En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

07.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

La France, impossible à réformer ? Voilà la vilaine cause trop souvent oubliée des blocages français

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 29 min 56 sec
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Politique
Milliardaires contre milliardaires

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Société
Entretien

Chantal Delsol : "L’Occident est passé de l’humanisme à l’humanitaire"

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

il y a 4 heures 14 min
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 17 heures 58 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 18 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 1 jour 38 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 39 min 3 sec
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Politique
La révolution sera cruelle ou ne sera pas

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Santé
Usine du monde

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

il y a 3 heures 47 min
décryptage > France
Nouvelle réforme

Vraie-fausse suppression de l’ENA : le coup d’épée dans l’eau

il y a 4 heures 31 min
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 18 heures 21 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 19 heures 24 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 21 heures 38 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 1 jour 5 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 1 jour 54 min
© Reuters
© Reuters
Dérapage contrôlé … ou pas

Islam et République : comment Manuel Valls s'arque-boute sur ses positions de laïcard pur et dur pour se différencier de François Hollande

Publié le 14 avril 2016
Après avoir assimilé le port du voile à un asservissement de la femme, Manuel Valls s'est interrogé sur la compatibilité de l'islam avec la République dans un entretien accordé au journal Libération mardi 13 avril. Les postures du Premier ministre relèvent du calcul politique mais montrent aussi la difficulté qu'ont les gouvernants à avoir une vision claire du phénomène de l'islam radical mondialisé.
Journaliste au Nouvel Observateur, écrivain, Serge Raffy a publié en 2011 chez Fayard François Hollande, itinéraire secret, qui s'est vendu à 15 500 exemplaires, et Moi, l'homme qui rit (Flammarion, octobre 2014). Il est également l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Raffy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste au Nouvel Observateur, écrivain, Serge Raffy a publié en 2011 chez Fayard François Hollande, itinéraire secret, qui s'est vendu à 15 500 exemplaires, et Moi, l'homme qui rit (Flammarion, octobre 2014). Il est également l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir assimilé le port du voile à un asservissement de la femme, Manuel Valls s'est interrogé sur la compatibilité de l'islam avec la République dans un entretien accordé au journal Libération mardi 13 avril. Les postures du Premier ministre relèvent du calcul politique mais montrent aussi la difficulté qu'ont les gouvernants à avoir une vision claire du phénomène de l'islam radical mondialisé.

Atlantico :  Après avoir associé le port du voile à l’asservissement de la femme, Manuel Valls, dans une interview accordée au journal Libération mardi 13 avril, a déclaré souhaiter que "nous soyons capables de faire la démonstration que l’islam, grande religion dans le monde et deuxième religion de France, est fondamentalement compatible avec la République, la démocratie, nos valeurs, l’égalité entre les hommes et les femmes". Au cours du même entretien, il a par ailleurs pris position en faveur de l’interdiction du voile à l’Université. De la même façon, après avoir parlé un an avant le président de terrorisme "islamiste", il avait dénoncé dans la foulée l’ "apartheid social, ethnique, et culturel" dont seraient victimes les quartiers populaires. Dans ces discours changeants qui apparaissent parfois contradictoires, quelle est la part assimilable à une stratégie maîtrisée et celle qui correspond à des réajustements improvisés ? 

Serge Raffy : Sur la question de l’islam en particulier et de la religion en général, Manuel Valls n'est pas sur la même longueur d'onde que François Hollande qui se veut le Président de l'apaisement, d'une France qui refuse la division. Manuel Valls cherche-t-il surtout à se distinguer du Président, pour se positionner sur une ligne dure, quasi sarkozyste comme on le lui a souvent reproché à gauche, dans la perspective d'une non candidature du chef de l'Etat en 2017 ? Ces postures sont liées à des calculs politiques mais révèlent également l'extrême difficulté qu'ont nous gouvernants, mais, au fond, comme de nombreux Français, à avoir une vision claire du phénomène de l'islam radical mondialisé qui frappe jusque dans nos rues. Le débat douloureux autour de la déchéance de la nationalité en est l'illustration la plus flagrante.

La déclaration de Manuel Valls sur le voile et l’asservissement de la femme a été prononcée en clôture d'un colloque au théâtre Déjazet à Paris sur "L'islamisme et la récupération populiste en Europe". Est-il possible que Manuel Valls se soit laissé emporter dans la surenchère par son auditoire ? Selon cette hypothèse, l’entretien accordé à Libération avait-il vocation à "corriger le tir" ? 

Il ne s’est pas laissé emporter, il est sur une position tranchée. En tant que radical de la laïcité, tous les signes religieux le dérangent de manière quasi à fleur de peau. 

L’entretien accordé à Libération ne va pas dans le sens de l’apaisement, au contraire. Manuel Valls est cohérent dans sa démarche politique dans la mesure où ses propos s’inscrivent dans l’idéologie laïque la plus dure qui considère qu’aucun signe religieux ne doit être présent dans l’espace public. Cela n’est pas spécifique aux musulmans mais concerne toutes les religions. Il tape fort sur l’islam parce qu’en tant qu’ancien ministre de l’Intérieur et Premier ministre qui a vécu les attentats en France (qui ont été revendiqués par un groupe terroriste islamiste), il est certainement traumatisé, tout comme beaucoup de Français. Il y a un côté presque désespéré dans sa manière de fonctionner : il lance quasiment un cri d’alarme, une espèce d’avertissement religieux aux hiérarques musulmans en France, à ceux qui représentent la religion musulmane en France (le CFCM ou d’autres organismes comme l’UOI). Il est sur une position offensive par rapport à l'idée qu'il se fait du rôle des hiérarques de l'islam de France. Il leur demande de monter au front face à l'extrémisme, il les juge trop timorés, trop silencieux, il tente de faire bouger les lignes et de mobiliser la communauté musulmane sur ces questions de la place de l'islam dans la République. Au travers de ces alertes, il essaie donc de "secouer le cocotier", de réveiller les consciences. Mais en même temps, c’est un jeu très dangereux : il souffle sur les braises plus qu’il ne favorise un concordat ou un débat serein. D’autant plus qu’un débat ne peut pas être serein en période de terrorisme : tout est exacerbé, tout est sous tension et le moindre propos, encore plus lorsqu’il est prononcé par le Premier ministre, prend des proportions dangereuses. 

Selon vous, comment expliquer ces apparents rétropédalages de Manuel Valls ? Est-ce par ce qu'il sait que François Hollande est en désaccord avec ses positions les plus radicales ? Ou est-ce parce qu'il a compris que de tels propos pouvaient s'avérer contre-productifs et ne sont pas les plus efficaces pour se faire comprendre des musulmans de France ? 

Il n’y a, selon moi, aucun rétropédalage : les propos de Manuel Valls dans Libération me semblent plus choquants que ceux prononcés aux théâtre Déjazet. Les thèmes abordés dans Libération sont plus difficiles et délicats : il s’est tout de même posé la question de savoir si l’islam est soluble dans la République ou pas. On ne peut y voir le signe de quelqu’un qui fait du rétropédalage. Au contraire, il s’arque-boute et durcit ses positions. Il n’est ni dans l’apaisement ni dans la réconciliation. 

C’est tout simplement la pratique du pouvoir qui explique ces postures de Valls : tous les gouvernants tiennent compte du rapport de force. Manuel Valls tient compte du réel. Ce réel quel est-il ? Un pouvoir affaibli, en fin de règne, déjà dans la perspective de la présidentielle. Tout ce qui se dit et se fait doit être lu à l’aune de la campagne électorale qui va se profiler très vite dans des conditions difficiles : une décomposition de la gauche et des écologistes, un parti vert en faillite. Manuel Valls est dans une posture très compliquée :  il est l’un des favoris de la présidentielle de 2017 et a en même temps fait acte d’allégeance au président de la République qui est au plus bas dans les sondages. Il s’agit donc d’une sorte de partie de poker menteur mais qui n’a rien de surprenant et est en un sens logique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

07.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

La France, impossible à réformer ? Voilà la vilaine cause trop souvent oubliée des blocages français

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
superliberal
- 14/04/2016 - 11:52
L'Islam et République Laîque
C'est un peu comme l'huile et l'eau non ? comment 2 visions diamétralement opposées pourraient être compatibles.
vangog
- 14/04/2016 - 11:03
Solubilité ou compatibilité de l'islam avec la République?
Ce n'est pas la même chose, et l'inversion sémantique enseignée dans les écoles de la pensée unique fait dire aux gauchistes n'importe quoi...nous, les patriotes, pensons que l'islam n'est ni soluble, ni compatible avec la République, il est ailleurs! C'est un concept différent qui n'a rien à voir avec la République. Les gauchistes s'empêtrent dans de faux problèmes pour éviter d'affronter les vrai problèmes des Francais...
zouk
- 14/04/2016 - 10:57
M. Valls
Franc maçon type XIX° siècle attardé.