En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 14 heures 39 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 15 heures 12 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 16 heures 16 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 20 heures 42 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 21 heures 6 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 21 heures 29 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 21 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 21 heures 55 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 14 heures 55 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 15 heures 39 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 17 heures 54 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 3 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 20 heures 59 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 21 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 21 heures 56 min
© Reuters
Personne n’arrive plus à s’y retrouver sur ce qu’est ou non une politique "de gauche" ou "de droite" notamment. Le clivage déjà très flou dans l’esprit de nombre de nos compatriotes est totalement incompréhensible désormais.
© Reuters
Personne n’arrive plus à s’y retrouver sur ce qu’est ou non une politique "de gauche" ou "de droite" notamment. Le clivage déjà très flou dans l’esprit de nombre de nos compatriotes est totalement incompréhensible désormais.
Leçon d’outre-Rhin

Ce que la gauche de la gauche perdra (et nous tous avec) à ne pas s’intéresser au rude message envoyé par les électeurs allemands à Angela Merkel

Publié le 18 mars 2016
Après avoir ouvert les portes de l'Allemagne aux migrants désireux de se rendre en Europe, Angela Merkel a subi trois revers électoraux ce dimanche. Pour autant, la leçon risque de ne pas être retenue par toute une partie de la gauche française, loin d'être en phase avec les attentes des Français en matière d'immigration.
Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il a publié Le sens du peuple : La gauche, la démocratie, le populisme (2012, Gallimard) et L'insécurité culturelle (2015, Fayard).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Bouvet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Bouvet est professeur de science politique à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il a publié Le sens du peuple : La gauche, la démocratie, le populisme (2012, Gallimard) et L'insécurité culturelle (2015, Fayard).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après avoir ouvert les portes de l'Allemagne aux migrants désireux de se rendre en Europe, Angela Merkel a subi trois revers électoraux ce dimanche. Pour autant, la leçon risque de ne pas être retenue par toute une partie de la gauche française, loin d'être en phase avec les attentes des Français en matière d'immigration.

Atlantico : Ce week-end, à l'occasion des élections régionales, Angela Merkel a subi un net revers électoral sur fond de désapprobation de sa politique d'accueil des migrants. Alors que ses décisions ont à l'inverse été saluées par une partie de la gauche de la gauche en France (Front de gauche, écologistes, Martine Aubry), cette dernière entend-elle aujourd'hui le message qu'ont envoyé les électeurs allemands à leur chancelière sur ce sujet ?

Laurent Bouvet : Il y a un paradoxe à voir une partie de la gauche française, au PS en particulier, jouer à front renversé avec la politique de la chancelière allemande. A l’été dernier, celle-ci était vouée aux gémonies pour sa dureté envers les Grecs. Les mots utilisés à son propos renvoyaient pour certains aux pires images de l’Allemagne au XXème siècle. Quelques mois plus tard, la même Angela Merkel est devenue une véritable héroïne pour les mêmes, parce qu’elle a dit qu’il fallait que l’Allemagne accepte réfugiés et migrants sur son sol et qu’il fallait que l’Europe en fasse de même.

Ces fluctuations permanentes brouillent l’écoute des responsables politiques. Personne n’arrive plus à s’y retrouver sur ce qu’est ou non une politique "de gauche" ou "de droite" notamment. Le clivage déjà très flou dans l’esprit de nombre de nos compatriotes est totalement incompréhensible désormais. On pourrait ajouter à la position d’une partie de la gauche vis-à-vis de Angela Merkel, celle, à front renversé également, de la droite française, très réticente à l’égard de l’accueil des réfugiés et plus encore évidemment des migrants économiques. Mais on pourrait tout autant signaler que l’exécutif n’aide pas à la clarification des enjeux en défendant le principe de la déchéance de la nationalité ou encore, à l’origine, une réforme très dure du Code du travail.

Il n’est donc pas certain dans un tel chaos politique que les électeurs allemands comme les électeurs français puissent y voir clair. Ils privilégient des formations politiques qui ont des positions très affirmées et tranchées – notamment à l’extrême-droite – à celles qui représentent classiquement la droite et la gauche. On peut ajouter, tout de même, que la signification du vote dans les trois Länder allemands de dimanche n’est pas encore très claire elle non plus. Les facteurs économiques et sociaux et "identitaires" (de rejet des migrants) se mêlent dans la montée en puissance spectaculaire d’une extrême-droite électorale en Allemagne.

Est-il possible d'imaginer une gauche qui changerait de point de vue sur les questions d'immigration, revenant en quelque sorte au discours du PCF des années 1980, quand Georges Marchais dénonçait le recours massif à des travailleurs immigrés ?

Il y a déjà une gauche qui n’est plus, depuis longtemps, si elle l’a jamais été, naïve et angélique sur les questions d’immigration. Rappelez-vous la fameuse phrase de Michel Rocard : "La France ne peut accueillir toute la misère du monde, même si elle doit en prendre sa juste part". Les débats ont eu lieu de longue date au sein de la gauche, y compris quand elle était au pouvoir, sur la régularisation des sans-papiers, des immigrants illégaux. Aujourd’hui, on ne peut pas dire que le gouvernement soit laxiste en la matière. Le discours de Manuel Valls en particulier est très ferme sur ces questions.

Il reste que de toute une partie de la gauche continue, soit par conviction soit par cynisme politique, à confondre internationalisme et "sans frontièrisme" selon l’expression caricaturale parfois utilisée.

Or, il est indispensable de rappeler que la doctrine internationaliste, et la vision des relations internationales qui en découle, date d’une époque où les constructions nationales étaient très fortes, où l’on ne parlait ni de globalisation ni de post-national, comme c’est le cas aujourd’hui en Europe notamment ; une époque où le nationalisme s’exprimait à plein, de manière belliqueuse entre les puissances européennes ou encore à travers l’impérialisme colonial.

On conviendra qu’on n’en est plus là, et que les nations, en Europe en particulier, ont suffisamment été diminuées, les frontières abaissées et les souverainetés nationales déprises d’une grande part de leur pouvoir ces dernières décennies. Si bien qu’un internationalisme flamboyant aujourd’hui se réduit essentiellement à voir dans l’accueil sans conditions des migrants de pays pauvres l’essence même de l’idée socialiste. Alors que dans le même temps, ces grandes consciences de l’internationalisme sont le plus souvent très protectionnistes sur le plan économique. La critique du capitalisme s’arrêtant là où commence les migrations économiques internationales dues au capitalisme…

Ce qui est une contradiction à mes yeux très difficile à surmonter, même au prix d’une dialectique bien huilée. Une contradiction pour toute une partie de la gauche qui se fait tailler des croupières politiques par une extrême-droite cohérente, elle, dans l’idée de fermeture des frontières aussi bien aux capitaux, aux marchandises et services qu’aux hommes.

Le problème de tout cela est que ça fige le débat, que ça le transforme en une sorte de pugilat pseudo-idéologique où il y aurait d’un côté les partisans d’une frontière-mur et de l’autre les partisans d’une frontière-rien. Alors que précisément, une frontière, ce n’est ni un mur ni un non-lieu, c’est un lieu particulier, où il se passe quelque chose de différent d’un côté et de l’autre, qui s’ouvre et se ferme selon les circonstances. C’est aussi ce qui définit, normalement, une souveraineté à l’intérieur. Celle de citoyens qui décident ensemble précisément s’ils veulent plus ou moins l’ouvrir ou la fermer, en fonction de tout un ensemble de considérations, économiques bien sûr mais aussi de solidarité et de définition d’un "commun".

Le problème, et c’est celui de cette gauche dont on parlait à l’instant notamment, c’est que la construction européenne a laissé penser qu’on pouvait se passer de frontières en Europe, en érigeant un mur à ses limites extérieures. Qu’on pouvait déposséder les citoyens de leur souveraineté sur la définition de ces limites et de ce qui se passe dans cet espace sans frontières. En clair et en bref, qu’on pouvait avoir une vraie frontière européenne extérieur, vis-à-vis du monde extérieur, méditerranéen en particulier alors qu’on détruisait, qu’on déconstruisait l’idée même, la légitimité même de la frontière aux yeux des Européens.

Une grande partie des problèmes actuels vient de là, de cette incohérence sur l’idée même de frontière. Si bien que nombre d’Européens veulent se réapproprier leurs frontières nationales pour retrouver leur souveraineté perdue. Et la crise des migrants est celle qui malheureusement conduit à l’accélération d’un tel mouvement, et dans le sens de la fermeture bien évidemment.

Existe-t-il parmi les figures médiatiques de cette gauche de la gauche, telles que Jean-Luc Mélenchon, Cécile Duflot ou Clémentine Autain, des personnalités qui pourraient porter ce "nouveau" message sur l'immigration ? Si non, pourquoi ? Qu'est-ce qui les en empêche ?

Pour les personnalités que vous citez, et pour bien d’autres, la confusion que j’énonçais plus haut à propos de l’internationalisme se double d’une autre, celle qui consiste à considérer que l’on est véritablement "de gauche" lorsque l’on considére que la figure du "damné de la terre" se réduit à celle du migrant économique issu des anciennes colonies. Cette confusion en forme de réduction vient à la fois d’une forme de complexe post-colonial – nous devrions continuer d’assumer des décennies après la décolonisation les erreurs et les crimes de la colonisation – et du fait que la figure du prolétaire "petit blanc" ou "de souche" comme le disent certains désormais choisit plus facilement le Front national que cette gauche de la gauche comme débouché électoral – et qu’il est donc devenu très largement infréquentable politiquement.

L’évolution du Parti communiste dont vous mentionniez l’attitude il y a une trentaine d’années vient précisément de là, de la substitution en quelque sorte d’un "peuple" à l’autre comme sujet de l’émancipation, celui des prolétaires migrants issus des anciennes colonies à celui des ouvriers nationaux.

En 2011, le think tank proche du PS, Terra Nova, avait explicité de manière presque caricaturale cette évolution à gauche en en faisant une "stratégie électorale" nécessaire pour la "nouvelle alliance progressiste" entre les CSP+ des centres villes, les "femmes", les "jeunes" et les "banlieues" – celles-ci étant supposées représenter l’immigration.

François Hollande est resté ambigu sur ce sujet, en ne donnant pas l'impression de s'opposer à Angela Merkel sur l'immigration au niveau européen, mais en n'appliquant pas la politique d'accueil des migrants. Est-il de ce fait nettement plus fort à gauche que ce qu'imaginent ses opposants de gauche ? N'est-il pas, de fait, le meilleur candidat possible pour la gauche en 2017 ?

L’ambiguité est le style politique de François Hollande, sur tous les sujets – à l’exception sans doute de l’intervention militaire extérieure. Et il a, sur celui que vous citez, laissé, comme souvent, le premier ministre, Manuel Valls, s’avancer, notamment dans un discours très critique à l’égard de la politique d’Angela Merkel, à Munich, afin d’apparaître comme celui qui arbitre et détient la décision finale, si décision il y a.

Sur le fond, il n’est pas certain que François Hollande plus qu’un autre dirigeant français ou européen à l’exception de Merkel dans un sens et de Viktor Orban ou des Polonais dans l’autre, sache exactement quoi faire. D’autant que les migrants ou les réfugiés ne souhaitent pas venir en France – et que ceux qui y sont piégés, à Calais par exemple, voudraient plutôt en partir. Face à cette crise historique que nous vivons, nos dirigeants, qui ont une conscience historique disons moins aiguisé qu’à d’autres époques, sont dépourvus. Ils réagissent comme ils savent le faire, comme ils ont appris à le faire, d’abord et avant tout en mécaniciens (on le voit au à Bruxelles) alors qu’il nous faudrait des stratèges sinon des visionnaires.

François Hollande pourrait bien être, une fois de plus, et malgré tout, le seul candidat de gauche capable de figurer au second tour de la présidentielle en 2017. La voie est très étroite pour lui mais il fait, comme toujours, ce qu’il faut pour apparaître comme la pire solution à l’exception de toutes les autres pour son "camp". On peut le résumer ainsi : il n’est jamais pour personne à gauche ou au centre gauche, le candidat souhaitable, ni pour la gauche de gauche ni pour les sociaux-libéraux, ni pour les républicains de gauche, etc. Mais il apparaît toujours comme le second choix le moins terrible pour tout le monde puisque nul ne peut imposer son candidat à soi, et surtout que tout le monde veut à tout prix éviter le candidat préféré potentiel des autres (Valls, Macron, Mélenchon, Duflot, Montebourg, Laurent, etc.). En étant le second choix, de raison voire de résignation d’une gauche balkanisée en chapelles irréconciliables, il a ses meilleures chances face à un Sarkozy ou une Le Pen. Evidemment, si la droite choisit un candidat qui ouvre son jeu au centre gauche, là, ce sera plus difficile pour Hollande. C’est comme ça que l’hypothèse Juppé est devenue peu à peu crédible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 16/03/2016 - 11:35
Les gauchistes français.
Avant les ''Régionales'' les gauchistes français ne savaient que répéter ''il faut combattre le Front National'' au lieu d'essayer de comprendre POURQUOI les Français votent pour le F.N. ...mais la ''petite tête'' des gauchistes est incapable de raisonner!...ainsi les gauchistes vont célébrer la date du 19 mars 1962...qui est la perte de l'Algérie pour la France et l'exode d'un million de Pieds-Noirs!....Mes parents sont enterrés au cimetière de Saint-Eugène, à Alger, et, depuis ''l'indépendance de l'Algérie'', je ne me suis pas recueillie sur leur tombe...Si le F.L.N. avait respecté les ''accords d'Evian'' et si l'Algérie n'était pas devenue un pays ''d'égorgeurs'', je serais retournée à Alger pour fleurir les tombes de mes parents et de mes grands-parents...je ne me serais pas rendue en Algérie pour la Toussaint car le 1er novembre est une fête en Algérie: les Algériens célèbrent ''l'assassinat'' d'un couple d'instituteurs ''innocents''...
Liberte5
- 15/03/2016 - 23:15
Affligeant !!!!
Une contribution qui n'apporte rien , consternant..
Solognitude
- 15/03/2016 - 20:13
Encore un qui ne comprends que son propos!
Quel discours de bouillie pour les chats! Et ce: "l'exécutif à l'origine d'une réforme très dure du code du travail" ... Mais c'était le service minimum, et qui pourtant va faire pschitt! ; les chômeurs vont apprécier!