En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 heure 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 2 heures 34 sec
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 3 heures 55 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 5 heures 6 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 8 heures 21 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 9 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 2 heures 14 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 24 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 4 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 5 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 11 heures 49 min
© Max Rossi / Reuters
Le pape François appelle l'Europe a ouvrir ses portes aux migrants.
© Max Rossi / Reuters
Le pape François appelle l'Europe a ouvrir ses portes aux migrants.
Questions de générosité

Le pape François et le patriarche de Constantinople à Lesbos : l’accueil inconditionnel des migrants est-il nécessairement l’attitude la plus charitable ?

Publié le 22 avril 2016
Le pape François et le patriarche Bartholomée de Constantinople se retrouvent aujourd'hui à Lesbos pour une visite de solidarité auprès des immigrants présents sur l'île grecque. Face à cette vague migratoire, les deux chefs spirituels prônent de concert l'ouverture des frontières de l'Europe. Un souci charitable indéniable mais de bien courte vue.
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pape François et le patriarche Bartholomée de Constantinople se retrouvent aujourd'hui à Lesbos pour une visite de solidarité auprès des immigrants présents sur l'île grecque. Face à cette vague migratoire, les deux chefs spirituels prônent de concert l'ouverture des frontières de l'Europe. Un souci charitable indéniable mais de bien courte vue.

Atlantico : Le pape François se rend aujourd'hui en compagnie du patriarche Bartholomée de Constantinople sur l'île grecque de Lesbos pour une visite de solidarité avec les migrants. Depuis le début de cette vague migratoire sans précédent, le Pape s'est prononcé à de nombreuses reprises en faveur de l'accueil des migrants et s'est souvent montré dur à l'égard des pays européens qui voulaient limiter cet accueil. Le Patriarche a quant à lui réclamé hier dans une interview qu'on ouvre les portes aux migrants, sans différencier migrants économiques et demandeurs d'asile. 

A entendre le Pape François et le patriarche Bartholomée, quelle serait une bonne gestion de cette crise migratoire ? Quelles conséquences cette politique pourrait-elle avoir sur l'Europe et sur le phénomène lui-même selon vous ?

Bertrand Vergely : Le pape François demande à l’Europe d’ouvrir ses frontières aux migrants. Cela pose à mon sens trois problèmes. Premièrement, ceux qui viennent aujourd’hui en Europe sont-ils effectivement  des migrants, c’est-à-dire des hommes et des femmes qui ont  comme intention que de passer en Europe avant de retourner chez eux, comme les oiseaux migrateurs ? Deuxièmement, aujourd’hui, admettons qu’on en accepte trois millions. Et demain, si le phénomène continue, va-t-il être possible pour l’Europe de recevoir, dix, vingt, trente, cinquante millions de migrants venus de tout le Moyen-Orient ainsi que de toute l’Afrique ? Troisièmement, le Pape est-il prêt à ouvrir le Vatican ainsi que toutes les églises aux migrants? Inviter les migrants, c’est bien. Mais, si c’est dans l’appartement des autres et non dans le sien, est-ce une invitation ? 

Allons plus loin. Admettons que l’Europe ouvre ses frontières aux migrants. Mais qui va payer ? Avec quel argent? Au moment où la France compte 5,5 millions de chômeurs, cela va-t-il être possible? Et les milliers de SDF qui ne reçoivent aucun argent, vont-ils continuer à ne rien recevoir alors que l’on va donner des aides aux nouveaux arrivants? Dans le même ordre d’idée, si demain les nouveaux arrivants décident de ne respecter pour les uns que le droit coutumier qui autorise l’excision des petites filles et pour les autres que la loi islamique, comment va-t-on faire pour maintenir une cohésion nationale? Sur quelles bases va-t-on s’appuyer pour faire vivre ensemble des populations qui, pour certaines se reconnaissent dans la laïcité, alors que d’autres la refusent? Dans son élan de charité et d’amour universel le Pape a-t-il réfléchit aux conséquences possibles de sa généreuse invitation? Il critique l’Europe, mais comment se fait-il que l’on n’entend rien à propos des passeurs dont certains n’hésitent pas à couler les bateaux des migrants qu’ils ont affrétés après leur avoir soutiré des milliers d’euros ? Le Pape affiche une générosité débordante. Mais, cette louable intention relève-telle d’une politique pensée ou d’une opération fort réussie de communication ? Et quand le patriarche Bartolomée lui emboîte le pas, est-ce, là encore, une politique pensée ou, là encore, une opération de communication habile ? 

On a le sentiment que les sociétés et autorités des pays d'Europe - de l'Ouest en particulier - sont comme prises en étau entre l'exigence morale d'assistance humanitaire ou de charité qui imposerait l'accueil des miséreux qui accostent sur les plages grecques, et la réalité d'un flux gigantesque aux lourdes conséquences.

Comment résoudre ce dilemme ? Le devoir de charité et de compassion prôné par le Pape, ou plus généralement celui d'assistance humanitaire découlant des droits de l'homme, n'imposent-ils pas nécessairement d'accueillir les immigrants ?

Est-ce que l’Europe est prise en étau ? Pas sûr. Certes, il y a le devoir de compassion. Mais qui le prend au sérieux? Ceux qui en parlent y croient-ils eux-mêmes? Ne font-ils pas semblants d’y croire ? On sait pertinemment que l’Europe ne pourra pas accueillir toute la misère du monde. Aussi est-il facile d’expliquer qu’il faut l’accueillir. Comme on sait que cela ne se fera pas, on est tranquille, on a bonne conscience. On sait que, grâce à la stratégie consistant à demander l’impossible, il sera possible de récupérer quelques dizaines de milliers de migrants. On pourra paraître avoir sauvé la face. Ce qui n’est pas rien dans notre monde ultra-médiatisé où la pitié est une valeur sûre.

Le Pape a également fait état de son point de vue sur les questions migratoires en déclarant il y a quelques mois "qu’une personne qui veut construire des murs et non des ponts n’est pas chrétienne", en référence au projet de Donald Trump de construire un mur entre les États-Unis et le Mexique pour réguler l'immigration mexicaine. Lors d'une audience générale il a également rendu hommage aux nations et aux gouvernants "qui ouvrent leur cœur et ouvrent leurs portes". 

Ces discours ne révèlent-ils pas une forme de confusion entre ce qui relève de la morale personnelle – créer des ponts avec autrui, "ouvrir son cœur" – et ce qui relève des obligations morales des États et de ceux qui les gouvernent, c'est-à-dire agir pour le bien des populations dont ils ont la charge ?

Le Pape qui est le souverain pontife sait fort bien que le pont qu’il faut créer est d’abord le pont entre le ciel et la terre, entre l’homme et Dieu. Il sait de ce fait fort bien qu’il ne suffit pas de créer des ponts humains. S’il y a des ponts humains sans qu’il y ait des ponts entre ciel et terre, Dieu et l’homme, il n’y a pas de ponts véritables en ce monde. Pourquoi ne dit-il aucun mot de ces ponts spirituels ? Ouvrir une brèche dans un mur n’est pas créer un pont. C’est provoquer une catastrophe humaine, économique et sociale. Il suffit de regarder ce qui se passe dans nos banlieues. Depuis des années, les autorités ont laissé faire les passages illicites sur notre territoire. Résultat : des populations entières se retrouvent jetées les unes contre les autres dans des banlieues surpeuplées, le tout dans un état de détresse sociale et humaine complète. Une brèche n’est pas une ouverture ni une ouverture une brèche. Faire ne consiste pas à laisser faire, ni laisser faire à faire. 

Le pape François prend souvent en exemple son histoire personnelle de fils d'immigrés italiens en Argentine pour asseoir son discours en faveurs des immigrants. Mais peut-on vraiment comparer le mouvement migratoire vers l'Argentine à celui que connaît l'Europe actuellement ? N'y a-t-il pas certaines spécificités profondes de l'Europe et de sa situation actuelle qui échappent peut-être à ce premier pape non-européen ?

Quand les Italiens se sont rendus en Argentine ils n'étaient pas des millions. En outre, ceux-ci partageaient avec les Argentins une foi commune dans la religion chrétienne. En Europe, le problème est autre. Ce sont des millions de migrants qui se présentent et il y a un véritable choc de cultures du fait de l’existence de groupes islamistes décidés à terrasser l’Occident. Il est possible d'éviter un conflit entre migrants et Européens. Les migrants n’ont qu’à accepter l’ Europe. Ils n’ont qu’à nous accepter. On n’en prend pas le chemin, le discours que l’on entend étant celui qui nous demande d’accepter l’autre en oubliant de demander à l’autre de nous accepter. Ce qui ne rend nullement service ni à nous autres Européens, ni aux migrants eux-mêmes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tattegrain
- 17/04/2016 - 08:07
Migration massive.
A noter quand même, qu'à ma connaissance, Le Pape François n'a jamais dit qu'il fallait ouvrir complètement les frontières. C'est un appel à accueillir PLUS de migrants. La désunion européenne à ce sujet est dramatique.
Liberte5
- 17/04/2016 - 00:15
La démago ne s'arrête pas à la porte du Vatican...
la fraternité universelle va toujours dans le même sens. L'Arabie Saoudite et le Qatar ne se battent pas pour accueillir ces immigrés.L'Afrique avec sa démographie galopante va nous envoyer des millions d'africains qui vont fuir la misère. Cela s'arrêtera quand l'Europe sera en guerre civile ou dans la plus grande misère. Déjà des quartiers n'ont plus rien d'européens, ils sont l'avant garde de ce qui nous attend d'ici 20 à 30 ans. Vive la fraternité qui pousse à l'invasion.
Aldebaran45
- 16/04/2016 - 15:12
Rappel
Vous avez l'air de decouvrir la doctrine de l'Eglise en matière de migration. Elle n'est pourtant pas nouvelle et se retrouve dans l'ensemble du droit européen. C'est la même doctrine qui a permis aux européens de s'installer aux quatres coins de la planète au cours des cinq derniers siècles. Quelques précisions tout de même, 1) l'Eglise ce n'est pas No Borders, les Etats ont le droit de réguler l'immigration économique en vue du bien commun, et l'Eglise n'est pas là pour dire aux Etats comment gérer leur politique migratoire 2) l'Eglise n'a jamais dit qu'il fallait que les Européens disparaissent devant les nouveaux arrivants, renoncent à leur specificité culturelle et arrêtent de faire des enfants. L'objectif de l'Eglise reste tout de même la fraternité universelle, pas la conquête des uns par les autres. Si vous doutez de cette position morale, immaginez que l'Afrique devienne invivable et que les milliards d'Africains n'aient d'autre choix que de venir en Europe, celui qui leur fermerait les portes en disant "désolé c'est complet" et les laisserait mourir dehors serait objectivement un salaud. Pour un rappel de la doctrine
http://discours-social-catholique.fr/index.php?id=682