En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Du jamais vu
1ère rencontre en 1000 ans entre le pape et le patriarche orthoxoxe : derrière le coup diplomatique de François, le long travail préparatoire de Benoît XVI
Publié le 29 mars 2016
Le Saint Siège et le patriarcat de Moscou, instance suprême de l'Eglise orthodoxe, ont annoncé ce vendredi 5 février une rencontre historique, puisqu'il s'agira de la première rencontre entre un patriarche de l'Eglise russe et un pape depuis le schisme de 1054.
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Dickès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien et journaliste, spécialiste du catholicisme, Christophe Dickès a dirigé le Dictionnaire du Vatican et du Saint-Siège chez Robert Laffont dans la collection Bouquins. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la politique étrangère et à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Saint Siège et le patriarcat de Moscou, instance suprême de l'Eglise orthodoxe, ont annoncé ce vendredi 5 février une rencontre historique, puisqu'il s'agira de la première rencontre entre un patriarche de l'Eglise russe et un pape depuis le schisme de 1054.

 Le patriarche Kirill  et François se rencontreront à Cuba le 12 février, à l'occasion du voyage officiel du pape au Mexique. Un symbole fort pour l'Eglise orthodoxe, car elle célèbre ce jour-là, selon le calendrier Julien, la fête des Trois-Saints-Docteurs (Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome).

Comment expliquer qu'il s'agit de la première rencontre entre un patriarche de l'Eglise russe et un pape depuis près de 1000 ans ? Sur quoi sont fondés leurs divisions ?

Christophe Dickès : L’histoire de l’orthodoxie est extrêmement complexe. Il faudrait remonter à la séparation de l’Empire romain d’Orient d’avec celui d’Occident au IVe siècle afin d’en saisir tous les aspects. On peut dire, pour résumer à gros traits, qu’il existe des différences théologiques entre catholiques et orthodoxes (La prière du Je crois en Dieu) mais aussi un conflit de pouvoir puisque Moscou refuse à Rome la primauté pontificale qu’elle exerce depuis des siècles. A ces deux considérations, se sont greffés d’autres conflits de toutes sortes, plus ou moins dogmatiques ou juridiques. Rome a ainsi été très proche du patriarcat de Constantinople ces dernières décennies alors que Moscou refusait la main tendue de l’un et même de l’autre!

Le métropolite Hilarion de Volokolamsk soulignait, dans une interview en juillet 2015 au journal italien Corriere della Serra, qu'une rencontre entre le pape et le patriarche Kirill  « serait une étape importante vers la guérison du fossé millénaire entre les branches orientale et occidentale du christianisme ». Dans quelle mesure cette rencontre peut-elle permettre d'avancer sur le chemin d'une réconciliation ? Depuis quand cette volonté existe-t-elle ?

Cette rencontre finalise un long mouvement de réconciliation entamé déjà il y a plusieurs décennies. Que l’on songe par exemple à l’action du métropolite Nicodème de Saint-Pétersbourg qui, victime d’un infarctus, meurt dans les bras du pape Jean-Paul Ier le 5 septembre 1978. Que l’on songe aussi à Jean-Paul II et à son encyclique sur l’unité des Chrétiens, Ut unum sint (Qu’ils soient un) de 1995. La conception européenne du pape polonais reposait aussi sur la théorie des Deux poumons empruntée au philosophe russe orthodoxe Ivanovic : pour que l’Europe respire, il lui faut nécessairement le poumon occidental de saint Benoît et l’oriental des saints Cyrille et Méthode. Pour Jean-Paul II le cardinal Ratzinger, chargé de préserver la doctrine, il existait une véritable complémentarité entre les deux traditions spirituelles.

Mais c’est le pontificat de Benoît XVI qui va être déterminant dans les avancées. Plusieurs rencontres entre 2007 et 2010 à Ravenne, Chypre et Vienne vont tenter de dépasser le conflit de juridiction. Il y eut aussi parallèlement le rétablissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et Moscou qui fut un moment majeur dans l’affirmation d’une vision politique et sociétale commune (2009). Benoît XVI était très admiré en Russie. La traduction dans le pays de son livre Introduction au Christianisme fut un signe de cette influence et de la bonne disposition du patriarcat de Moscou qui, naturellement, fut consulté avant cette réconciliation diplomatique.

Qu'est ce qui, chez le pape François, le différencie de ces prédécesseurs et a ainsi pu lui permettre d'aboutir à cette rencontre ? 

Comme souvent, un pape récolte les fruits du travail de ses prédécesseurs. Mais on sait aussi que le pape François souhaite ardemment cette réconciliation. En ne cessant d’utiliser le terme d’évêques de Rome plutôt que celui du pape, il a donné des gages au monde orthodoxe. Il veut ainsi montrer sa volonté d’exercer collégialement le pouvoir et de ne pas prétendre à un pouvoir monarchique.         

Il réactive aussi les conceptions œcuméniques du Concile Vatican II portées par le pape Jean XXIII entre 1958 et 1963. Par exemple, il ne souhaite pas promouvoir les Uniates (orthodoxes rattachés à Rome) afin de ne pas heurter l’autorité patriarcale moscovite qui n’a jamais accepté le prosélytisme romain surtout sous Jean-Paul II.  De son côté, François, avec son air inimitable avait déclaré à un journaliste russe à son retour de Turquie qu’il avait dit à Kirill : « Je viens où tu veux. Tu m’appelles et je viens. » Cette rencontre a été préparée de longue date. Depuis deux ans en fait.

Quels sont les intérêts de chacune des deux parties à organiser une telle rencontre?

Ici politique et œcuménisme sont étroitement liés. Une telle rencontre renforce le jeu diplomatique de la Russie, c’est une évidence. Tant les liens entre le patriarcat de Moscou et la présidence russe sont forts. Le Saint-Siège, par exemple, n’a pas souhaité prendre parti sur le conflit ukrainien provoquant les reproches des évêques ukrainiens. Vladimir Poutine bénéfice donc d’un effet de bord, mais, il faut le rappeler, l’établissement de relations diplomatiques entre le Vatican et Kremlin s’est fait entre autres avec la volonté de faire face aux conceptions relativistes et hédoniste de l’Occident.

La rencontre entre François et Kirill renforce ce sentiment qu’il existe un bouleversement géopolitique des religions depuis 2009. Face à l’islamisme conquérant en Orient et ailleurs et face au laïcisme des sociétés occidentale, orthodoxie et catholicisme souhaitent avancer main dans la main. A mon sens –mais peut-être ai-je tort, il s’agit là de l’acte politique le plus important du pontificat de François avec la publication de son encyclique sur l’écologie.

De ce que nous en savons, cette rencontre durera environ deux heures et elle débouchera sur la signature d'une déclaration commune. Quelle pourrait être sa teneur ?

Je pense qu’il s’agira d’une déclaration de principes. Il ne sera pas question de litiges théologiques puisque des commissions travaillent sur ces sujets depuis de nombreuses années. Il ne sera pas plus question d’une remise en cause du pouvoir des papes tel qu’il est défini dans le droit canon. Les deux hommes vont se contenter de se fixer une ligne de conduite afin de répondre aux grands défis de l’époque : l’éducation et l’enseignement de la jeunesse, la protection de la famille, la nouvelle soif de spiritualité, etc.

En revanche, il sera extrêmement intéressant de voir ce que va décider le concile panorthodoxe organisé en Crète au mois de juin prochain. Il rassemblera les patriarcats de Moscou, de Constantinople, d’Antioche… Bref tous les orthodoxes. Cet événement, inédit depuis plus de 1000 ans, visera peut être à redéfinir les rapports de l’orthodoxie avec le siège de Pierre. D’ailleurs, dans sa rencontre avec François, il existe un geste politique de Kirill, précisément en vue du concile panorthodoxe. En effet, en rencontrant le pape François, il tient à rattraper un retard alors que son rival de Constantinople, Barthelemy, a toujours été très en vue à Rome.

Propos recueillis par Cécile Picco

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 07/02/2016 - 08:31
Ben oui ! passionnant !
Vous me semblez en douter ? Il est évident qu'une politique des petits pas dont chacun dure plus de 10 ans, cela peut lasser... mais peut-être qu'à ce rythme le petit-fils de mon petit-fils pourra voir une réelle "union complémentaire" entre Rome et Byzance (j'unis sous ce terme tous les patriarcats...). Mais vous avez raison : à ce rythme, je serai mort ! Comme quoi la passion tue !
pale rider
- 06/02/2016 - 15:47
Tout à fait passionnant
.