En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 24 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 38 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 4 heures 10 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 17 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 6 heures 10 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 54 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 20 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 57 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 27 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 39 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 13 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 28 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 29 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 40 min
© US government²
© US government²
Semper Fi

Vous ne connaissez pas le général James Mattis ? Un mouvement secret révolté par la primaire républicaine pourrait pourtant le faire entrer à la Maison Blanche

Publié le 12 avril 2016
James Mattis n'a aucune chance. Mais ça n'empêche pas certains de rêver.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
James Mattis n'a aucune chance. Mais ça n'empêche pas certains de rêver.

Les conservateurs américains sont en panique absolue face au déroulement de la primaire du Parti républicain. Ils voient en Donald Trump un fasciste doublé d'un hérétique, qui tue une à une les vaches sacrées du parti. Si Ted Cruz, son principal challenger, est idéologiquement dans la ligne du parti, il est haï par la plupart de ses cadres tant il a passé sa carrière à attaquer ses collègues. L'idée que l'un ou l'autre soit le nominé du parti, voire le président, terrifie de nombreux conservateurs.

Le sénateur de Caroline du Sud, Lindsey Graham, a résumé l'attitude des républicains envers Cruz avec cette blague : "Si vous assassiniez Ted Cruz dans l'hémicycle du Sénat, et que le Sénat était le tribunal, personne ne serait condamné."

Dernier symptôme de cette panique ? Une campagne semi-secrète (sur laquelle des indiscrétions fuitent depuis des semaines dans les médias de droite et qui a reçu récemment une enquête du Daily Beast) pour monter une campagne dont le candidat serait un obscur général, James Mattis.

Mad Dog on the line

Qui est James Mattis ? Il vous suffit probablement de savoir que ce général des Marines à la retraite est surnommé "Mad Dog" pour vous faire une idée du personnage.

Après des guerres en Irak et en Afghanistan où la plupart des généraux américains ne se sont pas couverts de gloire, notamment par leur approche bureaucratique, Mattis est de ceux qui ont obtenu le respect de tous. Dans une guerre où beaucoup de généraux dirigeaient depuis leurs bureaux, il n'était pas inhabituel de le trouver au front au milieu de la nuit, avec les troupes. Il a fini sa carrière comme dirigeant de USCENTCOM, la zone géographique militaire américaine qui comprend le Moyen-Orient et l'Asie centrale – autrement dit, les guerres en Irak et en Afghanistan – de 2010 à 2013.

Il est également surnommé "le moine-guerrier"– célibataire et sans enfants, il a consacré toute sa vie à la guerre et à l'étude de la guerre. Intellectuel, notamment féru d'histoire, il a une bibliothèque personnelle de plus de 7000 ouvrages et relit Marc-Aurèle sur le champ de bataille. Il donnait des listes de livres à lire à ses subordonnés, y compris les caporaux, dont des livres sur l'histoire de l'Irak et de l'Afghanistan, ou sur l'histoire de l'Islam.

Mattis est également connu pour ses phrases "salées". Juste après l'invasion et la capitulation de l'Irak, il rencontre des homologues de l'armée irakiennes, et déclare : "J'arrive en paix. Je n'ai pas apporté d'armes. Mais je vous supplie,  les larmes dans les yeux : si vous me baisez, je vous tuerai tous."

Sur la guerre en Afghanistan, il avait déclaré une fois : "Vous savez, vous débarquez en Afghanistan, et vous avez des mecs, ça fait cinq ans qu'ils tabassent leurs femmes parce qu'elles ne veulent pas mettre de voile. Des mecs comme ça ne sont pas des vrais hommes. Donc c'est vraiment très rigolo de leur tirer dessus. En fait, c'est très sympa de se battre. C'est très marrant. C'est sympa de tirer sur des gens. Je vais être honnête avec vous, j'aime me battre."

Bref, on voit le genre.

Le président Mattis : le scénario improbable

Tout ça fait peut être un personnage, mais pas forcément un président. De quoi parle-t-on ?

Selon The Daily Beast, une poignée de riches donateurs conservateurs, y compris des "milliardaires", aurait échafaudé un "plan B" au cas où Donald Trump emporterait la nomination du Parti républicain, de faire une campagne de tiers parti pour Mattis.

L'idée serait la suivante : de provoquer un match nul dans l'élection. Dans la Constitution américaine, le président n'est pas élu directement par le peuple, mais par le Collège électoral des états – et si aucun candidat n'obtient une majorité absolue du collège électoral, c'est la Chambre des représentants qui choisit le président. Un scénario qui ne s'est produit qu'une fois dans l'histoire américaine.

L'idée serait que Mattis, avec son profil non-partisan et non-idéologique, pourrait voler assez d'états à Trump et Hillary à la fois pour empêcher chacun candidats d'atteindre les 270 votes nécessaires dans le Collège électoral. La Chambre des représentants, de majorité républicaine mais anti-Trump, lui donnerait la Maison-blanche.

Ces riches donateurs auraient déjà rassemblé le squelette d'une équipe de campagne pour explorer l'idée, et inciter Mattis de se lancer dans une campagne-suicide—ce qui, après tout, ne serait pas forcément pour déplaire à un Marine.

Car il s'agirait vraisemblablement d'une campagne-suicide. Il faudrait monter une infrastructure de campagne, inscrire le candidat sur les listes électorales dans les 50 états, ou presque, lever l'argent…et réussir non seulement à gagner des voix mais à l'emporter dans assez d'états pour empêcher les deux autres candidats de gagner. Et le tout avec un néophyte politique qui, pour l'instant, reste complètement muet sur la situation.

Si quelques commentateurs à droite ont accueilli favorablement l'idée, et s'il est certain que, comme le dit le stratège républicain Rick Wilson, "le thème de 2016 est que l'improbable se produit", il faut plus voir cette tentative à la Don Quichotte comme un symptôme de la panique totale (et justifiée) des élites républicaines face à l'autodestruction de leur parti que comme une réelle possibilité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 12/04/2016 - 17:52
@Texas Charles Gave n'écrit pas que des khommeries...
loin de là!
Ex abrupto
- 12/04/2016 - 15:22
Il me fait penser...
...à Patton.
Texas
- 12/04/2016 - 13:59
@ vangog
C' est très exactement ce que dit Charles Gave sur la page FB de l' Institut des Libertés , généraux putchistes exceptés .