En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

05.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 12 heures 56 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 14 heures 58 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 16 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 17 heures 53 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 20 heures 26 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 21 heures 15 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 22 heures 59 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 14 heures 35 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 16 heures 38 sec
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 17 heures 17 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 20 heures 15 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 21 heures 58 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 23 heures 3 min
© Reuters
Des plate-formes de financement participatif dédiées au sport permettent ainsi à des projets, souvent ambitieux, portés par des athlètes plus ou moins connus et reconnus, de voir le jour.
© Reuters
Des plate-formes de financement participatif dédiées au sport permettent ainsi à des projets, souvent ambitieux, portés par des athlètes plus ou moins connus et reconnus, de voir le jour.
Nouveaux sponsors

Vous avez toujours rêvé d’une médaille aux JO : voici comment vous pourriez vous en rapprocher

Publié le 02 mars 2016
A défaut de l’obtenir pour vous-même, le crowdfunding pourrait faire de vous le sponsor d’un champion.
Gabriel Zignani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gabriel Zignani est journaliste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A défaut de l’obtenir pour vous-même, le crowdfunding pourrait faire de vous le sponsor d’un champion.

Depuis trois ans, avec l'arrivée sur le marché français d'acteurs tels que sponsorise.me en 2013 et Fosburit en 2014, les sportifs commencent à faire appel au crowdfunding. Ces plate-formes de financement participatif dédiées au sport permettent ainsi à des projets, souvent ambitieux, portés par des athlètes plus ou moins connus et reconnus, de voir le jour.

Le phénomène du crowdfunding est apparu avec Internet, dans les années 1990. Il permet à un grand nombre de personnes de se réunir pour financer un projet. La famille la plus connue du financement participatif, c'est celle du don. Les particuliers font un don du montant de leur choix. En contre-partie, ils reçoivent un ou plusieurs lots de la part du porteur de projet. Parce que comme l'expression le dit, "il est plus facile de réunir 1000 fois 10 euros qu'une fois 10 000 euros".

Un procédé qui peut être efficace pour les grands clubs ou les sportifs connus

Bien sûr, certains clubs de foot professionnels ont tenté l'aventure, avec plus ou moins de succès. Le RC Lens avait par exemple lancé une opération MonRCLens.com en 2012, en collaboration avec My Major Company, site de crowdfunding généraliste. Un échec, puisque le club nordiste qui était déjà en Ligue 2, n'a récolté que 5000 euros, sur les 250 000 euros espérés.

Ca s'était mieux passé pour l'Olympique de Marseille en 2013, sur sponsorise.me. L'opération Tous derrière l'OM proposait aux PME de s'offrir le statut d'entreprise supportrice de l'Olympique de Marseille. Ces sociétés pouvaient poser entre 90 et 50 000 euros. Bien sûr, selon le montant, la contre-partie variait. Cette opération avait pour but de mobiliser les entreprises autour du club olympien, et bien sûr de compléter les revenus sponsoring plus classiques.

Le rugby aussi s'est immiscé dans la brèche. En 2014, le Racing Club de Toulon a eu pour objectif de rénover un lieu chargé d'histoire : l'avenue des légendes. En faisant un don, les particuliers avaient la possibilité de voir leur nom inscrit sur un pavé, au côté de celui des légendes du club. Projet financé très rapidement à hauteur de 106%.

Des vedettes de sports très populaires ont également pu profiter de ce système. En mai 2014, Ladji Doucouré lance une opération Retour au premier plan. Objectif pour le champion du monde 2006 du 110m haies : se qualifier pour les JO 2016. Rien que ça. Et les gens y ont cru. En seulement 24h, les 8000 euros attendus étaient récoltés. Le projet a même été financé à 174% du budget attendu. Un financement qu'il jugeait nécessaire "pour subvenir, entre autres, à ses frais d’entraînement."

Un bon procédé pour les athlètes de haut-niveau des sports méconnus

Mais ce type de plate-formes profite surtout à des athlètes reconnus de sports moins populaires. Il s'agit souvent d'athlètes de niveau international qui n'ont pas les moyens de se rendre sur les différentes compétitions, ou de  jeunes qui veulent se lancer dans le milieu professionnel. Un exemple typique des sports concernés, dont la période est porteuse de projets : les sports d'hiver. Un petit tour sur les plate-formes de crowdfunding, et une multitude de projets enneigés font leur apparition.

Sélectionné pour participer aux championnats du monde d'escalade sur glace, Olivier Brun n'a pas les moyens financiers pour participer aux différentes étapes de la compétition réparties tout autour du globe. Il s'explique sur sa page de présentation : "La sélection France dépend de la fédération FFCAM et ne peut me soutenir financièrement à 100% sur les six étapes de la coupe du monde". Les dons reçus sur le site Fosburit.com ont donc pour objectif de l'aider à financer les voyages et l'hébergement sur les différents sites de la coupe du monde. Objectif atteint, puisqu'il a été financé à 100% par les contributeurs.

Merlin Surget, lui, son truc, c'est le snowboard. Et plus précisément, le boardercross. A 16 ans, il est membre de l’Équipe de France junior de snowboard cross. Ses objectifs ? Rivaliser avec les meilleurs. Et pour cela, il a besoin du meilleur équipement et du meilleur matériel possible. De même, il doit pouvoir se payer des stages de préparation. Des éléments qui ne sont pas pris en charge par la fédération française de ski, qui s'occupe déjà de tout ce qui concerne le fonctionnement et l'encadrement (entraîneurs, transport et hébergement sur les compétitions).

Mais il n'y a pas que des compétiteurs sur ces sites. Adeptes du télémark, une discipline qui regroupe plusieurs techniques de ski nordique adaptées au ski de descente avec talon libre, Andy Parisod et Jonas Chevallier souhaitent faire la promotion de ce sport à travers une série de courtes vidéos. "Nous sommes investis depuis plusieurs années dans la promotion de ce sport méconnu. En effet, beaucoup de personnes pratiquant un autre sport de glisse considèrent les télémarkeurs comme des marginaux de la glisse", précisent-ils sur leur page Fosburit. Un projet parmi d'autres, qui a eu le succès escompté, puisque les 1500 euros demandés ont été récoltés.

Au-delà de l'aspect purement financier, le sponsoring participatif a l'avantage de tisser des liens forts entre athlètes et fans. Une communauté se créée. Il y a un sentiment d'investissement pour son club ou pour son sportif.

Un succès qui attire forcément beaucoup de monde

Le succès de ces sites attire forcément de nouveaux acteurs. Au-delà des sites leaders du marché généraliste du crowdfunding comme Ulule ou Kisskissbankbank, qui sont bien entendus ouverts aux sportifs, il y a plusieurs sites qui se disputent le secteur du sport : sponsorise.me depuis 2013, fosburit et weplaysport depuis 2014 notamment. Ce qui n'est pas forcément une bonne chose étant donnée la domination de certaines plate-formes, et le peu de marge de manœuvre qu'il reste aux autres.

D'ailleurs, sur le marché généraliste, MyMajorCompany, pionnier du secteur en France, a choisi de stopper l'activité de sa branche de financement participatif à partir de mars 2016. Cet abandon intervient alors que le crowdfunding semble être à son apogée. Près de 300 millions d'euros ont été collectés en 2015, le double de l'année précédente. Et, toujours en 2015, c'est presque 18000 porteurs de projets qui ont pu se financer par ce biais, tous secteurs confondus, selon un rapport de l'association financement participatif France. Mais cela cache une autre réalité. La croissance commence à ralentir. Le nombre de projets financés chez les géants Ulule et Kisskissbankbank en 2015 n'a augmenté que de 18% par rapport à 2014, alors qu'auparavant, ils doublaient d'année en année.

Si le financement participatif veut continuer sa progression, dans le sport notamment, il va falloir trouver le moyen de convaincre les foules de financer les projets. Car pour le moment, c'est surtout la famille, les amis, les amis d'amis qui font des dons. D'ailleurs, 80% des personnes qui s'inscrivent sur ces sites ne font qu'un don.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires