En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Libérons les énergies
Cette énorme source d’économies à laquelle la Cour des comptes ne pense jamais : s’autodissoudre, puisque personne ne suit ses recommandations
Publié le 11 février 2016
Ce mercredi 10 février, la Cour des Comptes a rendu son rapport annuel. Comme régulièrement, elle souligne plus d'un exemple de mauvaise gestion et met en avant plusieurs idées pour lutter contre les dépenses malavisées... Sans jamais penser à une auto-dissolution.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi 10 février, la Cour des Comptes a rendu son rapport annuel. Comme régulièrement, elle souligne plus d'un exemple de mauvaise gestion et met en avant plusieurs idées pour lutter contre les dépenses malavisées... Sans jamais penser à une auto-dissolution.

La Cour des Comptes a rendu hier son rapport annuel, qui est à la fois son exercice obligé et le marronnier toujours efficace de la presse. Les amateurs de littérature économique y liront avec plaisir quelques chapitres bien ciblés qui sont autant d'assassinats en règle visant des institutions publiques avec lesquelles chacun est plus ou moins familier. Mais, comme chaque année, la même question se pose: à quoi servent les rapports de la Cour des Comptes? 

La Cour des Comptes, ou l'insoutenable légèreté de l'Etat

On ne trahit pas de secret en révélant que, en dehors de son pouvoir disciplinaire (qui lui permet de prendre de lourdes sanctions contre les comptables publics), la Cour des Comptes influence la vie administrative avec le même impact qu'une mouche autour d'un coche. Dans les services, quand tombe la fameuse lettre de la Cour des Comptes posant des questions, quand arrive le jeune conseiller flanqué de ses vérificateurs, les fonctionnaires qui se savent dans le collimateur toussent, tapent des doigts sur leur buvard, et attendent patiemment que l'exercice se termine.

Que risquent-ils au fond? Une fugace mise sur la touche dans le pire des cas. Mais, quand l'un d'eux tombe, un collègue sort de l'ombre à sa place, et la technostructure reprend ses droits. Depuis que la Cour des Comptes dénonce la gabegie des administrations et des institutions publiques, celle-ci ne cesse de s'accroître, de proliférer, aussi rapidement que la dette publique. Avec malice, les observateurs pourraient d'ailleurs analyser la corrélation mathématique entre les remarques de la Cour et l'endettement de l'Etat.

A ce jeu, Didier Migaud mérite d'ailleurs une médaille. Jamais la République n'avait connu un Premier Président aussi mordant, aussi attaché à l'orthodoxie budgétaire, et aussi impuissant face à la dégradation des comptes publics. Depuis son arrivée rue Cambon, en 2010, la dette publique a augmenté de 50%, soit plus de 700 milliards d'euros. Si Didier Migaud n'en est pas le responsable, il ne peut en tout cas s'attribuer le mérite d'avoir endigué le phénomène!

Ce sombre constat montre bien, à lui seul, l'inutilité profonde de la Cour des Comptes, qui ressemble plus à une danseuse impertinente de la République qu'à une instance de contrôle efficace de la dépense publique. 

Une France sans la Cour des Comptes ?

D'une certaine façon, le véritable exercice vertueux pour Didier Migaud consisterait à sortir de ce rôle de complice ou de caution d'un système dépensier dont il est le bouffon officiel, en demandant la dissolution de la Cour qu'il préside. Après tout, celle-ci coûte plus de 200 millions d'euros chaque année, et il est à parier que sa disparition aurait un double impact positif sur les finances publiques.

Le premier impact positif serait de permettre la réallocation immédiate de 200 millions d'euros dans des politiques publiques utiles. Peut-être même le gouvernement pourrait-il faire le choix d'intégrer cette suppression à la baisse des dépenses qu'il prétend réussir et dont on se demande parfois quelle sera la taille de souris qui accouchera de cette montagne politique. 

Le deuxième impact, bien plus profond et durable, serait d'obliger les administrations publiques à faire leur la maîtrise des dépenses publiques. Selon un principe éternel de déresponsabilisation, l'existence d'une Cour des Comptes joue en effet un rôle très ambigu dans la culture de la modération. Comme il existe un opérateur en charge de la maîtrise des dépenses (en l'espèce ce grand service d'audit qu'est la Cour), les autres services de l'Etat considèrent qu'ils n'ont guère à se préoccuper du sujet. 

Un bon exemple de cette incurie est donné par la gestion des enseignants. Durant l'été 2013, la Cour avait formulé des recommandations très précises sur l'amélioration de cette fonction sensible qui touche tout de même un million de fonctionnaires. Le rapport, au demeurant prudent mais bien fait, est resté lettre morte et... le secrétaire général du ministère de l'époque, qui avait rangé précieusement le document de la Cour sous une armoire branlante, afin d'éviter qu'elle s'effondrât, est devenu, depuis cette époque, magistrat... à la Cour des Comptes. 

Pour un peu, les fiscalistes parleraient ici d'une fraude carrousel.

Il n'en demeure pas moins que l'existence de la Cour n'a guère contribué à la culture de la rationalité dans les services publics et que sa suppression aurait au moins le mérite d'acter cet étrange phénomène...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
07.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
01.
Berlusconi-Kadhafi : le divorce
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Nominations européennes: le jeu dangereux d’Emmanuel Macron face à l’Allemagne
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lafayette 68
- 11/02/2016 - 19:34
"gestion des enseignants": incurie
Recommandations jamais suivies en effet , depuis de nombreuses années : ce ne sont pas des sottises...Les syndicats (FSU) gouvernent...
saintjulien
- 11/02/2016 - 13:37
Tissus de sottises
Tous les pays ont un système d'audit des comptes publics. L'expertise de la Cour est reconnu par toutes les instances internationales, la Cour a été le commissaire aux comptes des Nations Unis, elle garde encore de prestigieux mandats. Si l'auteur de ce papier lisait les rapports il pourrait observer que la Cour délivre des recommandations qu'elle suit, que bon nombre de ces recommandations sont suivies d'effets: un certain nombre de maires ou de présidents de conseils départementaux et généraux se sont appuyés sur les rapports de la Cour pour faire revenir leurs agents au temps de travail légal. La cour certifie les comptes de l'etat, de la securité sociale. Ceux qui veulent rayer de la carte la Cour souhaitent en general la remplacer par des auditeurs privés, on voit parfois le brillant résultat.
Fred VS
- 11/02/2016 - 13:08
casser le thermomètre
n'a jamais fait baisser la température.
Pourquoi s'en prendre à la cours des comptes qui essaie de trouver des solutions aux problèmes?