En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 7 heures 49 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 10 heures 6 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 11 heures 39 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 13 heures 21 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 15 heures 43 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 16 heures 27 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 16 heures 51 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 17 heures 8 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 17 heures 29 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 8 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 11 heures 5 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 12 heures 51 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 15 heures 53 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 16 heures 8 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 16 heures 53 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 17 heures 26 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 17 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Visées

Mediawan : l’arme idéologique au-delà du projet économique du trio Niel-Pigasse-Capton

Publié le 16 avril 2016
Mardi 12 avril, Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton ont officiellement lancé Mediawan, groupe dont l'ambition est de devenir leader européen des contenus audiovisuels. Au-delà de l'intérêt financier du projet, c'est une vision d'avenir partagée qui a poussé ces trois hommes à s'associer.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 12 avril, Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton ont officiellement lancé Mediawan, groupe dont l'ambition est de devenir leader européen des contenus audiovisuels. Au-delà de l'intérêt financier du projet, c'est une vision d'avenir partagée qui a poussé ces trois hommes à s'associer.

Atlantico : Depuis mardi 12 avril, les souscriptions au nouveau projet d'investissement dans les médias, Mediawan, sont ouvertes. De quoi s'agit-il exactement ? 

Pascal-Emmanuel Gobry : Le trio Niel-Pigasse-Capton a opté pour un procédé nouveau pour eux, même s'il est relativement répandu dans le monde de la finance : une "special purpose acquisition company". En clair, une entreprise qui n'est qu'une coquille vide va lever de l'argent en bourse aux fins d'acheter une autre entreprise. Les fonds d'investissement pratiquent parfois cela afin de diversifier leurs sources de financement. Comme pour toute introduction en bourse, les premiers "lots" d'actions sont vendus à des investisseurs institutionnels à la suite d'un "road show" où le projet leur est présenté, et ceux-ci les revendent ensuite sur le marché coté. Au départ, le groupe devait s'appeler Media One, il a été finalement nommé Mediawan. En l'occurrence, Mediawan cherche à lever 250 millions d'euros. Avec l'effet de levier (en clair, de la dette), l'entreprise pourrait viser jusqu'à 1 milliard ou 1,5 milliards d'euros d'acquisitions. 

L'ambition des trois hommes est clairement affichée : créer un groupe de médias d'envergure mondiale. D'ailleurs ils le disent clairement : dans leur prospectus, l'intention est affichée de créer un groupe autour de la première "pépite" achetée par Mediawan. Et il va falloir y aller : Mediawan est obligée de dépenser 75% de ses fonds sous 24 mois, ou l'argent est rendu aux actionnaires.

Quelle est la nature de leur projet ? Mediawan pourrait-il permettre à la France de rivaliser avec les pays anglo-saxons dans le domaine des contenus audiovisuels ?

L'idée d'un grand groupe français de médias d'envergure mondiale est un rêve qui existe depuis longtemps. C'était le rêve notamment de Jean-Marie Messier avec Vivendi et d'Arnaud Lagardère ; et, dans le cinéma, de Luc Besson avec EuropaCorp et la Cité du cinéma. Et c'est visiblement l'ambition des trois hommes. Il y a notamment eu des rumeurs selon lesquelles ils voudraient racheter Lagardère Active (Doctissimo, Europe 1, RMC, Réservoir Prod, Paris Match, JDD, Elle et bien d'autres...). 

Ils pourraient aussi potentiellement s'inspirer de la stratégie de grands groupes européens tels Axel Springer ou Schibsted, qui utilisent leur fond de commerce dans la presse pour se diversifier sur Internet. Ainsi, Axel Springer, grand groupe allemand, a racheté SeLoger.com et Business Insider. Schibsted, groupe de presse suédois, est aussi le créateur du très rentable Leboncoin. Il y a également eu des rumeurs selon lesquelles ils voudraient créer une sorte de "Netflix européen", ou regarderaient les actifs médias d'Europe du Sud, sous-évalués. 

Quoi qu'ils en pensent en leur for intérieur, les trois hommes disent en public qu'ils seront opportunistes et qu'ils n'ont pas encore de cible précise en tête. Selon le prospectus, il devra s'agir d'un "acteur majeur" du secteur du contenu ou de la production audiovisuelle. 

Au-delà des considérations purement économiques, quel est le projet, la vision d'avenir des trois investisseurs ? Sur quelle idéologie reposent-ils ? Quelles en sont les implications politiques et sociales dans les années qui viennent ?

Les trois hommes sont différents. Je ne les connais pas mais leurs profils sont parlants. 

Pierre-Antoine Capton est un entrepreneur. Il a créé son entreprise de production télévisuelle, qui a réussi à se hisser à un beau rang. Il sera le dirigeant opérationnel de Mediawan. L'opportunité pour lui est énorme. 

Pour Xavier Niel, le fait d'investir dans les médias s'inscrit dans une grande tradition française. Les grands groupes et "tycoons" français, depuis des décennies, investissent dans les médias pour des raisons politiques. La liste est connue et longue : Bouygues et TF1, Bernard Arnault et Les Échos, Serge Dassault et Le Figaro, Jean-Luc Lagardère à l'époque où son groupe était à moitié dans la défense et à moitié dans les médias. Parfois pour peser dans le débat politique, parfois pour obtenir de l'influence et des avantages pour son groupe. Mais parfois tout simplement pour se protéger d'un État qui, en France, peut du jour au lendemain décider de taper sur l'activité d'un grand groupe sans réelle raison. Xavier Niel a souffert de ne pas être du "cénacle" d'énarques et polytechniciens dont sont d'habitude issus les capitaines d'industrie, personnellement mais également du fait des barrières réglementaires que l'État a essayé de placer en face du groupe Free. Depuis son rachat du Monde, Niel a acheté sa place dans l'establishment français. Ensuite, investir dans les médias, ça devient addictif. Après Le Monde, il y a eu l'Obs. Et étant donné que Niel voit tout en grand, Mediawan semble, a posteriori, logique. 

Pour ce qui est de Mathieu Pigasse, c'est celui des trois qui a l'approche la plus idéologique. L'homme se revendique de gauche (alors que Niel se revendique apolitique). Qu'on aime ou pas son profil de banquier d'affaires qui écoute du punk et déclare qu'il est rebelle parce que gagner de l'argent c'est de la rébellion, ce côté gauche caviar progressiste, version libérale-libertaire, Mathieu Pigasse n'est pas dans les médias pour gagner de l'argent. Après Le Monde, L'Obs, Les Inrockuptibles et Radio Nova, il arbore une nouvelle tentacule. Il aurait aspiré à un portefeuille ministériel si Ségolène Royal avait été élue présidente. Il est de plus passionné de presse et s'y intéresse de près, il ne s'agit pas seulement d'un pion. 

Dans un pays où les médias sont d'ores et déjà très majoritairement de gauche, voilà, il ne faut pas en douter, une nouvelle flèche dans le carquois du progressisme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ici Londres
- 16/04/2016 - 19:53
La gauche bétonne dans les médias avant l'alternance....
Un minimum serait que demain les médias d'opinion ne devraient pas recevoir de subvention publique. Ils ne devraient vivre que de leur lectorat. Par ailleurs, le service public devrait être, d'une part réduit en surface et d'autre part mis sous tutelle de nomination de ses dirigeants d'un organisme neutre émanant du du conseil constitutionnel....
vangog
- 16/04/2016 - 10:23
La grande famille des menteurs et des tricheurs au pouvoir?
Est-ce le dessein?