En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Trans-Amérique Express

Obama perdra-t-il l'Irak comme Carter avait perdu l'Iran ?

Publié le 28 décembre 2011
Nouveau rendez-vous Atlantico : tous les mercredi, Gérald Olivier livre sa chronique sur l'actualité américaine. Cette semaine, l'erreur stratégique de Barack Obama concernant le retrait des troupes américaines d'Irak.
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérald Olivier est journaliste et  partage sa vie entre la France et les États-Unis. Titulaire d’un Master of Arts en Histoire américaine de l’Université de Californie, il a été le correspondant du groupe Valmonde sur la côte ouest dans les années 1990,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nouveau rendez-vous Atlantico : tous les mercredi, Gérald Olivier livre sa chronique sur l'actualité américaine. Cette semaine, l'erreur stratégique de Barack Obama concernant le retrait des troupes américaines d'Irak.

En 1979 le président Carter avait « perdu l’Iran ». Le monde entier paye encore  le prix de son aveuglement. Dira-t-on demain d’Obama qu’il a « perdu l’Irak » ?

Le retrait des troupes américaines d’Irak,  qu’il a ordonné et qui s’est achevé le 18 décembre, constitue une erreur stratégique. Il est trop vaste (seules demeurent les troupes affectées à la protection de l’ambassade américaine de Bagdad),  trop précipité (il s’est achevé dans la plus totale discrétion treize jours avant la date butoir), et arrive trop tôt.  

L’Irak n’est pas « stabilisé ». Le travail est inachevé. Le départ des Américains laisse un vide sécuritaire qui a relancé les violences sectaires.  Les attentats ont repris. Une crise politique majeure a éclaté. La décision d’Obama fait le jeu de l’Iran, désormais seul sur le terrain. Elle va à l’encontre des  intérêts stratégiques américains. Ancien commandant en chef des forces américaines en Irak, le général en retraire John  M. Keane,  la qualifie de  « désastre absolu ».

Pour Obama, il s’agissait d’abord de tenir une promesse de campagne. En 2008 il avait repris, en substance,  le discours suivant : « L’ennemi de l’Amérique est Al Qaida. Ses combattants sont repliés en Afghanistan et au Pakistan. C’est là qu’il faut  combattre. Pas à Bagdad.  Si je suis élu, je retirerai   les GI’s d’Irak... »

Mais ce discours ne peut plus tenir en 2011.

Ben Laden a été tué au mois de mai. L’Amérique est vengée. Al Qaida est décapitée. Pourtant les Américains sont toujours à la tête d’une vaste coalition internationale en Afghanistan,  pays enclavé, peuplé de guerriers hostiles à toute présence étrangère et force civilisatrice, dont les richesses minérales et réserves d’énergies fossiles sont limitées et inexploitées.

En revanche, le Moyen Orient est en ébullition. Islamistes et libéraux renversent un à un les régimes autoritaires de la région, tandis que l’Iran instrumentalise les populations chiites pour étendre son influence.

L’Irak occupe une position centrale dans cette région. Pays d’Abraham, de Babylone et du roi Fayçal 1er, il possède une légitimité historique à en être le phare. Il recouvre les quatrièmes réserves de pétroles du monde (115 milliards de barils), et en produit 2,5 millions de barils/jours, l’essentiel destiné à l’exportation. Son  potentiel de développement est énorme et, après trente ans de conflits, tout est à reconstruire. Or il dispose désormais, grâce aux Américains, du cadre institutionnel démocratique susceptible de favoriser ce développement.

L’Irak est le pays clé d’une région hautement stratégique. La présence américaine était la garantie de sa sécurité et de son unité. Quitter ce pays aujourd’hui c’est libérer ses forces centrifuges, et déserter un théâtre où l’expertise, l’organisation et l’aura des Américains sont essentiels. Incidemment c’est prendre le risque de  rendre le sacrifice des  GIs inutile.

Car il y a bien eu sacrifice et, pour l’heure, il n’a pas été vain. 1,5 millions d’Américains ont servi en Irak. 30 000 en sont revenus blessés. 4 500 y sont morts. Le coût financier du conflit pour les Etats-Unis est estimé à plus de mille milliards de dollars.

Mais l’Irak de 2012 ne ressemble plus à celui de 2003. Il a connu deux cycles d’élections libres (2005 et 2010). Les partis politiques sont autorisés. Il possède un parlement, un premier ministre issu des urnes et un président élu. La presse est libre et florissante, les écoles sont mixtes. A l’heure du "printemps arabe", l’Iraq a déjà connu sa révolution.

Son économie aussi s’est libérée. Il existe trente cinq mille entreprises en Irak, contre moins de cinq mille sous Saddam. Sept millions de personnes ont un téléphone portable, alors qu’en 2003 le téléphone fixe comptait moins d’un million d’abonnés. Les étals sont pleins et le  pays recherche des partenaires internationaux, alors qu’il était avant sous embargo.

Mais ces avancées sont fragiles. L’Irak rassemble trois communautés qui ne cessent de se déchirer: Kurdes au nord (20% de la population), sunnites au centre (20%) et chiites au centre et au sud (60%). Les kurdes ont gagné leur autonomie, les sunnites demandent la leur, tandis que les chiites, opprimés sous Saddam, prennent leur revanche.

Il existait une quatrième communauté, les chrétiens. Mais ils sont en voie de disparition. Un million sous Saddam, soit 4% de la population, ils sont moins de cinq cent mille et vivent dans la crainte. Victimes de  la venue des Américains, parce qu’elle libéra la violence islamiste à leur encontre, ils sont victimes de leur départ car les GIs étaient devenus un gage de sécurité.

Tout cela se déroule sous l’œil satisfait de l’Iran dont le souci est de garder sous contrôle " l’arc chiite " qui va de Téhéran au sud Liban en passant par Bagdad et Damas.

En 1979 le président Carter avait  "perdu l’Iran". Le monde entier pays encore  le prix de son aveuglement. Dira-t-on demain d’Obama qu’il a "perdu l’Irak" ? 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 28/12/2011 - 21:13
attribuer la défaïte des républicains en Irak
à la gauche américaine est d'une parfaite mauvaise foi.
Clinton avait laissé un pays aux caisses pleines, Bush l'a ruiné, Obama en paye le prix.
Nanard10
- 28/12/2011 - 19:47
ce n'est pas Obama qui a commencé la guerre
pourquoi lui imputer l'échec ?
C'est un raisonnement bien Français
regarder seulement ce que se passe durant la période en cours

Jean-Francois Morf
- 28/12/2011 - 19:01
L'Irak devait être immédiatement découpé en morceaux indépendant
9 ans passés à essayer de faire prendre une mayonnaise qui n'a jamais pris et qui ne prendra jamais! Tout cela juste pour changer de dictateur!