En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© REUTERS/Regis Duvignau
Tous en surpoids ?
Pourquoi l'IMC (Indicateur de masse corporelle) est un indicateur de santé complètement dépassé…
Publié le 15 février 2016
Aux Etats-Unis, une étude dénonce le fait que l'IMC n'est plus un bon indicateur. Sur 47% des personnes diagnostiquées malades avec ce mode de calcul, 4% seulement se sont révélées effectivement en mauvaise santé.
Le Dr Jean-Michel Cohen, bien connu du grand public est médecin nutritionniste. Il propose à tous l’apprentissage d’une hygiène de vie et d’une alimentation nouvelle qui laisse une grande place au plaisir. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Cohen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Jean-Michel Cohen, bien connu du grand public est médecin nutritionniste. Il propose à tous l’apprentissage d’une hygiène de vie et d’une alimentation nouvelle qui laisse une grande place au plaisir. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, une étude dénonce le fait que l'IMC n'est plus un bon indicateur. Sur 47% des personnes diagnostiquées malades avec ce mode de calcul, 4% seulement se sont révélées effectivement en mauvaise santé.

Une étude américaine met en lumière que l'IMC n'est pas un bon indicateur de santé, que ne doivent plus prendre en compte les assurances santé. Confirmez-vous cette analyse ?

Jean-Michel Cohen : L'IMC est un indice qui permet de juger le poids d'un individu non seulement par sa taille mais aussi par sa surface corporelle globale (la taille au carré). Au début du 20e siècle, on se contentait de regarder seulement le poids et la taille. Les résultats étaient très approximatifs. L'IMC est un indice de référence, mais c'est un mauvais critère, car il ne tient pas compte de la répartition des compartiments du corps comme la graisse, l'eau, les os et de leurs variations génétiques.

Ainsi par exemple, un rugbyman qui pèse 115 kilos pour 1m85 va être considéré selon l'IMC comme étant en surpoids, alors qu'il ne court aucun risque, car l'essentiel de son poids est concentré autour du muscle et de l'eau. D'autre part, le vrai sujet de préoccupation est plutôt  la répartition de la graisse. Un individu qui a plus de graisse au niveau de l'abdomen présente un risque beaucoup plus élevé pour sa santé qu'une personne qui a de la graisse répartie sur tout le corps. Etant donné que l'IMC occulte ces deux paramètres, que sont la répartition de la graisse et les différences de compartiments du corps, cet indice reste un chiffre de référence mais qui n'a ni une valeur pronostique ni une valeur indicative.

Pour montrer que l'IMC veut dire tout et n'importe quoi, on a découvert que l'espérance de vie d'une personne de plus de 60 ans est plus longue si son IMC est égal à 27, donc lorsqu'elle est donc en léger surpoids.

L'IMC est donc un mauvais indicateur de santé.

Si l'IMC est un mauvais indice, est-il toujours utile aux soignants de le calculer ?

C'est un indice grossier qui permet de simplifier les choses. Et cette simplification explique pourquoi les fourchettes sont à la fois si larges et en même temps pas assez.

Entre 18 et 25, on est classé dans la catégorie "normal", ainsi les filles doivent être entre 18 et 23 et les hommes entre 20 et 25. Entre 25 et 30, on est jugé en surpoids et entre 30 et 35, en obésité. L'évaluation est bien trop grossière pour être exacte. Le meilleur indice santé aujourd'hui est le rapport  taille/hanche, qui a une véritable valeur prédictive. Ce rapport mesure la circonférence de la taille et celle des hanches, les femmes ne devant pas dépasser 0,7 et les hommes 0,9.

Une personne constatant qu'elle est en surpoids lorsqu'elle calcule son IMC sur Internet doit-elle quand même consulter un médecin ?

Lorsqu'on a un IMC inférieur à 28, ce n'est pas la peine. En revanche, si l'IMC est supérieur à 28, il faut demander un avis à son médecin qui va prendre en compte les paramètres cités ci-dessus.

Faut-il abandonner cet outil de mesure ?

Pour savoir si le poids de mon patient le met en danger ou pas, je préfère ne pas utiliser l'IMC mais plutôt peser la personne et réaliser une impédancemetrie, ce qui me permet de regarder les différentes répartitions de masse et je mesure leur tour de taille. Et lorsque le tour de taille d'un homme  dépasse 1, on peut dire qu'il souffre d'obésité. Chez la femme, c'est lorsque  le rapport taille /hanche est supérieur à 0,85 cm.

Aux Etats-Unis, des employés ont été obligés de s'assurer parce que leur IMC les classait dans la catégorie "obésité". Pourquoi l'IMC est encore autant utilisé ?

L'IMC est le premier indice à avoir été utilisé pour évaluer le poids d'une personne. Il est donc rentré dans les mœurs et les habitudes. D'autre part, c'est son caractère simplificateur qui a démocratisé son utilisation. Il est plus facile pour un médecin de prendre une calculette et de diviser le poids par la taille au carré plutôt que de mesurer le tour des hanches et de taille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 13/02/2016 - 07:58
Pomme et Poire
En tout cas, il semble indispensable de distinguer l'obésité en pomme chez les hommes et en poire chez les femmes. http://images.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Ft.verson.free.fr%2FPHYSIOLOGIE%2FDETERMINATION_MASSE_GRASSE%2FImage202.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Ft.verson.free.fr%2FPHYSIOLOGIE%2FDETERMINATION_MASSE_GRASSE%2FMasse_grasse.htm&h=280&w=363&tbnid=O1jHwz-blHxWfM%3A&docid=No2_jdAlZHc8UM&ei=BdK- VqqxJom2UZDBu4AL&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=6583&page=2&start=24&ndsp=22&ved=0ahUKEwjqx7mBk_TKAhUJWxQKHZDgDrAQrQMIlQEwJg