En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
La tête dans le sable
Suicides de profs, violence dans les classes : quand le déni du ministère de l’Education nationale fait des ravages dans les écoles
Publié le 11 février 2016
L'Education nationale a été endeuillée à plusieurs reprises ces derniers jours par des suicides de professeurs. Les collègues de l'un d'entre eux ont signé une lettre ouverte dans laquelle ils dénoncent l'extrême violence à laquelle ils sont confrontés dans les classes, et le déni de leur hiérarchie.
Jean-Rémi Girard est vice-président du SNALC-FGAF (Syndicat National des Lycées et Collèges). Il tient le blog sur l'Education nationale "Je Suis en retard" : http://celeblog.over-blog.com
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Rémi Girard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Rémi Girard est vice-président du SNALC-FGAF (Syndicat National des Lycées et Collèges). Il tient le blog sur l'Education nationale "Je Suis en retard" : http://celeblog.over-blog.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Education nationale a été endeuillée à plusieurs reprises ces derniers jours par des suicides de professeurs. Les collègues de l'un d'entre eux ont signé une lettre ouverte dans laquelle ils dénoncent l'extrême violence à laquelle ils sont confrontés dans les classes, et le déni de leur hiérarchie.

Atlantico : Comment en est-on arrivé à ce que la dégradation de la situation dans un nombre non négligeable d'établissements soit telle que des professeurs en viennent à se suicider ?

Jean-Rémi Girard : Les professeurs, les CPE, les surveillants et même les chefs d'établissement sont soumis à des conditions de travail de plus en plus difficiles. L'écart se creuse entre le discours de l'institution — faire preuve de "bienveillance", "inclure" tout le monde — et la réalité à laquelle les personnels sont confrontés dans les établissements scolaires. Derrière ce que l'on appelle "incivilités" se cachent souvent des insultes, des menaces, des classes sur lesquelles beaucoup ne parviennent plus à garder le contrôle car ils n'en ont pas les moyens et plus l'énergie. Il y a de jeunes professeurs pour lesquels le choc est rude, d'autant qu'ils sont souvent envoyés dans les établissements les plus durs. À l'autre bout du spectre, des collègues plus âgés s'épuisent. Dans les deux cas, les conséquences peuvent être terribles.

Il ne s'agit pas de dire qu'un suicide d'enseignant est toujours dû à son métier, mais, dans de nombreuses situations, c'est une circonstance qui a joué. Quand Lise Bonnafous s'est immolée dans la cour de son lycée en 2011 ou quand Pierre Jacque s'est suicidé en 2013 après avoir laissé une lettre sans équivoque, cela était lié à leur travail. Cela a d'ailleurs été officiellement reconnu dans le cas de Pierre Jacque, un an après.

Comment se manifeste le déni ou l'indifférence de la hiérarchie dont parlent les signataires de la lettre ouverte ?

La posture classique est de rejeter la faute sur le collègue : il n'aurait pas su gérer ; il aurait eu des problèmes personnels ; il aurait été "fragile", etc. Il est courant également de dire que l'établissement n'était pas difficile. On en a un exemple de la plus belle eau dans le cas de Vincent, à Toulouse. D'un côté, les professeurs décrivent dans leur lettre ouverte un collège à la limite de la zone de non-droit : "insultes, incivilités, coups portés sur les adultes, dégradations des locaux, déclenchements incessants de l'alarme incendie, violence dans la cour, en classe ou devant le collège, harcèlements conduisant certains élèves à des absences répétées voire à des départs de notre établissement". Deux stagiaires avaient déjà démissionné l'année précédente ; une équipe mobile de sécurité était intervenue, visiblement sans résultats. De l'autre, l'académie dit que l'établissement n'a pas la réputation d'être compliqué (!). Le directeur académique (DSDEN) va même jusqu'à déclarer publiquement que "personne n'oblige les profs à être profs" et parle de "mettre en place des projets éducatifs".

On a l'impression de deux univers différents qui ne se croisent jamais. Un peu comme si l'on avait d'un côté un hôpital de campagne où l'on fait de la chirurgie lourde avec les moyens du bord, et de l'autre une administration qui vous propose du sirop et des pastilles pour la gorge.

Comment expliquer cette attitude de la part des hautes instances de l'enseignement ?

Surtout, pas de vagues ! L'image de l'institution et celle de l'établissement doivent demeurer les meilleures possibles. Quitte à nier les problèmes, qui sont pourtant sous les yeux de tout le monde. Quand on fait des statistiques, on les fait bien floues afin de ne surtout pas dire tel lycée ou tel collège dysfonctionne. En effet, si l'on admettait que des choses ne vont pas, il faudrait alors résoudre les difficultés, y mettre des moyens financiers et humains, voire reconnaître que la hiérarchie est, à un moment ou un autre, responsable. C'est bien plus facile et pratique de balayer la poussière sous le tapis.

Quelles mesures pourraient être prises pour redonner leur dignité aux professeurs qui subissent à la fois la violence de leurs élèves et l'indifférence de leur hiérarchie ?

Ce n'est pas qu'une question de dignité. C'est avant tout une question de conditions de travail. Dans l'Éducation nationale, on semble découvrir seulement aujourd'hui des choses telles que le syndrome d'épuisement professionnel (le fameux burn out). Nous n'avons pas de médecine de travail. Nous n'avons pas confiance en notre hiérarchie. Nous devons faire de la garderie d'élèves connus des services de police, et que l'on refusera d'exclure de l'établissement pour que ça ne fasse pas tache dans les statistiques. Si l'on ne revoit pas en profondeur les rapports hiérarchiques et la gestion des ressources humaines d'une part, et la façon de s'occuper des élèves pudiquement appelés "difficiles" d'autre part, des collègues continueront de faire des dépressions, des burn out et, parfois, de se donner la mort. C'est inévitable.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
04.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
05.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
06.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Benoist
- 12/02/2016 - 11:12
Il est temps
de se préoccuper du sort des enseignants, au lieu de nous bassiner avec des grands discours.
Le gouvernement a abrogé le loi Ciotti concernant l'absentéisme scolaire. Un acte irresponsable! L'éducation passe par les parents et l'autorité. L'instruction passe par les enseignants avec des sanctions si les adultes ne sont pas respectés.
zouk
- 12/02/2016 - 10:24
Enseignants poussés à bout
Cer article enfonce une porte ouverte: à force de tolérer l'intolérable, notre superbe Ministère de l'Education Nationale sous l'impulsion des "idées généreuses des belles âmes", non seulement notre enseignement est en faillite totale, mais encore les enseignants sont soumis à une telle quantité d'insultes, agressions, sans aucun soutien de la hiérarchie (celle du Ministère qui produit tant d'instructions imbéciles) que certains en arrivent au suicide. Beau résultat n'est-ce pas?
Lafayette 68
- 11/02/2016 - 10:12
@REVERJOVIAL
Hélas , vous n'avez pas complètement tort dans votre réquisitoire.
Remise en cause : c'est pas le fort de la profession qui paye les bénéfices secondaires (vacances , libertés) au prix plus ou moins fort ( type d'établissement , lieu d'exercice , niveaux de classes, grade ( horaires plus ou moins lourds ).