En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 13 min 32 sec
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 1 heure 39 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 8 heures 13 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 10 heures 10 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 12 heures 1 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 12 heures 44 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 56 min 24 sec
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 2 heures 17 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 7 heures 30 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 12 heures 22 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 13 heures 2 min
© Reuters
© Reuters
Table rase

Sans défense face au terrorisme ? Pourquoi l'Europe doit entièrement revoir son dispositif sécuritaire né de 1945 si elle veut vraiment faire face à la menace

Publié le 25 mars 2016
Les dernières attaques terroristes coordonnées à Bruxelles prouvent que l'Europe est toujours aussi vulnérable face à la menace djihadiste. Il est temps pour elle de rénover de fond en comble son architecture sécuritaire qui repose encore trop sur des accords et alliances issues de l'après-guerre et de la Guerre froide comme l'OTAN.
Arnaud Danjean est député européen Les Républicains,membre de la Commission des Affaires étrangères et de la sous-commission Sécurité/Défense, et conseiller régional de Bourgogne. Il est ancien fonctionnaire de la DGSE.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Pigné est diplômé d’un Master 2 spécialité Sécurité et Défense de l’IRIS et d’un Master 2 en Science politique (spécialité Relations Internationales et Diplomatie) de l’Université de Lyon 3. Il est actuellement en doctorat à l’EHESS. Il est jeune...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Danjean
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Danjean est député européen Les Républicains,membre de la Commission des Affaires étrangères et de la sous-commission Sécurité/Défense, et conseiller régional de Bourgogne. Il est ancien fonctionnaire de la DGSE.
Voir la bio
Jérôme Pigné
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Pigné est diplômé d’un Master 2 spécialité Sécurité et Défense de l’IRIS et d’un Master 2 en Science politique (spécialité Relations Internationales et Diplomatie) de l’Université de Lyon 3. Il est actuellement en doctorat à l’EHESS. Il est jeune...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les dernières attaques terroristes coordonnées à Bruxelles prouvent que l'Europe est toujours aussi vulnérable face à la menace djihadiste. Il est temps pour elle de rénover de fond en comble son architecture sécuritaire qui repose encore trop sur des accords et alliances issues de l'après-guerre et de la Guerre froide comme l'OTAN.

Atlantico : Les dernières attaques terroristes coordonnées à Bruxelles prouvent que l'Europe est toujours aussi vulnérable face à la menace djihadiste. Pourquoi certains au sein de l'Union rechignent-ils encore à l'idée de créer un fichier des passagers aériens (PNR) ? Est-ce lié à l'histoire de certains pays membres, dans lesquels le souvenir de la dictature est encore vif ?

Arnaud Danjean : Il convient de bien préciser que le PNR -dont je suis un ardent promoteur- n'est pas une baguette magique qui nous prémunira de toutes les attaques terroristes. Mais il s'agit d'un instrument utile qui a pris une valeur symbolique importante car il est l'un des rares dispositifs véritablement collectif, européen alors que la plupart des outils anti-terroristes en vigueur sont du strict ressort national. Son adoption a été retardée d'abord du fait de légitimes, mais parfois excessivement tatillonnes, questions juridiques comme le fait de savoir qui peut accéder à quelles données, pendant combien de temps et selon quelles procédures. Ces questions étant désormais résolues depuis le compromis trouvé en décembre 2015, les oppositions de la gauche et de l'extrême-droite sont désormais purement idéologiques. La protection des données personnelles souvent invoquée peut se comprendre jusqu'à un certain point, mais lorsque les garanties sont apportées, continuer à s'opposer au PNR relève de la posture, pas de l'examen objectif de ses avantages et de ses limites.

Jérôme Pigné : L’Europe et plus largement le monde occidental sont aujourd’hui vulnérables face à la menace djihadiste. Face à une idéologie forte, impulsée et véhiculée par des groupes tels que Daech ou Al Qaida, il faut être honnête, la communauté internationale semble être désemparée. Sans aller jusqu’à parler de choc des civilisations ou de guerre globale contre la terreur, on ne peut nier cette confrontation entre des modes de société qui s’opposent. Le PNR ne réglera pas tous les maux de l’Europe mais il est vrai qu’il pourrait faciliter davantage le contrôle des flux de personnes. Les différents pays réfractaires à l’idée du PNR ont certainement leurs raisons. En effet certains pays sont peut-être plus sensibles aux questions de libertés, notamment en lien avec leur histoire récente. L’articulation sécurité/libertés est une véritable problématique pour les pays européens. Autrement dit, comment préserver les libertés individuelles tout en assurant la sécurité des citoyens ?

Peut-on continuer à reporter ce type de décision indéfiniment ? Le temps n'est-il pas venu de trancher, de sortir de l'ambiguïté en faisant sans ceux qui seraient encore tentés de tergiverser ? Que faudrait-il faire alors des accords de Schengen ?

Arnaud Danjean : Pour le PNR, le texte est prêt. Les trois institutions concernées – à savoir le Conseil européen, la Commission et Parlement - ont trouvé un accord en décembre dernier. Il faut désormais un vote formel du Parlement européen. Impossible de faire sans. Les gauches et l'extrême-droite doivent assumer leur obstruction...

Sinon, chaque pays bâtira en effet son PNR. Avec une efficacité moindre et surtout avec une garantie de droits amoindrie également pour les citoyens européens, ce qui n'est pas le moindre des paradoxes à assumer pour les opposants !

Schengen est un autre dossier. Ce qui est en jeu est la sécurisation des frontières extérieures de l'UE. C'est un chantier qui a été négligé lors de la mise en place de Schengen parce que l'accent a été trop exclusivement mis sur la liberté de circulation. En oubliant que ce beau principe ne vaudrait que si la protection extérieure de cet espace était assurée et si la coordination policière et douanière était optimisée à l'échelle des pays membres. Ce volet "sécuritaire" ayant été négligé, c'est tout l'édifice qui s'effondre aujourd'hui...

Jérôme Pigné Les accords de Schengen, au même titre que le PNR, sont des dispositifs qui doivent être revus, repensés, adaptés au monde d’aujourd’hui. J’insiste encore une fois sur le fait qui ni Schengen, ni le PNR ne régleront tous les problèmes liés à la sécurité et au terrorisme international. Des décisions politiques fortes doivent être prises et c’est dans le temps long que l’Europe arrivera à préserver sa sécurité et son mode de vie, si tenté qu’il y ait un « mode de vie » à l’européenne. Les sociétés occidentales sont bouleversées par les changements en cours et il vrai que la situation que nous vivons actuellement, d’un point de vue sécuritaire, marquera de manière indélébile notre époque. Néanmoins, je pense qu’il ne faut pas tomber dans le piège de la surmédiatisation ou surpolitisation de la question de Schengen. La problématique migratoire est réelle, elle inquiète l’Europe et d’autres mais regardons les choses avec sang-froid et le recul nécessaire pour prendre les bonnes décisions.


Plus largement, quelles sont les lacunes de l'architecture sécuritaire européenne révélées par ces attaques ? Peut-on imaginer une organisation telle que l'OTAN qui s'attache spécifiquement à nous protéger du terrorisme transnational actuel ?

Jérôme Pigné : Cette architecture sécuritaire que vous pointez du doigt s’articule essentiellement autour de trois axes essentiels. La coopération policière, en matière de renseignement et sur le plan judiciaire. Le mandat d’arrêt européen (2004) est le fruit de cette coopération accrue, par exemple. Ce qu’il faut dire en premier lieu, c’est qu’elle fonctionne entre pays européens cette coopération. L’échange d’informations est réel, perfectible certes mais réel. Lutter contre le terrorisme international, aujourd’hui incarné par Daech ou Al Qaida, est un travail de longue haleine qui doit se manifester à travers des actions politiques et stratégiques sur le court terme et sur le long terme. L’action militaire et sécuritaire est nécessaire, incontournable, mais ne constitue en aucun cas la solution pour lutter contre des phénomènes et des mobilisations violentes à long terme. Saluons à cet égard le travail accompli par l’Opération Barkhane au Sahel ; opération française régionale qui a pris le relais de l’Opération Serval au Mali, en août 2014. Mais cela n’est pas suffisant. Les réponses doivent être multidimensionnelles, échelonnées dans le temps, et surtout correspondre aux réalités locales des pays où les actions sont menées. En cela, l’Union européenne a beaucoup à faire dans la conceptualisation, puis mise en pratique, de ses politiques de coopération (au sens large). La pierre angulaire de notre sujet sera d’articuler sécurité et développement, perspectives à court et long termes.  Ayant dit cela, l’OTAN ne sera jamais la réponse pleine et entière face au terrorisme international. Cette organisation peut permettre de structurer une réponse militaire et opérationnelle sur un théâtre d’opération mais n’a pas le mandat ni la vocation à couvrir le spectre de l’antiterrorisme dans son entièreté. 

Arnaud Danjean : Je ne vois pas très bien ce que l'OTAN, alliance militaire, aurait à faire sur ce sujet... Il faut comprendre que l'anti-terrorisme repose sur le triptyque renseignement-police-justice. Le militaire peut être amené à jouer un rôle d'appoint comme c'est le cas actuellement en France, ou évidemment sur un segment d'intervention extérieure comme au Sahel ou en Syrie et en Irak. Mais sur le sol européen, il s'agit fondamentalement de coopération policière, judiciaire et de renseignement. Cela existe, cela peut évidemment être amélioré, mais il serait chimérique de croire que de grandes superstructures européennes soient la panacée. La fluidité des échanges peut être améliorée, des fichiers peuvent être mieux interconnectés et harmonisés. Mais de grâce qu'on ne se leurre pas avec une super agence européenne de renseignement. Avant de mutualiser, il faut collecter ! Et cela exige des structures au plus près du terrain. Pas une bureaucratie bruxelloise supplémentaire.

A l'inverse, l'Europe n'aurait-elle pas intérêt aujourd'hui à se rapprocher de la Russie pour assurer plus efficacement notre sécurité ? Quelle forme pourrait prendre cette nouvelle entente ?

Jérôme Pigné : Je parlais de l’Afrique et du Sahel tout à l’heure, là où la Russie est relativement loin de son champ d’action. En revanche, il est vrai que sur le dossier Syrien ou sur la question iranienne, c’est un acteur incontournable. Certains diront qu’il faut se rapprocher de la Russie, d’autres penseront qu’il faut la combattre. On ne peut répondre en quelques lignes à cette question hautement politique, stratégique et diplomatique. Toutefois, l’avenir de l’Europe (notamment dans sa dimension politique et sécuritaire) est lié à la Russie. Cela ne concerne d’ailleurs pas uniquement les questions de terrorisme. L’Europe doit, selon moi, équilibrer et penser de manière pragmatique ses partenariats, à l’Est (Russie), comme à l’Ouest (relation avec les Etats-Unis). Pour ce faire, il me semble que l’UE doit se doter d’une vision stratégique solide et unifiée, ce qui n’est pas le cas à l’heure où nous parlons…

Arnaud Danjean : De quelle sécurité parle-t-on ? La Russie reste dotée d'une doctrine de défense qui place les pays occidentaux en menace numéro 1 et il ne me semble pas que l'attitude russe vis-à-vis des pays d'Europe centrale et orientale soit particulièrement rassurante pour leur sécurité !

S'il s'agit de la lutte anti-terroriste, il y a certainement matière à coopérer avec la Russie. Mais il ne faut pas être naïf. On a pu voir en Syrie que la lutte contre les djihadistes n'était pas la priorité de l'intervention russe. Il y a une confiance à bâtir avant d'envisager un réel partenariat dénué d'arrière-pensées mutuelles... Nous n'en sommes malheureusement pas là.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
A M A
- 27/03/2016 - 13:07
Police européenne et rigolade.
Il faut plaindre les fonctionnaires consciencieux des Services de Sécurité. Les malheureux voient que leurs efforts pour assurer l'ordre sont atrophiés par un gouvernement qui fait tout ce qu'il peut pour se débarrasser de la "patate chaude du terrorisme" sur une police européenne mythique. Balayons chez nous d'abord, même s'il faut repousser la poussière sous le tapis des voisins. Il vaut quand même mieux des attentats à Bruxelles plutôt qu'au Bataclan. Au fait, Bruxelles c'est bien l'Europe, non!!! Et c'est à cette Europe bruxelloise, laïque et omnipotente qu'on va demander d'assurer notre sécurité face à l'agression islamique. Loufoque, non?
Semper Fi
- 25/03/2016 - 02:10
Désespérant....
... toujours les mêmes rengaines éculées. La France est un état souverain dont le gouvernement a pour tâche d'assurer la protection de ses citoyens y compris - comme dit la formule - "au péril de sa vie", et surtout AVEC ou SANS l'approbation de ses voisins (eux aussi souverains). Que se passerait-il si la France décidait unilatéralement d'assurer le contrôle de ses frontières à l'ancienne ? les pays voisins diraient peut-être "c'est pas bien" ? imposeraient des contrôles aux français allant chez eux ? et alors... cela nous fera une belle jambe, mais ne devrait pas nous empêcher de dormir, ni même d'échanger avec ces mêmes pays voisins qui sont toujours nos amis. Pour info : le contrôle aux frontières est LA NORME dans le monde entier et n'a en rien perturbé la mondialisation des échanges.
padam
- 24/03/2016 - 23:02
causeurs pour ne rien dire
En plein accord avec Ganesha. Propos creux, d'une banalité désespérante, reprenant simplement ce que l'on entend en boucle à longueur de journées sur les chaînes d'Etat. Messieurs les intervenants, vous avez à n'en pas douter le profil requis pour postuler à BFMTV...