En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 29 min 18 sec
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 13 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 16 heures 55 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 17 heures 50 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 18 heures 36 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 19 heures 34 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 57 min 11 sec
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 1 heure 36 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 13 heures 17 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 13 heures 53 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 17 heures 17 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 18 heures 11 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 18 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 22 heures 11 min
© Allociné
© Allociné
Cocktail toxique

Perturbateurs endocriniens : pourquoi manger une pomme quand vous prenez la pilule contraceptive peut vous mettre en danger de mort

Publié le 26 février 2016
Une nouvelle recherche scientifique vient de prouver que les perturbateurs endocriniens peuvent être extrêmement dangereux pour la santé, et ce malgré leur présence en faible quantité sur un produit. Réunies sur un même objet, deux substances chimiques peuvent voir leurs effets multipliés par 10, 50 ou 100 fois par rapport à leurs seules actions individuelles. Une découverte qui remet en cause les seuils de toxicité en vigueur.
William Bourguet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
William Bourguet est chercheur Inserm au Centre de biochimie structurale de Montpellier.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle recherche scientifique vient de prouver que les perturbateurs endocriniens peuvent être extrêmement dangereux pour la santé, et ce malgré leur présence en faible quantité sur un produit. Réunies sur un même objet, deux substances chimiques peuvent voir leurs effets multipliés par 10, 50 ou 100 fois par rapport à leurs seules actions individuelles. Une découverte qui remet en cause les seuils de toxicité en vigueur.

Atlantico : Qu'est-ce qu'un perturbateur endocrinien ?

William Bourguet : Les perturbateurs endocriniens sont des molécules qui vont interagir avec le système hormonal humain et le perturber. C'est en effet un système biologique fragile, finement régulé dans le temps et dans l'espace.

On a découvert l'existence de ces perturbateurs endocriniens il y a une vingtaine d'années. Leur augmentation est liée au développement industriel des sociétés.

Où trouve-t-on principalement des perturbateurs endocriniens ?

On trouve des perturbateurs endocriniens un petit peu partout, au niveau de l'alimentation, du contact avec des contenants alimentaires (que ce soit de l'alimentation solide ou liquide), de l'utilisation de produits ménagers ou encore du contact avec des pesticides.

En quoi les perturbateurs endocriniens sont-ils dangereux pour la santé ?

Ils sont dangereux pour la santé parce qu'ils vont dérégler notre système endocrinien, qui est extrêmement important pour nombre de fonctions physiologiques, en attaquant nos récepteurs hormonaux.

Il existe 48 récepteurs hormonaux chez l'être humain, et ils ont tous des fonctions physiologiques toutes très importantes dans la vie de tous les jours. On aura donc des pathologies différentes en fonction du récepteur qui est ciblé par le perturbateur endocrinien.

Le récepteur des estrogènes est par exemple impliqué dans le développement du cancer du sein. Le récepteur PPARγ , qui lui est impliqué dans tout ce qui est métabolisme, va éventuellement sensibiliser l'organisme à l'accumulation de graisse. C'est pourquoi on pense que les épidémies d'obésité observées en ce moment dans nos pays industrialisés sont peut-être en partie dues à des facteurs environnementaux. Les perturbateurs endocriniens peuvent aussi être responsables de problème de reproduction, de problèmes psychomoteurs, etc...

Les perturbateurs endocriniens sont notamment très dangereux durant la période embryonnaire, quand tout l'organisme se met en place, jusqu'au jeune enfant. Les adultes sont moins susceptibles de contracter des maladies à cause des perturbateurs endocriniens, sauf si on est dans des expositions professionnelles longues à des produits toxiques, comme c'est le cas pour les agriculteurs ou les viticulteurs, par exemple.

Réunies, deux substances chimiques peuvent voir leurs effets multipliés par 10, 50 ou 100 fois par rapport à leurs seules actions individuelles, selon une nouvelle étude du Centre de biochimie structurale et de l'Institut de recherche en cancérologie de Montpellier. Faut-il remettre en cause les seuils de toxicité en vigueur ?

Les industriels s'arrangent pour que les résidus toxiques de leurs produits soient émis en faible quantité. Pour un adulte, le fait de manger une pomme avec un petit peu de pesticides dessus ne sera pas très grave pour la santé, sauf si les pesticides sont associés à une autre molécule avec la même pomme, ce qui est possible si la personne en question est une femme qui prend la pilule contraceptive par exemple. Certaines combinaisons de molécules comme celle-ci peuvent accroître de manière spectaculaire la toxicité des produits.

Pour l'expérience, on a pris 40 molécules présentes dans l'environnement, avec une diversité chimique large (médicaments, composés qui sont dans des plastiques…), puis on les a mélangées et on s'est rendu compte que certaines combinaisons de molécules étaient très activent sur un récepteur d’hormone, et surtout beaucoup plus que chacun des composés pris individuellement.

Cette étude remet donc en cause le seuil de toxicité des produits. C'est vrai qu'au cours de l'expérience, on n'a trouvé que deux molécules sur quarante qui sont en synergie, donc toxiques, mais si on considère qu'on a 150 000 molécules industrielles utilisées par les hommes actuellement, ça permet beaucoup de combinaisons synergiques potentiellement dangereuses pour la santé. Le problème de la règlementation va donc se poser, ainsi que la façon dont on teste les composés.

Face à l'ampleur de la tâche pour tester les mélanges de milliers de produits chimiques, comment s'y prendre pour limiter l'impact des perturbateurs endocriniens sur la santé ?

On peut lutter contre les perturbateurs endocriniens à deux niveaux.

D'abord, au niveau personnel, en essayant de consommer des produits qui sont le moins traités possibles, en évitant les contenants plastiques et en utilisant des produits qui sont les plus simples possibles. Quand on prend des lotions pour bébé par exemple, autant prendre un produit sans parfum. Ce sont des choses inutiles qui rajoutent encore à la complexité du produit et éventuellement des interactions possiblement toxiques entre les différentes molécules. 

Après, au niveau gouvernemental, il faudrait accroître les financements des programmes de recherche sur l’identification des perturbateurs endocriniens, leur dangerosité et leurs mécanismes d’action. Pour le moment, sur les 150 000 molécules qui nous entourent, seules 15% ont été identifiées et éventuellement interdites pour certaines. 

Et la recherche ne s'arrête pas là. Une fois qu'une molécule est repérée comme dangereuse, il faut développer des produits de substitution afin de la retirer de la consommation. On peut aussi envisager de modifier physiquement la molécule, pour dissocier ses propriétés industrielles et ses propriétés hormonales indésirables.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arvensis
- 24/02/2016 - 18:20
Titre provocateur, mais article courageux.
Atlantico et son équipe n'auront pas à regretter leur alerte.Bravo, c'est courageux ! il suffit de lire quelques commentaires outranciers ci-dessous pour mesurer le chemin à parcourir !
Nous n'en sommes qu'au début des scandales sanitaires à reconnaitre. Aux lecteurs de bonne foi qui veulent aller plus loin dans l'information sur les perturbateurs endocriniens je leur suggère de lire l'ouvrage de Mr Christian Pacteau " un pacte toxique" éditions Amalthée 2010.Mais, ll y a plus de 60 ans Mme Rachel Carson alertait déjà sur l'impact des pesticides sur la faune sauvage.
"la dose ne fait pas plus le poison que la taille de l'étincelle ne fait l'explosion. L'innocuité des faibles doses, un siècle de mystification déjà. " Ch. Pacteau 2008
Le temps démystifie tout heureusement.
Arvensis agriculteur retraité
henir33
- 24/02/2016 - 16:08
pesticides
99,9% des pesticides présents dans l'envirtonnement sont d'origine naturelle on n' a testé la toxicité que d'une grosse centaine et la moitié étaient toxiques ...

Si on pèle la pomme aucun risque d'ingestion de pesticides par contre attention avec les pommes bio vous pouvez avaler des insectes ou des vers
Kaliste
- 24/02/2016 - 15:31
Effrayant effectivement
Effrayant effectivement. On constate de plus en plus de cancers dans notre entourage et effectivement l'espérance de vie a commencé à diminuer. Je ne pense pas que ce soit seulement la faute de François Hollande ;-)