En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

04.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Et si l’impact psychologique du COVID-19 nous exposait à un danger politique majeur

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 6 min 4 sec
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 1 heure 20 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 4 heures 10 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 4 heures 11 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 4 heures 15 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 22 min 39 sec
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 1 heure 33 min
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 2 heures 18 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 4 heures 11 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 4 heures 16 min
© Reuters
Vouloir s’opposer au mariage pour tous ne signifiait nullement pour tous les manifestants d’être des homophobes.
© Reuters
Vouloir s’opposer au mariage pour tous ne signifiait nullement pour tous les manifestants d’être des homophobes.
Bouillie

Le rapport sur le "racisme" en France qui mélange tout : actes violents, discours haineux, antisémitisme, "islamophobie", "homophobie"... Pourquoi tant d’amalgames ?

Publié le 02 mars 2016
Alors que le Conseil de l'Europe a publié ce mardi un rapport pointant du doigt la hausse généralisée du racisme en France, l'état actuel de la société française et des dérives qui s'y produisent aurait sans doute mérité une différenciation plus prononcée entre les différents types de violences.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Conseil de l'Europe a publié ce mardi un rapport pointant du doigt la hausse généralisée du racisme en France, l'état actuel de la société française et des dérives qui s'y produisent aurait sans doute mérité une différenciation plus prononcée entre les différents types de violences.

Atlantico : La Commission européenne contre le racisme et l’intolérance, un organe du Conseil de l’Europe, publie ce mardi un rapport dénonçant "une augmentation importante du discours de haine et, surtout, de la violence motivée par le racisme et l’intolérance" en France. Dans quel contexte ce rapport est-il réalisé (à la demande de qui, comment, à quelle fin...) ? Que contient-il précisément ?

Guylain Chevrier : On explique, après la publication de ce rapport, que des experts du Conseil de l’Europe s’inquiètent de la "banalisation" des discours racistes en France, y compris de la part de responsables politiques, et de "l’accroissement des violences racistes, antisémites et islamophobes". On en reprend ici et là la conclusion générale, en se faisant l’écho de quelques références, comme l’augmentation des "violences racistes" recensées par le ministère français de l’Intérieur de 14% entre 2012 et 2014, et même de 36% pour les seules violences antisémites. On nous dit que ces experts de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) dénoncent également l’homophobie et les discriminations anti-Roms. On devrait regarder les choses de plus près, au lieu de sauter sur l’occasion pour relier ce rapport à une situation de la France surtout marquée par les attentats. Ceci, d’autant plus qu’en le lisant, on y découvre un certain nombre d’amalgames qu’il est nécessaire de relever, pour distinguer plus clairement ce qu’il vaut d’en garder. C’est d’autant plus nécessaire que ses propositions sont fort éloignées de notre modèle républicain qui parait rester dans l’étrange pour ces experts.

Cette commission dont on relaie soudain les conclusions pour mettre la France gravement en cause, arrive comme à point nommé alors qu’elle est critiquée de l’intérieur comme jamais en raison de l’état d’urgence, qu’une partie importante de la gauche de la gauche et du PS lui-même crie au racisme à propos de la déchéance nationale, le tout poussé hors contexte des attentats meurtriers de novembre dernier, ses travaux ayant été arrêtés au 18 juin 2015. Ce rapport arrive comme un cheveu sur la soupe !

Il apparaît qu’il a surtout pour fondement de faire pression sur les autorités françaises, en raison du fait qu’elles n’aient pas pour projet de ratifier le Protocole mis au point par cette commission qui prévoit "l’interdiction générale" de la discrimination, considérée par elle comme un élément fondamental en matière de lutte contre le racisme et l’intolérance. Une "interdiction générale" dont la portée est à regarder à deux fois, pour mesurer les enjeux d’une telle ratification.

Il s’attache surtout à une dénonciation du racisme mis sur le même plan que l’homophobie ou la transphobie, en référence au mouvement LGBT, tel un fil rouge. On y parle du fait que le racisme ou l’homophobie constitue "une circonstance aggravante de toute infraction pénale ordinaire", notion introduite sous la formule désignant "la criminalité raciste et homo/transphobe" comme un tout, n’hésitant pas ainsi à assimiler des crimes propres à des violences allant jusqu'à l’assassinat avec l’homophobie ou la transphobie. La discrimination au titre du choix de l’orientation sexuelle est condamnable et condamnée en France par la loi, mais ce n’est pas un crime. Aller plus loin dans le prolongement de ce rapport serait sans doute franchir un cran de trop. Cette confusion entre crime et délit est assez malvenue, car très décalée au regard des enjeux découlant des derniers attentats et de ce qui y est rattaché, telle l’augmentation des actes anti-musulmans et particulièrement antisémites, qui concernent les cas les plus violents allant de la torture jusqu'au crime, des Juifs ayant été les victimes directes de ces attentats parce qu’ils étaient juifs.

Un rapport qui apparaît comme tendancieux et quelque peu hors propos, promis à l’instrumentalisation en raison de son hors contexte, ce que ne manquent pas de faire certains médias français, et motivé par des velléités qui mériteraient peut-être que le Conseil de l’Europe réinterroge cette commission.

Le rapport traite tout autant de violences racistes proprement dites que de ce qu'il appelle "les discours de haine". En regroupant ainsi actes et propos, n'ignore-t-il pas la distinction juridique essentielle entre ces deux notions ?

Le rapport parle d’"interdiction générale des discriminations", où l'on retrouve pêle-mêle comme victimes : musulmans, juifs, homosexuels, transsexuels, Roms..., tout en créant la confusion entre "violences racistes" et "discours de la haine", "actes" et "propos", par absence de hiérarchisation. Entériner cette proposition uniforme risquerait de conduire à des interdictions générales pouvant déboucher sur de graves atteintes aux droits que garantit notre démocratie. La loi distingue nettement en France, l’injure, la diffamation, la provocation, les violences, les discriminations, avec des sanctions proportionnées, entre délits et crimes, dont ce rapport ne tient nullement compte, bien au contraire qu’il amalgame derrière des notions très éloignées du droit, d’inspiration idéologique.   

Ce groupe propose la mise en place de : "dispositions pénales de lutte contre le crime de haine (…) érigés en infractions : l’expression publique d’une idéologie prônant la supériorité d’un ensemble de personnes ; la création ou la direction d’un groupement qui promeut le racisme, le soutien à ce groupement ou la participation à ses activités". Le crime de haine est une notion juridique à définir dans cet imbroglio général où tout est mis sur le même plan. Il ressort surtout un sentiment général, la volonté des auteurs d’aligner à tout prix, en grossissant le trait, "racisme", "discours de haine", "crime" et "lutte contre les discriminations relatives à l’orientation sexuelle", pour finalement les désigner sous le vocable incertain de "crime de haine". Reconnaitre juridiquement ce terme qui associe la notion de crime à un sentiment qu’il s’agirait de juger, ne pourrait que conduire à des confusions dangereuses attentatoires aux libertés.  La généralisation de la notion de "crime" concernant toutes les formes de discriminations, comme si c’était la solution à tout, est un leurre qui comprend bien des dangers. Eduquer contre le racisme, l’antisémitisme, les discriminations, l’homophobie…, reste l’enjeu essentiel, et nécessite du discernement, de bien savoir identifier ce qu’est un délit et ce qui le distingue d’un crime. Chose qu’il ne faut pas perdre de vue, derrière l’illusion qu’une sanction accrue à tout prix dans ce domaine, puisse résoudre tous les problèmes.

Par ailleurs, en associant le racisme à des termes beaucoup plus polémiques, comme les "discours de haine islamophobe" ou "homo/transphobie", ce rapport ne fait-il pas un certain nombre d'amalgames contre-productifs ? Lesquels ? Toutes ces dérives sont-elles équivalentes, ou même comparables ?

En suivant les explications du rapport, on distingue bien le fond du problème : "Le discours de haine s’est également accru  (….) à l’occasion de grandes manifestations organisées à l’échelle nationale par des associations de la société civile. Cela a notamment été le cas de certains participants des manifestations organisées lors de l’adoption de la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe, et lors desquelles des propos et attitudes intolérants ont visé des groupes vulnérables, notamment les personnes LGBT". Si on suivait les recommandations du rapport à cet endroit, et si la France ratifiait dans cet état d’esprit ce fameux protocole proposé par cette commission, cela entraînerait des interdictions d’expression publique et des atteintes à la liberté d’opinion gravissimes, que l’on soit ou non en désaccord avec les manifestations en référence, par-delà certains débordements condamnables lors de celles-ci. Georgina Dufoix, ancienne ministre de François Mitterrand, a elle-même participé à ces manifestations, sans que l’on puisse la taxer d’homophobie ou transphobie, assimilable à un crime raciste. Vouloir s’opposer au mariage pour tous ne signifiait nullement pour tous les manifestants d’être des homophobes.

On fait référence dans ce rapport à la réglementation sur le port du voile lors de sorties scolaires, en insistant sur le fait de veiller à ce que les femmes musulmanes portant le voile ne soient pas l’objet de discriminations, sans pour autant s’interroger de ce que l’enfermement communautaire que le voile peut exprimer puisse compter de risque d’atteinte aux libertés, au libre choix de chacun et de chacune. Dans Wuppertal, ville allemande, des jeunes islamistes radicaux ont constitué "une police de la charia". Cette "police" privée, illégale, sillonne la ville afin de repérer celles et ceux qui pourraient boire de l’alcool ou se laisser aller à des jeux d’argent. Les filles que cette milice rencontre sont, elles, "invitées" à rester chez elles… Un quartier de la ville a été ainsi transformé par ces jeunes salafistes en "zone sous contrôle de la charia". Cette constitution d’une milice privée religieuse n’est pas un fait isolé car à Bonn, un groupe a ainsi essayé d’obliger une jeune femme musulmane à porter le voile… Un autre groupe a lui battu un jeune parce qu’il buvait de l’alcool. A Londres, une police privée de même nature agit pour mettre de l’ordre dans la communauté… En Angleterre, on a laissé s’installer des tribunaux islamiques sous couvert de liberté religieuse, mettant en œuvre ce que l’on nomme pudiquement "la charia courte". Autrement dit, une application de la charia, loi islamique, qui ne prévoit pas la lapidation ou les atteintes physiques aux personnes prévues par le code coranique, mais une soumission des femmes à un ordre patriarcal où toutes les violences morales au nom de la religion sont permises, lorsqu'elles ne sont pas physiques derrière le silence du communautarisme. Où se trouve la réflexion sur ces dérives que ne connait heureusement pas la France, qui viennent d’une priorité donnée à la protection d’une liberté religieuse qui peut entraîner des atteintes aux droits et libertés des personnes ?  

Dans cet état d’esprit, on fait référence dans ce rapport au terme contesté et contestable d’"Islamophobie" pour expliquer les discriminations. Un terme qui devrait faire réfléchir ces experts dont il est assez clairement établi qu’il est au service d’une interdiction de toute critique de la religion, alors qu’est fortement questionnée l’intégration de l’islam dans la République et que, des responsables musulmans eux-mêmes interrogent les références religieuses des textes en appelant à leur modernisation, très en avance sur les attendus de ce rapport à courte vue.

Un malaise ressort de ce rapport, alors que la France est mise en procès de racisme lorsqu'elle affronte une déclaration de guerre à être une République démocratique et que, justement, pour autant, on n’y a pas vu s'enflammer les esprits contre les musulmans. Bien que l'on relève une augmentation des actes anti-musulmans, il s'agit essentiellement de propos sur les réseaux sociaux et de dégradations, vis-à-vis de quoi il faut être sans concession aucune, mais sans aller plus ici jusqu'à les assimiler sans discernement à des crimes. Au regard de la façon dont les terroristes se réclament de l’islam, on peut considérer que cela ressort du miracle, à moins que tout simplement la France en raison de sa défense du principe d’égalité qui favorise le mélange, la mixité, en désamorce le risque, ce qui devrait constituer aux yeux de cette commission quelque chose d’assez estimable.

Affirmer que "l'intolérance" est globalement en hausse en France ne revient-il pas, du coup, à occulter des évolutions très spécifiques en les noyant dans un constat général qui ne permet pas d'en percevoir la gravité (des Juifs sont tués à bout portant par des Français musulmans, quand les actes antimusulmans ou "homophobes" se résument en général à des propos injurieux sur les réseaux sociaux...) ?

Le rapport en arrive à demander que "les systèmes de statistiques relatives à la criminalité raciste et homo/transphobe" soient renforcés par "des dispositions législatives en matière de collectes de données relatives à l’égalité." Ce qui abouti finalement à introduire la demande de statistiques ethniques, totalement contraire à l’esprit de notre République et à sa laïcité, à l’égalité de traitement des individus devant la loi quelles que soient leur origine, leur couleur, leur religion. Il en va semble-t-il d’une méconnaissance de notre société, pour lui plaquer tout simplement les règles d’un modèle anglo-saxon multiculturel, à travers cette façon de vouloir faire reconnaître un statut particulier à des "groupes cibles vulnérables", encourageant la reconnaissance juridique des différences. Une façon d’envisager la lutte contre les discriminations et le racisme, l’antisémitisme, qui n’a jamais réglé quoi que ce soit dans les pays où le multiculturalisme domine, qui masque les problèmes derrière les séparations communautaires qu’il encourage comme autant de murs entre les citoyens selon leurs différences, loin de tout mélange ou/et ouverture à l’autre, ce  quoi au contraire notre République invite, sans tabou.

L’ECRI pose deux recommandations dont une aux "autorités françaises de lutter efficacement contre la prévalence des stéréotypes et préjugés raciaux et homo/transphobes pour mieux résoudre les questions concrètes que pose le vivre ensemble dans un monde interculturel", reprenant le mélange entre modèle multiculturel, et défense d’une lutte contre les discriminations portant le thème central de l’orientation sexuelle. L’autre recommandation  insiste sur la légitimité de la reconnaissance de domiciliation des Roms comme groupe vulnérable, pour leur permettre un accès aux droits en toutes circonstances. On notera la contradiction qui peut exister ici entre la reconnaissance de groupes vulnérables et donc une logique communautaire, de minorités reconnues, et la revendication à un accès à des droits sur des conditions d’éligibilité à des dispositifs sociaux qui ne peuvent être relatifs qu’à des droits individuels inaliénables,  seuls capables de garantir la liberté des personnes. Un rapport qui passe largement à côté, du point de vue des buts qu’il poursuit de promotions des identités, de la réalité des préoccupations et des enjeux auxquels notre société se trouve gravement confrontée, relatifs à la radicalisation, et sur lesquels elle aurait eu besoin d’un tout autre éclairage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/03/2016 - 00:59
Chasser les discriminations exercées contre les femmes...
et encourager les milices de la charia...voila cette UE Contre-nature, inventée par des esprits pervertis par la repentance gauchiste et l'inversion des valeurs...à jeter avec l'eau du bain, sans délai!
tubixray
- 02/03/2016 - 17:05
Conseil de l'Europe ... l'eau du bain à jeter avec le bébé !
Pauvres idéologues, ils osent donner des leçons de tolérance à la France qui a tant accueilli et choyé d'immigrés et leurs familles depuis les années 60 .... Certes, certains de leurs descendants manquent pour le moins de reconnaissance .... C'est surement ces français là qui sont accusés de racisme : anti blanc et antisémite ....... Europe politique + Schengen à jeter aux poubelles de l'histoire, revenons à une simple zone de libre échange des produits.
pasdesp
- 02/03/2016 - 16:39
Racisme?
vocable imbécile. Pendant combien de temps encore devra t on subir ces niaiseries?
Qui ensanglante le monde, qui tente d'imposer sa vision moyenageuse du monde?
Qui sont les auteurs d'attentats meurtriers?
Les auteurs de ce rapport devrait plutot louer la pondération des français. Mais attention à l'exaspération que vous alimentez.