire soient publiés le pourcentage réactualisé de réussite de cette filière et surtout le pourcentage de ceux qui ont trouvé un boulot en lien direct avec cette filière …et dans la foulée les payeurs de parents pourraient signer avoir pris connaissance de la planche savonnée sur laquelle s’engage leur progéniture .
vangog
- 17/04/2016 - 22:11
Si les groupuscules fascistes rouges étaient dissous
avec la même célérité que la justice rose dissout les groupuscules d'extrême-droite -des centaines de milliers de personnes, dont seulement quatre ont été décelés, à ce jour- la Place de la République outragée se viderait comme par miracle, par absence de manipulateur trotskyste...mais Voila! Le deux poids-deux mesures est devenu la tare de cette Justice digne des dictatures d'avant-mur, dont la France gauchiste reste un des derniers avatars, avec le Venezuela, Cuba, la Corée du Nord...