En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

03.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 9 min 48 sec
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 21 min 56 sec
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 1 heure 55 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 2 heures 10 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 2 heures 30 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 3 heures 11 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Politique
Gardiens de la paix

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 20 min 28 sec
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 52 min 31 sec
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 1 heure 59 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 2 heures 52 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 3 heures 2 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 3 heures 36 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

il y a 5 heures 28 min
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 20 heures 48 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
© REUTERS/Philippe Wojazer
La courbe ou la vie

François Hollande ou l'opération rattraper le temps perdu, suite : 14 mois pour sauver les 45 précédents

Publié le 20 février 2016
A près d'un an de la fin de son mandat, François Hollande joue son va-tout sur l'emploi, avec la réforme du code du travail.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A près d'un an de la fin de son mandat, François Hollande joue son va-tout sur l'emploi, avec la réforme du code du travail.

Alors que sa cote de popularité rechute dans les sondages à cause d'un remaniement ministériel mal accueilli par l'opinion, François Hollande se démène sur le front de l'emploi en mode accéléré. Après des mois d'hésitations, la mise en oeuvre de mesures qui n'ont pas suffisamment porté leurs fruits pour inverser la courbe du chômage - à savoir le CICE et le pacte de responsabilité, le chef de l'Etat s'est rangé à l'idée qui jusque-là semblait lui rebuter, la réforme du Code du Travail.

La loi El Khomri, dont on ne connait pas encore le contenu exact, est supposée apporter de la "souplesse" à la législation, ce qui devrait permettre de "fluidifier" le marché du travail, autrement dit permettre aux patrons d'embaucher et de licencier plus facilement, sans avoir en permanence l'épée de Damoclès des procès au-dessus de la tête.

Cette simplification sera, nous dit-on assortie de "garanties" pour les salariés, ce dont doutent aujourd'hui les syndicats. Pour eux cette "souplesse" signifie ni plus moins une réduction de leurs droits. Même la CFDT, le syndicat le plus ouvert au dialogue, le trouve "déséquilibré".

Pourtant cette réforme a fait ses preuves dans d'autres pays et notamment l'Allemagne où le dialogue social est autrement plus développé qu'en France. Or, la future loi laissera précisément une large place à la négociation dans l'entreprise. Si, comme le souhaite François Hollande, cette réforme est adoptée (sans trop de couacs gouvernementaux, ce qui n'est pas acquis) rapidement, pour qu'elle porte ses fruits avant la fin du quinquennat, elle doit être votée, validée et mise en oeuvre sans tarder. Pour la Gauche du PS et le Front de Gauche, c'est un sujet de fracture, voire de rupture. Pour François Hollande, une question de survie politique.

Sans exagérer, on peut dire qu'il joue son va tout avec cette ultime réforme. N'a-t-il pas conditionné sa candidature pour sa réélection à l'amélioration de la situation de l'emploi ? Il l'a répété au micro de France Inter : "Je n'ai qu'une seule parole. J'ai été candidat pour que nous créions les conditions pour qu'il y ait une baisse du chômage et il doit y avoir une baisse du chômage. Et s'il n'y a pas de baisse du chômage, vous savez quelles conclusions j'en tirerai". C' est dit. Et il enfonce le clou: " "Je demande à être jugé là-dessus: est-ce que j'aurais bien fait, ou est-ce que je n'aurais pas bien fait ?"

Il aura en tous cas tout fait, pas comme il aurait fallu, mais c'est le propre des décisions politiques. Comme François Hollande ne laisse poindre aucun signe de lassitude du pouvoir par ailleurs, on peut aisément imaginer qu'il aimerait relever le défi malgré "le spectre d'un nouveau 21 avril". Pour la présidentielle le compte à rebours a déjà commencé. Il reste quatorze mois ; pour que le texte soit adopté et mis en oeuvre, il faut compter au moins six mois. Pour qu'elle produise ses effets, un peu plus... C 'est dire que les semaines , voire les jours seront comptées et que l'on comptera aussi le temps perdu. Mais le pire n'est jamais sûr.

La Droite qui réclame cette réforme dans tous ses programmes est au pied du mur, voire piégée. Va-t-elle voter contre, en prétextant qu'elle ne va pas assez loin, après l'avoir saluée comme cela a été le cas pour la loi Macron ? Ou va-t-elle contribuer à son adoption, laissant à la Gauche les débats sur l'abandon ou non de ses grands principes ?

Chez les Républicains, pour d'autres raisons, on a aussi les yeux rivés sur l'horizon 2017. L'enjeu est immense. Il permet à François Hollande de balayer l'hypothèse de sa participation à des primaires. L'idée, il est vrai, parait surréaliste pour un président en fonction. Il "préfère", explique-t-il "être pleinement dans (sa) mission".  Et François Hollande est trop fin politique pour ne pas savoir qu'en cas d'amélioration de la situation de l'emploi, l'hypothèse d'une primaire de Gauche tomberait d'elle-même, et que sa candidature s'imposerait à son camp. En revanche en cas d'échec, il ne laissera à personne d'autre qu'à lui même le soin de s'exclure de la bataille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 21/02/2016 - 17:49
Lorsqu'il a dit en 2012
vouloir baisser le nombre de chômeurs, c'était par rapport aux chiffres existant . Or, il en a rajouté quelques 700 000 (?).Compte tenu qu'il y en a pour 14 mois encore, il doit donc trouver une solution à pratiquement 1 million de chômeurs en moins pour oser se représenter. C'est mal parti !
tiopere 1
- 20/02/2016 - 18:02
la lutte anti chomage comporte plusieurs volets
pour qu'un employeur procède a des embauches , il faut qu'en cas de retournement de conjonctures , il puisse se séparer de salariés , c'est le premier volet facilité par ce projet , la deuxième condition tout aussi importante est que les charges sociales qui sont les plus fortes au monde puissent rejoindre la moyenne de nos pays concurrents , donc des les baisser au moyen de la TVA sociale a l'exemple danois . Compte tenu des velléités démagogiques de Hollande , c'est inenvisageable . Il se contentera donc d'un traitement social du chomage en augmentant massivement la dette globale déjà colossale mais on connaît la fourberie de ce personnage /
Mike Desmots
- 20/02/2016 - 17:57
C'est perdu d'avance pour Normal 1er ...!
Tout le monde en France...sait ...qu'un scooter la nuit ...va plus vite qu'un pédalo....!!