En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 18 min 7 sec
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 47 min 53 sec
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 17 heures 4 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 20 heures 54 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 22 heures 29 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 22 heures 50 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 23 heures 1 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 23 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 23 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 23 heures 36 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 47 min 34 sec
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 16 heures 36 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 19 heures 7 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 21 heures 10 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 23 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 23 heures 33 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 23 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
Plus de crédits, moins de résultats

200 écoles de Seine-Saint-Denis bloquées par des parents d’élèves : pourquoi les zones les plus sensibles sont aussi celles où le service public de l’Education nationale est le moins bien assuré

Publié le 14 avril 2016
La pénurie en professeurs en Seine Saint-Denis, où les conditions d'enseignement sont connues pour être difficiles, a poussé des parents d'élèves à manifester et bloquer des écoles. Les dysfonctionnement du système montre la nécessité de réforme de la formation professorale.
Jean-Louis Auduc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis AUDUC est agrégé d'histoire. Il a enseigné en collège et en lycée. Depuis 1992, il est directeur-adjoint de l'IUFM de Créteil, où il a mis en place des formations sur les relations parents-enseignants à partir de 1999. En 2001-2002,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La pénurie en professeurs en Seine Saint-Denis, où les conditions d'enseignement sont connues pour être difficiles, a poussé des parents d'élèves à manifester et bloquer des écoles. Les dysfonctionnement du système montre la nécessité de réforme de la formation professorale.

Atlantico : Des parents d'élèves ont manifesté mercredi 13 avril devant 200 écoles et collèges du département de Seine-Saint-Denis. "400 classes du primaire sont sans enseignant chaque jour en Seine-Saint-Denis" affirme un communiqué du mouvement. Sur les pancartes, on peut lire : "déchéance de scolarité", ou encore "ZED - Zone d'éducation à défendre". Qui sont les organisateurs de cette journée d'action, et quelles sont leurs revendications précises ?

Jean-Louis Auduc : Les organisateurs de la journée du 13 avril sont avant tout des associations de parents d’élèves qui sont d’ailleurs souvent des collectifs locaux non affiliés aux fédérations nationales de parents d’élèves et qui sont révulsés par le non-remplacement des enseignants, notamment du primaire dans le département de Seine Saint-Denis.

Si la rentrée s’était à peu près bien passée, au fur et à mesure de l’avancée de l’année scolaire, il y a eu des difficultés qui se sont aggravées concernant le remplacement des enseignants dans les écoles. En décembre 2015, on parlait de non-remplacements dans 60 écoles, 200 en février 2016, 400 en mars… 

Sur les deux dernières semaines 2 237 journées de cours n'ont pas été assurées dans le département au primaire et 740 dans le secondaire. La situation pour reprendre un parent d’élève est devenu "chaotique dans tout le département".

Ce problème du non-remplacement d'enseignants se retrouve-t-il dans d'autres départements de France ? Dans quelles proportions ? 

Si conjoncturellement des départements ont connu des difficultés de remplacement, cela n’a jamais connu l’ampleur de ce qui arrive en Seine Saint-Denis. Cette situation particulière de ce département tient au fait qu’il cumule un certain nombre de difficultés et de dysfonctionnements, notamment plus dans le premier degré que dans le second degré et qu’on a trop tardé à les prendre en compte. Le concours spécifique exceptionnel ne date que de l’an dernier et ne donnera sa pleine mesure qu’à la rentrée 2017 puisqu’il faut former les candidats reçus.

On pourrait s'attendre à ce que les moyens plus importants alloués à ces zones sensibles leur évite ce type de problèmes. Pourquoi, au contraire, se pose-t-il si singulièrement dans ce département ? 

Il y a un triple problème concernant le département de Seine Saint-Denis :

  • une crise de recrutement d’enseignants du premier degré qui concerne toute la France, mais plus encore ce département. Les modalités archaïques, datant de la France rurale de Jules Ferry qui font qu’il n’y a pas un concours Ile de France de professeurs des écoles, mais un concours "Paris- ville", "Versailles" et "Créteil" ont aggravé la crise et ont du conduire la ministre à mettre en oeuvre un concours exceptionnel .

Cette situation de crise existe moins dans le second degré où le concours est national.

  • un accroissements continu des effectifs d’élèves pas toujours bien anticipé, car ce département voit des flux importants de population s’y installer. Il y a donc insuffisance de prévisions des moyens nécessaires à la scolarisation de tous les élèves qui se sont présentés à la rentrée 2015 dans les écoles. Il y a eu emploi dès la rentrée de personnels, de stagiaires qui auraient du servir aux remplacements et qui manqué à partir de janvier.

  • un exercice difficile du métier enseignant dans ce département qui nécessiterait des enseignants "aguerris" aux différentes pratiques pédagogiques et où on affecte des débutants ou lorsqu’il y a crise des contractuels recrutés au petit bonheur et peu formés. Cela conduit à des démissions, des "déprimes", des arrêts de travail …

C’est la conjonction de ces trois facteurs qui nous amènent à l’insupportable situation d’aujourd’hui .

Par ailleurs, interrogée à la sortie du conseil des ministres, Najat Vallaud Belkacem a annoncé que désormais, "dès la deuxième absence, le professeur devra faire le point avec la médecine du travail". Serait-ce un aveu que derrière la question du remplacement des enseignants, il y a celle de leurs absences ? Cette annonce représente-t-elle une réponse valable ?

Il y a effectivement des "déprimes" , des arrêts de travail, notamment chez les débutants qui témoignent avant tout de la difficulté du métier dans ces territoires. 

On peut , comme pis-aller comme le propose la FCPE "recruter les 100 à 150 personnes sur liste complémentaire du concours 2015, pour qu'elles soient en classe à temps plein cette année et en formation l'année prochaine", mais ce ne serait qu’un pis-aller et on risque nombre de démissions avec ses personnels non formés.

La solution réside avant tout dans un recrutement suffisant de professeurs bien formés. Il faut mettre en œuvre un concours Ile-de-France où les premiers reçus, après une formation de qualité, seraient affectés en Seine Saint-Denis, là où il est utile de montrer que la République se conjugue effectivement avec l’égalité de tous les territoires devant l’éducation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/04/2016 - 14:43
Quel est le rapport entre la pénurie d'enseignants dans
les zones abandonnées par la république socialiste, et la la nécessité de réforme de la formation professorale???? excepté chez un syndicaliste, qui se sert de tous les dysfonctionnements pour exiger plus de postes et plus de moyens, je ne vois pas en quoi la formation peut changer les choses!!! Non! il faut réattribuer des postes aux enseignants qui ne travaillent pas, aux pédagogues inutiles, aux enseignants en disponibilité, qui forment plus de 60% du total, et ne pas leur donner le choix du lieu d'exercice. comme pour la carte scolaire: là où ils habitent...
Jean-Benoist
- 14/04/2016 - 13:36
vous trouverez la réponse
dans la question
Deudeuche
- 14/04/2016 - 09:34
Les premiers en Seine Saint Denis
généreux mais peu probable. Tout le monde veut aller à Henri IV ou Louis le Grand et consorts.