En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 2 min 22 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 6 min 58 sec
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 21 min 27 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 51 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 58 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 22 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 55 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 45 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 20 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 58 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 4 min 46 sec
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 12 min 8 sec
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 14 heures 7 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 47 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 54 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 32 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 52 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 33 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 42 min
© REUTERS/Radovan Stoklasa
Le marché du jouet est très segmenté entre celui des filles et celui des garçons.
© REUTERS/Radovan Stoklasa
Le marché du jouet est très segmenté entre celui des filles et celui des garçons.
Bonnes feuilles

De plus en plus rose pour les filles, et toujours bleu pour les garçons : bien loin des préoccupations du néo-féminisme, comment le marché du jouet en pleine régression avilit les âmes avant de formater les sexes

Publié le 10 avril 2016
Abolir la prostitution, mais autoriser la GPA. Supprimer la différence des genres, mais exiger l’égalité des fonctions. Réclamer l’abolition de la maternité, mais accepter l’imposition du voile. Se proclamer progressiste, mais enchaîner la condition féminine au marché… Soixante-dix ans après Simone de Beauvoir, Eugénie Bastié dévoile ici la misère du néo-féminisme contemporain. Extrait de "Adieu mademoiselle", publié aux éditions du Cerf (2/2).
Eugénie Bastié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste au Figaro après avoir collaboré au magazine Causeur, Eugénie Bastié, 24 ans, est également rédactrice en chef politique de la revue d’écologie intégrale Limite.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Abolir la prostitution, mais autoriser la GPA. Supprimer la différence des genres, mais exiger l’égalité des fonctions. Réclamer l’abolition de la maternité, mais accepter l’imposition du voile. Se proclamer progressiste, mais enchaîner la condition féminine au marché… Soixante-dix ans après Simone de Beauvoir, Eugénie Bastié dévoile ici la misère du néo-féminisme contemporain. Extrait de "Adieu mademoiselle", publié aux éditions du Cerf (2/2).

Le bras armé du consumérisme

J’ai grandi dans les années 1990. Dans la cour de l'école, lors de la récréation, nous jouions tous, filles et garçons, aux Pog et aux Pokémon, sans oublier les billes et l’élastique. Deux décennies plus tard, il me semble que les stéréotypes sont revenus au galop. Aujourd’hui, La Reine des neiges pour les filles et Star Wars pour les garçons se disputent la place sous le sapin. Et s’il y a toujours des garçons manqués, quoique les petites filles soient plus libres de laisser cours à leurs envies et même de jouer au rugby, l 'écrasante majorité d’entre elles continue de chérir les poupées.

>>> A lire aussi : Eugénie Bastié : “On doit proposer des alternatives concrètes à l’avortement, comme l’ouverture de centres d’aides à la grossesse”

A dire vrai, même après tant de luttes féministes acharnées, jamais les jouets n’ont paru autant stéréotypés. Il suffit d’entrer dans un grand magasin pour avoir la nausée. Un déluge de bleu et de rose noie immédiatement tout parent désireux d’offrir un joujou neutre à sa progéniture et une laideur manichéenne règne sans partage. Sur les deux sexes. La prégnance de cette dichotomie inquiète jusqu’aux pouvoirs publics. Ainsi, à une semaine de Noel en 2014, les sénateurs Chantal Jouanno (UDI) et Roland Courteau (PS) ont présenté un rapport d’information sur " l’importance des jouets dans la construction de l’égalité entre filles et garçons ", invitant à lutter contre les " stéréotypes de genre" sous la bannière d’une pétition de principe: " l’égalité ́ et le vivre ensemble commencent avec les jouets ". Ledit rapport insiste sur une évolution préoccupante : " La période actuelle est caractérisée ́par une nette séparation des univers de jeu des filles et des garçons. " Malgré ́ une " marche continue " vers le progrès, le marché ́ des jouets segmente toujours plus son offre en fonction du sexe des enfants, déplorent les auteurs. Cette évolution " qui remonte à` une vingtaine d’années " se traduit par un cloisonnement de plus en plus important entre filles et garçons : espaces de ventes distincts, catalogues avec des pages pour les filles et des pages pour les garçons, jouets auparavant mixtes déclinés en bicolore, azur et églantine.

Pourquoi cette soudaine inquiétude? Parce que dans les années 1970-1980, au moment où débuta la " révolution féministe ", les jouets étaient davantage unisexes qu’au début des années 1990, 2000 et 2010. On proposait même des machines à coudre pour les deux sexes. Impensable aujourd’hui. Cette triste évolution est à attribuer à la constitution de grands groupes industriels internationaux et au développement agressif des méthodes du marketing. En diffusant une offre mondiale standardisée, la globalisation économique du secteur du jouet rend propice la schématisation. Pour qu’une poupée, fabriquée en Chine, plaise autant à une petite Américaine qu’à une petite Française, il faut réduire et caricaturer à traits grossiers une féminite ́ censée être planétaire. Cinquante nuances de rose sont devenues le signe marchand du féminin, valant partout et pour toutes.

Là où, auparavant, les enfants pouvaient s’échanger les jouets, se les transmettre d’aîné(e)s en cadet(te)s, voire jouer ensemble, les frères et sœurs disposent désormais des joujoux mais aussi d’accessoires et de marques radicalement distinctes et différentes. Les poupons, les cerceaux, les bilboquets androgynes ont laissé place aux trottinettes, cartables, trousses et vélos sexués. Spider man et Corolle, Corolle et Spider man ont suscité des univers cloisonnés forçant les parents à produire et à consommer deux fois plus pour satisfaire les désirs de leurs enfants-rois haussés au rang de prescripteurs. Il y a d’ailleurs fort à parier que l’on trouve les derniers cubes en bois et unisexes dans les familles nombreuses qui ont défilé contre le mariage pour tous alors que les bobos èdent aux caprices de leur marmaille en achetant les derniers toys made in USA.

Mettant en cause le " modèle patriarcal " des jouets genrés, les féministes se gardent bien de remettre en cause le modèle qui sous-tend la segmentation du marché en isolats séparés, ce consumérisme effréné qui, pour vendre toujours plus et gagner des parts de marché, a transformé les enfants en clients. Plutôt que de prôner la sobriété heureuse, qu’un enfant sait pratiquer d’instinct, elles préfèrent dénoncer un complot imaginaire qui dresserait les petites filles à devenir de futures mères.

Il ne s’agit pas ici d’exalter les stéréotypes, comme le proclamaient les pancartes de La Manif pour tous. Quiconque est entreé un jour dans un magasin de jouets ne peut qu’être horrifié, je l’ai dit, par la "division genrée " qui y se ́vit. Nul besoin d’avoir subi la crétinerie des ABCD de l’égalité pour saisir en quoi le plastoc rosat est nocif: il avilit les âmes avant de formater les sexes. Le scandale, toutefois, ne provient pas de l’ordre patriarcal. L’abomination tient dans la marchandisation de l’enfance.

Extrait de Adieu mademoiselle, de Eugénie Bastié, publié aux éditions du Cerf, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 11/04/2016 - 07:54
Chassez le naturel , il revient au galop
et passent les millénaires ....
zouk
- 10/04/2016 - 11:11
Idéologie féministe
Jusqu'où irons nous dans l'avilissement de notre civilisation les premières victimes étant les femmes, et ne les oublions pas les enfants, GPA, adoption par les couples homosexuels... qui pense aux enfants? Comment pourraient-ils se construire devant un tel vide?