En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
info atlantico
© Reuters
Info Atlantico
79% des Français favorables à une prolongation de l'état d'urgence
Publié le 30 janvier 2016
Par ailleurs, si un clivage gauche-droite s'observe sur la question, la totalité du spectre est majoritairement en faveur d'une prolongation de l'état d'urgence, selon un sondage Ifop pour Atlantico.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Par ailleurs, si un clivage gauche-droite s'observe sur la question, la totalité du spectre est majoritairement en faveur d'une prolongation de l'état d'urgence, selon un sondage Ifop pour Atlantico.

Atlantico : Quels enseignements peut-on tirer de ce sondage ?

Jérôme Fourquet : On est sur un score massif : près de 8 Français sur 10 sont favorables à la prorogation de l'état d'urgence pour 3 mois supplémentaires. C'est une situation exceptionnelle que cet état d'urgence et nous avons néanmoins une majorité écrasante de Français qui l'approuve. Deux facteurs expliquent cette situation.

D'abord, cela illustre le niveau de menace ressenti par les Français vis-à-vis du risque terroriste trois mois après les attentats. On mesure régulièrement sur le baromètre de la menace terroriste que nous sommes toujours à des niveaux très élevés et il faut remarquer que depuis 3 mois, il s'est passé des choses comme des attaques dans d'autres pays ou le démantèlement de filières djihadistes. Nous avons également eu des répliques, beaucoup plus limitées mais qui ont rythmé l'actualité comme l'attaque de la Goutte d'Or, l'arrestation de jeunes à Orléans ou le jeune qui a cherché à foncer en voiture sur des militaires à Valence. L'actualité n'a pas arrêté de charrier des événements de ce type qui ont laissé entrevoir à la population française que le niveau de menace était toujours réel et qu'il était tout à fait envisageable et même probable hélas que de nouvelles répliques se fassent entendre. De ce point de vue, le gouvernement et les autorités n'ont pas joué la dissimulation car autant Bernard Caseneuve que Manuel Valls ont annoncé à plusieurs reprises que des projets d'attentat assez aboutis avaient été déjoués dans les dernières semaines. On a parlé à nouveau d'une salle de spectacles qui aurait été pris pour cible, et parlé de 5 ou 6 projets évités. Ces derniers jours, une note d'Europol annonce qu'il y a des menaces imminentes partout en Europe avec un degré de préparation et des moyens importants à disposition de l'Etat islamique. Tout cela a entretenu le sentiment d'une menace encore très présente. Dans ce cadre-là, l'état d'urgence apparaît comme tout à fait justifié et légitime dans sa prolongation.

L'autre élément qui explique cette très forte adhésion, c'est le fait que nous sommes objectivement dans une situation anormale au sens étymologique du terme. Pour autant, pour l'immense majorité des Français, les conséquences de l'état d'urgence n'ont pas d'incidence ou d'impact concret sur leur vie quotidienne. Il y a certes des militaires et des policiers en nombre dans les rues, en raison du Plan Sentinelle, et non de l'état d'urgence. Il y a eu un nombre astronomique de perquisitions administratives partout sur le territoire, plus de 3000, souvent de nuit et qui ont, pour certaines conduit à des dérapages. Il y a eu un certain nombre de polémiques qui n'ont certes pas fait grand bruit. Tout cela en raison du fait que les Français, dans leur quotidien et dans l'immense majorité n'ont pas été impliqués ou impactés par ces événements.  

Sommes-nous dans un système de privation de libertés ? On voit que des manifestations ont pu avoir lieu, parfois même assez violentes comme avec les agriculteurs en Bretagne ou chez les taxis récemment à Paris. Donc quelque part, la vie sociale de notre pays ne s'est pas arrêtée. De la même façon, il n'y a pas de censure dans les médias et la presse. Il n'y a pas de limitation aux libertés individuelles. Même si un certain nombre d'organisations ont pu tenter de faire monter la mayonnaise sur ce sujet, cela n'a pas pris car pour l'immense majorité des Français, il n'y a pas d'atteinte aux droits fondamentaux, à la liberté de la presse, à la liberté de circulation, il n'y a pas d'intrusion dans la vie de tous les jours des Français.

Du coup, on ne voit que les bénéfices de l'état d'urgence et aucun inconvénient. Le bénéfice, c'est que c'est perçu comme un des éléments pouvant nous protéger ou circonscrire la menace terroriste qu'on sait grande sans pour autant que le coût à payer en termes de libertés individuelles ou collectives n'apparaisse aujourd'hui lourd.

La menace est telle et le nombre de personnes potentiellement incriminées est tel que pour les Français la légitimité de l'état d'urgence est grande. Même les annonces polémiques faites sur les failles des services de renseignements ou leurs ratés ne prennent pas tant dans l'opinion publique. Les Français se disent qu'ils font avec les moyens qui sont les leurs et qu'il faut sans doute les renforcer. C'est ce que fait actuellement l'état d'urgence. Maintenant, nous ne sommes pas dans une formule magique totalement rassurante dans la mesure où l'on sait que l'ampleur de la tâche est telle qu'il est illusoire de penser qu'une seule mesure permettrait en elle-même de régler le problème.  Les Français sont dans cet état d'esprit aujourd'hui. 

Observe-t-on des différences en fonction des sensibilités politiques et des différents groupes sociaux ?

A 80 % on est majoritaire mécaniquement dans toutes les catégories politiques et dans toutes les strates de la société française. Ce que nous avons mis en valeur c'est qu'on a quelques écarts d'intensité selon les familles politiques avec assez logiquement les sympathisants du Front de Gauche qui sont les moins avenants sur cette question puisque de par leur culture en partie libertaire ils sont toujours méfiants face aux dispositifs sécuritaires. Un certain nombre de parlementaires communistes avaient faits entendre leurs voix au cours des débats au Congrès. Il y a cette culture là néanmoins, même si ils sont le plus opposés sur le papier,  il y a toutefois 2/3 d'approbation et parmi eux, 20 % qui sont très favorables.

A nouveau cela montre de l'ampleur du sentiment de menace. Mais encore une fois, le coût en terme de liberté n'est pas élevé. S'il y avait le contrôle de la presse, l'interdiction de rassemblement dans la pratique (car elle y est dans le texte), ce serait autre chose. Aujourd'hui, si on vient en France depuis l'étranger, on ne voit pas d'impact fort de l'état d'urgence sur la vie des Français. Il y a donc juste un bénéfice potentiel qui est celui de nous protéger davantage face à une menace qu'on sait très grande.  Donc y compris dans les catégories politiques les plus réfractaires comme le Front de Gauche, au vue de l'étendue des menaces et du poids relativement  faible du coût en terme de liberté et bien nous avons 2/3 d'adhésion.

L'intensité d'adhésion est plus forte à droite. 46 % des Républicains y sont tout à fait favorable, 44 % au FN et 31 % au PS, donc sur ce dernier on revoit la nuance du clivage gauche/droite. Et là c'est intéressant. Sur les mesures les plus sécuritaires comme la déchéance de nationalité ou la prorogation de l'état d'urgence, l'intensité du soutien est plus fort à droite que dans les propres rangs de la majorité.

publié par Atlantico

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
02.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
Un officier de renseignement de l'US Air Force trahit au profit de l’Iran : quand la réalité dépasse la fiction
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
07.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 30/01/2016 - 23:05
Erreur
Les Français sont pour l'état d'urgence parce qu'ils croient que ça les protège, alors qu'il s'agit juste de protéger la popularité du pouvoir, incapable de faire autre chose qu'agiter du vent. Militaires et policiers dans les rues ne peuvent protéger personne; ils se mettent en danger eux-mêmes, en plus de s'épuiser : ce n'est pas de cette façon qu'on évite les attentats, mais par le renseignement. Et pour ça, on est nul. Le prochain attentat aura lieu quelque part, état d'urgence ou pas.
vangog
- 30/01/2016 - 21:03
Bravo à nos militaires, forces de police
qui sont en première ligne de cette menace grandissante. Un cinquième de collabos qui veulent pactiser avec l'ennemi, c'est à peu près ce que la France réunissait en 1940, lorsque les radicaux-socialistes, socialistes et communistes ont formé les gouvernements de collaboration vécu le national-socialisme...