En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

07.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 3 min 43 sec
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 2 heures 40 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 4 heures 32 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 18 heures 50 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 53 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 21 heures 51 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 8 min 55 sec
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 57 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 2 heures 31 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 2 heures 51 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 3 heures 44 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 19 heures 37 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 21 heures 25 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 23 heures 11 min
© Reuters
© Reuters
La paix !

L’esprit de Munich ne s’essouffle jamais : cette gauche qui voit encore des guerres postcoloniales dans nos interventions militaires

Publié le 15 février 2016
Dans certains milieux, il est de bon aloi de condamner courageusement la guerre, quelle qu'elle soit. Mais la guerre est un fait de civilisation, et la comprendre aujourd'hui demande d'éviter quelques lieux communs.
François Géré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Géré est historien.Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans certains milieux, il est de bon aloi de condamner courageusement la guerre, quelle qu'elle soit. Mais la guerre est un fait de civilisation, et la comprendre aujourd'hui demande d'éviter quelques lieux communs.

Atlantico : Julie Delphy, sociologue, vient encore de signer dans L'Humanité (le 5 novembre) avec d'autres collègues, principalement sociologues eux-aussi, une tribune dans laquelle elle s'élève contre la guerre en général. En 1939, les accords de Munich qui garantissaient la paix en légitimant l’annexion des Sudètes par l’Allemagne avaient été applaudis par la foule. "L’homme de Munich" est-il chercheur au CNRS aujourd’hui ?

François Géré : Qui pourrait dire aujourd’hui qu’il est pour la guerre ? C’est finalement assez rarement le cas. La question est plus de savoir si la guerre est ou non nécessaire, si elle est ou non évitable et tout dépend bien évidemment des circonstances. La guerre est un fait de civilisation humaine, et je ne vois guère d’époque dans l’histoire de l’humanité pendant laquelle la guerre a quitté le quotidien de l’être humain. Quel que soit le lieu, quelles que soient les causes, la guerre saisit des sociétés humaines, qui sont, de mon point de vue, fondamentalement conflictuelles. Et celles-ci ont recours à la violence organisée pour régler leurs différends.

Dans ces critiques, on retrouve l'influence forte de l'école des études post-coloniales d'Edward Saïd. Cet intellectuel anglo-saxon avait été le premier à critiquer un colonialisme culturel dans les milieux scientifiques. En quoi ce logiciel de pensée, porté par des mouvances comme les Indigènes de la République, et appliqué aux problèmes géopolitiques contemporains est-il dangereux ?

Je ne sais pas s’il est fondamentalement dangereux. Mais on touche ici du doigt le problème de toutes les relectures du problème historique. On isole un segment de l’histoire de l’humanité pour se scandaliser de ce qui fut fait en ce temps. La suite est connue : condamnation, repentir, réparations. Je ne suis pas absolument opposé à ces démarches, mais force est de constater qu’ils arrivent bien tard. Cette espace de relecture du passé n’a au fond pas d’importance et vient masquer les autres événements, les autres conflits sur lesquels il serait bon de se pencher.

Le colonialisme est un fait avait été dénoncé à l’époque par des intellectuels comme André Gide qui dans son Voyage au Congo décrit les exactions commises par les colons. Mais ces condamnations ne furent jamais faites en bloc, si ce n’est dans le cas des nationalistes dont le but était de récupérer l’Alsace et la Lorraine en priorité , comme en atteste cette célèbre formule « j’ai perdu deux enfants et vous m’offrez quarante serviteurs ». La question de la conséquence d'actions militaires vieilles de cent ans sur le monde d’aujourd’hui est importante, mais elle ne peut l'expliquer dans sa totalité, loin de là.

La condamnation de la guerre comme réalité du jeu politique est fortement liée à la dénonciation quasi-unanime de conflits récents jugés peu légitimes comme la guerre en Libye. Quel est l'impact de ces "ratés" ?

Dans les quinze dernières années environ, il y a deux catégories de mauvais conflits. Les conflits qui ont été menés officiellement pour de bonnes raisons. Par exemple la Libye, où il était question de protéger une population face à un Kadhafi qui venait de faire des déclarations très inquiétantes. La légitimation était faite au nom des personnes menacées. Les intentions étaient pures, mais en revanche l’exécution fut désastreuse.

L’autre type de mauvais conflits, c’est l’invasion de l’Irak avec une intoxication massive des opinions publiques et l’absence de légitimité internationale en passant outre les indications de l’ONU. Il s’agit d’une guerre faite dans le mensonge d’un programme nucléaire irakien. Le but était simplement de mettre en place un nouvel ordre dans la région pour des raisons économiques, ce qui s’est avéré impossible et qui conduit à la situation chaotique actuelle de la Syrie jusqu’à la Libye.

La critique fréquente du lobby de l'armement est un des serpents de mer les plus fréquents du pacifisme ces derniers temps : qu'en est-il réellement de l'influence des grands groupes de l’armement ?

Le lobby militaro-industriel existe, c’est certain. Il exerce son influence essentiellement sur les budgets de défense, qui constituent leur manne économique. Il profite en revanche des guerres pour faire la démonstration de son arsenal. Evidemment, ils profiteront d’un conflit pour mettre en valeur les performances du Rafale ou du F-16. L’expérimentation par les militaires de ces armes en situation réelle est importante pour l’amélioration et la transformation du matériel. De là à penser que le lobby déclenche les guerres, là on est dans Tintin !

L'alignement systématique sur les positions internationales des Etats-Unis nous discrédite-t-il en formant un camp de la guerre contre lequel il serait facile de s'élever ?

Je ne pense pas qu’il soit question de bloc monolithique ici. La situation en Syrie montre plutôt une guerre à géométrie variable avec des opérations dissociées de l’OTAN, de la Russie, de l’Iran, et d’autres acteurs, formant des blocs de pays luttant tous pour des buts différents, sans espèce de complicité. Il n’y a pas de camp de la guerre mais bien une guerre 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/02/2016 - 11:07
Ceux qui sont "contre la guerre, en général"...
sont aussi ceux qui s'en sont fait les Généraux, dans l'histoire...en croyant éviter la guerre, ces naïfs démagogues l'ont suscitée, plus souvent qu'ils l'ont cru. L'esprit munichois du Front populaire et de Chamberlain en sont un exemple frappant! Mais il y a aussi une perversité à vouloir faire cesser des guerres qu'ils ont souvent déclenchées, par leur passivité complice. Ces naïfs gauchistes se sont-ils élevés contre Sarko-le-parjure et BHL, lorsque ces irresponsables ont augmenté le chaos moyen-oriental, en déclenchant la guerre de Lybie? leur indignation à géométrie très variable contre les guerres disqualifie ces penseurs d'un autre âge, d'un autre temps...