En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Salon de l'Agriculture
90% du bétail français nourri aux OGM, et alors ? Les aliments transgéniques n’ont jamais tué personne, la preuve : vous êtes vivant !
Publié le 29 février 2016
Le collectif "Consommateurs mais pas cobayes" a déposé plainte la semaine dernière auprès de la Direction de la répression des fraudes et de la Commission européenne pour non-respect de la transparence sur les OGM. Le collectif affirme que près de 90 % du bétail serait nourri à base d'aliments transgéniques.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le collectif "Consommateurs mais pas cobayes" a déposé plainte la semaine dernière auprès de la Direction de la répression des fraudes et de la Commission européenne pour non-respect de la transparence sur les OGM. Le collectif affirme que près de 90 % du bétail serait nourri à base d'aliments transgéniques.

Atlantico : Une association a déposé une plainte-recours devant la Commission européenne afin que l’ensemble des produits issus d’animaux nourris aux OGM soit forcé de le stipuler sur leurs étiquettes. 90 % du bétail élevé en France pourrait avoir été nourri au moins partiellement avec des OGM. Est-ce réellement nouveau ?

Bruno Parmentier : Bien sûr que non. On a du mal à réaliser l’ampleur de l’utilisation des OGM dans le monde quand on vit comme les Français dans un pays sans OGM. Pourtant, malgré le fait que les OGM actuels soient encore bien primitifs et peu durables (un OGM insecticide, alors qu’on sait bien que tous les insecticides ont toujours provoqué des phénomènes d’accoutumance chez les insectes, et un OGM compatible avec un herbicide total, en oubliant qu’on a toujours observé le même phénomène avec les mauvaises herbes), les champs concernés couvraient 181 millions d’hectares en 2014, et certainement davantage en 2015. Pour mieux comprendre ce que cela représente, disons qu’il s’agit d’un champ sur neuf sur la planète entière, ou de 9 fois la superficie agricole française ! 18 millions d’agriculteurs en ont semé, un nombre supérieur à celui de la totalité des agriculteurs de la Communauté européenne !

82 % des surfaces de soja cultivées dans le monde étaient OGM en 2014. Cette plante riche en protéine est massivement utilisée dans l’alimentation de nos animaux (poulets, cochons, lapins, canards, veaux, etc.). Ce serait dont bien innocent de penser qu’ils n’en ont jamais mangé. Sauf quelques filières très spécifiques, du type bio, qui en ont fait un argument commercial de base. Et encore, la fiabilité de ces filières est de plus en plus délicate, car il est fort difficile de garantir qu’aucun camion, espace de stockage ou bateau utilisé n’ait jamais servi pour du soja transgénique…

Pour le maïs, autre aliment de base, les chiffres 2014 étaient de 30 % ; aucun en France, mais en majorité dans certains pays desquels on importe cette céréale, comme les USA (85 % de maïs OGM), l’Argentine (95 %) ou le Brésil (81 %).

Notons au passage qu’il en est de même pour le coton, qui est dorénavant transgénique à 68 % dans le monde. Une bonne partie des habits vendus en Europe comportent donc du coton transgénique, nous en avons pratiquement tous porté.

Finalement, si 90 % du bétail a été nourri par des OGM et que nous en avons consommé, est-ce vraiment grave ? Quelles peuvent-être les conséquences pour les consommateurs ?

Ne négligeons pas le fait qu’un jour, des problèmes de santé puissent apparaître, mais aujourd’hui la consommation des OGM, directe (genre corn flakes transgéniques) ou indirecte (côte de porc nourri au soja transgénique) concerne quotidiennement des centaines de millions de personnes dans le monde, une bonne base statistique quand même pour voir si ces produits sont dangereux pour la santé… et, à ma connaissance…rien !

On voit là les limites des peurs collectives très liées à telle ou telle culture. Nombre d’Américains ont du mal à comprendre pourquoi des Européens ont peur de manger des poulets nourris aux OGM, de même que nombre de Français sont stupéfaits d’apprendre que les Américains ne veulent pas manger de fromage au lait cru ! Pourtant, la vérité oblige à dire qu’aujourd’hui, le fromage au lait cru a tué davantage de gens que les OGM…

Replaçons les peurs et les politiques de prévention là où elles devraient se situer. Il n’y a que deux produits issus de l’agriculture qui tuent de façon significative dans le monde, et particulièrement en France : le tabac (79 000 morts par an), et l’alcool (49 000 morts par an). Et malheureusement, un "dégât collatéral" de l’agriculture moderne, le pesticide, pour lequel les français sont malheureusement champions. Plus le pavot, les champignons hallucinogènes et les autres drogues d’origine "naturelle" évidemment. Pas les OGM !

Mais cela n’empêche aucunement le consommateur d’avoir le droit de demander à être informé complètement, y compris sur le fait que le lapin qu’il souhaite manger ait mangé ou non du soja transgénique !

Pourquoi est-il difficile d'avoir une traçabilité ? 

La difficulté est double. D'une part elle est technique : un porc mange un peu plus d’un kilo d’aliment par jour, dont un tiers d’oléo protéagineux ; un élevage de 300 porcs peut donc acheter 700 kilos de soja par semaine. On peut donc imaginer qu’au bout de 6 mois de vie, un cochon a donc touché à de très nombreuses rations de provenances différentes. Au total, on importe actuellement 4,5 millions de tonnes de soja par an en France. Ça représente beaucoup de bateaux, et énormément de camions avant et après ces bateaux. Garantir une traçabilité totale est donc difficile, surtout si ce n’est pas l’intérêt de chaque membre de la filière.

D’où la deuxième difficulté : les industriels n’ont pas d’intérêt à la traçabilité, sauf s’ils peuvent réellement la valoriser par un prix de vente plus important, comme dans la bio. En revanche, la revendication d’une traçabilité OGM ne s’accompagne d’aucune perspective de renchérissement du produit car le consommateur veut pouvoir choisir de manger des produits "garantis sans OGM" mais n’a aucunement l’intention de les payer plus cher. On peut donc comprendre que les acteurs aient tendance à traîner les pieds avant de se compliquer la vie, ou de donner des verges pour se faire battre.

Regardons par exemple un problème autrement important en matière de santé publique :  l’affichage nutritionnel en cinq couleurs, simple à comprendre, sur les emballages des produits de l’agro-industrie. En attribuant des points négatifs à la présence d’éléments "défavorables" comme le sucre, le sel, les matières grasses, etc. et des points positifs à celle de fruits, légumes, légumineuses, fibres, etc. les experts du Programme Nutrition Santé arrivent à calculer une note globale allant de A (couleur verte), pour les aliments les plus vertueux, à E (couleur rouge), pour les plus problématiques pour la santé.

Ce code très intuitif et simple à interpréter, s’il était rendu obligatoire sur tous des emballages, permettrait aux consommateurs de faire un meilleur choix entre différents produits (exemple mueslis ou céréales fourrées), et dans une classe de produits, de faire un meilleur choix entre les différentes marques (souvent on est confronté à une offre de 10 ou 20 mueslis dans son supermarché). De plus, il aurait également un effet incitatif vertueux sur l’agro-industrie, chaque firme étant ainsi motivée pour tenter d’éclaircir la couleur de son produit.

Des études approfondies (6 400 personnes pendant 13 ans) ont montré que l’absorption régulière de produits qui auraient la note E rouge plutôt que des produits A verts expose à 34 % de risques supplémentaires de développer des cancers, 61 % des maladies cardio-vasculaires, 61 % une obésité, etc. Un vrai enjeu de santé publique non ?

On a également prouvé que ce code simple en 5 lettres et cinq couleurs est de loin de plus facile et rapide à appréhender, en particulier pour des publics ayant un faible niveau d’éducation et de connaissances en nutrition.

Or, dès que cette proposition a été rendue publique, les lobbies se sont déchaînés, avec énormément de moyens, pour que rien de change et vienne menacer leurs gigantesques intérêts économiques. En particulier bien entendu l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA) qui "maintient son opposition à tout dispositif d’étiquetage nutritionnel simpliste et stigmatisant, reposant uniquement sur un code de couleurs et une approche médicalisée de l’alimentation".

On est donc devant une vraie question citoyenne, face à un gouvernement affaibli et donc timoré, et une Commission européenne ultra libérale : qui doit avoir le dernier mot, sur ce sujet aux effets considérables sur la santé publique, les citoyens ou les intérêts économiques ? Quand on constate ces blocages scandaleux, on ne peut qu’être sceptique sur les chances de la généralisation d’un vrai étiquetage non OGM !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
04.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
05.
Les annonces (supposées) d’Emmanuel Macron peuvent-elles produire l’effet waouh recherché sur le pouvoir d’achat des Français
06.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
07.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 01/03/2016 - 10:54
Ignares
Grande habitude chez Atlantico de chercher à nous ''accrocher'' avec des titres stupides et provocateurs : celui-ci établit un record ! Les articles sont, heureusement, souvent plus raisonnables. Il faudra deux ou trois décennies pour évaluer les effets des OGM par eux-mêmes. Par contre, ce qui est certain, c'est que ces céréales sont imprégnées par les quantités massives du ''Round-up'' dont elles permettent l'usage. Cet herbicide est désormais reconnu comme cancérigène et il se retrouve, au final, dans notre assiette ! De plus, ce produit rencontre maintenant l'apparition de mauvaises herbes résistantes qui obligent à y ajouter d'autres produits, encore plus toxiques seuls ou en association. Un récent ''Envoyé spécial'' a consacré un reportage à ce sujet. Commentateurs, si vous êtes complètement ignares sur une question, évitez de vous ridiculiser !
vangog
- 01/03/2016 - 00:45
Parfaitement d'accord avec Parmentier!
Les OGM ne font peur qu'aux benêts qui suivent les troupeaux bêlants manipulés par les écolo-trotskystes. Moi, ils ne m'ont jamais fait peur! la preuve'? Je suis normal (quoique un peu FN...) et j'ai cinq membres, comme tout le monde!
brennec
- 29/02/2016 - 19:12
objection votre honneur
Faire une moyenne des notes pour juger d'un produit n'est pas a mon avis pertinent. Premièrement parce que la définition des mauvais ingrédients varie, comme on peut le voir a propos des lipides qui reviennent en grace après 60 ans de bannissement (lequel ayant profité aux glucides est maintenant accusé d'être a l'origine de l'épidémie de diabète et d'obésité). Deuxièmement parce que il suffit d'un ingrédient néfaste pour entrainer des conséquences plus ou moins grave, pourquoi le noyer parmi d'autres moins néfastes? Troisièmement ce sera tout simplement une exacerbation du lobying. Il me parait plus intelligent de laisser une agence de sécurité alimentaire faire son travail même si on peut parfois lui faire des reproches. @benfoyons mefiez vous de ces pourcentages qui ne sont pas forcément pertinents: si vous avez 0,01 chances d'attraper une quelconque maladie et que cette probabilité monte a 0,02 les risques auront augmenté de 100%