En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 2 heures 58 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 24 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 9 heures 34 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 11 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 12 heures 37 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 12 heures 59 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 17 heures 50 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 3 heures 12 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 7 heures 52 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 12 heures 45 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 14 heures 59 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 18 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment le salutaire tollé provoqué par les “ABCD de l’égalité” a prouvé que le conservatisme est (aussi) un libéralisme

Publié le 26 mars 2016
Le conservateur, en France, est comme l’enfer : c’est l’autre, et plus encore un autre qui suscite l’incrédulité, provoque la dérision et soulève le coeur. Autant son contraire, le progressiste, est auréolé de toutes les vertus, autant lui est suspecté de tous les vices. Pourquoi cette réduction obligée du conservatisme à un méli-mélo contradictoire de réaction politique, d’ordre moral et de libéralisme économique ? Extrait de "Vous avez dit conservateur ?" de Laetitia Strauch-Bonart éditions du Cerf 1/2
Laetitia Strauch-Bonart est essayiste et chercheur en histoire. ​Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure d'Ulm et de Sciences-Po Paris, actuellement en PhD en histoire à la Queen Mary University de Londres, elle est également contributrice...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laetitia Strauch-Bonart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laetitia Strauch-Bonart est essayiste et chercheur en histoire. ​Ancienne élève de l'Ecole normale supérieure d'Ulm et de Sciences-Po Paris, actuellement en PhD en histoire à la Queen Mary University de Londres, elle est également contributrice...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le conservateur, en France, est comme l’enfer : c’est l’autre, et plus encore un autre qui suscite l’incrédulité, provoque la dérision et soulève le coeur. Autant son contraire, le progressiste, est auréolé de toutes les vertus, autant lui est suspecté de tous les vices. Pourquoi cette réduction obligée du conservatisme à un méli-mélo contradictoire de réaction politique, d’ordre moral et de libéralisme économique ? Extrait de "Vous avez dit conservateur ?" de Laetitia Strauch-Bonart éditions du Cerf 1/2

Quelles que soient les écoles dont se réclament les uns et les autres, les conservateurs partagent une grande partie des convictions des libéraux historiques. Chantal Delsol parle ainsi d’un fonds commun aux deux droites libérale et conservatrice, fait d’« un enracinement dans la condition humaine, un réalisme qui récuse les utopies, un attachement au temps (la tradition) et à l’espace (les groupes d’appartenance) au nom du bonheur humain . » Nous avons vu l’importance que les conservateurs accordaient à la société civile. On pourrait ajouter que celle-ci tient ses vertus de sa capacité à s’épanouir librement, le conservateur faisant bien davantage confiance à l’autonomie de cette société et des « associations civiles » qui la constituent qu’à la main lourde de l’État, verticale, autoritaire et centralisatrice. De ce fait, ce que conservateurs et libéraux rejettent en particulier, c’est d’une part l’intervention indue de l’État dans les affaires sociales et économiques, où l’État sort de son ordre, et d’autre part ce qu’ils nomment le « social engineering » ou « ingénierie sociale », la propension de l’État à intervenir dans les affaires privées et les mœurs pour les modifier voire les redresser selon une conception idéologique préétablie. « Changer la société » ou « changer la vie » provoquent chez eux des sueurs froides.

Pourquoi cette réticence ? Non seulement, pour les libéraux et les conservateurs, l’État est incapable d’agir adéquatement en la matière – comment le pourrait-il, alors qu’il est si loin des besoins concrets des hommes ? Surtout, l’État est illégitime à le faire. Quatre dangers se dessinent en particulier  : en intervenant dans la conduite de la société civile, l’État risque d’étendre par trop ses prérogatives et de mettre en danger la liberté individuelle ; il pourrait aussi prendre des décisions bien moins intelligentes que les personnes directement concernées – et si ces personnes se trompent, mieux vaut qu’elles en portent elles-mêmes la responsabilité ; l’État peut susciter des effets pervers par son action aveugle et grossière, en aggravant des cas qu’il souhaite en réalité corriger ; enfin, l’État tend à imposer, malgré lui, une vision idéologique qui peut s’avérer entièrement contraignante et opposée aux aspirations sociales. Cette vision de l’intervention de l’État, bien que schématique, est souvent attribuée à la gauche  : utiliser l’État et les politiques publiques non seulement pour corriger, mais pour modifier la société. Pour Philippe Raynaud, « on touche ici à une des caractéristiques de l’idéologie française de gauche, l’idée absolument démiurgique de l’effet des politiques publiques. »

L’épisode rocambolesque de l’« ABCD de l’égalité » est un assez bon exemple de cette sorte d’intervention. Programme d’enseignement proposé par Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des Droits des femmes du gouvernement socialiste, en 2013, son objectif était de lutter contre le sexisme et les « sté- réotypes de genre » supposés apparaître dès l’enfance et prétendument responsables des choix professionnels ultérieurs des deux sexes –  les hommes se dirigeant vers des métiers dits masculins, les femmes vers des métiers dits féminins. Ce programme est entré en vigueur de manière expérimentale à la rentrée 2013 dans une centaine de classes du primaire et de la maternelle. En juin  2014, le ministre de l’Éducation nationale a déclaré le bilan de l’expérimentation positif – on n’en attendait pas moins. En novembre  2014, Najat Vallaud-Belkacem, nouvellement ministre de l’Éducation nationale, a présenté un « plan d’action » pour l’égalité entre les filles et les garçons à l’école, dont la mesure phare était le lancement d’un site internet proposant « de nombreuses ressources en ligne afin d’accompagner les enseignants, les parents d’élèves et les acteurs de la communauté éducative . »

Dans les faits, l’ABCD n’a pas été généralisé dans sa version initiale car il a suscité un tollé, accusé de propager rien moins que la « théorie du genre » au cœur de l’école. Si les commentateurs se sont concentrés sur ce dernier aspect, le problème posé par ce programme dépasse largement, à mon sens, cette interrogation. Pour un libéral, comme pour un conservateur, ce programme est d’abord infantilisant. C’est à la famille d’éduquer ses enfants comme elle le souhaite, dans le respect, bien entendu, de l’état de droit. Si « stéréotypes » il y a, mieux vaut compter sur la famille et l’individu pour les altérer, surtout si cette famille a la chance de vivre dans une société libérale, où les femmes sont les égales des hommes. Il est même tout à fait possible, et un État libéral doit l’accepter, que certains fassent le choix de propager ces « stéréotypes » et d’élever leurs enfants de cette façon. L’État, en réalité, ne doit rien avoir à y faire, tant que les parents restent dans le domaine de la loi –  et, au grand dam des socialistes, je suppose, aucune loi n’empêche encore de diffuser des « stéréotypes ». Le message de la ministre exprimait de fait une pure et simple condescendance  : les familles ne sauraient pas ce qui est bon pour leurs enfants –  en tout cas elles le sauraient moins que l’État  – et leur arrié- ration morale les condamnerait non seulement à offrir des camions aux garçons et des poupées aux filles, mais à se montrer complices, par ces actes mêmes, d’une vision du monde absolument honteuse. Inutile donc, pour des esprits aussi convaincus, de s’interroger sur la réalité, l’origine et le sens de ces « stéréotypes », et leur éventuelle validité, car pour eux, une femme qui choisit un métier considéré comme féminin le fait forcément sous le joug d’une insupportable pression patriarcale, ou bien fait preuve d’un comportement proprement déviant, que l’État se doit de redresser. Au passage, l’épisode est emblématique de la nouvelle mission impartie à l’école : son rôle n’est plus tant de transmettre des connaissances mais de servir d’instrument au service d’une vision du monde entièrement idéologique –  en l’occurrence, celle du gouvernement en place.

Extrait de "Vous avez dit conservateur ?" de Laetitia Strauch-Bonart, publié aux éditions du Cerf, mars 2016. Pour acheter ce livre cliquez ici

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 27/03/2016 - 09:28
@cloette
eh oui à l'époque ou les libertaires 68 ard et les écolos germaniques étaient proches des pédophiles. Instits paumés, prêtres en perdition et vieux crados anarcho-hédonistes amateurs de Lolitas se reconnaîtront dans cette évolution sociétââle "avortée".
cloette
- 26/03/2016 - 14:17
excellent article

Ceux qui se croient " progressistes " ne sont que des sectaires sur la pente savonneuse de totalitarisme , ils n'ont strictement rien compris , les Avants gardistes dans cette affaire ce ne sont pas eux et il ne faut pas confondre libertaire et libéral ! Cohn Bendit avait écrit peu après 68 quelque chose de libertaire pour être dans l'air du temps , il le regrette amèrement aujourd'hui !
Deudeuche
- 26/03/2016 - 10:21
libertaire ou libéral?
ce n'est pas la même chose en français. Certains sont les deux d'autres pas du tout, une seule chose à la fois et certains ni l'un ni l'autre.