En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
No maternity traffic

Projet de résolution européenne sur la GPA : les femmes et les enfants en danger

Publié le 13 mars 2016
Le 15 mars prochain s'ouvriront les discussions au sein du Conseil de l'Europe sur un projet de résolution européenne sur la gestation pour autrui. L'opacité de la procédure a provoqué un mécontentement de la part de collectifs luttant contre cette pratique, comme le collectif No Maternity Traffic.
Grégor Puppinck est directeur de l' European Centre for Law and Justice (ECLJ). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ludovine de La Rochère est présidente du collectif "Manif pour tous".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Caroline Roux est déléguée générale adjointe et coordinatrice des services d'écoute d'Alliance VITA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grégor Puppinck
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grégor Puppinck est directeur de l' European Centre for Law and Justice (ECLJ). 
Voir la bio
Ludovine de La Rochère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ludovine de La Rochère est présidente du collectif "Manif pour tous".
Voir la bio
Caroline Roux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Caroline Roux est déléguée générale adjointe et coordinatrice des services d'écoute d'Alliance VITA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 15 mars prochain s'ouvriront les discussions au sein du Conseil de l'Europe sur un projet de résolution européenne sur la gestation pour autrui. L'opacité de la procédure a provoqué un mécontentement de la part de collectifs luttant contre cette pratique, comme le collectif No Maternity Traffic.

C’est exceptionnellement à huis clos que le Conseil de l’Europe discutera le 15 mars prochain d’un projet de résolution européenne sur la gestation pour autrui, pratique qui constitue une véritable régression pour le droit et la dignité des femmes.

Ce texte, issu de l’instance garante des droits de l’homme, aura une influence sur l’ensemble des législations nationales. Pourtant, il est maintenu secret, et le restera jusqu’à la veille de son adoption définitive par l’Assemblée du Conseil de l’Europe, probablement en avril prochain. Cela contrevient aux usages élémentaires de la transparence des travaux parlementaires, ce qui est particulièrement paradoxal pour une institution qui promeut la démocratie. C’est donc dans le plus grand secret que cette Assemblée, qui représente 47 Etats européens, prétend se prononcer sur la question grave de la maternité de substitution.  La Commission en charge de ce dossier a d’ailleurs refusé de recevoir et d’entendre les représentants de la société civile opposés à la GPA.  Cette procédure parlementaire est non seulement opaque, mais elle heurte aussi les règles éthiques. En effet, le rapporteur en charge de rédiger le projet de rapport et de résolution sur les " Droits de l’homme et les questions éthiques liées à la gestation pour autrui " n’est autre qu’une gynécologue, directrice d’un service de médecine reproductive qui pratique la GPA.

Quelques députés ont révélé le conflit d’intérêt du Rapporteur qui, selon le code de déontologie de l'Assemblée, indique qu’un parlementaire n’a pas le droit de faire un rapport sur un sujet en lien direct avec ses intérêts professionnels. Un vote secret " de confiance " aurait dû avoir lieu pour confirmer ou destituer le rapporteur. A la place, c’est un vote à mains levées qui a eu lieu, imposant alors la discipline de groupe, non pas sur la question du conflit d’intérêt, mais sur celle de savoir si un vote secret devait être tenu sur l’existence du conflit d’intérêt. On apprend également, que tout en se disant opposée à la GPA commerciale, elle collabore avec l’entreprise Seed of Innocence, l’un des grandes entreprises de l’industrie de la GPA en Inde.

Ainsi a été contourné le règlement de l’Assemblée, la question du conflit d’intérêt restant ouverte. Ce qui est alarmant, c’est que le projet de rapport et de résolution n’entend pas interdire la GPA, mais donne des recommandations sur son encadrement légal.  

Qu’elle soit source de profit commercial, ou encore un arrangement entre personnes, cette pratique implique de graves conséquences pour les femmes et bafoue les droits les plus élémentaires de l’enfant. La GPA déshumanise la mère "porteuse" et l’enfant. La femme est considérée comme une simple " gestatrice " de l’enfant qu’elle doit abandonner à la naissance pour le remettre au commanditaire. La GPA fait en effet de l’enfant un objet de contrat, de vente ou d’échange. Cette pratique transforme l'enfant et le corps de la femme en marchandises achetables et louables. Plus encore, toutes les études conduites depuis plusieurs décennies sur la période prénatale montrent l’importance des liens physiologiques et affectifs créés entre la mère et l’enfant pendant la grossesse, ainsi que l’influence de la grossesse sur la mère comme sur l’enfant. L’expérience de l’adoption montre combien la séparation d’un enfant de celle qui l’a porté est une épreuve pour lui comme pour la mère qui doit s’en séparer. Provoquer délibérément cette rupture est une grave atteinte à l’identité de la femme comme de l’enfant.

Prenant conscience de l’exploitation des femmes pauvres de leurs pays, des pays comme l’Inde, la Thaïlande ou encore le Népal sont en train de revoir leurs législations pour limiter cette pratique et l'interdire aux étrangers. En décembre 2015, le Parlement européen a condamné, par une forte majorité, la GPA sous toutes ses formes.  Dans cet élan, plus de cent mille citoyens européens ont déjà rejoint l’appel du collectif No Maternity Traffic (www.nomaternitytraffic.eu) qui demande solennellement au Conseil de l’Europe l’abolition universelle de la GPA.

Le Conseil de l’Europe faillirait à sa mission s’il arrivait à mettre le droit même des femmes et aussi des enfants en danger. 

Les signataires de la tribune sont membres du collectif No Maternity Traffic pour l’abolition de la gestation pour autrui. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 15/03/2016 - 13:02
mon pauvre Ganesha
si c'est une mode , c'est signe d'éphémère ! Sachez que dans les familles " normales" il y a toujours rejet à l'adolescence d'un des deux parents , le sophisme consiste â dire vous voyez donc avec les couples homos ce sera mieux ! eh bien non je vous le dis ce sera pire ! mais patience vous le constaterez vous même aux premiers proçès ! Quant aux pauvres familles recomposées c'est pas la joie lieux de haines encore d'avantages qu'aux familles " normales" ! les monoparentales c'est autre chose c'est en général la pauvreté pour les mères seules !
Ganesha
- 15/03/2016 - 08:43
Cloette, Description
Curieuse description que celle que vous me faites ! Une famille dans laquelle un enfant vit depuis le lendemain de sa naissance, qui n'aurait donc évidemment aucun souvenir de ''l'événement fondateur''. Avec un peu de chance, un garçonnet ou une fillette baignant dans la stabilité et l'affection de ses deux ''faisant fonction de parents'', mais qui vivrait dans l’obsession unique et permanente de retrouver les producteurs de l'ovule et du spermatozoïde qui l'on conçu ! Les deux ''fantoches'' l'habillent, le nourrissent, l'emmènent à l'école, en vacances, lui offrent des smartphones, des ordis…mais ce petit procureur leur cracherait dessus, en leur répétant : vous n’êtes pas mes vrais parents biologiques, madame n'a pas souffert pour m'accoucher, vous n’êtes que de misérables exploiteurs, je vous hais et je vous méprise ! Évidemment, il y a, à l'adolescence, une période de rébellion, qui peut être plus ou moins forte. Mais quand on veut vraiment contester, on trouve toujours des prétextes ! Cloette, votre obsession de la ''famille traditionnelle'' vous rend complètement aveugle ! Les familles ''recomposées'' existent depuis la nuit des temps, la famille monoparentale est à la mode !
cloette
- 14/03/2016 - 16:42
Ganesha
Vous avez faux il y a des liens physiologiques qui se tissent et qui vont etre brutalement rompus , de plus la famille sera non seulement marginale ( meme friquee ) mais elle sera desequilibrée , attention au retour de baton de ces enfants dans 20 ans !
Tout ça pour se vendre à la finance et aux lobbies ! Le couple d'homos peut tres bien adopter moralement un neveu par exemple , mon oncle etait homo c'est ce qu'il a fait avec son copain , nous etions tous à son enterrement , nous l'aimions beaucoop