En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 38 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 7 heures 7 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 45 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 10 heures 4 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 59 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 32 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 5 heures 15 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 6 heures 8 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 8 heures 12 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 9 heures 8 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 35 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Quitte ou double

Pourquoi le FN ne prend pas de risque politique à renoncer à la sortie de l’euro

Publié le 05 février 2016
Début février, le Front national réunira ses cadres à huis clos. Au centre de ce séminaire de réflexion : la ligne économique du parti, dont le manque de lisibilité expliquerait en partie le semi-échec aux régionales. Renoncer à la sortie de l'euro serait un pari plutôt gagnant électoralement pour le Front national.
Raul Magni Berton est professeur de sciences politiques. Il a enseigné à Paris, Montréal et Bordeaux et enseigne depuis 2009 à l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Spécialiste de politique comparée, il travaille sur les régimes, les élections et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni Berton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Raul Magni Berton est professeur de sciences politiques. Il a enseigné à Paris, Montréal et Bordeaux et enseigne depuis 2009 à l’Institut d’Études politiques de Grenoble. Spécialiste de politique comparée, il travaille sur les régimes, les élections et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Début février, le Front national réunira ses cadres à huis clos. Au centre de ce séminaire de réflexion : la ligne économique du parti, dont le manque de lisibilité expliquerait en partie le semi-échec aux régionales. Renoncer à la sortie de l'euro serait un pari plutôt gagnant électoralement pour le Front national.

Atlantico : Début février, le Front national réunira ses cadres à huis clos. Au centre de ce séminaire de réflexion réclamé par le vice-président Louis Aliot : la ligne économique du parti, dont le manque de lisibilité expliquerait en partie le semi-échec aux régionales. La question de la sortie de l'euro serait ainsi perçue comme un repoussoir trop fort pour un grand nombre d'électeurs. Qu'aurait à gagner le Front National dans l'hypothèse d'un abandon de la sortie de l'euro comme projet politique ? Quels sont les électeurs visés ?

Raul Magni Berton : Le Front National fait face à un dilemme. D’un côté il se présente comme le parti de la protection des citoyens français. Protection contre des « menaces » qui viennent clairement de l’extérieur (principalement, l’immigration et la mondialisation) mais aussi contre d’autres problèmes dont l’origine est moins claire (principalement le chômage et le pouvoir d’achat).

De l’autre côté, il offre des solutions de rupture forte avec le statu quo qui sont présentés par les autres partis et perçues par l’opinion comme extrêmement risqués. La sortie de l’Euro, notamment, est perçue comme un risque considérable.

Or, la protection est l’inverse du risque. Tant que le programme du FN sera vu comme risqué, le message principal ne touchera pas assez de citoyens pour gagner une élection. Donc, en résumé, l’abandon de la sortie de l’euro pourrait entrainer une diminution, notamment chez la classe moyenne, de la peur des conséquences d’un vote FN.

A l'inverse, en perdant un des aspects les plus forts de son programme, le Front national ne risque-t-il pas de perdre un électorat à l'a recherche d'une offre politique "hors système" ? Une telle rupture programmatique ne produirait elle pas un effet de "lissage" trop important pour une frange de son électorat ?

Non, l’offre politique « hors système » collera au FN jusqu’à sa première expérience au gouvernement, si elle arrive. Le potentiel contestataire du vote FN, restera inchangé.

En revanche, l’abandon de la sortie de l’euro pourra brouiller son message. L’euro est l’outil central de la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux. Il est difficile d’accepter l’euro et, dans le même temps, de promouvoir un discours protectionniste et nationaliste. A vrai dire, je crois même que l’abandon de l’euro va plutôt produire une importante faiblesse dans la cohérence et la solidité du discours tenus par leurs membres, et je ne crois pas qu’ils vont retenir cette option.

Le plus probable, en revanche, est qu'ils défendent une option en vogue aujourd’hui, soutenue notamment par le Premier ministre britannique David Cameron. Au lieu d’insister sur la sortie de l’euro, les conservateurs britanniques ont insisté sur le rôle démocratique que les citoyens devraient retrouver au sein de l’Union européenne. Le référendum systématique sur toute question liée à l’UE est alors mis en avant.

Cette solution de recours au référendum – qui à mon avis va être retenue par le FN – a plusieurs avantages. D’une part, la dureté du message de sortie de l’euro s’assouplit. D’autre part, cela va dans le sens de la demande forte de plus de démocratie en France et en Europe. Enfin, cela permet d’avoir des comparaisons avec d’autres pays de l’UE très respectables, comme le Royaume Uni ou le Danemark.

Concernant les autres partis politiques, un tel choix permettrait il  d'en finir avec l'accusation d'un parti "irresponsable" en termes économiques ? Ne perdraient ils pas leur meilleure "arme" anti FN ?

Cette question porte encore sur le dilemme initial. Les FN est accusé d’irresponsabilité non seulement sur l’euro, mais aussi sur d’autres sujets tels que la fermeture des frontières. Cette accusation est inéluctable entre partis de gouvernement et partis marqués idéologiquement et sans expérience de gouvernement. La seule manière d’éviter l’accusation par les autres partis, et de s’allier avec eux.

D’un autre côté, si le FN renonce à la sortie de l’euro, les autres partis politiques non seulement garderaient la possibilité d’accuser le FN d’irresponsabilité, mais aussi d’incohérence. Comme garder l’euro, et, en même temps, contrôler l’immigration, les sortie et entrées financiers et autres mesures protectionnistes prônées par le FN ?

Pour ces raisons, je ne crois pas que le Front national choisisse l’option du discours pro-euro, mais plutôt l’option référendaire.

En effet, au-delà des accusations d’ « irresponsabilité », il y a véritablement un enjeu concernant le risque que comporte une mesure telle que la sortie de l’euro, risque bien perçu par les électeurs.

Aujourd’hui, en votant FN, le citoyen a sur ces épaules la responsabilité d’une éventuelle sortie de l’euro, en cas de victoire. Personne n’est sûr de ce choix, et nous sommes tous plutôt averses au risque. Cette responsabilité risque de décourager le votant potentiel, et de lui faire envisager d’éventuels regrets jusqu’à dans l’isoloir.

L’option référendaire prônée par Cameron, en revanche, permet au votant de se dire qu’il aura une seconde chance avant la sortie de l’euro, et qu’on votant FN, cela ne s’enchainera pas inéluctablement. Pour cette raison, cette option sera plus apaisante pour lui.

Ce débat interne reflète par ailleurs une opposition entre deux courants internes au parti. Un abandon de la sortie de l'euro serait il à même de provoquer une rupture profonde entre les cadres du parti ? Quelle ligne vous semble aujourd’hui en mesure de s'imposer ?

Je ne crois pas que le Front national, dans sa situation actuelle, risque de se diviser. Il est près de la victoire, et, pour la plupart de ses candidats, les assemblées nationales et régionales semblent s’entrouvrir pour la première fois. L’incitation est suffisamment forte pour les pousser à rester soudés.

Mais, encore une fois, ça m’étonnerait beaucoup qu’un abandon strict de la sortie de l’euro soit une option sérieuse pour le FN.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

04.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

06.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 03/02/2016 - 06:38
Leucate
Ici, sur Atlantico, nous avons une ''rombière emperlouzée'', qui nous sert tous les jours exactement le même couscous ! j'ai essayé vingt fois de lui expliquer les négociations européennes, le référendum, mais même en lui tapant avec un marteau sur la tête, cela ne rentre toujours pas !
Ganesha
- 03/02/2016 - 06:30
Lafayette68
Merci pour cette réponse modérée et courtoise : c'est très rare sur internet !
Leucate
- 02/02/2016 - 16:34
les rombières emperlouzées terrifiées
Cela me rappelle la réflexion d'une riche rombière niçoise genre Mado en moins futée, qui votait UMP.LR et Estorsi aux régionales parce qu'elle avait peur que le retour du franc lui fasse perdre sa fortune.
C'est idiot parce que ses sous en euros prennent immédiatement leur valeur en francs, exactement comme en 2002 en sens inverse quand on est passé du franc en euro. Quant à la dévaluation, c'est comme pour l'inflation, si l'argent est placé, le gestionnaire du compte en tient compte.
C'est pour les imbéciles comme la rombière niçoise emperlouzée que la référence à la sortie de l'euro doit sans doute est inscrite dans le nouveau programme du FN. Cela ne change rien car de toutes façons, l'euromark tombera demain ou après demain, la question n'est plus s'il doit tomber mais quand.