En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

05.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 8 min 24 sec
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 40 min 46 sec
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 1 heure 23 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 2 heures 10 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 3 heures 46 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 6 heures 28 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 21 heures 24 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 16 min 14 sec
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 54 min 23 sec
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 4 heures 2 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 6 heures 3 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 20 heures 40 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 22 heures 16 min
Idée reçue

Non, les réformes de l’éducation et l’encouragement à poursuivre des études toujours plus longues n’ont pas amélioré la mobilité sociale

Publié le 16 mars 2016
L'ascenseur social semble bloqué : les jeunes aujourd'hui connaissent une mobilité sociale moins importante que celle de leurs parents et même que celle de leurs grands-parents, pourtant les étudiants vont chercher leurs diplômes au bout de parcours universitaires toujours plus longs ; on assiste à une saturation de notre enseignement supérieur qui peut être néfaste.
Marie Duru-Bellat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Duru-Bellat est sociologue spécialiste des questions d’éducation, professeur à l’IEP de Paris et chercheur à l’Observatoire Sociologique du Changement et à l’Institut de Recherche en Education (IREDU). Elle travaille sur les politiques éducatives...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ascenseur social semble bloqué : les jeunes aujourd'hui connaissent une mobilité sociale moins importante que celle de leurs parents et même que celle de leurs grands-parents, pourtant les étudiants vont chercher leurs diplômes au bout de parcours universitaires toujours plus longs ; on assiste à une saturation de notre enseignement supérieur qui peut être néfaste.

Atlantico : Environ 80% d'une génération obtient aujourd'hui le baccalauréat et accède à l'enseignement supérieur. Ces études sont plus longues et, en conséquence, la dépendance de cette génération aux revenus de ses parents est toujours plus importante. Pourtant, la mobilité sociale ne s'améliore pas. Peut-on parler d'échec des réformes de l'éducation ou a-t-on atteint un seuil de saturation structurelle en matière d'enseignement supérieur ?

Marie Duru-Bellat : Il est important de préciser en premier lieu que la mobilité sociale ne dépend pas du profil des jeunes. La mobilité sociale, c’est-à-dire la possibilité d’un jeune d’un milieu social d’accéder à un autre milieu social ou la capacité de sortir du modèle de reproduction sociale père-fils, dépend essentiellement des conditions des structures de l’emploi. Par exemple si du temps des pères, il y a 30% d’emplois agricoles, et du temps des fils il n’y a plus que 5%, il est normal qu’il y ait une forte mobilité sociale. C’est de la mobilité structurelle, c’est-à-dire les mutations économiques, qui représente les deux tiers de la mobilité sociale. 

Comme on se rapporte à la période des Trente Glorieuses, il est évidemment facile de montrer que la mobilité sociale de nos grands-parents et de nos parents était plus importante que celle des jeunes d’aujourd’hui. Donc le rôle de l’école est nettement moindre en comparaison à cette donnée économique. 

Après le rôle de l’école existe, et il est essentiel, tout particulièrement au début du parcours scolaire. Car c’est à ce moment-là qu’il y a décrochage et que l’écart social se maintient. Ce problème précoce rend inutile l’allongement des études, car il y a une différence de niveau difficile à résoudre. 

Les étudiants croient s'assurer un avenir professionnel en poursuivant un cursus dans le supérieur, puis découvrent à la fin de leur parcours la grande difficulté d'emprunter l'ascenseur social. Quelles institutions portent cette responsabilité ? (Les politiques gouvernementales ? Les écoles privées qui "vendent" des diplômes ? Les universités qui ne se réforment pas ? Les filières élitistes qui ne s'ouvrent pas ?) 

En effet, si la priorité est l’inégalité précoce, on peut descendre dans la hiérarchie pour s’attaquer aux autres problèmes, le premier étant l’existence de filières d’élites qui sont le verrou d’accès à de meilleures positions sociales. A l’étranger d’ailleurs, personne ne comprend notre position. D’où le fait que les filières sélectives nourrissent une sélection en amont mise en place par les parents les mieux informés qui vont se bagarrer pour faire entrer leurs enfants dans ce cénacle. 

Globalement tout ce système fonctionne du fait de l’importance accordée en France aux diplômes, qui génère certes un marché propre aux études supérieures dans lequel le diplôme devient un critère de sélection. Et les jeunes ne contestent pas ce fonctionnement, loin de là. Et comme tout le monde y croit, cela marche. 

Comme on est dans un pays riche, on peut se féliciter de ne pas avoir à envoyer les jeunes sur le marché du travail à vingt ans. Cette période considérée comme agréable par l’étudiant est généralement prolongée, et c’est compréhensible. 

Depuis une trentaine d'années, on part du principe que toute année d'études supplémentaires correspond à un niveau de salaire supérieur par la suite. Cette logique n'est-elle pas en train de montrer ses limites ? Quelles sont-elles ?

J’ai publié il y a quelques années un ouvrage qui s’intitulait L’inflation scolaire. J’y défendais la thèse, très contestée qu’il y a des effets de saturation, effet que connaissent tous les économistes. C’est la même chose qu’avec la consommation d’eau : pas assez d’eau, c’est dangereux, mais trop d’eau, cela l’est aussi. Les études de la DARES montrent très bien cela. Il y a une frange d’emplois très qualifiés qui se développe, certes, et qui correspond à l’inflation de diplômes. Mais il y a d’autres emplois qui existent toujours et qui demande une compétence humaine, et généralement moins des années universitaires. Cette idée que je défends depuis dix ans est tout à fait à l’opposé de l’opinion sur la question, et va contre les syndicats étudiants qui défendent le droit aux études, contre l’OCDE qui encourage aussi l’allongement de ces études. Tous les économistes considèrent tous qu’il faut plus d’études. Le débat est important. 

Mais dans les faits on a pu observer qu’un titulaire du baccalauréat il y a cinquante ans devenait cadre, et qu’un titulaire d’un bac+5 aujourd’hui peut devenir simple ouvrier !

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 17/03/2016 - 14:42
doctorat=rétablissement du service national
moins de chômeurs dans les statistiques socialo-Solferino-le Monde-nouvel Obs
Semper Fi
- 16/03/2016 - 19:59
@pasdesp
... êtes-vous allés au bout de l'article ? C'est bien la théorie inverse qui est démontrée pour une simple raison : ce n'est pas parce que le nombre de diplômés de l'enseignement supérieur augmente que le nombre d'emplois de cadres augmente en proportion.
pasdesp
- 16/03/2016 - 11:35
Pourquoi Atlantico publie ce genre d'article?
Ce discours inepte directement issu de l'idéologie ambiante et ayant plus qu'inspiré la reforme Vallaud Belkacem