En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 2 heures 7 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 2 heures 31 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 4 heures 23 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 18 heures 41 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 44 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 21 heures 42 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 23 heures 25 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 48 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 2 heures 22 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 2 heures 42 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 3 heures 35 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 19 heures 28 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 21 heures 16 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 23 heures 2 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 23 heures 38 min
Rich United

Thierry Galineau : "Les riches s'unissent au-dessus des frontières"

Publié le 31 décembre 2011
Dans son roman "le Bal des importants", Thierry Galineau imagine que les riches de la planète se réunissent grâce à un réseau social. Une politique fiction, certes, mais que l'auteur considère comme plausible.
Thierry Galineau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Galineau, est diplômé des Mines de Paris, consultant en stratégie et en organisation d’entreprises au sein de plusieurs cabinets de conseil internationaux, de grands groupes industriels et des fonds d’investissement. Il a été aussi co...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son roman "le Bal des importants", Thierry Galineau imagine que les riches de la planète se réunissent grâce à un réseau social. Une politique fiction, certes, mais que l'auteur considère comme plausible.

Atlantico : D’où vous est venue l’idée de ce livre ?

Thierry Galineau : Très simplement : en lisant les journaux… Car bien qu’elle soit largement imaginaire, j’ai le sentiment que cette histoire se déroule sous nos yeux. Au départ je suis parti d’un constat devenu banal : l’argent gouverne le monde, avec ses marchés financiers, ses fonds d’investissement, ses agences de  notation, ses lobbies, ses think-tanks, ses paradis fiscaux, et maintenant ses fondations philanthropiques plus riches que des états. L’argent règne, donc. Au-dessus des nations, de plus en plus affranchis des Etats, des lois, des fiscalités. Les riches sont de plus en plus riches, et dans le même temps, l’Occident s’enfonce dans la crise. Où mène cette pente ?

Dans Le Bal des Importants, cette pente mène à un passage à l’acte, celui d’une immense communauté de riches, réunis par un réseau social, baptisé « Triple-A », une sorte de Facebook de millionnaires, qui grandit, s’organise, devient progressivement une puissance politique et financière, et qui va franchir le pas et transgresser le dernier tabou : essayer d’acheter un pays. Ce thriller est l’histoire de ce « coming-out » de riches. D’une certaine façon, jusque-là l’argent gouvernait le monde sans le dire. Avec l’opération Sanctuaire, les cartes sont sur table, les masques tombent, au grand jour.

Pourquoi ce divorce ? Les pauvres et les riches sont-ils condamnés à cette sorte de ségrégation ?

Oui, on est en train d’assister au grand retour de la lutte des classes, mais à l’envers : ce n’est pas l’internationale prolétaire cette fois, mais les riches qui s’unissent au-dessus des frontières pour former une superpuissance politique.

Pourquoi les riches se lanceraient dans une telle aventure ?

Parce que même si tout va bien pour les riches, ils ne peuvent plus ignorer qu’ils dansent sur le pont du Titanic. Le Bal des Importants est un roman sur les relations de plus en plus complexes entre les riches, qui vont bien, et les démocraties occidentales, qui ne vont pas bien du tout. Certes les riches s’en sortent bien dans le marasme occidental. Ils sont de plus en plus riches : en Occident 1% de la population possède plus d’un tiers des richesses et cette proportion ne cesse de croître. Au niveau mondial, la concentration est beaucoup plus forte encore : un millième de la population possède un tiers des richesses. Aux États-Unis, depuis 30 ans, 4/5e de l’augmentation des revenus est allée à 1% de la population. A croire que les crises leur profitent : l’industrie du luxe n’a jamais été si prospère. Les riches vont bien, donc. La mondialisation leur permet d’accumuler du capital en payant le travail toujours moins cher.

Bon, mais il y quand même un problème : en même temps que des millions de travailleurs des pays émergents sortent de la pauvreté grâce à la mondialisation, des millions d’Occidentaux y entrent. Et l’opinion publique est en train de prendre conscience du découplage radical entre le sort des masses et celui des riches. L’image des riches en Occident se dégrade dangereusement : ils sont de plus en plus regardés comme les responsables et les profiteurs de la mondialisation et de la spéculation financière. Une tribune du magazine The Economist titrait il n’y a pas longtemps : « Mon conseil aux riches : planquez-vous ! ». On voit le mouvement des indignés et la colère qui montent…

Et ce désamour  est  réciproque : les riches aussi sont fâchés avec l’Occident. Ils ressentent cette hostilité populaire, ils déplorent que l’Occident soit en déclin et ils y investissent de moins en moins. D’autant qu’avec des finances publiques aussi malades, ils savent bien que la pression fiscale va s’intensifier sur eux.

Bref, comme le leur dit sans ménagement Adrian (le fondateur du réseau social Triple-A) les riches réalisent que l’Occident va les entrainer dans sa chute. Donc ils vont réagir. C’est le sujet de ce thriller.

 

Et les réseaux sociaux vont jouer un rôle capital dans cette nouvelle bataille ?

Incontestablement. La puissance en devenir des réseaux sociaux me fascine. Plus d’un milliard d’humains les utilisent déjà. On a vu encore récemment leur importance dans les révolutions du monde arabe. Et pourtant on n’en est qu’à la préhistoire des réseaux sociaux. Il y a quelques années j’avais été frappé par l’épisode de l’élection d’un président de Facebook. On disait souvent que si Facebook était une nation ce serait la 3e plus peuplée du monde, et puis il y a eu cette élection. Ça avait fait sourire à l’époque, l’affaire était retombée comme un soufflet, mais j’avais gardé en tête cette idée intrigante : et si un réseau social s’organisait et devenait une quasi nation virtuelle ? Et si les riches, grâce à un réseau social, devenaient une nation ?

 

Ce livre est-il une illusion irréalisable ou une fiction (comme le meilleur des mondes d’Aldous Huxley) ?

Je crois que si je ne pensais pas ce scénario possible, je n’aurais pas écrit ce livre. En fait, la question que je me suis posée en l’écrivant c’est : comment faire pour l’éviter ?

Il suffit d’ouvrir les journaux pour constater le pouvoir implacable des marchés financiers, des agences de notation, des lobbies financiers, les fondations philanthropiques plus riches que des États qui privatisent la sphère publique, les grands groupes mondiaux qui traitent d’égal à égal avec les Etats, tiennent sommet en même temps que les dirigeants du G20 et considèrent désormais les pays comme des biens sur un marché… Quelle est la prochaine étape ? L’opération Sanctuaire - ce duel entre l’argent et la démocratie (dont l’épicentre est l’Europe) - n’est pas si loin. C’est plus qu’un scénario plausible, c’est un mouvement en marche sous nos yeux. Et j’ai peut-être écrit ce roman pour en conjurer le risque. Pour qu’on soit prêt le cas échéant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Indigène Indigné
- 01/01/2012 - 01:14
Plus moins blanc noir riche pauvre haut bas droite gauche
Avec les moyens dont ils disposent les bôbos, ils finissent par la coucher ou l'accoucher leur théorie du complot.
Et si il n'y a pas de mort dans le placard, ils trouveront le moyen d'en mettre un.
Vision réductrice du monde et pur héritage de la pensée manichéenne
Cette vision ne sert que l'intérêt de celui qui l'émet (il n'aurait pas un livre à vendre ?)
Alex de M.
- 31/12/2011 - 18:22
La fin des nations
La mort des nations, voulue par la gauche, laissera place à d'autres formes d'organisation. Hier on ne choisissait pas plus sa nation que sa famille, demain il sera possible d'adhérer à son peuple comme l'on élit ses amis.
Lorsque l'on passera de la détermination géographique au choix culturel (ou cultuel...),
Ce jour là, que restera-t-il aux massificateurs haineux ?
Thomas
- 31/12/2011 - 11:59
une mine d'emplois !
évidemment les riches devront bientôt se défendre, se battrent puis négocier. Autant d'emplois à créer.Pilotes de chars privés à Neuilly, gardes du corps de chevaux de course, ravitailleurs à Megève, décorateur d'isle déserte,démineur de défilés de mode...la paix sociale semble porteuse.Et tout va si vite ! Je file dans mon auto mitrailleuse chez Fauchon! Bonne année blindée !...