En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Ce que la redoutable efficacité vietnamienne face au Coronavirus pourrait nous apprendre pour faire face à une potentielle 2eme vague (et ce dont nous ne voulons surtout pas...)

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

05.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 8 heures 34 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 9 heures 37 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 10 heures 26 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 15 heures 12 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 15 heures 30 min
décryptage > International
Animal social

Les années 2020, nouvelles années folles ?

il y a 15 heures 48 min
décryptage > International
Confrontation

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Economie
Proposition

500 milliards pour relancer l'Europe... Mais de nombreuses questions en suspens

il y a 16 heures 36 min
décryptage > International
White only?

"Un Noir n'est pas un Noir s'il pense voter Trump" : les nouvelles théories racialistes de Joe Biden

il y a 16 heures 36 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 13 heures 10 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 14 heures 5 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Société
Tentation liberticide

Covid-19 : une nouvelle servitude volontaire

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Economie
Problème culturel

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

il y a 16 heures 36 min
décryptage > France
Agriculture

Les abeilles, atout des céréaliers dans leur volonté de reconquête de l'opinion publique

il y a 16 heures 36 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous

il y a 16 heures 36 min
© Reuters
© Reuters
C'était pas mieux avant

Déclin de l’Europe et montée en puissance de l’Asie : ce que la grande crise du XVe siècle nous aide à comprendre de celle de 2008

Publié le 25 février 2016
La grande crise du XVe siècle et celle de 2008 ont accéléré le basculement des rapports de force au niveau de l'économie mondiale. Suite à ces deux crises, l'Europe est entrée dans une phase de déclin tandis que la Chine est montée en puissance.
Dominique Barjot est Professeur d'histoire économique contemporaine et Directeur de l'École doctorale d'Histoire moderne et contemporaine de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV).Ses travaux portent sur l'histoire des entreprises, l'américanisation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Barjot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Barjot est Professeur d'histoire économique contemporaine et Directeur de l'École doctorale d'Histoire moderne et contemporaine de l'Université Paris-Sorbonne (Paris IV).Ses travaux portent sur l'histoire des entreprises, l'américanisation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La grande crise du XVe siècle et celle de 2008 ont accéléré le basculement des rapports de force au niveau de l'économie mondiale. Suite à ces deux crises, l'Europe est entrée dans une phase de déclin tandis que la Chine est montée en puissance.

Atlantico : Dans son dernier ouvrage, The Silk Roads: A New History of the World, l'historien Peter Frankopan compare la crise qui a frappé le monde au XVe siècle à celle que nous avons connue en 2008. S'il existe évidemment des différences, quels points communs – tant structurels que conjoncturels – est-il possible de souligner ?

Dominique Barjot : Il n’y a pas à proprement parler de comparaison possible entre cette crise et celle d’aujourd’hui sauf si l’on admet que le monde puisse être menacé par une catastrophe écologique, qui serait de l'ampleur de celle entraînée par la peste noire. En réalité, il faut comparer des évolutions comparables : la crise à laquelle fait allusion Peter Frankopan est une crise ouvrant sur dépression de longue durée, ce que l’on appelle un cycle long. On peut défendre l’hypothèse que nous entrons dans une période de décroissance de longue durée, mais à vrai dire je n’y crois pas trop : la montée en puissance de l'Inde, de l'Indonésie et de l'Asie du Sud-Est peut peut-être relayer le ralentissement chinois.

En revanche ce qui est peut-être plus pertinent c’est de dire qu’à travers la crise de 2008, a eu lieu un phénomène de basculement accéléré des rapports de force au sein de l’économie mondiale. D’une certaine manière c’est peut-être ce que cet historien cherche à montrer : entre le XIe siècle et la première moitié du XVIe siècle, l’Europe avait pris une avance importante, dont les croisades sont d'une certaine façon l'expression. Le monde d’aujourd’hui se traduit par la consolidation de la position de l’Amérique du Nord et la montée en puissance des grandes économies d’Asie (la Chine, l’Inde, voire l'Indonésie) qui  entraînent dans leur sillage les autres nations d’Asie de l’Est et du Sud-Est. Nous vivons fondamentalement un déclin de l’Europe. En 1348, la grande peste noire a entrainé un effondrement de la population de l’Europe. On connait un affaiblissement marqué aujourd’hui mais au lieu que ce soit un effondrement brutal, c’est un affaiblissement de longue durée lié au déclin démographique. Par ailleurs, il provoque de grandes migrations en direction des pays européens, ce qui n’était pas le cas aux XIVe-XVe siècles, malgré l'arrivée des Turcs et des Mongols.

En revanche, il n’est pas possible de comparer ces deux types de crises si on raisonne sur le court terme c’est-à-dire en termes de cycles courts de 7 à 12 ans (business cycles).

A partir du XVe siècle, l'économie chinoise semble progressivement faiblir face à une économie européenne qui monte. Comment expliquer ce jeu de balance ? Quels sont les mécanismes et les problématiques à l'œuvre ; et jusqu'où peut-on donc penser que la crise de 2008 préfigurait des changements tout aussi majeurs dans notre économie ?

En réalité, tous les spécialistes sont d’accord sur le fait que le grand décrochage de l’économie chinoise par rapport aux économies occidentales (Europe et Amérique du Nord) s’est produit au XVIIIe siècle, c’est-à-dire au moment de la révolution industrielle. Mais ce décrochage puise ses racines dans un mouvement qui s’est amorcé au XVIe siècle avec les grandes découvertes, lorsque la civilisation européenne a commencé à se diffuser dans le monde entier, y compris dans les mers d’Asie de l’Est. Par ailleurs, au XVIe siècle, survient le choc de l’imprimerie. Le livre imprimé est une invention chinoise et coréenne, mais la diffusion du livre a été beaucoup plus lente dans le monde chinois et ses marges qu’elle ne l’a été en Occident. C’est la révolution du livre qui d’une certaine manière, en permettant la diffusion du savoir à un très grand nombre, a permis à l’Occident de prendre progressivement l’ascendant sur le monde chinois.

En dépit des ressemblances entre les deux crises, les siècles qui les séparent impliquent nécessairement certaines différences. Comment les puissances économiques de l'époque ont-elles su se sortir de cette crise ? Jusqu'où peut-on en dresser un parallèle ?

Entre les deux crises, ressortent plutôt des différences certaines que certaines différences. Il n’est pas pertinent de se focaliser sur cette différence mais il est plus intéressant de se poser la question de savoir comment l’on est sorti de ces crises. En Occident, l’une des caractéristiques de la sortie de la crise des XIVe-XVe siècles a été l’affirmation de l’Etat. Les catastrophes entrainées par la peste noire, par ce choc terrible qu’a connu l’Europe au XIVe siècle a eu pour conséquence de renforcer l’importance de l’Etat comme moyen d’assurer la sécurité des populations. Au  fond, la crise de cette époque a vraiment affirmé le rôle politique, économique et social de l’Etat. C’est peut-être l’un des points qui peut nous rapprocher de la crise de 2008 car on dit souvent que cette dernière a entrainé un recul partiel du paradigme ultra libéral tel qu’on avait pu le croire définitivement vainqueur après les expériences de Margaret Thatcher en Grande-Bretagne et de Ronald Reagan aux Etats-Unis. Après 2008, s’est opéré un retour vers une vision plus keynésienne au sein du monde occidental. Par exemple, les dépenses d’intervention de l’Etat se sont avérées (temporairement) décisives et, plus encore, la coordination des grandes puissances en vue d' essayer de trouver une solution à la crise. C'est évidemment très différent de ce que l’on a connu aux XIVe-XVe siècles où les Etats s’affirmaient les uns contre les autres. Cela a mené à de grandes guerres, dont la plus célèbre est la guerre de 100 ans. A partir de 2008, les grandes puissances au sein de l’Europe mais aussi à l’échelle internationale se sont coordonnées et ont multiplié les sommets. Par ailleurs, ce que l'on oublie souvent, les situations de longue durée, comme l'ont bien montré les schumpéteriens et les néo-schumpéteriens, poussent à des innovations technologiques fondamentales (on pense par exemple aux robots ménagers, aux objets connectés et à la révolution du 3D) qui relancent la croissance.

In fine, au vu et au su de tous ces éléments, quelles sont les leçons qu'il est éventuellement possible de tirer de ce parallèle ?

La première leçon à tirer est qu’il faut se méfier des parallèles : l’histoire ne se répète jamais car les conditions dans lesquelles surgissent les crises et s’élaborent les solutions pour en sortir ne sont jamais les mêmes. Néanmoins, il est important pour comprendre les phénomènes, et notamment notre monde d’aujourd’hui, de se replacer dans la longue durée.

Prenons par exemple la question de la Route de la Soie, thème lancé par la Chine. Cette dernière a toujours basculé entre deux hypothèses pour assurer son développement : premièrement, une vocation maritime à partir de ses grands ports, vocation qui l’amène aujourd'hui à commercer avec les pays occidentaux par le canal de Suez ou en direction des Etats-Unis par la Californie ou le canal de Panama, mais qui l'expose aux lourdes menaces pesant sur les Proche- et Moyen-Orient ; deuxièmement, une voie continentale qui l’amène à resserrer ses liens avec la Russie en direction de l’Europe du Nord, comme à l'époque de la Hanse. Aujourd’hui, pour des raisons géopolitiques, la Chine est dans une logique où la préférence va à la voie nordique, c’est à dire celle qui suppose une alliance avec la Russie et dans une moindre mesure avec l’Iran.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 25/02/2016 - 12:08
La crise...
....des Subprimes de 2008 est une nouvelle fois associée à un recul du paradigme Ultra-Libéral . La crise de 2008 a puisé ses racines dans l' OBLIGATION faite aux banques de prêter à des ménages insolvables . L' Obligation , C' est de votre point de vue un des concepts du Libéralisme ? .