En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 41 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 47 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 42 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 14 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 17 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 16 heures 55 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 11 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 12 heures 58 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 39 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 13 heures 54 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 36 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Légitime dépendance

Réforme du Conseil supérieur de la magistrature : pourquoi on aurait tort de faire de l’indépendance du parquet une fin en soi dans un pays où les juges n’ont pas d’autre légitimité démocratique que d’avoir réussi un concours

Publié le 05 avril 2016
De nombreux postes à pourvoir et une réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature remettent sur la table la question de l'indépendance des magistrats. Cependant, rien ne prouve que les décisions sur le point d'être prises vont changer quoi que ce soit.
Guillaume Jeanson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maître Guillaume Jeanson est avocat au Barreau de Paris. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreux postes à pourvoir et une réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature remettent sur la table la question de l'indépendance des magistrats. Cependant, rien ne prouve que les décisions sur le point d'être prises vont changer quoi que ce soit.

Atlantico : A partir de demain, l'Assemblée étudie la réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature. Alors que la gauche semble vouloir s'en défaire, une partie de la droite appelle à maintenir un lien entre parquet et chancellerie. Quels sont les enjeux de ce désaccord ?

Guillaume Jeanson : On se souvient que la réforme du conseil supérieur de la magistrature était la promesse de campagne "n°53" de François Hollande. Lancée en 2013, elle n’avait cependant guère tardé à être suspendue. Pourquoi ce texte revient-il maintenant ? Certains parlementaires, à l’instar du député LR Philippe Houillon, semblent avoir leur petite idée à ce sujet et ne se privent pas de le faire savoir. Le 23 mars dernier, en commission des lois, ce dernier déclarait : "l’exécutif estimant sans doute qu’une révision constitutionnelle ne portant que sur l’article consacré à l’état d’urgence serait, passez-moi cet anglicisme, un peu "cheap", il a souhaité remettre sur la table un texte dont on pense qu’il ne fera pas débat. Il s’agit en réalité d’une manœuvre politique visant à sauver ce qui peut l’être encore devant le Congrès." Pour la gauche, l'enjeu affiché de cette réforme est de lutter contre la politisation de la justice qui, selon elle, aurait marqué le quinquennat de Nicolas Sarkozy – d’aucuns ne se privant pas de rappeler à cet égard la nomination de Philippe Courroye à la tête du parquet de Nanterre, malgré l'avis négatif du CSM. La volonté du garde des Sceaux serait ainsi d'accorder une plus grande indépendance des magistrats vis-à-vis du pouvoir politique, et ceci, dans la continuité de la réforme de Christiane Taubira du 25 juillet 2013, qui interdisait au ministre de la Justice d’adresser aux magistrats du ministère public des instructions dans les affaires individuelles. Pour ce faire, notre actuel Garde des Sceaux entend inscrire dans les textes l'avis conforme du CSM pour la nomination des magistrats du parquet, comme c'est le cas actuellement pour les juges du siège. Il entend aussi établir une parité entre magistrats et "laïcs" dans la composition du CSM. Interviewé dimanche dernier par le JDD, Jean-Jacques Urovas ne faisait alors pas mystère de ses motivations : "voir poindre à nouveau aujourd'hui des tentations de nominations politiques de procureurs me fait dire que cette réforme du CSM, qu'appellent de leurs vœux tous les magistrats, est absolument nécessaire". Il est cependant loisible de s’interroger à plus d’un titre sur la portée réelle de cette réforme. Tout d’abord, comme le remarque très justement le constitutionnaliste Bertrand Mathieu, lui-même ancien membre du CSM, "en France la pratique tend à ce que le gouvernement respecte systématiquement les avis du CSM s’agissant des magistrats du parquet. Cette situation est communément admise." Force est en effet de constater que depuis 2009, tous les Garde des Sceaux, depuis Michèle Alliot-Marie jusqu’à Christiane Taubira, en passant par Michel Mercier, se sont bien gardés de passer outre les avis rendus par le CSM. Cette réforme se contente donc d’acter dans la constitution une pratique aujourd’hui "communément admise". Ensuite, parce que la deuxième mesure phare de ce texte, celle qui institue une parité entre magistrats et "laïcs" dans la composition du CSM – une mesure qui nous rapprocherait du système Belge et nous conduirait en outre à respecter enfin la Charte européenne sur le statut des juges de 1998, certes dénuée de valeur obligatoire – témoigne d’une prise de distance salutaire avec le projet initial de loi constitutionnelle qui avait été présenté en conseil des ministres le 13 mars 2013 et qui visait à redonner la majorité aux magistrats au sein du Conseil. L’ancien Premier Président de la Cour d’Appel de Paris et expert auprès de l’institut pour la justice Jean-Claude Magendie, s’était alors fendu, dans les tribunes du Figaro, d’un article sévère contre ce texte pour dénoncer le danger d’un telle composition. Cette dernière exposant selon lui le CSM "au risque de corporatisme déjà fort au sein des professions judiciaires" et oubliant "que le CSM est avant tout une autorité constitutionnelle qui doit être ouverte vers la société civile pour laquelle la justice est rendue, et aussi le gage d'une plus grande diversification des idées en son sein." Difficile de ne pas entrevoir aussi derrière une telle critique, tout le poids de la défiance -encore exprimée récemment par certains députés LR- à l’endroit d’un certain syndicalisme politique, par trop présent au sein de la magistrature, qui, au mépris du devoir de réserve des magistrats, éveille encore chez de nombreux justiciables, une suspicion d’impartialité quant à certains jugements rendus.

Pourquoi fait-on de l'indépendance du Parquet une question de principe ? Dans quelle mesure s'agit-il davantage d'une question de culture politique, liée à l'esprit dans lequel les magistrats exercent leur fonction, que d'institutions ?

Plusieurs justifications semblent avoir été fournies par Dominique Raimbourg, Président de la Commission des lois et rapporteur de ce projet de loi. Ce dernier, a ainsi notamment précisé que "l’extension des garanties relatives à l’indépendance du parquet apparaît (…) comme le corollaire indispensable de l’accroissement continu de ses pouvoirs". L’actualité législative, sous couvert de lutte contre le terrorisme, nous conduit en effet à assister à un net recul du juge d’instruction –statutairement indépendant- en faveur du parquet –jusqu’ici nettement moins indépendant- et dont les prérogatives sont considérablement renforcées. S’agirait-il donc seulement de "s’acheter une bonne conscience" ? La question mérite d’être posée, même si, ce faisant, l’on veillerait également à inviter la Cour européenne des droits de l’homme à revoir sa position actuelle "déniant aux magistrats du parquet la qualité d’autorité judiciaire au sens de l’article 5 § 3 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales" – pour mémoire, l’un des arguments retenus par la Cour pour refuser à ces magistrats la possibilité d’exercer sur certaines mesures d’arrestation ou de détention le contrôle requis par la Convention, tenant en effet à ce que leur indépendance ne serait pas suffisamment assurée à l’égard de l’exécutif. On peine hélas à voir ici autre chose qu’une posture, dès lors que le rapporteur poursuit son exposé devant la commission en précisant malgré tout que si "cette réforme permet, enfin, de mieux affirmer l’unité du corps judiciaire", elle le fait surtout "sans renoncer au modèle d’un ministère public exercé par des magistrats appliquant la politique pénale conduite par le garde des Sceaux." 

L’annonce est belle. Pourtant, il y a fort à parier que tout ceci demeure d’une portée pratique excessivement limitée. Il y a trois ans, Xavier Bébin pointait déjà, dans son ouvrage intitulé Quand la justice crée l’insécurité, combien les Garde des Sceaux ne disposent plus que d’une faible influence sur la politique pénale des procureurs. Avec une telle réforme, le parquet verra son indépendance envers l’exécutif renforcée, ce qui, en l’absence de tout contre-pouvoir, pourrait s’avérer périlleux. En effet, pour reprendre les mots de ce criminologue, "cela conduirait à couper encore davantage la politique pénale des aspirations des citoyens." On ne peut dès lors que s’interroger légitimement sur l’opportunité d’une telle réforme qui, tout en prétendant lutter en faveur de l’indépendance des magistrats, se refuse dans le même temps à préserver efficacement leur impartialité. 

Aux Etats-Unis, les juges sont indépendants mais élus. En France, le diplôme de l'Ecole Nationale de Magistrature les dispense du suffrage démocratique. Et pourtant, nos juges ne jouent-ils pas un rôle important dans la vie politique française ? Leur légitimité n'est-elle dès lors pas discutable ?

La légitimité démocratique ne saurait passer uniquement par le vote direct des citoyens. Des institutions démocratiques comprennent d’ailleurs un vote indirect, à l'image du Sénat, dont les membres sont élus par les élus locaux. La demande de considération, de transparence et de lisibilité exprimée par de nombreux citoyens français au sujet de leur Justice n’induit pas nécessairement pour autant l’attente précise de la mise en place d’un système d’élection des juges. Culturellement, un tel système qui impliquerait de véritables campagnes sur des programmes de justice, pourrait même heurter nombre de justiciables. Le problème tient plus au fait que nos juges sont menacés par deux dérives : le corporatisme et la politisation. Avec pragmatisme, il convient de tout faire pour les préserver de chacune de ces dérives. Si cela passe avant tout par des réformes structurelles – dont certaines ont d’ailleurs pu parfois être proposées de longue date, (nous songeons ici notamment au "Comité chargé de proposer au Président de la République des réformes constitutionnelles", autrement appelé "Comité Balladur" qui avait envisagé que le Conseil supérieur de la magistrature, jusqu’alors présidé par le Président de la République, soit présidé par une personnalité n’appartenant ni au corps judiciaire ni au Parlement. Si cette proposition n’avait pas été retenue, précisons qu’elle prévaut néanmoins dans certains Etats tels que la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie et l’Espagne), cela passe également et nécessairement par un respect scrupuleux du devoir de réserve, seul à même d’apaiser la méfiance des citoyens vis-à-vis de la politisation des magistrats et, à défaut du respect duquel, tôt ou tard devra se poser la question de l’interdiction du syndicalisme politique au sein de la magistrature.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 05/04/2016 - 22:14
DE GROS PROBLÈMES!
L'irresponsabilité a deux aspects. Utilisée avec modération pour garantir l'indépendance du magistrat, elle n'est pas critiquable. Au contraire, brandie par ce même magistrat pour échapper à la sanction de fautes qui partout ailleurs seraient sévèrement réprimées, elle est abjecte et le mot "irresponsable" prend alors à juste titre un tout autre sens avec une connotation inévitablement péjorative. La sinistre affaire d'Outreau a laissé bien des cicatrices, qui tiennent tant aux erreurs commises qu'à l'impunité générale observée ou pire aux promotions subséquentes. Quant au mur des cons, il renvoie une pitoyable image de la Magistrature, dans la mesure où certains de ses membres ont pu, sans en être empêchés par les autres, librement insulter des représentants du peuple français, au nom duquel précisément, ils rendent chaque jour la justice. Quoi qu'on nous dise, il n'y pas que des problèmes de crédits place Vendôme, il y a aussi de sérieux problèmes de principe de Magistrats qui ont jusqu'ici pu impunément tout aussi bien rendre l'injustice que défier leur devoir de réserve et d'élémentaire respect vis-à-vis de ceux dont ils tiennent le pouvoir de juger.
Liberte5
- 05/04/2016 - 21:57
Pour des juges élus.
Ils détiendront leur légitimité du peuple, qui pourra le révoquer si les engagements ne sont pas respectés. Actuellement les juges ne sont soumis à aucun contrôle et ne rendent de compte à personne. Quelques soient leurs erreurs, leurs fautes, aucune sanction ne tombe. Aucune autre profession ne bénéficie d'un tel privilège.
J'accuse
- 05/04/2016 - 17:03
Tel peuple, telle justice
L'indépendance est un leurre : toute personne nommée ou élue est dépendant de celui qui nomme ou de ceux qui élisent; de ses opinions personnelles, éthiques, politiques ou religieuses; de l'argent d'éventuels sponsors; de la protection de sa carrière, etc. Il est impossible de dire quelles sont les pires dépendances, toutes pouvant être également calamiteuses, mais pouvant aussi être souhaitables en diverses occasions; il se trouve aussi que plus on réduit certaines dépendances, plus on en accroit d'autres. L'impartialité de la justice est une vertu républicaine plus ou moins présente dans toute la société, qui s'acquiert au fil des décennies et des siècles, dans un parcours semé d'embûches. Il ne faut pas attendre d'une loi qu'elle l'améliore, si la majorité des citoyens du pays n'y est pas prête. Un peuple a les élus qu'il mérite : il en va aussi de sa justice.