En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 10 heures 16 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 14 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 16 heures 10 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 18 heures 43 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 20 heures 45 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 21 heures 13 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 21 heures 57 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 22 heures 14 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 22 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 9 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 11 heures 15 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 15 heures 50 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 17 heures 39 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 20 heures 38 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 21 heures 5 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 21 heures 50 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 22 heures 9 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 22 heures 23 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 22 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Guichet unique

Vous venez de vous abonner à Netflix ? dommage, l’Etat français va vous gâcher l’expérience utilisateur

Publié le 19 janvier 2016
Avec H16
En réalité, le catalogue offert, s’il est intéressant, n’en est pas moins incomplet. Sapristi, vous payez un abonnement mais ne disposez en réalité pas de tout le catalogue de la firme, seulement de cette sous-partie qui est réservée aux bestiaux clients français.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En réalité, le catalogue offert, s’il est intéressant, n’en est pas moins incomplet. Sapristi, vous payez un abonnement mais ne disposez en réalité pas de tout le catalogue de la firme, seulement de cette sous-partie qui est réservée aux bestiaux clients français.
Avec H16

Je vais en choquer plus d’un, mais force est de constater que parfois, le fait d’être Français peut être un inconvénient. Et histoire d’éviter les trolls, précisons tout de suite que je ne parle pas de port d’arme, de liberté d’expression ou même de fiscalité, mais, de façon plus étonnante, de cinéma et plus généralement, de produits audio-visuels.

Eh oui, si vous êtes un gros consommateur de films, de documentaires ou de séries, être Français pose un problème notoire, et pas seulement parce que la production franco-française laisserait à désirer ou verserait dans un militantisme délicieusement suranné, mais essentiellement parce que ce qui est disponible — légalement, j’entends — ne représente en réalité qu’une modeste partie de ce qui existe à d’autres endroits.

Je m’explique.

En tant que Français, respectueux de la loi et pointilleux à la fois sur les conventions sociales qui font de vous une référence en matière de bienséance et sur un fonctionnement harmonieux de l’économie reposant sur une juste rétribution de tous les maillons de la chaîne productive, vous n’envisagez pas, même de loin, de décharger un film ou une série en utilisant autre chose qu’une offre légale. Vous savez, de toute façon, que la HADOPI veille sur vous, et ne laissera pas la moindre transaction frauduleuse s’opérer sans sanctionner les coupables contrefacteurs.

Bref, vous avez par exemple souscrit à un abonnement à Netflix ce qui vous permet de dévorer les produits audio-visuels de votre choix dans le confort douillet de votre foyer, avec délectation et l’indispensable verre de Single Malt dans une main. Ou un bol de céréales ou des knacki-balls. Ça marche aussi.

Seulement voilà : votre soif cinéphile ne peut s’arrêter aux « nouveautés » proposées par le service en question. Arrivant en France avec un décalage parfois conséquent de plusieurs mois, les séries ou les films ont un petit côté défraîchi pour qui se tient au courant de l’actualité. En réalité, le catalogue offert, s’il est intéressant, n’en est pas moins incomplet. Sapristi, vous payez un abonnement mais ne disposez en réalité pas de tout le catalogue de la firme, seulement de cette sous-partie qui est réservée auxbestiaux clients français.

Jusqu’à présent, il existe une « solution », qui consiste à utiliser un « VPN » (un système de « réseau privé ») ou un « proxy » (un ordinateur intermédiaire placé à l’étranger) pour faire croire aux serveurs de Netflix que vous êtes américain, allemand, italien, etc… en fonction du catalogue auquel vous voulez accéder. Il y a même des applications spécifiquement construites pour vous aider dans les démarches techniques ; citons par exemple Smartflix.

La situation est alors la suivante : d’un côté, Netflix vous vend un abonnement à ses services. Vous le payez, l’entreprise est contente, encaisse l’argent et distribue les vidéos que vous voulez, et elle rétribue ensuite les ayants-droits honnêtement au pro-rata précis des distributions réellement effectuées. À la limite, qu’un film américain soit vu par un français ou un italien n’inquiète ni Netflix (dont la transaction commerciale est préservée), ni le producteur du film, ses acteurs et son équipe, dont les droits sont aussi préservés.

netflix week end alone

Un marché qui fonctionne, des producteurs et des consommateurs heureux ? C’en est trop pour les intermédiaires d’une économie mourante qui se sentent un peu exclus de ces transactions juteuses, qui se roulent par terre en tapant du poing et finissent par réclamer un dû de plus en plus hypothétique. En substance, les actuels distributeurs, qui se chargent de négocier les droits de ces producteurs de contenu auprès des différents canaux de distribution, n’entendent pas laisser aux acteurs internet distribuer sur toute la planète alors qu’ils peuvent de leur côté négocier point par point sur chaque réseau de distribution traditionnel (radio, télévision hertzienne ou câblée). Ils ont donc fait pression sur Netflix pour qu’il mette des barrières, c’est-à-dire empêche complètement les utilisateurs de services VPN ou proxy d’accéder aux catalogues de leurs choix.

De leur point de vue, la démarche est logique.

Un distributeur lambda tire ses sources de revenus des multiples accords qu’il va prendre avec les différents réseaux de distribution physique comme les télévisions ou les radios, au niveau de chaque pays. Un film américain, distribué par un tel distributeur, va donc voir ses droits négociés pour la France pour tel réseau de salles de cinémas, tel réseau de télévision, tel réseau de vidéoclubs. Les droits seront aussi négociés en Angleterre, en Italie ou partout ailleurs dans le monde pour d’autres réseaux.

Il y a trente ans de cela, l’idée était viable : le principe même d’un guichet unique était impraticable tant les législations différaient d’un pays à un autre. Pire encore, le cinéphile italien devait attendre que le film arrive dans son pays pour le voir tout simplement parce qu’il n’y avait guère d’autres moyens pratiques et commercialement viables.

L’arrivée d’internet a bien évidemment tout chamboulé. Un internaute allemand n’a plus aucune difficulté technique pour obtenir un film américain sorti la veille, le temps d’acheminement de ce film comptant en minutes et non plus en mois ou en semaine comme auparavant.

Dès lors, la récente restriction de Netflix apparaît pour ce qu’elle est vraiment : un nouveau combat d’arrière garde qui vise à ralentir autant que possible la disparition pourtant inéluctable des distributeurs traditionnels. Je dis inéluctable parce que, même si beaucoup ne veulent pas y croire, les modes de distribution des médias (que ce soit d’information ou de loisir) ont été complètement bouleversés par l’arrivée du numérique.

netflix k7

D’une part, la télévision telle qu’on la concevait encore au début des années 2000 est mourante.

Devant batailler contre un médium qui permet de voir ce qu’on veut, quand on le veut, et sur le support qu’on veut, la télévision de papa tente bien sûr de s’adapter en proposant des « replays » ou d’autres formats de disponibilité, mais on sent nettement le décrochage des générations. De plus en plus souvent, l’écran de télévision est devenu d’abord un moniteur pour l’ordinateur ou la console. Dans ce contexte, la notion de bien culturel limité à une zone géographique perd rapidement son sens, et imposer des barrières rendues artificielles par la technique ne fait que frustrer le client.

Sur le long terme, ce n’est jamais une bonne idée. De ce point de vue, la négociation des droits de diffusion auprès de ces grands réseaux de chaînes va devenir de moins en moins intéressante pour les distributeurs.

D’autre part, la valeur ajoutée des distributeurs traditionnels est en train de s’effondrer.

Si, auparavant, le distributeur pouvait arguer de sa connaissance des milieux et des spécificités culturelles pour apporter dans son offre une plus-value évidente au producteur de contenu, cet aspect tend à disparaître à mesure que le numérique s’étend. Comme pour d’autres domaines, la désintermédiation joue ici un rôle de plus en plus important et même si c’est embryonnaire, il apparaît assez évident que seront gagnantes à long terme ces sociétés qui se placent dans le monde numérique (Netflix en fait partie, mais on peut aussi citer Amazon) et produisent directement le contenu pour le distribuer elle-même.

Autrement dit, on se dirige droit dans un monde où la production cinématographique, de films ou de série, se passera complètement de distributeurs spécifiques. Soit les producteurs utiliseront les médiums spécialisés comme Youtube ou Dailymotion, soit le trajet inverse sera fait, i.e. un distributeur numérique deviendra son propre producteur. En tout cas, le principe actuel, où le consommateur est traité différemment selon sa localisation géographique, ne pourra perdurer devant l’attente toujours plus grande d’obtenir un service unifié, indépendant du lieu. Le consommateur, très clairement, réclame un guichet unique.

Les actuelles multinationales du multimédia ont le choix de s’adapter ou de se battre contre cette tendance. Pour le moment, elles semblent avoir choisi de frustrer le consommateur et de se battre contre ceux qui, in fine, les rémunèrent.

Je ne gage pas cher de cette stratégie de court terme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
crobard007
- 20/01/2016 - 22:01
Encore un bel exemple...
de l’archaïsme bobo artitistico-enarco-politico français, ces gens arc boutés sur leurs privilèges estimant que leur position sociale et financière, maintenue à coup de milliards d'argent et d'endettement public, doit être préservée au détriment du plus grand nombre. Pour eux effectivement.... le progrès c'était mieux avant!
Olivier K.
- 19/01/2016 - 10:33
Tres belle écriture!
Vous devez donc lire beaucoup aussi!! Les distributeurs classiques ont perdus leur valeur ajouté. C est ce qui va arriver a tous avec l arrivé des robot et de l IA. Seuls les artistes garderont leur valeur ajoutée.